4 août, justice sera rendue !

Des militants et des proches des victimes de l'explosion du port de Beyrouth défilent le jour anniversaire de l'explosion (Photo, AFP).
Des militants et des proches des victimes de l'explosion du port de Beyrouth défilent le jour anniversaire de l'explosion (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 05 août 2022

4 août, justice sera rendue !

  • Pas un seul fonctionnaire n'a demandé pardon ou présenté ses excuses au peuple
  • Selon le juge Bitar «la justice, dans de tels cas, ne peut être rendue que par la condamnation des hauts responsables politiques et de la sécurités»

Il y a deux ans, jour pour jour, le 4 août 2020, une explosion massive a détruit le port de Beyrouth, et soufflé sur la capitale en laissant sur son sillage un champ de désolation et de larmes. Pas un seul fonctionnaire n'a demandé pardon ou présenté ses excuses au peuple. Personne n'a été tenu responsable; ils sont tous encore assis, appuyés sur le petit état et ses armes. Les citoyens libanais se souviennent qu'ils ont été livrés à eux-mêmes lors de cette sombre soirée.

Les victimes qui avaient été emportées autour du port, dans les rues, sur la route et dans leurs maisons, les blessés saignant au milieu des ruines... Beyrouth méconnaissable... Cependant, sous les décombres et les cendres ont émergé des jeunes hommes et femmes. S'acheminant de toutes les régions du pays, ils sont venus soigner les blessures de la capitale et de ses habitants.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Stress hydrique et crise des ressources en eau: Faut-il décréter l’état d’urgence ?

Stress hydrique et crise des ressources en eau en Tunisie (Photo, La Presse).
Stress hydrique et crise des ressources en eau en Tunisie (Photo, La Presse).
Short Url
  • Les problèmes liés à la gestion de l’eau sont accentués aujourd’hui par la situation chronique de stress hydrique
  • Moins d’un septième des ressources hydriques reçues annuellement dans notre pays sont mobilisées et exploitées

Experte en eau et membre du Conseil scientifique de l’ingénieur auprès de l’Ordre des Ingénieurs tunisiens (OIT), Dr Raoudha Gafrej a présenté récemment, lors d’un évènement organisé à l’OIT, les principaux résultats d’une note politique élaborée par l’Ordre des ingénieurs tunisiens sur le stress hydrique et la crise des ressources en eau qui a été remise à la Présidence de la république, à la Présidence du gouvernement et au ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.

Moins d’un septième des ressources hydriques reçues annuellement (la moyenne s’élève à 36 milliards de m3 d’eau) dans notre pays sont mobilisées et exploitées à des fins agricoles et pour les besoins de la consommation d’eau potable soit près de 5 milliards de m3 alors que plus de la moitié s’évapore ou s’écoule vers les zones humides et la mer. Les problèmes liés à la gestion de l’eau, malgré les progrès qui ont été réalisés depuis l’indépendance pour instaurer une gouvernance efficace de l’eau et faciliter l’accès aux ressources en eau aux agriculteurs et aux habitants, sont accentués aujourd’hui par la situation chronique de stress hydrique.

Lire l’article

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Faire entendre la voix de l'Afrique à l'ONU

L’Algérie abrite, depuis hier et jusqu’au 9 décembre à Oran, la 9e «Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique» (Photo, El Watan).
L’Algérie abrite, depuis hier et jusqu’au 9 décembre à Oran, la 9e «Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique» (Photo, El Watan).
Short Url
  • Pour la seconde année consécutive, Alger accueille a 9e «Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique»
  • Cette rencontre multilatérale – qui regroupe des représentants des organes de l’Onu revêt un caractère particulier au regard du contexte géopolitique

L’Algérie abrite, depuis hier et jusqu’au 9 décembre à Oran, la 9e «Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique».  Pour la seconde année consécutive, Alger offre son hospitalité, après la 8e édition, qui s’était tenue l’an dernier, toujours dans la capitale de l’Ouest du pays, autour de la même thématique : «Soutien aux nouveaux membres africains au Conseil de sécurité des Nations unies dans le traitement des questions de la paix et de sécurité dans le continent africain».

Cette rencontre multilatérale – qui regroupe des représentants des organes de l’Onu et de l’Union africaine, en rapport avec les questions stratégiques de la prévention et de la gestion des conflits, de la paix et de la sécurité en Afrique et plus largement, dans le monde, dans le cadre global de la sécurité collective – revêt un caractère particulier, cette année, au regard du contexte géopolitique que traversent les relations internationales. 

Lire l’article

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Le Salon Livre Jeunesse, un trait d’union entre les enfants et la lecture

Amina Alami Masnaoui, l'initiatrice du Salon Livre Jeunesse (Photo, Le Matin).
Amina Alami Masnaoui, l'initiatrice du Salon Livre Jeunesse (Photo, Le Matin).
Short Url
  • La deuxième édition du «Salon du Livre Jeunesse» au Maroc se tient à Casablanca du 8 au 10 décembre
  • Il est important que les enfants puissent voir leurs parents en train de lire pour qu'ils s'intéressent aux livres à la maison

Organisée par la Librairie Porte d’Anfa (LPA) en partenariat avec le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports ainsi que Book Club «Le Matin», la deuxième édition du «Salon du Livre Jeunesse» au Maroc se tiendra à Casablanca du 8 au 10 décembre, puis à Agadir les 12 et 13 décembre 2022. Une nouvelle édition parrainée par Tahar Ben Jelloun et à laquelle prendront part 24 écrivains marocains et étrangers. «Le Matin» s’est entretenu avec Amina Alami Masnaoui, l'initiatrice du salon.

Le Matin : Quelles sont les ambitions du «Salon Livre Jeunesse» ?
Amina Alami Masnaoui : Rapprocher le lecteur du livre à travers le contact avec l'auteur qui a écrit le livre. Cette nouvelle édition rassemblera 24 auteurs et illustrateurs du Maroc et de France. Les enfants ne pourront qu'y trouver leur bonheur et ce qu'ils aiment lire. Parmi les auteurs conviés, certains sont prescrits par l'éducation nationale française dans les programmes. Ces auteurs sont déjà connus par les élèves de certaines écoles françaises de Casablanca.

Lire l’article

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.