En Irak, la sécheresse ravage aussi les marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden

Cette vue aérienne montre des buffles d'eau en train de paître dans le marais de Hawiza, près de la ville d'al-Amarah, dans le sud de l'Irak, le 27 juillet 2022. (Photo par AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Cette vue aérienne montre des buffles d'eau en train de paître dans le marais de Hawiza, près de la ville d'al-Amarah, dans le sud de l'Irak, le 27 juillet 2022. (Photo par AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 14 août 2022

En Irak, la sécheresse ravage aussi les marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden

  • Dans les marais de Hawizeh, chevauchant la frontière avec l'Iran, ou ceux très touristiques de Chibayich, de vastes étendues de terres humides ont cédé la place à des sols craquelés, parsemés d'arbustes jaunissant
  • Côté irakien, les besoins en eau des activités agricoles ou des marais sont couverts pour moitié seulement, car une des «priorités» est de fournir de l'eau potable

MARAIS DE HAWIZEH, Irak : Pour nourrir et rafraîchir ses buffles, Hachem Gassed doit désormais parcourir une dizaine de kilomètres à travers des terres arides, brûlées par le soleil. Dans le sud de l'Irak, la sécheresse a emporté des pans entiers de marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden.

Dans les marais de Hawizeh, chevauchant la frontière avec l'Iran, ou ceux très touristiques de Chibayich, de vastes étendues de terres humides ont cédé la place à des sols craquelés, parsemés d'arbustes jaunissant.

En cause: trois années de sécheresse, des précipitations en baisse et un débit réduit des fleuves venus des pays voisins, Turquie et Iran, en raison des barrages construits en amont.

«La sécheresse touche les hommes autant que les animaux», raconte Hachem Gassed, 35 ans, habitant un hameau près de Hawizeh.

Autour de lui, l'immense lac d'Oum al-Naaj est devenu une terre aride. Par endroit subsistent des flaques d'eau boueuse et des rivières étranglées. On devine les lits asséchés des ruisseaux qui serpentaient dans des marais jadis luxuriants -- inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

Comme son père avant lui, Hachem élève des buffles. «Ces marais sont notre gagne-pain: on y pêchait et nos bêtes pouvaient y paître et s'y abreuver.»

De la trentaine de têtes du troupeau familial, il n'en reste que cinq. Les autres buffles sont morts ou ont été vendus pour boucler des fins de mois difficiles. Ceux qui restent doivent être surveillés: ils pourraient se noyer dans la boue, car incapables de s'en extirper.

- Pauvreté, changement climatique -

Les marais ont déjà connu des années de sécheresse, avant des saisons de pluies fastes qui viennent les ressourcer.

Entre 2020 et 2022, dans les marais du sud de l'Irak, notamment ceux de Hawizeh et Chibayich, 41% des zones marécageuses ont souffert d'une réduction du niveau de l'eau et d'une baisse de l'humidité, tandis que 46% de ces zones ont perdu des eaux de surface, selon l'ONG néerlandaise PAX qui se base sur des données satellitaires.

Notant «une baisse sans précédent du niveau de l'eau», l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) rappelle que les marais sont «une des régions les plus pauvres d'Irak et parmi les plus touchées par le changement climatique.»

L'agence souligne «l'impact désastreux» sur plus de 6.000 familles, «en train de perdre leurs buffles, leur unique gagne-pain».

Mobilisé à Hawizeh, le militant écologiste Ahmed Saleh Neema fustige les conséquences environnementales: «Il n'y a plus de poissons, de loutres à pelage lisse, de sangliers».

Un désastre pour ces marais abritant «de nombreuses populations d'espèces menacées», selon l'Unesco. Le secteur représente «un des plus grands sites d'escale et d'hivernage» pour les canards, et une étape majeure pour environ 200 espèces d'oiseaux migrateurs.

Ceux de Hawizeh sont irrigués par deux effluents du fleuve Tigre, qui prend sa source en Turquie, assure M. Neema. Leur débit a été réduit, dit-il, les autorités pratiquant un rationnement pour couvrir les besoins en eau du pays.

