Le «médiateur» de Daech lié à l'attentat de la Manchester Arena pourrait être libéré

Abdalraouf Abdallah a été mis en liberté conditionnelle en novembre 2020, mais a été rappelé en prison peu de temps après (Photo, Police britannique).
Abdalraouf Abdallah a été mis en liberté conditionnelle en novembre 2020, mais a été rappelé en prison peu de temps après (Photo, Police britannique).
Short Url
Publié le Samedi 30 juillet 2022

Le «médiateur» de Daech lié à l'attentat de la Manchester Arena pourrait être libéré

  • Abdalraouf Abdallah a été reconnu coupable d'avoir collecté des fonds pour Daesh et d'avoir aidé des personnes à se rendre en Syrie en 2016
  • Il a reçu la visite de Salmane Abedi en prison, avec qui il a communiqué dans les mois précédant l'attentat de 2017

LONDRES: Un Britannique reconnu coupable d'avoir aidé des personnes à rejoindre Daesh et accusé d'avoir «formé» le poseur de la bombe de la Manchester Arena pourrait bientôt être libéré de prison.

Abdalraouf Abdallah, 29 ans, pourrait bénéficier d'une libération conditionnelle en novembre. Il a été condamné à neuf ans et demi de prison en 2016 pour avoir facilité le voyage de personnes qui allaient combattre dans la guerre civile en Syrie et pour avoir collecté des fonds pour soutenir leurs activités.

Paralysé à partir de la taille lors des combats de la révolution libyenne de 2011, il a été arrêté en 2014 au Royaume-Uni pour des activités terroristes présumées — des accusations qu'il ne cesse de nier.

Lors de son procès à Londres, il a été révélé qu'une correspondance avait été trouvée sur son téléphone portable avec le poseur de bombe de la Manchester Arena, Salmane Abedi, dans laquelle les deux hommes discutaient, entre autres, du martyre et de la mort d'un membre d'Al-Qaida.

Abdallah a été mis en liberté conditionnelle en novembre 2020, mais a été rappelé en prison peu de temps après pour avoir enfreint les conditions liées à son comportement.

Sa libération éventuelle fait suite à une modification de la loi en février 2020, selon laquelle les criminels condamnés pour des infractions liées au terrorisme doivent exécuter les deux tiers de leur peine en prison avant d'être examinés par la commission des libérations conditionnelles.

Au Royaume-Uni, les criminels condamnés n’exécutent généralement que la moitié d'une peine privative de liberté donnée, selon les circonstances, avant de bénéficier d'une libération conditionnelle.

 «Nous pouvons confirmer que l'examen de la libération conditionnelle d'Abdalraouf Abdallah a été confié à la Commission des libérations conditionnelles par le secrétaire d'État à la justice et qu'il suit les procédures habituelles», a réagi le porte-parole de la Commission des libérations conditionnelles.

«Les décisions de la Commission des libérations conditionnelles sont uniquement axées sur le risque qu'un détenu pourrait représenter pour le public s'il était libéré et si ce risque serait gérable dans la communauté», a expliqué le porte-parole.

«Un jury examinera attentivement un large éventail de preuves, en particulier les détails du crime initial et toute preuve de changement de comportement, ainsi que le préjudice causé et l'impact du crime sur les victimes», a-t-il ajouté.

 «Des témoignages tels que ceux d'agents de probation, de psychiatres et de psychologues, de fonctionnaires supervisant le coupable en prison ainsi que des déclarations personnelles des victimes peuvent être présentés lors du procès.»

 «Il est tout à fait normal que le détenu et les témoins soient longuement interrogés au cours du procès, qui dure souvent une journée entière ou plus. Les examens de libération conditionnelle sont effectués de manière approfondie et avec un soin extrême. La protection du public est notre priorité absolue», a-t-il assuré.

Lors du procès d'Abdallah, il a été rapporté qu'il avait organisé le déplacement de personnes et d'argent vers la Syrie, tout en étant contraint de rester dans son fauteuil roulant.

Le procureur Max Hill, QC, a accusé Abdallah d'être «au centre d'un réseau djihadiste facilitant les activités des combattants étrangers, avec l'intention de les envoyer rejoindre des groupes en Syrie qui y commettaient des actes terroristes».

