Libye: début du procès des djihadistes présumés de l'EI à Syrte

Des juges président le procès de membres présumés du groupe État islamique (EI) au siège du département des enquêtes criminelles de la ville de Misrata, dans le nord-ouest de la Libye, à 200 km à l'est de la capitale, le 8 août 2022. (AFP)
Des juges président le procès de membres présumés du groupe État islamique (EI) au siège du département des enquêtes criminelles de la ville de Misrata, dans le nord-ouest de la Libye, à 200 km à l'est de la capitale, le 8 août 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 08 août 2022

Libye: début du procès des djihadistes présumés de l'EI à Syrte

  • Selon des sources judiciaires, 56 djihadistes présumés, sur un total de 320 qui seront jugés, ont comparu pour la première fois dans un tribunal de Misrata
  • De nationalités syrienne, tunisienne, soudanaise ou libyenne, les accusés avaient été arrêtés et placés en détention en décembre 2016, après la reprise de Syrte

MISRATA: Le procès en Libye d'une cinquantaine de djihadistes présumés de l'organisation Etat islamique (EI), qui avait fait de la ville de Syrte son bastion en 2015-2016, s'est ouvert lundi à Misrata, avant d'être ajourné au 25 septembre.

Selon des sources judiciaires, 56 jihadistes présumés, sur un total de 320 qui seront jugés, ont comparu pour la première fois dans un tribunal de Misrata, ville située dans l'ouest du pays à quelque 200 kilomètres de la capitale Tripoli.

Placés dans le box des accusés, vêtus d'uniformes bleus, ils sont apparus dans une salle bondée, où étaient présents des dizaines de proches des forces loyales à l'ancien Gouvernement d'union nationale (GNU), ayant perdu la vie en combattant l'EI à Syrte (nord).

De nationalités syrienne, tunisienne, soudanaise ou libyenne, les accusés avaient été arrêtés et placés en détention en décembre 2016, après la reprise de Syrte, ville côtière située à 450 km à l'est de Tripoli, des mains de l'EI.

L'audience a été ajournée au 25 septembre.

"Deux chefs d’accusation pèsent" sur eux, a déclaré à l'AFP à l'issue de l'audience l'avocat Lotfi Mohaychem, qui représente des familles de combattants anti-EI.

"Le premier est l'appartenance à une organisation terroriste (...), le deuxième est le meurtre, en l'occurrence de combattants de l'opération al-Bunyan al-Marsous", nom de l'opération menée par les forces régulières contre l'EI, selon l'avocat.

L'EI s'était emparé de Syrte en juin 2015 en profitant de l'absence de l'Etat en Libye, plongée dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 après une révolte populaire.

Les djihadistes de l'organisation radicale avaient défendu la ville avec acharnement pendant des mois, en utilisant des tactiques de guérilla urbaine, boucliers humains et des mines antipersonnel.

Dans leur contre-offensive, les forces locales avaient bénéficié du soutien de l'armée américaine qui avait mobilisé drones, navires de combat et avions de chasse jusqu'à la reprise de la ville.


Deux Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée

Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, a indiqué le ministère
  • Le ministère a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre «citoyen» dans un village près de Ramallah, sans l'identifier

RAMALLAH: Deux Palestiniens dont un adolescent ont été tués vendredi par des tirs des forces israéliennes dans des incidents différents en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère palestinien de la Santé.

Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère.

Dans un autre communiqué, cette source a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre "citoyen" dans un village près de Ramallah, sans l'identifier dans l'immédiat.

Près de Qalqilyah, "des soldats israéliens ont repéré un suspect qui lançait des cocktails Molotov en leur direction", a indiqué de son côté l'armée israélienne.

"Les soldats ont riposté en ouvrant le feu", a-t-elle ajouté, précisant avoir "identifié" une personne touchée, sans plus de précision.

Sollicitée par l'AFP, elle n'a pas commenté dans l'immédiat les informations concernant le second incident près de Ramallah.

Les vendredis, jour de repos hebdomadaire, de nombreux rassemblements ont lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu, pour protester contre l'expansion des colonies israéliennes, jugées illégales par le droit international. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de heurts avec l'armée israélienne.

Celle-ci a en outre multiplié les opérations à travers la Cisjordanie dans la foulée d'une vague d'attaques anti-israéliennes ayant fait 20 morts depuis la mi-mars.

Mercredi, un Palestinien avait été tué lors d'une opération militaire dans le nord de la Cisjordanie occupée, région en proie à de vives tensions et où se concentrent les raids israéliens.

Ces opérations israéliennes, émaillées d'affrontements avec la population, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien, parmi lesquels des membres de groupes armés mais aussi des civils dont la journaliste américano-palestinienne d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, qui couvrait en mai un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.


Mort de Mahsa Amini: un rapport médical iranien dédouane la police des mœurs

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Short Url
  • Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran, Mahsa Amini est décédée trois jours plus tard à l'hôpital
  • Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde

PARIS: Les autorités iraniennes ont affirmé vendredi que la mort de Mahsa Amini n'avait pas été causée par des "coups" mais par les séquelles d'une maladie, trois semaines après le début des manifestations déclenchées par le décès de la jeune femme pendant sa détention.

Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran, Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête.

Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Les manifestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ont été réprimées dans le sang. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, alors qu'un bilan officiel fait état d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

"La mort de Mahsa Amini n'a pas été causée par des coups portés à la tête et aux organes vitaux" mais est liée à "une intervention chirurgicale pour une tumeur cérébrale à l'âge de huit ans", selon un rapport de l'Organisation médico-légale iranienne, alors que son père Amjad Amini avait indiqué que sa fille était "en parfaite santé".

"Le 13 septembre, (Mahsa Amini) a soudainement perdu connaissance et s'est effondrée (...). Elle a souffert d'un trouble du rythme cardiaque et d'une chute de tension", a ajouté le rapport publié par la télévision d'Etat.

"Malgré son transfert à l'hôpital et les efforts du personnel médical, elle est décédée le 16 septembre des suites d'une défaillance d'organes multiples causée par une hypoxie cérébrale", selon la même source.


Irak: un mort et des blessés dans l'explosion d'une bombe à Erbil

Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Short Url
  • Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur et blessant deux femmes et deux enfants, selon le communiqué

ERBIL: Une bombe dissimulée dans une voiture à Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, a tué vendredi le conducteur et blessé quatre passagers, deux femmes et deux enfants, selon un communiqué des services antiterroristes de la région autonome dans le nord du pays.

"Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur (...) et blessant deux femmes et deux enfants", selon le communiqué, sans identifier les victimes ni préciser les motivations de cette attaque.