Acclamée, puis vilipendée: autopsie de neuf ans d'intervention de la France au Mali

Des officiers des Forces d'opérations spéciales de la marine française assistent à une formation avec les soldats maliens des FAMA dans le cadre de la nouvelle mission militaire des multinationales de la Force opérationnelle Takuba dans la région troublée de l'Afrique subsaharienne, dans la base militaire malienne de Menaka, le 15 août 2022 (Photo, AFP).
Des officiers des Forces d'opérations spéciales de la marine française assistent à une formation avec les soldats maliens des FAMA dans le cadre de la nouvelle mission militaire des multinationales de la Force opérationnelle Takuba dans la région troublée de l'Afrique subsaharienne, dans la base militaire malienne de Menaka, le 15 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 16 août 2022

Acclamée, puis vilipendée: autopsie de neuf ans d'intervention de la France au Mali

  • La junte s'arcboute depuis sur sa souveraineté et multiplie les déclarations hostiles à ses partenaires occidentaux
  • Elle est mise au ban par les autres pays de la région durant six mois. Le divorce avec Paris est consommé et officialisé en février

BAMAKO: 2013: le président François Hollande est acclamé à Tombouctou libérée des jihadistes par les forces françaises. Neuf ans plus tard, les slogans antifrançais fleurissent à Bamako, la junte accuse Paris de tous les maux, et le dernier soldat français vient de quitter le Mali. Retour sur une rupture.

Le 11 janvier 2013, la France lance l'opération Serval au Mali à la demande de l'Etat malien, pour enrayer la progression des jihadistes associés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui ont pris le contrôle de Kidal, Gao et Tombouctou (nord du Mali).

Fin janvier, le président français est accueilli en libérateur par une foule en liesse et déclare connaître "le plus beau jour de (sa) vie politique".

"Si la France n'était pas intervenue, aujourd'hui le Mali serait sous domination jihadiste. Ce combat, nous l'avons gagné", soulignait à l'AFP début 2022 le ministre des Affaires étrangères français d'alors, Jean-Yves Le Drian.

Une mission de l'ONU (Minusma, 15 000 hommes) est rapidement déployée.

En 2014, l'ancienne puissance coloniale choisit d'étendre son action militaire avec l'opération antijihadiste Barkhane, qui comptera jusqu'à 5 500 hommes. Objectif: poursuivre la lutte antiterroriste. Un excès de confiance dans une zone parmi les plus pauvres de la planète, minée par la corruption et les tensions communautaires, soulignent nombre d'experts.

"Serval répondait à une bonne stratégie, avec des objectifs clairs et des moyens adéquats. La grande erreur a été de rester", estime l'historien militaire Michel Goya. "On a voulu jouer les gendarmes au lieu de rester des pompiers. Mais il existait trop de problèmes structurels ingérables".

En mai-juin 2015, l'accord de paix dit d'Alger est signé entre le gouvernement et l'ex-rébellion non jihadiste. Très peu appliqué, il reste la référence pour une sortie de crise.

Contagion 

La même année commencent à se multiplier les attaques contre les forces sahéliennes et étrangères, ainsi que contre des lieux fréquentés par des étrangers. Engins explosifs artisanaux, attaques éclair de jihadistes à moto, attentats... Les groupes jihadistes gagnent du terrain au Niger et frappent désormais le Burkina Faso.

La contagion est en marche.

En mars 2017, le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans" (GSIM) est créé, fédération de groupes jihadistes autour d'Aqmi, dirigé par Iyad Ag Ghali. Un autre groupe, l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS), monte en puissance et signe une série d'attaques d'ampleur fin 2019 contre des bases militaires au Mali et au Niger.

En novembre, la France perd 13 de ses militaires dans la collision de deux hélicoptères au Mali. Le président Emmanuel Macron tape du poing sur la table et convoque les chefs d'Etats du Sahel au sommet de Pau (sud-ouest de la France) pour exiger un sursaut collectif. Une séquence diplomatique vécue comme une humiliation au Sahel. "Cet affront public a laissé des traces durables", commente une source sécuritaire ouest-africaine.

La France envoie 500 hommes supplémentaires sur le terrain pour mettre à terre l'EIGS, désigné ennemi numéro un, et poursuivre sa politique de "neutralisation" des cadres jihadistes. Le 4 juin, le chef d'Aqmi, l'Algérien Abdelmalek Droukdel, est tué par Barkhane au Mali. Un succès symbolique majeur. S'ensuivent une série d'éliminations ciblées.

Mais les groupes armés ne lâchent pas leur emprise. Les autorités maliennes ne reprennent pas le terrain et n'installent ni services ni forces de sécurité dans les régions délaissées du pays.