Après sa condamnation, Abdallah a reçu la visite d'Abedi en prison et a continué à le contacter via un téléphone portable illégal en 2017, avant l'attentat de la Manchester Arena le 22 mai, qui a fait 23 morts.

Un expert a déclaré à la commission d'enquête sur l'attentat qu'Abedi avait été «bien formé» par Abdallah, originaire de Moss Side à Manchester, affirmant qu'il avait converti Abedi à sa «vision violente, islamiste et extrémiste du monde».

Abdallah nie toute implication dans l'attentat. Il a été transféré de la prison de Wakefield pour témoigner devant la commission d'enquête en novembre 2021, où il a déclaré être «hanté» par l'attentat, qualifiant sa correspondance avec Abedi de «conversation normale».

Pete Weatherby, représentant les familles des victimes de l'attentat, a de son côté soutenu que le dialogue entre les deux hommes portait «sur la radicalisation, il s'agissait de discuter d'une sorte de mort perverse».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nord du Burkina : quatre soldats tués dans l'explosion d'un engin artisanal

Depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement endeuillé par des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers. (Photo, AFP)
Depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement endeuillé par des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers. (Photo, AFP)
Short Url
  • « Un incident à l’engin explosif improvisé s’est produit ce vendredi sur l’axe Bourzanga-Kongoussi, au retour d’une mission d’escorte sur Djibo», chef-lieu de la province du Soum, a indiqué l’armée
  • Comme de nombreuses autres villes du nord du Burkina Faso, Djibo est sous blocus des groupes djihadistes

OUAGADOUGOU: Quatre soldats burkinabè ont été tués et un blessé dans l'explosion d'un engin artisanal, vendredi dans le nord du pays, a annoncé samedi l’état-major de ce pays en proie à des attaques djihadistes récurrentes.

"Un incident à l’engin explosif improvisé s’est produit ce vendredi sur l’axe Bourzanga-Kongoussi, au retour d’une mission d’escorte sur Djibo", chef-lieu de la province du Soum, a indiqué l’armée dans un communiqué.

"Cet incident a malheureusement occasionné la perte de quatre de nos vaillants combattants. Un blessé, évacué d’urgence, a été pris en charge par le service de santé des Armées", poursuit le texte.

"L’unité ciblée avait escorté un convoi de ravitaillement dans la ville de Djibo", a précisé à l’AFP une source sécuritaire, expliquant que "les éléments avaient essuyé des tirs de harcèlement plus tôt".

Comme de nombreuses autres villes du nord du Burkina Faso, Djibo est sous blocus des groupes djihadistes, qui mènent des attaques contre les convois de ravitaillement, principalement sur l'axe menant à Bourzanga et Kongoussi.

Depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement endeuillé par des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers.

Ces attaques se sont multipliées ces derniers mois, essentiellement dans le nord et l'est du pays.

Investi le 21 octobre président de la transition par le Conseil constitutionnel, le capitaine Ibrahim Traoré, auteur d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre contre le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".

A l'issue d'une grande campagne de recrutement, 90 000 civils se sont inscrits pour rejoindre les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), appelés à seconder l'armée dans sa lutte contre les djihadistes.


L'Ukraine engrange les promesses de soutien au 90e anniversaire de l'Holodomor

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que son peuple tiendrait bon face aux attaques russes, qui provoquent régulièrement des coupures massives d'électricité et d'eau alors que les températures hivernales s'installent. (Photo, AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que son peuple tiendrait bon face aux attaques russes, qui provoquent régulièrement des coupures massives d'électricité et d'eau alors que les températures hivernales s'installent. (Photo, AFP)
Short Url
  • Plusieurs dirigeants européens ont fait le déplacement samedi à Kiev pour les commémorations de l'Holodomor, que l'Ukraine considère comme un «génocide»
  • Les Premiers ministres de la Pologne et de la Lituanie, deux des plus proches soutiens de l'Ukraine, Mateusz Morawiecki et Ingrida Simonyte, se sont ainsi entretenu avec leur homologue Denis Chmygal

KIEV: L'Ukraine engrangeait les promesses de soutien face à Moscou samedi, au 90e anniversaire de l'Holodomor, la famine provoquée volontairement par le régime stalinien dans les années 1930, qui a acquis une nouvelle résonance depuis l'invasion russe.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que son peuple tiendrait bon face aux attaques russes, qui provoquent régulièrement des coupures massives d'électricité et d'eau alors que les températures hivernales s'installent.