«Le gouvernement veut préserver la plus grande quantité d'eau possible», reconnaît le militant critiquant toutefois «une mauvaise gestion du dossier». Sous la pression de manifestations, les autorités ont rouvert partiellement les vannes, avant de les refermer, dit-il.

- «A la recherche d'eau» -

Côté iranien, ces marais appelés Hoor al-Azim souffrent également de stress hydrique: la moitié du secteur iranien est actuellement asséché, rapportait récemment l'agence officielle Irna.

«Le principal fleuve côté iranien qui alimente les marais de Hawizeh est totalement coupé depuis plus d'un an», explique Hatem Hamid, directeur du centre gouvernemental de gestion des ressources hydriques en Irak.

Côté irakien, les besoins en eau des activités agricoles ou des marais sont couverts pour moitié seulement, reconnaît-il, car une des «priorités» est de fournir de l'eau potable.

Par plus de 50 degrés, «impossible de compenser l'évaporation très élevée dans les marais», ajoute-t-il.

Les responsables mettent en avant des canaux et ruisseaux réhabilités pour alimenter les marais: après avoir quitté les zones asséchées, c'est ici que les familles s'installent.

Nichés entre les fleuves Tigre et Euphrate, les marais mésopotamiens -- considérés par certains comme le jardin d'Eden de la Bible -- ont déjà souffert du temps de l'ancien régime.

Pour éradiquer l'insurrection qui s'y cachait, le dictateur Saddam Hussein les avait fait assécher dans les années 1990. Depuis, leur surface humide a été divisée par deux.

A Chibayich, Ali Jawad, 20 ans, déplore le récent départ de dizaines de familles de son hameau.

«Elles ont migré vers d'autres régions, à la recherche de zones où il y a de l'eau», explique-t-il: «Avant quand on venait dans les marais, on y trouvait de la verdure, de l'eau, la paix intérieure. Maintenant c'est comme un désert.»


Irak: une nouvelle raffinerie pour réduire les importations de carburant

Le pays, qui dispose de trois raffineries en service, produit déjà localement la moitié de ses besoins quotidiens, soit environ 30 millions de litres, et importe le reste. (Photo, AFP)
Le pays, qui dispose de trois raffineries en service, produit déjà localement la moitié de ses besoins quotidiens, soit environ 30 millions de litres, et importe le reste. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministre du Pétrole, Ihsan Ismaïl, a annoncé dans un communiqué le coup d'envoi des «opérations d'essai des unités de production à la raffinerie de pétrole de Kerbala», dans le centre de l'Irak
  • Deuxième pays de l'Opep, l'Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour

BAGDAD: L'Irak a lancé dimanche les essais dans une nouvelle raffinerie de pétrole, un projet qui doit aider le pays pourtant riche en or noir à réduire largement ses importations de carburants, ont annoncé des responsables. 

Le ministre du Pétrole, Ihsan Ismaïl, a annoncé dans un communiqué le coup d'envoi des "opérations d'essai des unités de production à la raffinerie de pétrole de Kerbala", dans le centre de l'Irak. 

Le projet permettra à terme de raffiner 140 000 barils par jour (bpj), "contribuant en un court laps de temps à réduire les importations et à couvrir la consommation locale" de carburants, notamment l'essence et le diesel, selon le communiqué. 

La production de dérivés pétroliers débutera véritablement début 2023, avait auparavant annoncé le ministère. 

Deuxième pays de l'Opep, l'Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour. Avec ses immenses réserves d'hydrocarbures, l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. 

Dans un pays ravagé par des décennies de guerres et de conflits, où mauvaise gestion publique et corruption endémique ralentissent les efforts de reconstruction et l'exécution de réformes, l'Irak, malgré son immense manne pétrolière, attend encore la concrétisation de grands projets d'infrastructures. 

"La raffinerie de Kerbala fournira une vingtaine de dérivés pétroliers, en particulier de l'essence à indice d'octane élevé", a indiqué un porte-parole du ministère du pétrole, s'exprimant sous couvert d'anonymat. 

Il s'agit de "la première raffinerie dotée d'une telle capacité de production à être construite depuis les années 1980", a-t-il précisé. 

