Le Front du Salut appelle Saïed à «quitter le poste»

Le président Kais Saied célèbre avec ses partisans sur l'avenue Habib Bourguiba dans la capitale Tunis, le 26 juillet 2022 (Photo, AFP).
Le président Kais Saied célèbre avec ses partisans sur l'avenue Habib Bourguiba dans la capitale Tunis, le 26 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 27 juillet 2022

Le Front du Salut appelle Saïed à «quitter le poste»

  • Le président de la République est appelé à «quitter le poste» et à organiser des élections générales législatives et présidentielles «libres et intègres»
  • Prenant la parole, Ahmed Najib Chebbi a estimé que les chiffres relatifs au référendum annoncés lundi montrent que «75% des électeurs ont refusé de voter»

Le Front du salut national a appelé le président de la République à « quitter le poste » et à organiser des élections législatives et présidentielles anticipées, exhortant les différentes forces politiques et civiles nationales à se concerter davantage et à préparer « un dialogue national inclusif ». Lors d’un point de presse tenu, mardi, dédié à la présentation de sa position au regard des résultats du référendum, le Front du salut a plaidé en faveur de la constitution d’un comité préparatoire composé de ces forces nationales et politiques pour tenir une conférence nationale au cours de laquelle seraient convenues des réformes économiques et politiques et du choix d’un gouvernement de salut qui serait en mesure de préparer la phase transitoire.

Prenant la parole, Ahmed Najib Chebbi a estimé que les chiffres relatifs au référendum annoncés lundi montrent que « 75% des électeurs ont refusé de voter » et « de donner leur aval au processus du président et de conférer ainsi une « fausse légitimité à une constitution autoritaire ».

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les doutes dissipés

Le XVIIIème Sommet de la Francophonie qui se tiendra les 19 et 20 novembre 2022 sur l’île de Djerba (Photo, La Presse).
Le XVIIIème Sommet de la Francophonie qui se tiendra les 19 et 20 novembre 2022 sur l’île de Djerba (Photo, La Presse).
Short Url
  • Certaines voix disconcordantes n’ont pas hésité à répandre des rumeurs
  • Certains disent que la Tunisie est dans l’incapacité d’organiser une manifestation d’une telle envergure

L’incertitude sur l’organisation du Sommet de la francophonie, en novembre prochain, à Djerba, est pratiquement dissipée au vu de l’évolution des préparatifs qui ont atteint un stade avancé et aussi des développements qui surviennent à un rythme soutenu, sur les scènes régionale et internationale et qui militent pour le maintien du Sommet à la date des 19 et 20 novembre prochain et dans la ville  de Djerba, déjà choisie pour abriter les travaux de cette rencontre tant attendue avec la participation effective des pays les plus influents parmi les membres de l’Organisation internationale de la francophonie.

Et les déclarations qui ont accompagné la visite que vient d’effectuer une délégation officielle de l’OIF en Tunisie pour superviser les derniers préparatifs en vue du déroulement du Sommet à Djerba, d’apporter un cinglant démenti à ceux qui ne cessent de proclamer à l’intention de ceux qui sont encore disposés à les entendre, que le Sommet va être annulé à cause des pressions exercées par certains membres de l’organisation, estimant que la Tunisie est dans l’incapacité d’organiser une manifestation d’une telle envergure sur les plans régional et international.

Encore plus, certaines voix disconcordantes n’ont pas hésité à répandre des rumeurs selon lesquelles certains pays ont menacé de boycotter le rendez-vous de Djerba ou de s’y représenter par des délégations de second plan, en signe de contestation, voire de stigmatisation ou de condamnation des atteintes à la liberté et aux droits de l’Homme en Tunisie.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Jazz au Chellah : Entretien avec Majid Bekkas, directeur artistique du festival

Majid Bekkas (Photo, Le Matin).
Majid Bekkas (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Le public attendait ce rendez-vous annuel avec impatience
  • Le choix des artistes ne se fait pas à l'approche du festival

Quelle est la spécificité du festival Jazz au Chellah ?

