En Irak, la sécheresse ravage aussi les marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden

Cette vue aérienne montre des buffles d'eau en train de paître dans le marais de Hawiza, près de la ville d'al-Amarah, dans le sud de l'Irak, le 27 juillet 2022. (Photo par AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Cette vue aérienne montre des buffles d'eau en train de paître dans le marais de Hawiza, près de la ville d'al-Amarah, dans le sud de l'Irak, le 27 juillet 2022. (Photo par AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 14 août 2022

En Irak, la sécheresse ravage aussi les marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden

  • Dans les marais de Hawizeh, chevauchant la frontière avec l'Iran, ou ceux très touristiques de Chibayich, de vastes étendues de terres humides ont cédé la place à des sols craquelés, parsemés d'arbustes jaunissant
  • Côté irakien, les besoins en eau des activités agricoles ou des marais sont couverts pour moitié seulement, car une des «priorités» est de fournir de l'eau potable

MARAIS DE HAWIZEH, Irak : Pour nourrir et rafraîchir ses buffles, Hachem Gassed doit désormais parcourir une dizaine de kilomètres à travers des terres arides, brûlées par le soleil. Dans le sud de l'Irak, la sécheresse a emporté des pans entiers de marais mésopotamiens du mythique jardin d'Eden.

Dans les marais de Hawizeh, chevauchant la frontière avec l'Iran, ou ceux très touristiques de Chibayich, de vastes étendues de terres humides ont cédé la place à des sols craquelés, parsemés d'arbustes jaunissant.

En cause: trois années de sécheresse, des précipitations en baisse et un débit réduit des fleuves venus des pays voisins, Turquie et Iran, en raison des barrages construits en amont.

«La sécheresse touche les hommes autant que les animaux», raconte Hachem Gassed, 35 ans, habitant un hameau près de Hawizeh.

Autour de lui, l'immense lac d'Oum al-Naaj est devenu une terre aride. Par endroit subsistent des flaques d'eau boueuse et des rivières étranglées. On devine les lits asséchés des ruisseaux qui serpentaient dans des marais jadis luxuriants -- inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

Comme son père avant lui, Hachem élève des buffles. «Ces marais sont notre gagne-pain: on y pêchait et nos bêtes pouvaient y paître et s'y abreuver.»

De la trentaine de têtes du troupeau familial, il n'en reste que cinq. Les autres buffles sont morts ou ont été vendus pour boucler des fins de mois difficiles. Ceux qui restent doivent être surveillés: ils pourraient se noyer dans la boue, car incapables de s'en extirper.

- Pauvreté, changement climatique -

Les marais ont déjà connu des années de sécheresse, avant des saisons de pluies fastes qui viennent les ressourcer.

Entre 2020 et 2022, dans les marais du sud de l'Irak, notamment ceux de Hawizeh et Chibayich, 41% des zones marécageuses ont souffert d'une réduction du niveau de l'eau et d'une baisse de l'humidité, tandis que 46% de ces zones ont perdu des eaux de surface, selon l'ONG néerlandaise PAX qui se base sur des données satellitaires.

Notant «une baisse sans précédent du niveau de l'eau», l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) rappelle que les marais sont «une des régions les plus pauvres d'Irak et parmi les plus touchées par le changement climatique.»

L'agence souligne «l'impact désastreux» sur plus de 6.000 familles, «en train de perdre leurs buffles, leur unique gagne-pain».

Mobilisé à Hawizeh, le militant écologiste Ahmed Saleh Neema fustige les conséquences environnementales: «Il n'y a plus de poissons, de loutres à pelage lisse, de sangliers».

Un désastre pour ces marais abritant «de nombreuses populations d'espèces menacées», selon l'Unesco. Le secteur représente «un des plus grands sites d'escale et d'hivernage» pour les canards, et une étape majeure pour environ 200 espèces d'oiseaux migrateurs.

Ceux de Hawizeh sont irrigués par deux effluents du fleuve Tigre, qui prend sa source en Turquie, assure M. Neema. Leur débit a été réduit, dit-il, les autorités pratiquant un rationnement pour couvrir les besoins en eau du pays.

«Le gouvernement veut préserver la plus grande quantité d'eau possible», reconnaît le militant critiquant toutefois «une mauvaise gestion du dossier». Sous la pression de manifestations, les autorités ont rouvert partiellement les vannes, avant de les refermer, dit-il.

- «A la recherche d'eau» -

Côté iranien, ces marais appelés Hoor al-Azim souffrent également de stress hydrique: la moitié du secteur iranien est actuellement asséché, rapportait récemment l'agence officielle Irna.