La raffinerie produira neuf millions de litres d'essence par jour, soit "plus de la moitié" des 15 millions de litres importés par l'Irak, a indiqué Ihsane Moussa Ghanem, adjoint au directeur de l'agence irakienne de distribution des produits pétroliers. 

Le pays, qui dispose de trois raffineries en service, produit déjà localement la moitié de ses besoins quotidiens, soit environ 30 millions de litres, et importe le reste, a-t-il précisé. 


Le président iranien appelle à agir «fermement» contre les manifestants

La mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée en détention après avoir été détenue par la police des mœurs iranienne, a déclenché des troubles dans les provinces iraniennes. (Fichier/AP)
La mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée en détention après avoir été détenue par la police des mœurs iranienne, a déclenché des troubles dans les provinces iraniennes. (Fichier/AP)
Short Url
  • Qualifiant les protestations «d'émeutes», M. Raïssi, un ultraconservateur, a appelé samedi «les autorités concernées à agir fermement contre ceux qui portent atteinte à la sécurité et la paix du pays et du peuple»
  • Depuis plusieurs jours, des vidéos en ligne montrent des scènes de violence à Téhéran et dans d'autres grandes villes comme Tabriz (nord-ouest)

PARIS: Le président Ebrahim Raïssi a appelé les forces de l'ordre à agir "fermement" contre les manifestants en Iran, après neuf jours de protestations contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des mœurs, dans lesquelles plus de 40 personnes ont péri. 

A l'étranger, des manifestations soutenant le mouvement en Iran ont eu lieu dans plusieurs pays samedi --au Canada, aux Etats-Unis, au Chili, en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Irak, pays voisin de l'Iran. 

Les protestations ont été déclenchées le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour "port inapproprié des vêtements", dans un pays où le code vestimentaire pour les femmes est strict. 

Elles sont les plus importantes depuis les protestations de novembre 2019, provoquées par la hausse des prix de l'essence, en pleine crise économique, qui avaient touché une centaine de villes en Iran et été sévèrement réprimées (230 morts selon un bilan officiel, plus de 300 selon Amnesty International). 

Les autorités nient toute implication dans la mort de Mahsa Amini, 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest). Mais depuis son décès, des Iraniens en colère descendent tous les jours à la tombée de la nuit dans la rue pour manifester. 

Qualifiant les protestations "d'émeutes", M. Raïssi, un ultraconservateur, a appelé samedi "les autorités concernées à agir fermement contre ceux qui portent atteinte à la sécurité et la paix du pays et du peuple". 

Le ministère des Affaires étrangères à Téhéran a lui mis en cause les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran, dans les troubles. 

Dimanche, il a convoqué séparément les ambassadeurs du Royaume-Uni et de Norvège: le premier, pour protester contre l'hébergement de chaînes de télévision qui "incitent aux émeutes" en Iran et le second pour dénoncer "les ingérences" du chef du Parlement norvégien dans les affaires iraniennes. 

Manifestation progouvernementale 

Après l'arrestation de plus de 700 personnes depuis le début des protestations, le ministre iranien de l'Intérieur Ahmad Vahidi a appelé à poursuivre en justice "les principaux auteurs et meneurs des émeutes". 

Selon le bilan officiel iranien non détaillé incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en neuf jours de protestations. 

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo faisant état d'au moins 54 manifestants tués. 

Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) basé aux Etats-Unis, 17 journalistes ont été arrêtés en Iran depuis le début des protestations. 

Comme il y a deux jours, une manifestation en faveur du gouvernement est en outre prévue dimanche après-midi à Téhéran, à l'appel des autorités. 

Samedi soir, les manifestations ont encore touché plusieurs villes d'Iran, y compris la capitale Téhéran où une vidéo virale a montré une femme marchant la tête découverte et agitant son voile en pleine rue. 

En République islamique d'Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et le corps jusqu'en dessous des genoux et ne doivent pas porter des pantalons serrés ou des jeans troués, entre autres. 

Des images virales des manifestations ces derniers jours ont montré des Iraniennes brûlant leur foulard. 

