Cinq ans d’exploits pour The Red Sea Project en Arabie saoudite

(Graphe, AN)
(Graphe, AN)
Short Url
Publié le Lundi 01 août 2022

Cinq ans d’exploits pour The Red Sea Project en Arabie saoudite

(Graphe, AN)
  • Tout au long de son bref parcours, The Red Sea Project a accompli des avancées importantes
  • Le projet a introduit le concept de tourisme régénérateur dans le Royaume avec succès

RIYAD: Depuis qu’il a été dévoilé au public il y a cinq ans, The Red Sea Project (TRSP) était destiné à devenir un pionnier.

Ce projet de tourisme a été le premier en son genre dans le Royaume et a été conçu pour assurer un tourisme responsable tout en développant des îles immaculées qui n’ont pas été touchées pendant des siècles.

Il a introduit le concept de tourisme régénérateur, dans lequel les promoteurs et les exploitants doivent s’attacher non seulement à préserver ce qui existe déjà, mais aussi à l’enrichir. En seulement quelques années, The Red Sea Project a accompli des avancées importantes. Ses progrès sont tangibles et le résultat est dors et déjà fidèle aux ambitions de la Vision 2030.

À l’occasion du cinquième anniversaire du plan de développement, Arab News fait le point sur la série de ses exploits, qui contribuent à établir de nouvelles normes en matière de tourisme durable et de développement responsable.

EN BREF

  • En seulement quelques années, The Red Sea Project a accompli des avancées importantes

  • Parmi ses dernières réalisations, TRSP a annoncé en juillet son premier investissement en coentreprise avec Almutlaq Real Estate Investment, évalué à plus de 1,5 milliard de riyals saoudiens (1 riyal = 0,26 euro).

  • Ensemble, ils développeront Jumeirah The Red Sea, un complexe de luxe situé sur l’île centrale de la mer Rouge, Shaura, actuellement en construction.

Parmi ses dernières réalisations, TRSP a annoncé en juillet son premier investissement en coentreprise avec Almutlaq Real Estate Investment, évalué à plus de 1,5 milliard de riyals saoudiens (1 RS = 0,26 euro). Ensemble, ils développeront Jumeirah The Red Sea, un complexe de luxe situé sur l’île centrale de la mer Rouge, Shaura, actuellement en construction et dont l’ouverture est prévue pour début 2024.

Cette réalisation fait suite à une autre première nationale: la conclusion, début 2022, d’un financement d’une facilité de prêt à terme et d’une facilité de crédit renouvelable d’une valeur de 14,12 milliards de RS avec quatre grandes banques saoudiennes: la banque Saudi Fransi, la Riyad Bank, la Saudi British Bank et la Saudi National Bank. Il s’agit de la toute première facilité de crédit pour le financement vert libellée en riyals.

Les finances saines sont le fruit d’une bonne gouvernance. L’année dernière, The Red Sea Development Company (TRSDC), le promoteur du projet, a publié un guide des meilleures pratiques de gouvernance à l’intention d’autres organisations saoudiennes, afin qu’elles puissent les mettre en œuvre et en tirer parti. Cela prouve que le bien de la communauté des affaires du Royaume passe toujours en premier.

Ces cinq dernières années, TRSP est également devenu le premier propriétaire d’actifs au monde à obtenir le prestigieux BIM Project Kitemark pour la réalisation numérique de ses projets et l’adoption de bâti immobilier modélisé. En outre, il est devenu l’un des premiers projets au Moyen-Orient à obtenir l’accréditation pour d’excellents systèmes de gestion de la qualité avec l’obtention de la norme ISO 9001:2015. Il a été également premier au niveau régional à se voir attribuer la première étape de la certification LEED platine pour les plans et les conceptions de la destination.

Enfin, le projet a permis de réaliser la toute première fouille sous-marine du Royaume, en explorant une épave du XVIIIe siècle. Ce navire marchand est l’épave en bois la plus intacte et la mieux préservée de la mer Rouge. Les preuves géologiques et paléontologiques de millions d’années d’activité dans la zone de TRSP au-dessus de l’eau sont également révélatrices, promettant des attractions éducatives pour les futurs visiteurs et les Saoudiens désireux de comprendre leur passé.

Revenant sur les cinq dernières années, le directeur administratif du groupe TRSDC, Ahmad Darwish, s’est réjoui des accomplissements réalisés. «Dès le premier jour, nous avons entrepris d’ouvrir la voie à un tourisme différent, bon pour la planète et pour le Royaume», a-t-il affirmé. «Des avancées comme celles-ci nous donnent l’occasion de réfléchir à nos réalisations et, lorsqu’elles sont considérées ensemble, elles m’étonnent moi-même. Cependant, nous nous concentrons sur l’avenir et accueillerons nos premiers clients au début de l’année prochaine. Ensemble, nous continuerons à montrer la voie comme pionniers du tourisme régénérateur.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: une actrice arrêtée en lien avec les enquêtes visant le gouverneur de la Banque centrale

