Une artiste saoudienne transforme sa passion pour l’agriculture en création artistique

Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)
Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)
Short Url
Publié le Mardi 09 août 2022

Une artiste saoudienne transforme sa passion pour l’agriculture en création artistique

  • Al-Obaid fabrique ces sacs à plantes peints à la main en cousant les sacs en fonction de la taille du pot, puis elle sélectionne un dessin à appliquer sur le tissu, généralement fleuri
  • Durant la pandémie de la Covid-19, Al-Obaid a eu le temps de mettre en pratique des styles de peinture inspirés de l'art coréen et japonais

DJEDDAH: Hadeel Al-Obaid, une artiste saoudienne de la province de l'Est, ayant plus de vingt ans d'expérience dans l'agriculture, s’est lancée dans l’inconnu lorsqu'elle a transformé le passe-temps de son enfance en une idée commerciale unique.

Proposant des cache-pots en tissu peints à la main, Al-Obaid a été assez créative pour mélanger art, agriculture et cadeaux.

Elle a confié à Arab News: «J'ai hérité de l'amour de l'agriculture de mon père qui nous a quittés – il m'a appris un tas de techniques de jardinage depuis que j’avais 13 ans. Au début, je partageais sur les réseaux sociaux des astuces pour prendre soin des plantes, ainsi que quelques-unes de mes peintures.»

image 4
Al-Obaid propose à travers son projet une fusion de l'art et de l'agriculture. (Photo/Hadeel Al-Obaid)

Al-Obaid a acquis une connaissance approfondie des plantes. «J'ai une bonne relation avec mes plantes, et je veux que tout le monde profite de mon expérience. Je suis heureuse que mon entreprise reliée à l'art soit également reliée à l'agriculture», a-t-elle affirmé.

Durant la pandémie de la Covid-19, Al-Obaid a eu le temps de mettre en pratique des styles de peinture inspirés de l'art coréen et japonais, ainsi que de son jardin intérieur et de ses fleurs. C'est à ce moment-là qu’a germé l'idée de son projet, «Lavander touches» («touches de lavande»).

 

FAITS MARQUANTS

  • Proposant des sacs à plantes peints à la main, Hadeel Al-Obaid a été assez créative pour mélanger art, agriculture et cadeaux.
  • Al-Obaid précise que l'objectif principal de son projet, en plus du fait de proposer une fusion entre la peinture et les plantes, est de changer le concept de cadeau de bouquets de fleurs.

 

«En tant qu'artiste autodidacte, j'ai commencé au début par peindre sur des sets de table, des nappes de table et des sous-verres, ce que beaucoup de personnes appréciaient. Puis, du fait du nombre de plantes d'intérieur et d'extérieur qui m'entourent, j'ai pensé ajouter une touche artistique à ces pots en les recouvrant de sacs en tissu peints à la main pour leur donner plus de vie.

Al-Obaid fabrique ces sacs à plantes peints à la main en cousant les sacs en fonction de la taille du pot, puis elle sélectionne un dessin à appliquer sur le tissu, généralement fleuri. Ensuite, elle peint ses dessins sur le sac, et enfin, elle y ajoute une phrase en arabe ou une citation.

«Je ne dessine que des fleurs sur les sacs en toile après les avoir cousus, dont la plupart sont inspirées des plantes de mon jardin, telles que le lys de la paix, la tulipe, l'hortensia français, le zinnia, le jasmin d'Arabie, la lavande et la pensée», indique-t-elle. 

Le nom de son projet, «Lavander», est également inspiré de sa couleur et de sa fleur préférées.

Al-Obaid a affirmé que l'objectif principal de son projet, en plus du fait de proposer une fusion entre la peinture et les plantes, est de changer le concept de cadeau de bouquets de fleurs.

«Je pense que l'idée d'offrir un bouquet de fleurs à quelqu’un et à différentes occasions continue de plaire, et comme elle est devenue très courante,  il lui manque l'élément de surprise. Ainsi, si le bouquet est remplacée par une plante bien décorée de n'importe quel type, le cadeau en sera plus valorisé», explique-t-elle.

Al-Obaid propose également des sacs à plantes sur mesure avec une sélection de couleurs, de formes, de genres de fleurs peintes, de noms anglais ou arabes, ou des phrases adaptées à différentes occasions, ainsi que différents types de plantes et de fleurs d'intérieur.