«Le principal fleuve côté iranien qui alimente les marais de Hawizeh est totalement coupé depuis plus d'un an», explique Hatem Hamid, directeur du centre gouvernemental de gestion des ressources hydriques en Irak.

Côté irakien, les besoins en eau des activités agricoles ou des marais sont couverts pour moitié seulement, reconnaît-il, car une des «priorités» est de fournir de l'eau potable.

Par plus de 50 degrés, «impossible de compenser l'évaporation très élevée dans les marais», ajoute-t-il.

Les responsables mettent en avant des canaux et ruisseaux réhabilités pour alimenter les marais: après avoir quitté les zones asséchées, c'est ici que les familles s'installent.

Nichés entre les fleuves Tigre et Euphrate, les marais mésopotamiens -- considérés par certains comme le jardin d'Eden de la Bible -- ont déjà souffert du temps de l'ancien régime.

Pour éradiquer l'insurrection qui s'y cachait, le dictateur Saddam Hussein les avait fait assécher dans les années 1990. Depuis, leur surface humide a été divisée par deux.

A Chibayich, Ali Jawad, 20 ans, déplore le récent départ de dizaines de familles de son hameau.

«Elles ont migré vers d'autres régions, à la recherche de zones où il y a de l'eau», explique-t-il: «Avant quand on venait dans les marais, on y trouvait de la verdure, de l'eau, la paix intérieure. Maintenant c'est comme un désert.»


Des dirigeants arabes et musulmans félicitent le prince héritier saoudien pour son poste de Premier ministre

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants souhaitent beaucoup de succès au prince héritier saoudien
  • L’émir du Qatar espère que les relations entre les deux pays frères continueront à se développer

RIYAD: Les dirigeants arabes et musulmans ont félicité le prince héritier, Mohammed ben Salmane, pour sa nomination au poste de Premier ministre d’Arabie saoudite mardi, rapporte l’Agence de presse saoudienne (SPA). 

Le président des Émirats arabes unis, cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane, et le vice-président, cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum, ont également félicité le prince héritier pour sa nomination.

L’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a souhaité beaucoup de succès au prince héritier et a espéré que les relations entre les deux pays frères continueront à se développer. De son côté, le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, a envoyé un télégramme similaire.

«Je félicite le prince héritier Mohammed ben Salmane ben Abdelaziz al-Saoud. Je lui souhaite davantage de succès et je souhaite davantage de bien-être et de prospérité au royaume d’Arabie saoudite sous la direction du roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud», a  pour sa part déclaré le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Tirs de roquettes à Bagdad près du Parlement

Les partisans irakiens du religieux musulman chiite Moqtada affrontent les forces de sécurité sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale irakienne, Bagdad, le 28 septembre 2022, avant une session parlementaire dans la zone verte de haute sécurité voisine, de l'autre côté du Tigre. (AFP)
Les partisans irakiens du religieux musulman chiite Moqtada affrontent les forces de sécurité sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale irakienne, Bagdad, le 28 septembre 2022, avant une session parlementaire dans la zone verte de haute sécurité voisine, de l'autre côté du Tigre. (AFP)
Short Url
  • L'influent chef chiite Moqtada Sadr réclame une dissolution immédiate du Parlement et des législatives anticipées
  • L'Irak est plongé depuis plusieurs mois dans une grave crise politique qui dégénère parfois en violences

BAGDAD: Sept membres des forces de l'ordre ont été blessés mercredi dans des tirs de roquettes sur la Zone verte à Bagdad, au moment où le Parlement tenait une séance, la première en deux mois dans un Irak paralysé par une grave crise politique. 

Au même moment, plusieurs centaines de partisans de l'influent leader chiite Moqtada Sadr, rassemblés sur une place du centre de la capitale irakienne, ont tenté de franchir un pont menant à la Zone verte, quartier abritant ambassades occidentales et institutions gouvernementales, dont le Parlement. 

La police a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour entraver leur progression, a constaté un correspondant. 

L'impasse est totale en Irak, où les barons de la politique s'affrontent depuis les dernières législatives --organisées il y a près d'un an en octobre 2021-- sur le nom du prochain Premier ministre et son mode de désignation. 

Mercredi, trois roquettes sont tombées sur différents secteurs de la Zone verte, souvent prise pour cible par des tirs ou parfois assaillie par des manifestants en colère. 