"Les Ukrainiens ont vécu des choses vraiment terribles. Et malgré tout, ils ont conservé la capacité de ne pas se soumettre et leur amour de la liberté. Autrefois, ils voulaient nous détruire par la faim, aujourd'hui par l'obscurité et le froid", a déclaré M. Zelensky dans une vidéo publiée sur Telegram.

"Nous ne pouvons pas être brisés", a-t-il lancé.

Plusieurs dirigeants européens ont fait le déplacement samedi à Kiev pour les commémorations de l'Holodomor, que l'Ukraine considère comme un "génocide".

Les Premiers ministres de la Pologne et de la Lituanie, deux des plus proches soutiens de l'Ukraine, Mateusz Morawiecki et Ingrida Simonyte, se sont ainsi entretenu avec leur homologue Denis Chmygal.

Les trois responsables ont publié un communiqué commun à l'issue de cette rencontre soulignant la poursuite de leur soutien à l'Ukraine et dénonçant les actes de la Russie.

«Aux côtés du peuple ukrainien»

Le Premier ministre belge Alexander De Croo s'est lui aussi rendu en visite à Kiev, sa première depuis le début de l'invasion russe.

Selon l'agence Belga, il apporte un soutien financier supplémentaire de 37,4 millions d'euros pour l'Ukraine, notamment pour aider la population à faire face à l'hiver dans un contexte de coupures de courant.

"Arrivé à Kiev. Après les violents bombardements de ces derniers jours, nous sommes aux côtés du peuple ukrainien. Plus que jamais auparavant", a-t-il indiqué sur Twitter.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a lui annoncé dans une vidéo une aide supplémentaire de 15 millions d'euros pour soutenir les exportations de céréales ukrainiennes, perturbées par la guerre.

Le président français Emmanuel Macron a également promis 6 millions d'euros supplémentaires pour ces exportations, vitales pour l'approvisionnement de nombreux pays d'Afrique et d'Asie.

"Nous avons choisi d'agir en solidarité avec les pays les plus vulnérables. La Russie, quant à elle, continue d'instrumentaliser la faim comme moyen de pression et l'alimentation comme arme de guerre", a-t-il indiqué dans un message.

Le Parlement allemand a pris la décision vendredi de définir comme "génocide" l'Holodomor, qui a provoqué la mort de plusieurs millions d'Ukrainiens en 1932 et 1933 sur fond de collectivisation des terres.

«L'Histoire se répète»

La Russie rejette cette classification, arguant que la grande famine qui a sévi en URSS au début des années 1930 n'a pas seulement fait des victimes ukrainiennes, mais aussi russes, kazakhes, et parmi d'autres peuples.

Au centre commémoratif de l'Holodomor, dans le centre de Kiev, une douzaine de prêtres orthodoxes vêtus de robes noires et argentées se sont réunis samedi pour une cérémonie religieuse en l'honneur des victimes de la famine.

"C'était une famine génocidaire créé artificiellement... Maintenant que nous vivons cette guerre massive lancée sans provocation par la Russie contre l'Ukraine, nous voyons l'Histoire se répéter", a déclaré à l'AFP le pope Oleksandre Chmurgin, 38 ans.

Parmi les personnes rassemblées pour commémorer les victimes de la famine, l'avocat Andriï Savtchouk, 39 ans, a évoqué une perte "irréparable" pour l'Ukraine.

"Le système de Staline, l'Etat répressif voulait détruire l'Ukraine en tant que nation. Aujourd'hui, nous voyons que les efforts déployés par Staline sont poursuivis par (le président Vladimir) Poutine", a-t-il déclaré.

Sur le front, les échanges de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine se poursuivaient samedi avec 12 personnes libérées côté Kiev. Moscou a de son côté annoncé avoir récupéré neuf de ses hommes.

A Dnipro, dans le centre de l'Ukraine, un bombardement russe a fait au moins 13 blessés, selon le gouverneur régional Valentin Reznitchenko.

Dans la capitale, où une partie de la population a passé les trois derniers jours sans électricité après des frappes russes massives mercredi, la municipalité a annoncé avoir restauré 75% de l'alimentation et 90% du chauffage, alors que les températures approchent de zéro degrés Celsius.