«Chaque peinture nécessite entre une heure et trois heures de travail, selon le type de fleur», souligne-t-elle.

Les sacs à plantes en tissu ont également des couleurs résistantes à l'eau, d'une texture veloutée, pour maintenir la beauté des peintures lorsque la plante est arrosée. On peut les retrouver sur Instagram @lavender_touches.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


« Nos frangins», l'hommage à Oussekine tué en France par la police, bientôt aux Oscars

L'actrice algéro-française Lyna Khoudri, le réalisateur Rachid Bouchareb et l'acteur français Reda Kateb posent lors d'un photocall pour le film "Nos Frangins" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 24 mai 2022. (Photo, AFP)
L'actrice algéro-française Lyna Khoudri, le réalisateur Rachid Bouchareb et l'acteur français Reda Kateb posent lors d'un photocall pour le film "Nos Frangins" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 24 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le film, qui sortira le 7 décembre dans les salles françaises, représentera l'Algérie aux Oscars
  • Il avait été présenté, en avant-première et hors compétition, en mai au Festival de Cannes où il avait été chaleureusement accueilli

PARIS: Trente-six ans après les faits, un film pour aborder la brutalité policière sur les jeunes d'origine maghrébine en France, dans les années 80: avec "Nos frangins", Rachid Bouchareb raconte la mort de Malik Oussekine et d'un autre jeune, tués par des policiers à Paris en 1986.

Le film, qui sortira le 7 décembre dans les salles françaises, représentera l'Algérie aux Oscars. Il avait été présenté, en avant-première et hors compétition, en mai au Festival de Cannes où il avait été chaleureusement accueilli.

En mettant en parallèle la mort de Malik Oussekine, jeune étudiant français d'origine algérienne, avec celle, le même soir, d'Abdel Benyahia, lui aussi Français d'origine maghrébine, Rachid Bouchareb affirme qu'ils font partie de la même histoire.

Un film que le réalisateur d'"Indigènes" avait "envie de faire depuis longtemps". "Là, c'est l'horloge personnelle qui s'est déclenchée. Il était temps", a-t-il confié à l'AFP lors d'un entretien réalisé en marge du Festival de Cannes.

Première adaptation cinématographique de ces drames qui ont marqué une génération - celle des étudiants opposés au projet de loi visant à réformer les universités françaises présenté en 1986 et dit projet de loi Devaquet - le film sort quelques mois après la série "Oussekine" sur Disney+.

"Il y a des sujets de mémoire qui sont difficiles et il faut attendre que la France soit complètement prête à en parler", poursuit le réalisateur.

"On parle beaucoup de droitisation de la France (...) mais un film comme celui-là n'aurait pas pu se produire il y a quelques années. Qu'on puisse le faire aujourd'hui, c'est une vraie note d'espoir", complète auprès de l'AFP l'acteur Reda Kateb, qui campe le rôle de Mohamed, frère de Malik.

Si les familles n'ont pas participé au film, celui-ci s'est fait avec leur assentiment. "On n'a pas voulu bousculer ou réveiller leur blessure. On s'est tenu à notre place", poursuit l'acteur de "Hors normes".

"C'est un film qui a été fait sans colère et avec beaucoup d'amour", explique à l'AFP l'actrice Lyna Khoudri qui incarne Sarah, la soeur de Malik.

Déclencher «un mouvement»

Avec une écriture au couteau, un récit resserré, le film prend ses distances avec la série Disney+, plus dense, qui abordait notamment le thème de la colonisation.

Le film de Rachid Bouchareb lui se concentre sur les destins de Malik et Abdel. Tous deux sont morts le même soir. Le premier à Paris, l'autre à Pantin, en proche banlieue parisienne. Tous deux ont été tués par des policiers.

Dans le cas d'Abdel Benyahia, jeune animateur de rue, d'une balle dans la poitrine par un inspecteur de police ivre alors qu'il tentait de s'interposer pour éviter une bagarre devant un café.

Son histoire n'a pas été immédiatement médiatisée, de peur que sa mort, s'ajoutant à celle de Malik Oussekine, ne provoque davantage de manifestations dans un pays déjà marqué par de vives protestations étudiantes.