Créé par l'Union européenne en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication et la wilaya de Rabat-Salé-Kénitra, le festival est basé sur la rencontre entre le jazz européen et les musiques du Maroc. C'est le seul festival qui a cette specificité, qui invite les jazzmen européens et leurs homologues marocains pour une musique exceptionnelle sur scène.

Comment le festival a-t-il été accueilli par le public après l'absence due à la pandémie Covid-19 ?

Le public attendait ce rendez-vous annuel avec impatience. Il y avait beaucoup de monde, surtout des jeunes. Des concerts étaient sold out, ceci explique l'importance du festival à Rabat.

Le Festival favorise les rencontres entre les artistes européens et marocains. Comment se fait le choix des musiciens ?

Le choix des artistes ne se fait pas à l'approche du festival. Durant toute l'année, j'essaie de découvrir des talents, je vois si l'artiste est ouvert d'esprit. L'ouverture est importante pour la fusion et les rencontres. Il faut connaître les mouvements du jazz pour dialoguer avec d'autres cultures. Jean-Pierre Bissot, le directeur artistique pour la partie européenne, m'envoie le programme et j'essaie de compléter en fonction des styles de musique et des instruments pour enrichir le festival.

Comment se sont déroulées les rencontres entre artistes européens et marocains ?

C'était une grande réussite. Preuve en est la réaction du public. Depuis quelques années, on met ensemble les musiciens européens et marocains pour échanger les musiques avant les répétitions. Le contact humain compte beaucoup dans les fusions, mais aussi pour continuer les rencontres au-delà du festival.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les attentats du 30 septembre

Le lance-roquettes multiple ukrainien BM-21 "Grad" roule sur une route de campagne dans un lieu tenu secret dans le sud de l'Ukraine (Photo, AFP).
Le lance-roquettes multiple ukrainien BM-21 "Grad" roule sur une route de campagne dans un lieu tenu secret dans le sud de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • C'était une scène sans précédent
  • Quatre barons d'Ukraine ont rendu les résultats du référendum

Certaines dates entrent instantanément dans l'histoire en raison de leur nature, de leur dangerosité et du nombre de victimes. Elles entrent dans l'histoire parce qu'ils modifient à jamais le monde. C'est ce qui s'est passé. C'est la fin d'une époque en Ukraine, en Russie, en Europe et dans le monde.

C'était une scène sans précédent en effet. Quatre barons d'Ukraine ont rendu les résultats du référendum. Ils jetèrent les régions entre les mains du tsar russe. Son pays attise les braises des autres régions ukrainiennes depuis la fête de Crimée.

En grande pompe, le maître du Kremlin sortit sa plume et signa. Les régions perdues ont été rattachées à la « Grande Russie », assurant à ses habitants qu'ils y résideront « pour toujours ».

Il n'a pas négligé d'informer le monde que son pays défendra ces personnes avec tout ce qu'il a et par tous les moyens possibles. La Russie n'exclut pas de recourir à l'arme nucléaire si le sort de la « Sainte Russie » est menacé.

C'était une scène sans précédent en effet. Le tsar faillit se mettre à danser. Il ne pouvait pas contenir ses émotions même si l'empire du KGB lui avait appris à les dissimuler. Le discours qu'il a prononcé devant les Russes et le monde a été franc et décisif.

Il a sorti toutes ses cartes. La guerre en Ukraine fait partie d'une grande guerre - partie d'une révolte massive contre le monde unipolaire, le monde de la colonisation, de l'exploitation et de l'hégémonie.
Il se présente comme le leader d'un nouveau monde hostile à l'Occident, à son exemple, ses valeurs et ses révolutions colorées. C'était comme s'il dévoilait un nouveau rideau de fer et traçait une ligne rouge, avec son arsenal nucléaire en renfort.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.