"Le problème, c'est qu'à chaque victoire tactique française, l'Etat malien n'en a pas profité pour remettre des services, des juges, des préfets, des forces de sécurité dans ces zones. Or la nature a horreur du vide", estime, amer, le colonel Raphaël Bernard, trois fois déployé au Mali.

Paris compose avec l'immobilisme du président malien Ibrahim Boubacar Keita, tout en commençant à s'adjoindre des partenaires européens pour partager le fardeau, au sein du groupement de forces spéciales Takuba.

Coups d'Etat 

Mais à l'incurie du pouvoir s'ajoute l'instabilité politique: en août 2020 puis en mai 2021, deux coups d'Etat successifs secouent le Mali et mettent le pouvoir aux mains d'une junte qui joue rapidement la carte du sentiment antifrançais.

La dégradation de la situation sécuritaire malgré la présence de Barkhane fait grandir l'incompréhension des populations. Les violences se propagent dans le nord de la Côte d'Ivoire, du Bénin et du Ghana. Inquiète du risque d'enlisement, la France, qui a dépensé un milliard d'euros par an dans cette opération, annonce la réduction de son engagement au Sahel (de 5 100 hommes à 3 000 à l'horizon 2022).

Bamako dénonce un "abandon en plein vol" et finit par recourir, selon des accusations occidentales démenties par le Mali, aux services de la sulfureuse société privée russe Wagner.

La junte s'arcboute depuis sur sa souveraineté et multiplie les déclarations hostiles à ses partenaires occidentaux. Elle est mise au ban par les autres pays de la région durant six mois. Le divorce avec Paris est consommé et officialisé en février.

Lundi, le dernier soldat français a quitté le Mali, a annoncé l'état-major au lendemain d'une énième manifestation où des jeunes brandissaient des pancartes accusant la France de soutenir les jihadistes.

En neuf ans, 48 militaires français ont été tués au Mali, où les violences jihadistes et intercommunautaires ont fait des milliers de morts civils.


Le PS entérine la victoire d'Olivier Faure après plusieurs jours de crise

Le premier secrétaire et député du Parti socialiste de gauche (PS) français nouvellement réélu Olivier Faure arrive pour assister au 80e congrès du parti, à Marseille, dans le sud de la France, le 28 janvier 2023. (Photo, AFP)
Le premier secrétaire et député du Parti socialiste de gauche (PS) français nouvellement réélu Olivier Faure arrive pour assister au 80e congrès du parti, à Marseille, dans le sud de la France, le 28 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le sortant et son rival, le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, qui contestait jusqu'à présent sa victoire, se sont mis d'accord sur ce texte en fin de matinée, après une longue nuit de négociations
  • Le texte détermine que Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l'alliance de gauche Nupes, deviendra premier secrétaire délégué -un titre créé pour l'occasion- au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland

MARSEILLE: Les délégués du congrès socialiste à Marseille ont entériné samedi la victoire d'Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, grâce à un accord avec son rival Nicolas Mayer-Rossignol, qui met un terme à plusieurs jours de contestations et fractures internes.

Au deuxième jour du congrès, au palais du Pharo, les 186 délégués ont, à la quasi unanimité, brandi leur carton rouge validant l'accord entre les deux rivaux, et portant sur la composition de la direction notamment.

Ce "pacte de gouvernance collective et de rassemblement des socialistes" reconnaît ainsi Olivier Faure comme premier secrétaire du parti.

Le sortant et son rival, le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, qui contestait jusqu'à présent sa victoire, se sont mis d'accord sur ce texte en fin de matinée, après une longue nuit de négociations.

"Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver", a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit "avoir eu peur ces derniers jours".

Juste avant le vote, les deux rivaux se sont salués et embrassés devant les militants, qui criaient "tous ensemble, tous ensemble, socialistes".

Le texte détermine que Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l'alliance de gauche Nupes, deviendra premier secrétaire délégué -un titre créé pour l'occasion- au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland.

"C'est un accord de gouvernance global, qui intègre la majorité et la minorité", a expliqué Olivier Faure devant la presse, "un pacte qui relie tout le monde mais à des niveaux différents".

Selon le texte, le premier secrétaire et les deux premiers secrétaires délégués vont travailler "de façon collégiale, en recherchant le consensus".

Mais "il n'y a pas de direction collégiale qui occuperait la fonction de premier secrétaire", a précisé Olivier Faure, rappelant qu'en cas de divergence, l'instance de décision reste le bureau national.

Sans évoquer nommément l'alliance Nupes, l'accord précise aussi que la direction "s'inscrit dans la volonté de poursuivre, dans le respect des sensibilités, une stratégie de rassemblement de la gauche et de l'écologie", avec "la nécessité que le parti socialiste en redevienne la force centrale".

Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, ne fera pas partie de la direction mais prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti. Une fonction symbolique, qui marque "qu'elle s'associe au rassemblement mais ne partage pas la ligne" d'orientation, a dit Olivier Faure.

Le maire de Rouen, critique sur l'alliance de gauche Nupes dont Olivier Faure est un artisan, a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09%).

M. Mayer-Rossignol dit incarner une ligne centrale, moins pro-Nupes que ne l'est celle d'Olivier Faure. Il ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d'un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

"Ce rassemblement doit être notre fierté à tous", a souligné Pierre Jouvet, mandataire d'Olivier Faure, à la tribune, estimant que "nous vivons, comme les socialistes en ont le secret et aussi le talent, un moment qui restera dans l'histoire de nos congrès".

"Il y a une architecture à construire dans le respect de ce que les militants ont exprimé", explique le chef des députés Boris Vallaud, c'est-à-dire un "équilibre des rapports de force" .

A l'issue d'un premier vote sur le texte d'orientation, Olivier Faure avait obtenu 49% des voix et le maire de Rouen autour de 30%, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20%).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n'avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu'elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l'opposition.

"Ils assument d'être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne" et le rapport de force, explique une proche d'Olivier Faure.

"Notre but, c'est de rassembler les gens et de ne pas les écraser", a expliqué cette même source, alors que la guerre intestine que se livrent les deux camps a fracturé le parti et dégradé l'image du PS, déjà fragilisé par l'échec historique de sa candidate à la présidentielle, Anne Hidalgo (1,7%).


A l'approche des JO, l'industrie de la vidéosurveillance dans les starting-blocks

Les jeux olympiques de Paris se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024. (Photo, AFP
Les jeux olympiques de Paris se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024. (Photo, AFP
Short Url
  • Mardi, le Sénat a très largement adopté l'article phare du projet de loi olympique, très axé sur la sécurité, qui va autoriser l'expérimentation de caméras dotées d'algorithmes à compter de cette année
  • L'objectif invoqué est de repérer des comportements suspects dans la rue, des armes lourdes ou des colis abandonnés

PARIS: Dix-huit mois avant les JO de Paris 2024, la question des caméras de vidéosurveillance, avec ou sans biométrie, vient seulement d'arriver devant le Parlement et les industriels alertent sur le temps désormais limité pour adopter ces technologies.

Mardi, le Sénat a très largement adopté l'article phare du projet de loi olympique, très axé sur la sécurité, qui va autoriser l'expérimentation de caméras dotées d'algorithmes à compter de cette année. L'objectif invoqué est de repérer des comportements suspects dans la rue, des armes lourdes ou des colis abandonnés.

Mais le débat sur ces technologies controversées pourrait ressurgir au moment du passage du texte devant l'Assemblée nationale, lors duquel les opposants au projet comptent faire entendre leur voix.

"La procédure accélérée ne laisse pas forcément le temps de mener campagne", se désole Noémie Levain, juriste de l'association de défense des libertés la Quadrature du net, qui a lancé un plaidoyer national contre la "technopolice".

"A chaque étape de la conception de ces algorithmes, il y a des problèmes", explique-t-elle à l'AFP. "L'entraînement des intelligences artificielles (IA) implique de traiter des données personnelles" et "l'algorithme décide un peu tout seul des paramètres à retenir pour détecter les personnes suspectes", et pourrait par exemple se baser sur la couleur de la peau.

Plus généralement, l'association s'oppose au projet de "surveiller tout, tout le temps".

Mais selon elle, c'est "le marché et la police qui dictent le tempo", et les "méga-évènements" comme les JO ou le mondial de Rugby "sont toujours un prétexte pour faire passer des lois exceptionnelles", qui pourront ensuite être pérennisées.

«Vitrine industrielle»

Du côté des entreprises, l'impression est plutôt d'avoir perdu du temps sur ce sujet, en raison notamment de la crise sanitaire et d’atermoiements au niveau politique.

"Du point de vue technologique, tout est prêt. On sait trop en faire, et c'est la raison pour laquelle beaucoup de monde s'interroge sur la pertinence éthique, par rapport à ce qui existe en Chine par exemple", reconnait Dominique Legrand, président de l'Association nationale de la vidéoprotection, qui compte 161 membres.

"Un projet technique, ça se manie en 6 mois. Ce n'est pas trop tard pour les JO mais ça commence presque à l'être pour la Coupe du monde de Rugby" de 2023 qui aurait pu être un moment d'expérimentation, explique-t-il.

