Ankara et Damas discutent d'une éventuelle normalisation après des années de rupture

De vastes manifestations ont eu lieu dans le nord de la Syrie (Photo, AFP).
De vastes manifestations ont eu lieu dans le nord de la Syrie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 16 août 2022

Ankara et Damas discutent d'une éventuelle normalisation après des années de rupture

  • La Turquie continuera à assurer temporairement la sécurité dans certains territoires du nord-ouest de la Syrie si les deux pays normalisent leurs relations bilatérales
  • La possibilité d'un réengagement avec le régime d'Assad est un enjeu important pour Erdogan à l'approche des élections de juin 2023

ANKARA: La révélation du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, concernant sa rencontre avec son homologue syrien Faisal Mekdad en octobre dernier en marge du sommet du Mouvement des non-alignés, laisse entrevoir la possibilité d'un rapprochement politique entre Ankara et Damas après 11 ans de liens rompus.

M. Cavusoglu se serait entretenu avec son homologue à Belgrade, la capitale de la Serbie, sur la nécessité de parvenir à un accord avec l'opposition et le régime d'Assad en Syrie pour instaurer une paix durable.

Le ministre turc des Affaires étrangères a été clair sur la question : «l'intégrité des frontières, l'intégrité territoriale et la paix d'un pays voisin nous concernent directement».

Le journal pro-gouvernemental Turkiye a récemment affirmé qu'Assad et Erdogan pourraient s'entretenir par téléphone après la proposition du président russe Vladimir Poutine lors de sa récente rencontre avec Erdogan à Sotchi. Toutefois, M. Cavusoglu a démenti les rumeurs concernant d'éventuels entretiens entre les présidents syrien et turc.

La Turquie, qui a mené quatre opérations militaires transfrontalières en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011 pour débarrasser sa frontière des groupes terroristes, a également une présence militaire importante grâce à des postes d'observation dans le nord du pays.

Depuis 2017, la Turquie, l'Iran et la Russie se sont réunis dans le cadre du processus d'Astana pour tenter d'amener les parties belligérantes en Syrie à trouver une solution permanente à la guerre.

Le fait que les services de renseignement turcs et syriens aient communiqué n'est pas un secret.

Cependant, comme la Turquie a soutenu les groupes rebelles qui luttent contre le régime d'Assad, les derniers signes d'une potentielle normalisation des liens bilatéraux ont provoqué la colère des groupes d'opposition qui ont organisé des manifestations de masse dans plusieurs zones du nord d'Alep pour manifester leur objection, craignant un nouveau contact diplomatique avec le régime d'Assad.

La tentative de paix de la Turquie avec le régime d'Assad pourrait également entraîner des répercussions sur le sort de plus de 3,7 millions de réfugiés syriens enregistrés en Turquie, qui constituent désormais un enjeu de politique intérieure en raison des difficultés économiques que connaît le pays.

Avant le déclenchement de la guerre civile, la Turquie et la Syrie entretenaient des relations étroites au plus haut niveau, souvent illustrées par les célèbres vacances d'été du président syrien Bashar al-Assad et de sa famille dans la station balnéaire égéenne de Bodrum, où il a également rencontré le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan en 2008.

«Compte tenu de la durabilité du régime Assad, Ankara doit avoir une sorte de modus vivendi ; en fait, il existe déjà au niveau des chefs des agences de renseignement», a déclaré à Arab News Rich Outzen, chargé de mission à l'Atlantic Council et à la Jamestown Foundation. 

«Le risque politique pour le président Erdogan d'une réconciliation rapide ou chaleureuse est cependant incroyablement élevé, si bien que l'entente sera probablement progressive et limitée», a expliqué M. Outzen. 

Selon M. Outzen, bâcler le réengagement reviendrait à compromettre la viabilité de la zone de sécurité protégée par la Turquie, ce qui entraînerait de nouvelles vagues de réfugiés ou inviterait Assad à commettre de nouveaux massacres parmi les populations qu'Ankara souhaite protéger et maintenir sur place.

«L'absence d'un modus vivendi n'est pas non plus viable à long terme, car inévitablement, la pression s'accentuera au niveau international et en Turquie pour que les forces turques disposent d'une voie de retrait, même si cette voie se mesure en plusieurs années», a-t-il déclaré.

C'est pourquoi M. Outzen pense que les craintes d'une réconciliation ou d'un réengagement précipité ou rapide sont exagérées.

