La Russie et les États-Unis ont besoin de faire une pause sur les armes nucléaires

Marshall Billingslea, envoyé spécial du président américain pour le contrôle des armes lors des négociations USA-Russie à Vienne, le 22 juin 2020 (Photo, AFP)
Marshall Billingslea, envoyé spécial du président américain pour le contrôle des armes lors des négociations USA-Russie à Vienne, le 22 juin 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 01 novembre 2020

La Russie et les États-Unis ont besoin de faire une pause sur les armes nucléaires

  • Dans le cadre de l'accord historique entre les États-Unis et la Russie qui expire dans quelques mois, le sujet à nouveau un caractère d'urgence
  • Je pouvais voir à la fois l'incroyable puissance destructrice de ces armes nucléaires tactiques

Je ne me suis jamais assis pour négocier un accord sur les armes nucléaires, mais j'ai passé une grande partie de ma carrière militaire à agir en fonction des décisions prises sur ces tables. Et dans le cadre de l'accord historique entre les États-Unis et la Russie qui expire dans quelques mois, le sujet à nouveau un caractère d'urgence. 
Au plus fort dela guerre froide, mon premier travail dans la marine comprenait la gestion des roquettes anti-sous-marines à pointe nucléaire à bord d'un destroyer américain qui se trouvait dans l'océan Pacifique. Je pouvais voir à la fois l'incroyable puissance destructrice de ces armes nucléaires tactiques, qui étaient sous le contrôle direct d'un capitaine dans la fin  de la trentaine, et l'effet déstabilisateur que de tels systèmes pouvaient avoir.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Un long et coûteux voyage palestinien se termine là où Ahmad Gibril a commencé

En 2014, Abbas a envoyé un télégramme au président syrien qui a acquis une notoriété à l'époque. (Photo, AFP)
En 2014, Abbas a envoyé un télégramme au président syrien qui a acquis une notoriété à l'époque. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président syrien Bachar al-Assad pourrait, à tout moment, commencer à libérer la Palestine
  • C'est l'impression que donne le consensus actuel entre Palestiniens, modérés et radicaux, islamistes et laïcs, de gauche et de droite

Le président syrien Bachar al-Assad pourrait, à tout moment, commencer à libérer la Palestine. C'est l'impression que donne le consensus actuel entre Palestiniens, modérés et radicaux, islamistes et laïcs, de gauche et de droite. Ils sont tous d'accord sur Assad et sa contribution inestimable à « la cause » et la nécessité de se rapprocher ou d'intégrer le régime Assad.

Ce long voyage semé de sang, de sacrifices, de débats et de défections, qui s'est terminé au point où Ahmed Jibril avait commencé, n'aurait jamais dû être entrepris.

Le secrétaire général du Comité central du Fatah, Jibril Rajoub, s'est récemment rendu à Damas, annonçant que le président palestinien Mahmoud Abbas se rendra également dans la capitale syrienne.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


«Tunisie. L’inhérence d’une errance»

Si l’on remonte dans le passé, le grand-père de Michel Giliberti était le fils d’un pêcheur de corail sur l’île de Lampedusa avant de s’installer en Tunisie. (Photo, La Presse)
Si l’on remonte dans le passé, le grand-père de Michel Giliberti était le fils d’un pêcheur de corail sur l’île de Lampedusa avant de s’installer en Tunisie. (Photo, La Presse)
Short Url
  • Il faut admettre que depuis l’aube des temps, le rêve nous construit, le rêve nous élève
  • Lui seul fait palpiter le cœur des hommes et si ces derniers n’avaient pas su conter leurs aspirations, leurs peurs, leurs prophéties, s’ils ne les avaient pas sublimées, nous n’aurions jamais survécu

Michel Giliberti, petit-fils de Siciliens, est né en Tunisie à Menzel Bourguiba. Son père, français d’origine italienne, et lui-même, né en Tunisie, s’occupait du cinéma l’Olympia de Menzel Bourguiba tout en gardant son travail à l’Arsenal. Sa mère, née en Corse, était femme au foyer. Si l’on remonte dans le passé, le grand-père de Michel Giliberti était le fils d’un pêcheur de corail sur l’île de Lampedusa avant de s’installer en Tunisie.

Aujourd’hui, Michel nous parle de son parcours et de son nouvel ouvrage «Tunisie, l’inhérance d’une errance » paru aux éditions Jacques Flament.

«Pour avoir parcouru bien des ouvrages photographiques sur la Tunisie, j’avoue que j’ai souvent regretté de les voir se limiter à la fidèle restitution de lieux et de leurs noms.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Plus de 3,1 milliards d’euros de la BERD au Maroc en dix ans

La majorité des fonds accordés (75 millions d’euros) s’inscrivent dans le cadre de la facilité de financement de l'économie verte. (Photo, Le Matin)
La majorité des fonds accordés (75 millions d’euros) s’inscrivent dans le cadre de la facilité de financement de l'économie verte. (Photo, Le Matin)
Short Url
  • En dix ans, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) est devenue un bailleur de fonds majeur pour le Maroc
  • La BERD soutient notamment les entreprises et les ménages, dans le cadre de plusieurs programmes

Depuis le démarrage de ses activités dans le pays en septembre 2012 et jusqu'à fin 2021, les investissements cumulés de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) au Maroc ont atteint plus de 3,1 milliards d’euros. Ce montant, destiné à financer 78 projets, représente plus de 20% dans les financements totaux accordés par la BERD dans la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région SEMED) où la banque européenne opère dans 6 pays arabes.

En dix ans, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) est devenue un bailleur de fonds majeur pour le Maroc.

Depuis le démarrage de ses activités dans le pays en septembre 2012 et jusqu'à fin 2021, les investissements cumulés de la BERD au Maroc ont dépassé 3,1 milliards d’euros.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.