Plus d'une centaine de solutions, dont beaucoup ont recours à la vidéo "intelligente", ont été auditées fin 2022. Ces acteurs, dont de grands groupes comme Thalès ou Atos, ou des start-up spécialisées comme Idemia, attendent désormais que le législateur définisse les règles qui encadreront ces technologies.

Lors des débats, le gouvernement a pour l'instant écarté la reconnaissance faciale. Mais certaines entreprises veulent pousser des solutions de "comparaison faciale" permettant par exemple d'accélérer les contrôles d'accès en vérifiant qu'une personne correspond bien à son badge.

"Si on attend trop, on va acheter sur étagère des produits américains, chinois, israéliens ou japonais", met en garde un industriel, qui rêve d'une "vitrine industrielle" pour le secteur français de la sécurité, mais aussi d'un test grandeur nature pour préparer le marché qui va s'ouvrir ensuite.

Car l'IA est présentée à terme comme la seule solution pour viabiliser les systèmes de caméras vendus depuis des années à presque chaque collectivité. Sans algorithme pour repérer et signaler des évènements, "au-delà de 8 écrans, (un superviseur humain) ne voit plus rien", confirme Dominique Legrand.

Selon un bon connaisseur du secteur, l'efficacité de ces algorithmes n'est démontrée qu'en laboratoire et reste encore à démontrer en conditions réelles.


Coran brûlé: mise en garde de pays occidentaux à leurs ressortissants en Turquie

La police sécurise la zone devant l'ambassade de Turquie à Copenhague, le 27 janvier 2023. (Photo de Sergei Gapon / AFP)
La police sécurise la zone devant l'ambassade de Turquie à Copenhague, le 27 janvier 2023. (Photo de Sergei Gapon / AFP)
Short Url
  • «Le risque d’attentat terroriste en Turquie restant élevé, les Français résidant ou de passage en Turquie sont appelés à faire preuve de vigilance maximale » a alerté la représentation française à Ankara
  • «A la lumière des récents incidents de Corans brûlés en Europe, le Gouvernement américain met en garde ses citoyens contre de possibles attentats terroristes visant des lieux de culte par mesure de représailles en Turquie», indique l'ambassade américaine

ISTANBUL : Plusieurs pays occidentaux dont la France, l'Allemagne et les Etats-Unis ont appelé vendredi leurs ressortissants en Turquie à faire preuve de «vigilance» face au risque d'attentats, en représailles aux exemplaires du Coran brûlés en Suède et au Danemark lors de manifestations anti-turques.

«A la lumière des récents incidents de Corans brûlés en Europe, le Gouvernement américain met en garde ses citoyens contre de possibles attentats terroristes visant des lieux de culte par mesure de représailles en Turquie», indique l'ambassade américaine à Ankara.

«Les terroristes pourraient attaquer sans prévenir et viser des lieux de culte fréquentés par les Occidentaux», estime-t-elle.

La représentation américaine recommande de rester «vigilant, d'éviter les foules et de faire profil bas».

Simultanément, la représentation française à Ankara a adressé par courriel un message similaire à ses ressortissants présents dans le pays en se référant à l'alerte des Etats-Unis.

«Le risque d’attentat terroriste en Turquie restant élevé, comme le rappelle l’alerte sécuritaire émise par l’ambassade des Etats-Unis le 27 janvier 2023, les Français résidant ou de passage en Turquie sont appelés à faire preuve de vigilance maximale, tout particulièrement dans les lieux de rassemblement susceptibles d’être fréquentés par des ressortissants étrangers, y compris les lieux de culte», indique-t-elle.

Ce communiqué devait être mis en ligne dans la soirée sur le site du ministère des Affaires étrangères et celui de l'ambassade de France à Ankara, a précisé un diplomate à l'AFP.

L'Allemagne et l'Italie ont également mis en garde leurs ressortissants.

Plusieurs manifestations ont eu lieu la semaine dernière à Stockholm et vendredi à Copenhague, durant lesquelles des exemplaires du Coran, le livre sacré des Musulmans, ont été brûlés par un extrémiste qui prétend ainsi protester contre le véto de la Turquie à l'entrée de la Suède dans l'Otan.

Ankara bloque depuis mai l'élargissement de l'Alliance atlantique à ce pays, ainsi qu'à la Finlande, exigeant de Stockholm l'extradition de réfugiés kurdes qu'elle considère comme des «terroristes».

Ces incidents ont été dénoncés et condamnés par les gouvernements concernés et par les capitales occidentales, notamment Washington.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a prévenu que la Suède ne pouvait plus compter sur le «soutien» de la Turquie pour rejoindre l'Otan et les négociations sont officiellement suspendues.