«Poutine, bien sûr, fait pression sur Erdogan afin qu'il se réengage, mais Erdogan résistera, à mon avis, à toutes les mesures sauf au minimum pour maintenir sa propre liberté de manœuvre en Syrie», a-t-il indiqué. «Comme le montrent les manifestations de cette semaine dans la zone de sécurité, aller trop vite dans ce processus risque de provoquer une réaction brutale parmi les Syriens du nord de la Syrie et peut-être finalement en Turquie.»

Selon Soner Cagaptay, directeur du programme turc au Washington Institute, Ankara et Damas plongeraient alors le nord-ouest de la Syrie dans un conflit gelé. 

«Je ne pense pas qu'un arrangement entre la Turquie et la Syrie aboutira à une réinitialisation complète des frontières et des affaires frontalières de deux pays, car de nombreux Syriens qui vivent dans les zones contrôlées par les forces soutenues par la Turquie ont déjà été effectivement nettoyés par Assad, dans certains cas deux fois», a-t-il déclaré à Arab News.

«Il n'y a aucune chance qu'ils restent dans la Syrie contrôlée par le régime d'Assad si les deux dirigeants se serrent la main ou procèdent à des échanges de territoires», a-t-il ajouté.

M. Cagaptay pense que la Turquie reconnaîtra la souveraineté d'Assad sur la région, mais qu’elle continuera à assurer temporairement la sécurité ainsi que l'ordre public dans certains territoires du nord-ouest de la Syrie, tout en conservant dans ses frontières des millions d'Arabes sunnites dont Assad ne veut pas et qui n'ont aucun intérêt à redevenir des citoyens syriens à part entière.

«Assad pourrait même revenir aux postes frontières avec le drapeau de la république syrienne et commencer à fournir certains services sociaux», a-t-il déclaré à Arab News.

Pour M. Cagaptay, la Turquie rend service à Assad est de garder les réfugiés syriens à l'intérieur du pays et dans le nord-ouest de la Syrie sous contrôle turc, et de ne pas les forcer à retourner en Syrie.

«C'est une énorme faveur pour Assad car il a utilisé la guerre en Syrie à des fins d'ingénierie ethnique. Avant la guerre, les Arabes sunnites constituaient plus des deux tiers de la population syrienne, mais ils représentent maintenant moins de la moitié de celle-ci. En échange, Assad peut proposer de remettre la milice kurde syrienne YPG sous son contrôle. C'est un bon accord pour Erdogan et la Turquie», a-t-il expliqué. 

La Turquie considère les YPG comme une menace pour la sécurité nationale et comme le prolongement du Parti des travailleurs du Kurdistan qui mène depuis des décennies une insurrection contre l'État turc.

Pour Aydin Sezer, un analyste basé à Ankara, «une pression extérieure importante est exercée pour que cette réconciliation ait lieu, tandis que le fardeau économique de l'accueil de millions de réfugiés syriens à l'intérieur de la Turquie et le coût croissant du déploiement d'officiers militaires aux postes d'observation en Syrie rendent également cette question financièrement importante pour la dynamique interne», a-t-il expliqué à Arab News.

La Turquie dispose d'environ 5 000 soldats dans les zones qu'elle contrôle en Syrie, ainsi que de quelque 8 000 soldats autour de la province d'Idlib tenue par les rebelles, dont le maintien coûte des milliards de dollars à Ankara et risque de provoquer des confrontations avec Assad et les puissances étrangères au sujet de la violation du territoire.

«Bien que le rapprochement ne puisse se faire du jour au lendemain, le fait que le gouvernement au pouvoir ainsi que les partis d'opposition aient commencé à en discuter est révélateur», a déclaré M. Sezer.

Erdogan a récemment fait allusion à une nouvelle opération en Syrie pour créer une zone de sécurité de 30 kilomètres de profondeur à partir de la frontière afin de repousser les combattants kurdes. Face aux protestations de plusieurs puissances régionales, l’imminence d’une telle intervention parait compromise.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et le Maroc signent un accord pour renforcer leur coopération dans le domaine du tourisme

Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Short Url
  • Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire
  • Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays

RIYAD : L'Arabie saoudite et le Maroc ont signé vendredi un protocole d'entente visant à encourager et à développer la coopération dans le domaine du tourisme, ainsi qu’à coordonner les efforts pour parvenir au développement durable de cette industrie dans les deux pays, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire, en marge de la 117e session du conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme.

Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays, en plus de leur volonté d'accorder la priorité à la jeunesse dans leurs plans de développement ».

« La question de la durabilité occupe une place importante dans les ambitions touristiques saoudiennes, aussi la coopération avec des partenaires qui ont une vision similaire, comme le Maroc, permet de renforcer le secteur dans notre région et dans le monde entier, et contribue à consolider la durabilité, la flexibilité et l'inclusivité du secteur touristique au profit des particuliers et des sociétés. »

Le ministre marocain du Tourisme a précisé que « le protocole reflète les relations solides entre les deux pays et la vision commune vers le renforcement du partenariat et l'augmentation des perspectives de coopération dans le secteur du tourisme ».

« Il conduira à davantage d'initiatives conjointes et à l'échange d'expériences et de bonnes pratiques, permettant aux deux pays de développer leurs capacités dans le domaine du tourisme. »

L'accord contribuera également à augmenter les possibilités de formation et de partage des connaissances, et offrira de nouvelles ouvertures pour les investissements.

L'Arabie saoudite est actuellement l'un des plus grands partenaires commerciaux du Maroc dans le monde arabe. En 2020, le Royaume a investi 26,6 millions de dollars dans les secteurs immobilier, touristique et agricole.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Mondial: la Pologne et Lewandowski se réveillent face à l'Arabie saoudite

Les joueurs saoudiens saluent les fans après avoir été battus 2-0 par la Pologne lors du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre La Pologne et l'Arabie saoudite au Education City Stadium d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les joueurs saoudiens saluent les fans après avoir été battus 2-0 par la Pologne lors du match de football du groupe C de la Coupe du monde Qatar 2022 entre La Pologne et l'Arabie saoudite au Education City Stadium d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Pologne peut remercier son gardien Wojciech Szczesny, décisif à plusieurs reprises
  • Juste avant la mi-temps, l'équipe d'Hervé Renard a obtenu un penalty, mais le capitaine saoudien Salem Al-Dawsari s'est heurté à Szczesny

DOHA: La Pologne de Robert Lewandowski, enfin buteur dans une Coupe du monde, a fait un pas vers la qualification en battant 2-0 l'Arabie saoudite, qui n'est pas parvenue à rééditer son exploit contre l'Argentine, samedi au stade Education City à Doha lors du Mondial-2022 au Qatar.

Tenus en échec par les Mexicains en ouverture (0-0), les Polonais se sont imposés grâce à Piotr Zielinski (39e) et au premier but à ce niveau de leur star Robert Lewandowski (82e). Muet en quatre matches de Coupe du monde (trois en 2018 et un en 2022), l'attaquant du FC Barcelone s'est enfin libéré.

La Pologne peut aussi remercier son gardien Wojciech Szczesny, décisif à plusieurs reprises. Elle compte désormais quatre points dans le groupe C et reprend espoir dans la course aux huitièmes de finale.

Victorieux des Argentins à la surprise générale lors du premier match (2-1), les Saoudiens peuvent avoir quelques regrets après avoir raté l'égalisation sur penalty juste avant la pause.

Les Saoudiens ont été les premiers à se montrer dangereux quand Mohamed Kanno a vu sa frappe être déviée sur la transversale par Wojciech Szczesny (13e). Puis c'est l'attaquant saoudien Saleh Al-Shehri, buteur face à l'Argentine, qui a sauvé les siens en repoussant une tête puissante de Krystian Bielik (26e).

Une relance rapide de Szczesny a permis aux Polonais de se projeter vers le but saoudien. Le joueur de Lens Przemysław Frankowski, lancé côté droit, a centré pour Robert Lewandowski qui a servi Piotr Zielinski, dont la frappe en force n'a laissé aucune chance au gardien saoudien (39e).

Double parade de Szczesny

Juste avant la mi-temps, l'équipe d'Hervé Renard a obtenu un penalty, après recours à la VAR, pour un léger contact de Bielik sur le mollet d'Al-Shehri. Mais le capitaine saoudien Salem Al-Dawsari, auteur d'un but splendide face à l'Argentine, s'est heurté à Szczesny. Le gardien de la Juventus, impérial, a repoussé dans la foulée la tentative de Mohammed Al-Bureik qui avait suivi (45+1).