"Une roquette est tombée devant le bâtiment du Parlement", a indiqué dans un communiqué une cellule conjointe des forces de sécurité parlant de "sept blessés" parmi elles. 

Par ailleurs, une centaine de membres des forces de l'ordre et 11 civils ont été blessés près du pont menant à la Zone verte dans les heurts entre policiers et partisans de Moqtada Sadr, selon un communiqué des autorités publié en soirée. 

« Solution politique globale » 

Aucune information n'a été donnée dans l'immédiat sur les auteurs des tirs de roquettes, condamnés par le Courant sadriste. 

Cette attaque a coïncidé avec une séance du Parlement, la première depuis fin juillet, durant laquelle 222 députés, sur les 235 réunis, ont voté contre la démission du président du Parlement, l'influent Mohamed al-Halboussi, ont annoncé ses services. 

Pour des experts, ce vote surprise sur la démission de M. Halboussi s'apparentait en fait à un vote de confiance en faveur du politicien sunnite, sur fond de marchandages politiques et d'alliances entre partis en constante évolution. 

Devant les députés, M. Halboussi a réclamé "une issue politique" à la crise dans laquelle est plongé le pays. "Il faut une solution politique globale", a-t-il martelé. 

Dans un pays multiconfessionnel, la vie politique, dominée par les partis chiites, est profondément polarisée entre deux grands pôles. 

L'influent chef chiite Moqtada Sadr réclame une dissolution immédiate du Parlement et des législatives anticipées. En face, le Cadre de coordination, alliance regroupant des factions chiites pro-iraniennes, veut la mise en place d'un gouvernement avant tout scrutin. 

Le 29 août, les tensions avaient culminé lorsque des partisans de Sadr avaient affronté l'armée et des hommes du Hachd al-Chaabi, d'ex-paramilitaires pro-Iran intégrés aux troupes régulières, et qui sont politiquement opposés aux sadristes. Plus de 30 partisans sadristes sont morts dans ces combats. 

La crise actuelle a commencé fin juillet, quand le Cadre de coordination avait annoncé son candidat au poste de Premier ministre, rejeté par le camp sadriste. 

« Contre les corrompus » 

Brandissant des portraits de Moqtada Sadr, drapés dans des drapeaux aux couleurs de leur pays, plusieurs centaines de ses partisans se sont réunis en matinée sur l'emblématique place Tahrir, au coeur de Bagdad, pour fustiger la tenue de la séance parlementaire. 

"Nous sommes contre les corrompus. Nous voulons changer tous les politiciens", lance Rassoul Chandi, 32 ans, membre du Courant sadriste. 

"Nous avons fourni des martyrs, et ils veulent former un gouvernement, nous n'avons aucune valeur à leurs yeux", a-t-il fustigé, en allusion aux violences du 29 août. 

Des manifestations sont également prévues samedi à Bagdad pour commémorer le troisième anniversaire du soulèvement populaire déclenché en 2019 contre la classe dirigeante d'un pays miné par la corruption et aux infrastructures en déliquescence, malgré ses immenses richesses pétrolières. 

"La situation sécuritaire actuelle est le reflet de la situation politique", a résumé le Premier ministre Moustafa al-Kazimi dans un communiqué, réitérant "un appel au dialogue" entre toutes les forces politiques. 

Le nord du pays a par ailleurs été la cible mercredi de tirs de missiles et des frappes de drones armés, qui ont fait neuf morts et 32 blessés au Kurdistan d'Irak. Le voisin iranien a revendiqué ces bombardements visant l'opposition kurde iranienne implantée dans ce secteur. 


Irak: neuf morts dans des frappes de Téhéran contre l'opposition kurde iranienne

Les forces terrestres des Gardiens de la Révolution ont déclenché une vague de frappes de drones et d'artillerie visant des positions kurdes. (Photo, AFP)
Les forces terrestres des Gardiens de la Révolution ont déclenché une vague de frappes de drones et d'artillerie visant des positions kurdes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Revendiqués par Téhéran, ces bombardements ont fait au total neuf morts et 32 blessés, a annoncé le ministre de la Santé du Kurdistan, Saman al-Barzanji, au chevet des victimes dans un hôpital d'Erbil, capitale de la région autonome
  • Les Etats-Unis ont également fustigé ces bombardements. «Nous nous tenons aux côtés du peuple et du gouvernement irakien face à ces attaques éhontées sur leur souveraineté», a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Ned Price

ZARGWEZ: Au moins neuf personnes ont été tuées et une trentaine blessées mercredi au Kurdistan irakien dans des frappes iraniennes contre des groupes armés de l'opposition kurde iranienne, qui dénonce la répression des manifestations en République islamique. 