Sur cette photo d'archive prise le 30 octobre 2020, l'actrice libanaise Stephanie Saliba est présente à la cérémonie de clôture de la 4e édition du Festival du film de Gouna, dans la station balnéaire égyptienne d'el-Gouna sur la mer Rouge. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 30 octobre 2020, l'actrice libanaise Stephanie Saliba est présente à la cérémonie de clôture de la 4e édition du Festival du film de Gouna, dans la station balnéaire égyptienne d'el-Gouna sur la mer Rouge. (AFP)
Short Url
  • L'actrice, âgée de 35 ans, a été arrêtée après avoir refusé de comparaître à plusieurs reprises
  • Selon les médias libanais, elle est proche de M. Salamé et aurait accepté des cadeaux somptueux de sa part

BEYROUTH: Une actrice libanaise, Stéphanie Saliba, a été arrêtée vendredi en lien avec les enquêtes visant le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, pour enrichissement illicite, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

M. Salamé, 72 ans, est la cible d'une série d'enquêtes judiciaires aussi bien au Liban qu'à l'étranger, liées à des soupçons d'"enrichissement illicite". Il a nié ces accusations, tout en refusant de se présenter devant la justice.

L'actrice, âgée de 35 ans, a été arrêtée après avoir refusé de comparaître à plusieurs reprises. Selon les médias libanais, elle est proche de M. Salamé et aurait accepté des cadeaux somptueux de sa part. Son agente artistique, interrogée par l'AFP, s'est refusée à tout commentaire.

"Stéphanie Saliba a été arrêtée pour les besoins de l'enquête, sur ordre du procureur financier qui l'a interrogée sur des soupçons de blanchiment d'argent et d'enrichissement illicite", a indiqué la source judiciaire à l'AFP.

L'actrice était arrivée mercredi soir à Beyrouth, venant d'Arabie saoudite où elle avait participé au Festival de cinéma de Jeddah.

Au début de l'effondrement financier au Liban à l'automne 2019, elle avait publié sur les réseaux sociaux des images faisant la promotion de la livre libanaise.

Arrivé à la tête de la banque centrale libanaise en 1993, Riad Salamé, comme une grande partie de la classe politique, est accusé par beaucoup de Libanais de corruption et d'être responsable de la crise économique et financière sans précédent que connaît le pays depuis fin 2019.

Parmi les nombreuses procédures visant cet ancien banquier d'affaires à travers le monde, une a été ouverte au Liban concernant son patrimoine, après une demande d'aide de la Suisse qui mène sa propre enquête.

Fin mars, la France, l'Allemagne et le Luxembourg avaient annoncé geler 120 millions d'euros d'avoirs libanais à la suite d'une enquête pour blanchiment d'argent, un mouvement visant M. Salamé et quatre de ses proches.

Une femme proche du gouverneur de la banque centrale, Anna K., une Ukrainienne âgée de 46 ans, a en outre été mise en examen le 14 juin dans l'enquête menée à Paris sur le patrimoine potentiellement frauduleux acquis par celui-ci en France.

Cette procédure judiciaire a pour point de départ des plaintes déposées en avril 2021 à Paris par des ONG et le "Collectif des victimes des pratiques frauduleuses et criminelles au Liban" (CPVCL), constitué d'épargnants spoliés dans la crise.

Malgré les nombreuses plaintes, convocations, enquêtes et une interdiction de voyager émise à son encontre en janvier, M. Salamé est toujours à son poste.


L'Arabie saoudite accueillera la prochaine réunion de la coalition anti-Daesh en 2023

Une photo du drapeau national saoudien à Riyad. (Archive/AFP)
Une photo du drapeau national saoudien à Riyad. (Archive/AFP)
Short Url
  • La coalition internationale a salué l'annonce du Royaume d'accueillir la réunion ministérielle l'année prochaine
  • Le Royaume a fait cette annonce lors de sa participation à la réunion des directeurs politiques de la coalition, qui s'est tenue à La Haye mercredi

RIYAD: L'Arabie saoudite a annoncé qu'elle accueillera la prochaine réunion ministérielle de la Coalition internationale pour vaincre Daesh en 2023, a rapporté jeudi l'Agence de presse saoudienne.
Le Royaume a fait cette annonce lors de sa participation à la réunion des directeurs politiques de la coalition, qui s'est tenue à La Haye mercredi.
«L'annonce du Royaume consacre son rôle actif en tant que partenaire stratégique de la coalition internationale, s'inscrit dans le cadre de ses efforts internationaux pour combattre les entités terroristes sous toutes leurs formes et manifestations, et de son rôle dans le soutien de la coopération internationale pour combattre ces entités», indique le communiqué de l'APS.
La coalition a salué l'annonce du Royaume d'accueillir la réunion ministérielle l'année prochaine.
Pendant ce temps, les délégués à la réunion ont discuté des efforts internationaux conjoints pour combattre Daesh en Irak, en Syrie et dans d'autres régions, pour mettre un frein à l'organisation terroriste, empêcher son expansion dans le monde, et continuer à se coordonner pour les éliminer complètement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial - Maroc: En-Nesyri, le sens du sacrifice

