Les extrémistes pourraient exploiter les lois sur l'esclavage pour échapper à la justice, selon un expert

De gauche à droite: Les adolescentes britanniques Kadiza Sultana, Amira Abase et Shamima Begum à l'aéroport de Gatwick le 17 février 2015 (Photo, Police métropolitaine/AFP).
De gauche à droite: Les adolescentes britanniques Kadiza Sultana, Amira Abase et Shamima Begum à l'aéroport de Gatwick le 17 février 2015 (Photo, Police métropolitaine/AFP).
Short Url
Publié le Samedi 03 septembre 2022

Les extrémistes pourraient exploiter les lois sur l'esclavage pour échapper à la justice, selon un expert

  • Jonathan Hall QC estime que le traitement des suspects de terrorisme comme des victimes de la traite des êtres humains est une «diversion» par rapport à la menace qu'ils représentent
  • Un nouveau livre affirme que les services de renseignement canadiens et britanniques sont impliqués dans le passage de l'adolescente Shamima Begum en Syrie en 2015

LONDRES: Un expert juridique britannique spécialisé dans la lutte contre le terrorisme a averti que les lois antiesclavagistes du Royaume-Uni pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale.

Jonathan Hall QC, l'examinateur indépendant de la législation sur le terrorisme au Royaume-Uni, a déclaré que ce que la loi considère comme une victime de la traite ou de l'esclavage est désormais si large qu'il pourrait conduire à ce que des suspects de terrorisme, en particulier ceux radicalisés alors qu'ils étaient mineurs, échappent à la justice, car ils pourraient faire valoir qu'ils sont des victimes.

Il craint que les autorités britanniques ne privilégient l'idée de traiter les suspects comme des victimes et non pas comme une menace pour le Royaume-Uni, au motif qu'ils ont pris des décisions parce qu'ils étaient mineurs ou ont été forcés.

Hall a déclaré au Times: «La définition et la manière dont la loi est appliquée sont trop larges. Elle est en contradiction avec le fait que les enfants ne sont généralement pas considérés comme des victimes lorsqu'ils commettent d'autres crimes, simplement parce que quelqu'un leur suggère de le faire.»

Ses remarques font suite aux déclarations faites dans un nouveau livre selon lesquelles l'ancienne membre de Daech Shamima Begum, qui a quitté le Royaume-Uni à l'âge de 15 ans pour la Syrie en 2015, a été introduite clandestinement dans le pays par un trafiquant d'êtres humains qui travaillait également pour les services de renseignement canadiens.

L'article «The Secret History of the Five Eyes» écrit par l'ancien journaliste du Sunday TimesRichard Kerbaj, prétend qu'Ottawa a demandé à Londres de l'aider à dissimuler le rôle du trafiquant dans l'arrivée de Begum, ainsi que de deux autres filles de Londres, dans le groupe.

Begum a ensuite été déchue de sa citoyenneté britannique par le ministère de l'Intérieur et est actuellement détenue dans un camp de prisonniers kurdes pour les membres de Daech dans le nord de la Syrie. Elle considère qu’elle est victime de la traite des êtres humains et de la sollicitation en ligne.

Les partisans de Begum suggèrent qu'elle est une victime, tandis que les allégations du livre impliquent que certaines parties du gouvernement britannique étaient conscientes du rôle des services de renseignement canadiens de son introduction clandestine en Syrie et du rôle de la Grande-Bretagne dans sa dissimulation, lorsqu'elle a été déchue de sa citoyenneté. Un appel doit être entendu en novembre.

Un porte-parole du maire de Londres, Sadiq Khan, a déclaré: «Bien que les faits ne soient pas clairs, ce qui est évident, c'est que Shamima Begum était une enfant lorsqu'elle s'est rendue en Syrie et qu'elle pourrait bien avoir été victime de la traite des êtres humains là-bas.»

«Si ces rapports sont vrais, alors le ministère de l'Intérieur doit expliquer pourquoi cela n'a pas été pris en compte lorsque la révocation de la citoyenneté de Shamima a été décidée», a ajouté le porte-parole.

En janvier, une jeune fille de 16 ans soupçonnée d'avoir participé à des activités terroristes d'extrême droite au Royaume-Uni a été libérée après que ses avocats ont réussi à faire valoir, en invoquant la loi sur l'esclavage moderne, qu'elle était victime de la traite des êtres humains, créant ainsi un précédent possible pour de futurs cas d'extrémistes mineurs.

Hall a mentionné que l'affaire aurait «des ramifications plus larges». Il a insisté: «Notre droit britannique va au-delà des obligations internationales en permettant aux personnes de se défendre comme victimes d'esclavage ou de traite.»

Hall a soutenu que le cas de Begum doit certes tenir compte de la manière dont elle s'est retrouvée en Syrie, mais doit reposer davantage sur le risque qu'elle représente pour la sécurité du Royaume-Uni que sur la question de savoir si elle a été vraiment une victime, ce qu'il a qualifiée de «diversion».

Le ministère de l'Intérieur britannique a signalé au Times qu'il ne commentait pas les questions relatives aux renseignements d'État.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Cédéao décide de créer une force régionale face au djihadisme et aux coups d'Etat

Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays,
  • Les armées nationales sont impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie

ABUJA, Nigeria: Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé dimanche à Abuja la création d'une force régionale vouée à intervenir non seulement contre le djihadisme, mais aussi en cas de coup d'État, comme la région en a connu plusieurs depuis deux ans, a indiqué un haut responsable.

Propagation djihadiste 

Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays, mais aussi le Burkina Faso et le Niger, et s'étend vers le sud et le golfe de Guinée. Les armées nationales sont largement impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie.

L'insécurité est un facteur primordial des coups d'État militaires qui ont secoué la région depuis 2020, au Mali, au Burkina et, pour d'autres raisons, en Guinée.

Des responsables militaires de la région se réuniront dans la deuxième moitié de janvier pour discuter des modalités d'établissement de la force régionale, a dit M. Touray.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.