Le parti réformateur de l'"Union du peuple de l'Iran islamique" a appelé l'Etat à annuler l'obligation du port du voile et à libérer les personnes arrêtées. 

« Femmes courageuses » 

Les manifestations sont marquées par des affrontements avec les forces de sécurité et par des slogans hostiles au pouvoir, selon médias et militants. 

Depuis plusieurs jours, des vidéos en ligne montrent des scènes de violence à Téhéran et dans d'autres grandes villes comme Tabriz (nord-ouest). Sur certaines, on voit les forces de sécurité tirer en direction des manifestants. 

Amnesty International accuse les forces de sécurité de tirer "délibérément (...) à balles réelles sur des manifestants", appelant à une "action internationale urgente pour mettre fin à la répression". 

Les connexions internet sont toujours perturbées dimanche, avec le blocage de WhatsApp et Instagram. NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d'internet à travers le monde, a également fait état de celui de Skype. 

Dans un nouveau message sur Instagram, le réalisateur iranien Asghar Farhadi, deux fois oscarisé, a exhorté les peuples du monde à "être solidaires" des protestataires en Iran et salué les "femmes courageuses qui mènent les manifestations pour réclamer leurs droits". 


Les États du Golfe participent aux célébrations de la 92e fête nationale saoudienne

Un groupe folklorique a interprété des chansons nationales saoudiennes pour célébrer la 92e fête nationale à l’aéroport international de Bahreïn. (Agence de presse de Bahreïn)
Un groupe folklorique a interprété des chansons nationales saoudiennes pour célébrer la 92e fête nationale à l’aéroport international de Bahreïn. (Agence de presse de Bahreïn)
Short Url
  • À Dubaï, un tampon spécial, portant l’inscription «EAU et Arabie unis à jamais» et le logo de la fête nationale saoudienne, a été créé pour la journée
  • Des célébrations ont eu lieu à l’aéroport international de Bahreïn où les membres du personnel ont brandi le drapeau saoudien et offert des souvenirs aux passagers en provenance d’Arabie saoudite

DUBAÏ : Les visiteurs saoudiens arrivant dans les États du Golfe ont été accueillis dans les aéroports à l’occasion de la 92e fête nationale saoudienne.

L’aéroport international de Dubaï a organisé vendredi une série de festivités au cours desquelles les portes du contrôle des passeports portaient la couleur verte du drapeau saoudien.

PHOTO
Le personnel de l’aéroport international de Bahreïn offre des souvenirs aux voyageurs saoudiens. (Agence de presse de Bahreïn)

Le personnel de l’aéroport a offert aux voyageurs saoudiens des fleurs, des drapeaux, des bonbons et des souvenirs dans le cadre des célébrations nationales qui «réaffirment les liens profondément enracinés et les relations stratégiques entre les deux pays», déclare la Direction générale de la résidence et des affaires étrangères à Dubaï.

PHOTO
L’aéroport international de Bahreïn accueille les passagers saoudiens en provenance du royaume d’Arabie saoudite. (Agence de presse de Bahreïn)

Un tampon spécial, portant l’inscription «EAU et Arabie unis à jamais» et le logo de la fête nationale saoudienne, a été créé pour la journée.

Des célébrations similaires ont eu lieu à l’aéroport international de Bahreïn où les membres du personnel ont brandi le drapeau saoudien et offert des souvenirs aux passagers en provenance d’Arabie saoudite.

PHOTO
Les passagers saoudiens ont reçu un tampon de passeport spécial portant l’inscription «EAU et Arabie unis à jamais» et le logo de la fête nationale saoudienne. (Twitter: @GDRFADUBAI)

Un groupe folklorique a interprété des chansons nationales saoudiennes pour fêter l’occasion.

PHOTO
À l’aéroport international de Dubaï, les portes du contrôle des passeports portaient la couleur verte du drapeau saoudien. (Twitter: @GDRFADUBAI)

Oman a également organisé des célébrations au poste frontière du Quartier Vide en présence de l’ambassadeur saoudien à Oman, Abdallah ben Saoud al-Enezi. La cérémonie comprenait des performances musicales par des groupes folkloriques et des spectacles de parapente, entre autres activités.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com