D'une grande justesse, Samir Guesmi, qui incarne le rôle du père d'Abdel Benyahia, transmet la solitude de cet homme, ouvrier et seul, et celle d'Oussekine, portée par son frère aîné Mohamed qui prend en charge les démarches judiciaires et reçoit le soutien du président de la République française de l'époque, François Mitterrand (socialiste).

"Incarner ce père qui a longtemps manqué dans le paysage du cinéma français et qui a maintenant sa place, c'est formidable", raconte Samir Guesmi qui incarnait déjà un père dans son premier film comme réalisateur, "Ibrahim" (2020).

Trente-six ans après les faits, qu'espérer du film? "A chaque fois, les films déclenchent tout un mouvement (...) on met en route une locomotive et le cinéma est une locomotive", estime Rachid Bouchared.

En 2006, "Indigènes", qui avait valu un prix d'interprétation collectif à ses interprètes, avait changé la vie des anciens combattants étrangers en permettant la revalorisation de leurs pensions.


Le vaisseau Orion placé en orbite lunaire

Un vaisseau spatial Orion de la Nasa, en route vers la lune (Photo, AFP/Nasa).
Un vaisseau spatial Orion de la Nasa, en route vers la lune (Photo, AFP/Nasa).
Short Url
  • Cette nouvelle capsule voyage ainsi actuellement à plus de 64 000 kilomètres de la Lune
  • À cette distance, il lui faudra pas moins de six jours pour parcourir une demi-orbite lunaire, avant d'entamer le chemin retour vers la Terre

WASHINGTON: Le vaisseau Orion de la Nasa s'est placé en orbite lunaire distante vendredi, au dixième jour de la mission Artémis 1, a indiqué l'Agence spatiale américaine vendredi.

"Pendant cette orbite lunaire, les contrôleurs de vol surveilleront des systèmes cruciaux (d'Orion) et effectueront des vérifications en lien avec l'environnement d'espace lointain", a indiqué l'agence dans une note de blog.

Cette nouvelle capsule, qui doit emmener dans les prochaines années des astronautes sur la Lune -- les premiers à en fouler la surface depuis la dernière mission Apollo en 1972 --, voyage ainsi actuellement à plus de 64.000 kilomètres de la Lune.

À cette distance, il lui faudra pas moins de six jours pour parcourir une demi-orbite lunaire, avant d'entamer le chemin retour vers la Terre.

Ce premier vol test du vaisseau Orion, sans équipage à bord, doit servir à s'assurer que le véhicule est sûr.

L'amerrissage dans l'océan Pacifique est prévu le 11 décembre, soit après un peu plus de 25 jours de vol.

De la réussite de cette mission dépendent le futur d'Artémis 2, qui emmènera des astronautes faire le tour de la Lune sans s'y poser, puis d'Artémis 3, qui marquera enfin le retour d'humains sur la surface lunaire. Ces missions doivent officiellement avoir lieu en 2024 et 2025, respectivement.


Un rappeur saoudien crée un podcast de hip-hop en arabe

Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne (Photo, Fournie).
Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne (Photo, Fournie).
Short Url
  • «Je soutiens à fond la culture hip-hop dans le Royaume», confie Bander al-Fahad à Arab News
  • Le musicien a remercié le Royaume d’avoir accordé une plus grande attention à l’industrie musicale, notamment par le biais de la Commission de la musique récemment créée

RIYAD: Le producteur de musique, rappeur et compositeur saoudien Bander al-Fahad a lancé un podcast en arabe pour diffuser les dernières informations sur la scène hip-hop du Royaume.

Dans son premier podcast «Pure Hip Hop», publié sur YouTube en août, d’autres rappeurs saoudiens et arabes font la lumière sur la culture hip-hop dans le pays, sa relation avec la société saoudienne et l’histoire du genre musical.

«Je soutiens à fond la culture hip-hop dans le Royaume. Je souhaite avoir un style unique et je souhaite que le hip-hop comprenne des rythmes saoudiens qui en font une musique saoudienne», a confié M. Al-Fahad à Arab News.

Il a découvert sa passion pour la musique alors qu’il était étudiant en médias et communication et a révélé qu’il allait bientôt sortir deux épisodes supplémentaires.