Acquitté par la justice internationale, Charles Blé Goudé est rentré en Côte d'Ivoire

Agé de 50 ans, Charles Blé Goudé est la dernière grande figure du camp Gbagbo lors de la crise de 2010-2011 à faire son retour en Côte d'Ivoire, un an et demi après son ancien mentor. (Photo, AFP)
Agé de 50 ans, Charles Blé Goudé est la dernière grande figure du camp Gbagbo lors de la crise de 2010-2011 à faire son retour en Côte d'Ivoire, un an et demi après son ancien mentor. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Blé Goudé, en costume et cravate, est arrivé à l'aéroport d'Abidjan par un vol commercial en provenance d'Accra, au Ghana voisin
  • M. Blé Goudé avait été arrêté en 2013 au Ghana, puis transféré à La Haye en 2014 après plusieurs mois en résidence surveillée à Abidjan.

ABIDJAN: Charles Blé Goudé, pilier du régime de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, est rentré samedi dans son pays natal, après son acquittement par la justice internationale, un retour sobre pour celui qui assure revenir dans "un esprit de rassemblement".

M. Blé Goudé, en costume et cravate, est arrivé à l'aéroport d'Abidjan par un vol commercial en provenance d'Accra, au Ghana voisin.

Il a été accueilli par une dizaine de personnes, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, avant de rapidement entrer dans un véhicule pour quitter les lieux.

Il est attendu par ses partisans dans l'après-midi à Yopougon, commune populaire d'Abidjan, pour une "fête", "pas un meeting politique" a insisté son entourage.

Un important dispositif sécuritaire a été déployé à l'entrée du hall des arrivées et des CRS filtraient l'accès à l'aéroport, a constaté un journaliste de l'AFP.

Quelques heures avant son arrivée, les forces de l'ordre ont chassé la plupart des journalistes présents à l'aéroport et le point de presse prévu a été annulé.

Aux côtés de l'ancien président Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé avait été définitivement acquitté en mars 2021 par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye de crimes présumés pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

A l'époque, la victoire à la présidentielle d'Alassane Ouattara, contestée par Laurent Gbagbo, avait débouché sur une crise qui avait fait 3.000 morts et conduit à l'arrestation de M. Gbagbo en avril 2011.

M. Blé Goudé avait lui été arrêté en 2013 au Ghana, puis transféré à La Haye en 2014 après plusieurs mois en résidence surveillée à Abidjan.

Un peu plus d'un an après son acquittement, il a obtenu un passeport des autorités ivoiriennes en mai dernier puis un feu vert de celles-ci pour rentrer.

Avenir politique?

Agé de 50 ans, il est la dernière grande figure du camp Gbagbo lors de la crise de 2010-2011 à faire son retour en Côte d'Ivoire, un an et demi après son ancien mentor.

Mais contrairement au retour de M. Gbagbo qui avait donné lieu à des scènes de liesse et des heurts avec les forces de l'ordre dans les rues d'Abidjan, l'arrivée de M. Blé Goudé a été plus discrète.

Son entourage avait demandé à ses partisans de ne pas se rendre à l'aéroport.

"Je recommande que les retrouvailles se fassent dans la discipline et un esprit de rassemblement", avait affirmé M. Blé Goudé jeudi à l'AFP.

"Heureux de ton retour chez toi, après cette si longue et douloureuse parenthèse. Sachons œuvrer à faire de ton retour un moment de retrouvailles et d’unité", a tweeté Pascal Affi N'Guessan, un ancien partisan de Laurent Gbagbo aujourd'hui à la tête du Front populaire ivoirien (opposition) et qui était également présent à l'aéroport samedi.

Charles Blé Goudé qui a créé son propre parti politique, le Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (Cojep), n'a pas encore indiqué quel rôle politique il comptait jouer à l'avenir en Côte d'Ivoire.

"Ne soyez pas pressé. Je rentre en Côte d’Ivoire et j’ai un parti politique qui va se réunir, et les décisions qui en découleront seront appliquées", a-t-il déclaré cette semaine à RFI.

Il n'a toutefois pas rejoint le Parti des peuples Africains - Côte d'Ivoire (PPA-CI), la formation lancée par Laurent Gbagbo l'an dernier.

Une condamnation à 20 ans de prison plane par ailleurs toujours au-dessus de sa tête pour des faits liés à la crise post-électorale.

Condamné dans la même affaire, Laurent Gbagbo avait obtenu en août une grâce présidentielle.