Le gouvernement fédéral irakien et le pouvoir régional du Kurdistan autonome, dans le nord du pays, ont condamné plusieurs frappes de missiles et d'autres menées selon Bagdad par "20 drones chargés d'explosifs". 

Bagdad a dit avoir convoqué l'ambassadeur d'Iran pour protester contre les attaques, la diplomatie irakienne fustigeant des actions "provocatrices". 

Revendiqués par Téhéran, ces bombardements ont fait neuf morts et 32 blessés, a annoncé le ministre de la Santé du Kurdistan, Saman al-Barzanji, au chevet des victimes dans un hôpital d'Erbil, capitale de la région autonome. 

Là-bas, un photographe a vu des hommes, en majorité en treillis, transportés sur des civières, sortis d'ambulances tâchées de sang, les corps bandés sur des chaises roulantes. 

"Il y a des civils parmi les victimes", a indiqué un haut responsable du Kurdistan autonome. Mais les autorités n'ont pas fourni dans l'immédiat plus de détails. La télévision étatique kurde irakienne, K24, a indiqué que trois de ses journalistes avaient été "grièvement blessés". 

Le Kurdistan d'Irak accueille plusieurs groupes d'opposition iraniens kurdes qui, historiquement, ont mené une insurrection armée contre Téhéran, même si ces dernières années leurs activités militaires sont en recul. 

Ils restent toutefois très critiques sur les réseaux sociaux de la situation en Iran, partageant des vidéos sur le mouvement de protestation qui a éclaté mi-septembre dans la République islamique après la mort de Mahsa Amini, une jeune femme interpellée par la police des mœurs. 

Le Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI), un des groupes visés par les bombardements sur la région de Koysinjaq, à l'est d'Erbil, a fait état de deux morts dans ses rangs. 

Sur Twitter, le PDKI a fustigé des "attaques lâches". 

« Infiltrés » 

En Iran, la télévision d'Etat a affirmé que "les forces terrestres des Gardiens de la Révolution (l'armée idéologique de la République islamique, ndlr) ont ciblé plusieurs quartiers généraux de terroristes séparatistes dans le nord de l'Irak avec des missiles de précision et des drones destructeurs". 

Ces derniers jours, des tirs d'artillerie iraniens avaient visé à plusieurs reprises des zones frontalières du Kurdistan d'Irak, sans faire de dommages notables. 

Ces frappes interviennent dans un contexte tendu en Iran, où des manifestations nocturnes ont lieu quotidiennement dans le pays depuis la mort de Mahsa Amini. 

De hauts responsables à Téhéran ont d'ailleurs lié ces bombardements aux "émeutes" qui agitent l'Iran. 

Cité mardi par l'agence de presse Tasnim, un haut responsable des Gardiens de la Révolution, le général Abbas Nilforoushan, évoquait des éléments "infiltrés" en Iran "pour semer le désordre" et "étendre les troubles". 

"Ces éléments contre-révolutionnaires ont été arrêtés lors d'émeutes dans le nord-ouest, nous avons donc dû nous défendre, réagir et bombarder les environs de la bande frontalière", avait-il dit. 

Par ailleurs, les frappes de mercredi ont endommagé et détruit des bâtiments dans le secteur de Zargwez, à une quinzaine de kilomètres de Souleimaniyeh, où se trouvent des locaux de plusieurs partis d'opposition armés iraniens kurdes de gauche, notamment ceux de Komala-travailleurs du Kurdistan. 

Un correspondant à Zargwez a vu des volutes de fumée blanche s'élever d'un des sites touchés par les frappes, où des ambulances ont été dépêchées. Des habitants fuyaient les lieux, tandis que des blessés légers se faisaient soigner sur place par un médecin du parti, selon le correspondant. 

La région de Sherawa, au sud d'Erbil, a également été visée par les bombardements. "Des locaux du Parti de la Liberté du Kurdistan ont été visés par des bombardements iraniens", a indiqué un responsable de ce parti d'opposition iranien, Hussein Yazdan. 

"Nous condamnons fermement ces attaques continues qui entraînent la mort de civils et nous appelons à la fin de ces violations", a indiqué dans un communiqué le gouvernement du Kurdistan autonome. 

Les Etats-Unis ont également fustigé ces bombardements. "Nous nous tenons aux côtés du peuple et du gouvernement irakien face à ces attaques éhontées sur leur souveraineté", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, dans un communiqué.