L'attaquant marocain #19 Youssef En-Nesyri célèbre après avoir marqué le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Canada et le Maroc au stade Al-Thumama de Doha le 1er décembre 2022. (AFP)
L'attaquant marocain #19 Youssef En-Nesyri célèbre après avoir marqué le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe F de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Canada et le Maroc au stade Al-Thumama de Doha le 1er décembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Walid Regragui aussi adore le profil de son avant-centre. «Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur», estime le sélectionneur
  • «Le sens du sacrifice il l'avait déjà très jeune, on n'a pas eu beaucoup de travail dans ce domaine», raconte le formateur de Youssef En-Nesyri

DOHA: Ses entraîneurs louent le don de soi de Youssef En-Nesyri, avant-centre et premier défenseur du Maroc, prêt à cavaler aussi contre le Portugal, samedi (16h00), pour atteindre les demi-finales d'une Coupe du monde.

"Le sens du sacrifice il l'avait déjà très jeune, on n'a pas eu beaucoup de travail dans ce domaine", raconte à l'AFP Nasser Larguet, formateur de Youssef En-Nesyri.

Contre le Portugal, "il va aussi défendre", assure l'ancien technicien de l'Olympique de Marseille. "Il est très utile pour aller au tampon avec les défenseurs, pour créer des brèches pour Hakim Zyech ou Sofiane Boufal et les milieux qui viennent de derrière".

Au Mondial-2022, "je le reconnais dans les efforts qu'il fait, l'abnégation", poursuit Larguet, ancien Directeur technique national du Maroc et aujourd'hui DTN de l'Arabie saoudite.

En-Nesyri est "un garçon que j'ai découvert la première fois dans le sport scolaire, à Fez. Il avait 11 ans, il m'avait impressionné à la fois pour sa vitesse et sa puissance. Nous les joueurs marocains nous sommes plutôt endurants, nous courons beaucoup mais ne proposons pas de changements de rythme comme il sait le faire" poursuit le technicien, qui a relancé la formation marocaine à l'Académie Mohamed VI, dont En-Nesyri est membre de la première promotion.

«Il court partout»

La "deuxième caractéristique" du buteur du Séville FC, "c'est une frappe de balle incroyable, déjà à 11 ans, et un jeu de tête qui n'est pas non plus une habitude au Maroc, on pratique plus le jeu court dans les quartiers", poursuit Larguet.

Walid Regragui aussi adore le profil de son avant-centre. "Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur", estime le sélectionneur. "C'est un talent, qui fait ce que je lui demande, il court partout et il pense toujours à l'équipe. C'est pour ça qu'il a gardé sa place de titulaire, pas seulement avec moi mais avec les précédents sélectionneurs".

Et il marque aussi. Contre le Canada (2-1), le Sévillan a signé un but, devenant le premier marocain buteur lors de deux Coupes du monde.

"Il a marqué du pied droit", note Larguet, "il m'a étonné, d'ordinaire il aurait fait un crochet pour se mettre sur le gauche, or il a instantanément tiré du pied droit."

"Je suis fier d'avoir marqué dans deux Coupes du monde, je dédie cet exploit à ma famille et à tous ceux qui m'ont soutenu", a raconté le joueur, qui a souvent pris la foudre et a moins joué cette saison à Séville, 15 matches en tout (deux buts) dont six titularisations seulement.

«On m'a beaucoup critiqué»

"On m'a beaucoup critiqué, on a douté de mes qualités, mais grâce à Dieu j'ai réussi à prouver aux gens qu'ils avaient tort et que je mérite de défendre les couleurs de l'équipe nationale", a lancé En-Nesyri.

"La confiance de l'entraîneur m'a beaucoup aidé, et je ne l'ai pas déçu", a-t-il ajouté.

"Je travaille toujours dur pour que l'équipe gagne, que je marque ou non", confiait-il à Marca en janvier 2021. "Mon travail va bien au-delà du but. A Séville, il faut courir et presser sans cesse, tu as à peine le temps de respirer."

Dans son style, l'Andalou était déjà à l'origine du premier but contre les "Canucks", Zyech a profité de son pressing sur le gardien de but. La récompense de ses efforts.

"Au départ, c'était un garçon très soliste", rembobine pourtant Larguet. "Il jouait beaucoup pour lui. Ce n'était pas pour me déplaire pour un attaquant, il était opportuniste devant le but, il frappait dans toutes les positions, on a gardé ses caractéristiques, en lui apprenant à jouer plus collectif."

En-Nesyri "est très généreux, des fois ça lui joue des tours devant le but, il perd un peu d'efficacité tellement il a donné dans la phase défensive et la phase de construction, mais il rend énormément de services. Je suis heureux de le voir le prouver au plus haut niveau."