Sûrement remotivés par Hervé Renard à la pause, comme lors du match contre l'Argentine, les Saoudiens ont à nouveau semé la panique dans la surface polonaise, mais Al-Dawsari n'est pas parvenu à frapper (55e).

A l'issue d'une nouvelle action dans un petit périmètre, le joueur d'Al Hilal a expédié une frappe au dessus de la cage (60e).

Dans ce match très animé, les Polonais ont tenté de doubler la mise mais la transversale a repoussé une tête d'Arkadiusz Milik (63e), puis une frappe involontaire du genou de Lewandowski (66e).

En fin de match, les Saoudiens ont poussé pour arracher l'égalisation, en vain, à l'image de la tentative lointaine de Sahud Abdulhamid, passée à côté de la cage (78e).

Mais Robert Lewandowski est venu enterrer les espoirs saoudiens en profitant d'une erreur défensive d'Abdulelah Al-Malki pour ouvrir enfin son compteur (82e). L'ancien avant-centre du Bayern Munich a même eu l'occasion de s'offrir un doublé, mais sa balle piquée n'a pas trompé le gardien Mohammed Al-Owais.

La Pologne jouera mercredi sa qualification face à l'Argentine, dos au mur après sa défaite inaugurale et qui affronte le Mexique en soirée.

Les Saoudiens, qui rêvent de se qualifier en huitièmes comme lors de l'épopée du Mondial-1994, devront réagir face à ces mêmes Mexicains.


Syrie: tirs de roquette contre une base américaine dans le Nord-Est selon le Centcom

Sur cette photo d'archive prise le 21 janvier 2018, des troupes de l'armée turque se rassemblent près de la frontière syrienne à Hassa, dans la province de Hatay. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 21 janvier 2018, des troupes de l'armée turque se rassemblent près de la frontière syrienne à Hassa, dans la province de Hatay. (AFP)
Short Url
  • L'attaque, qui a ciblé les forces de la coalition internationale vers 22H30 (21H30 GMT), n'a fait ni victime ni dégât dans la base
  • Quatre soldats américains avaient été blessés jeudi dans une attaque à la roquette contre une base utilisée par la coalition antijihadiste dans la région de Deir Ezzor, dans le nord-est syrien

BEYROUTH: Deux tirs de roquettes ont visé vendredi soir la base américaine d'al-Chaddadeh dans le Nord-Est de la Syrie, au sud du gouvernorat de Hassaké, a annoncé samedi le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

L'attaque, qui a ciblé les forces de la coalition internationale vers 22H30 (21H30 GMT), n'a fait ni victime ni dégât dans la base, selon la même source.

Centcom n'a pas précisé l'origine des tirs, intervenant alors que des positions kurdes du nord de la Syrie ont été visées par une série de raids aériens de la Turquie depuis dimanche dernier.

«Les attaques de cette sorte mettent en danger la population civile et les forces de la coalition et fragilisent la sécurité et la stabilité durement acquises de la Syrie et de la région», a estimé le porte-parole de Centcom, le colonel Joe Buccino.

Le 17 novembre, l'armée américaine avait rapporté une attaque à la roquette contre une base de la coalition, à al-Omar (Est), où se trouve le plus grand champ pétrolifère de Syrie. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, avait estimé que l'attaque provenait «d’une base de milices pro-iraniennes».

Mardi, une frappe turque contre une base conjointe des forces kurdes et de la coalition internationale antijihadiste, dans le Nord-Est de la Syrie, a mis les forces américaines en danger, selon le Centcom. Un drone turc a bombardé la base, faisant deux morts parmi les combattants kurdes.

Les tirs d’artillerie turcs ont aussi repris vendredi contre la province de Hassaké, selon l'OSDH, qui n'a pas fait état de victimes.

La Turquie dit être décidée à sécuriser sa frontière, affirmant que l'attentat ayant fait six morts et 81 blessés au coeur d'Istanbul le 13 novembre, a été commandité de Kobané, dans le Nord de la Syrie, ce que les Kurdes ont démenti.

Ankara indique cibler depuis le 20 novembre des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et de ses alliés des Unités de protection du peuple (YPG), composante dominante des Forces démocratiques syriennes (FDS, une alliance dominée par les Kurdes).

Appuyées par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, les FDS avaient été le fer de lance de la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) chassé de ses fiefs en Syrie en 2019.