Le président de Djibouti souligne l'importance de préserver la paix dans cette région «sensible» de la mer Rouge et du golfe d'Aden

Il n’y a pas d'alternative au rôle de premier plan de l'Arabie saoudite dans la région, déclare Ismail Omar Guelleh à Arab News en français. (Photo fournie)
Il n’y a pas d'alternative au rôle de premier plan de l'Arabie saoudite dans la région, déclare Ismail Omar Guelleh à Arab News en français. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 16 septembre 2022

Le président de Djibouti souligne l'importance de préserver la paix dans cette région «sensible» de la mer Rouge et du golfe d'Aden

Il n’y a pas d'alternative au rôle de premier plan de l'Arabie saoudite dans la région, déclare Ismail Omar Guelleh à Arab News en français. (Photo fournie)
  • Le président de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, salue les efforts déployés par l'Arabie saoudite pour protéger et pour assurer la sécurité des transports
  • Dans cette interview qui aborde une large gamme de sujets, le président Guelleh évoque également les conséquences dévastatrices des actions des Houthis au Yémen

DJIBOUTI: Le président de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, a salué les efforts déployés par l'Arabie saoudite pour protéger et assurer la sécurité des transports ainsi que pour empêcher les «interventions» de sabotage de la sécurité des transports le long de la zone «très sensible» de la mer Rouge et du golfe d'Aden.

Dans une interview exclusive, M. Guelleh a déclaré à Arab News en français que les mesures qui avaient été prises pour tenir un prochain sommet du Conseil des pays arabes et africains de la mer Rouge et du golfe d'Aden en Arabie saoudite étaient l’aboutissement d'une initiative menée par le Royaume. Il a ajouté que ces efforts ont été chaleureusement accueillis par son pays.

« C'est un signe du sérieux travail du Royaume d'Arabie saoudite qui joue un rôle unique dans ce domaine. Sur le plan international, elle est le principal acteur de la paix mondiale dans la région et dans le monde entier », a-t-il souligné.

1
Dans une interview exclusive accordée à Arab News en français, le président djiboutien Ismail Omar Guelleh a salué les efforts de l'Arabie saoudite pour assurer la sécurité dans la mer Rouge et le golfe d'Aden. (Photo, Abdullah Al-Jaber)

Le Conseil, composé de huit pays, a initialement été annoncé à Riyad en janvier 2020, avant l’apparition de la pandémie de Covid-19. Ses États membres sont: l'Arabie saoudite, la Jordanie, l'Égypte, le Soudan, Djibouti, l'Érythrée, la Somalie et le Yémen.

En annonçant la nouvelle, à l’époque, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, avait indiqué que Riyad «tenait beaucoup à travailler et à coopérer avec les États membres de ce Conseil pour faire face à ces défis et aux risques qui nous entourent de toutes parts».

La mer Rouge et le golfe d'Aden, qui relient l'Europe à l'Asie et au Moyen-Orient, sont deux des routes maritimes les plus fréquentées du monde.

Dans cette interview qui aborde une large gamme de sujets, le président Guelleh évoque également les conséquences dévastatrices des actions des Houthis au Yémen, qui ont entraîné le renversement du gouvernement légitime soutenu par l'ONU ainsi qu’une guerre qui entame maintenant sa septième année.

« Djibouti a été victime parce que nous avons reçu beaucoup, beaucoup de réfugiés yéménites, et sans l'apport, le soutien et la solidarité du gouvernement saoudien et à sa tête le roi Salmane, la situation aurait été véritablement aggravée par l'attitude des Houthis qui ont complètement détruit le pays et qui ont mis, ont risqué la paix et la sécurité maritime », a-t-il indiqué. 

Abritant un grand nombre de bases militaires étrangères, Djibouti accueille notamment dans la Corne de l'Afrique les forces armées américaines et chinoises, des troupes japonaises et espagnoles, ainsi qu’une présence française décroissante.

On ignore si Djibouti renouvellera ou non le traité militaire avec Paris; certains observateurs y voient le signe d'une détérioration des relations avec la France, ce que dément Ismaïl Omar Guelleh.

« La relation entre Djibouti et la France date du XIXe siècle. Le traité signé, le traité prend fin cette année. Nous allons le refaire, » a-t-il affirmé. « Nous sommes en train de travailler, par les juristes. Mais il n'y a pas d'inquiétude à se faire parce que nous sommes comme on dit chez nous a un mari et sa femme, jamais amis ni ennemis. » 

Le président Guelleh a également mis en garde contre les conséquences de la guerre russo-ukrainienne actuelle. Il a précisé qu'elle a atteint le point « jusqu’au risque d'avoir des conséquences nucléaires » et il estime que « ni la Russie, ni l'Ukraine ne seront gagnants. » 

 

Ce qui suit est une traduction de l'interview qui a été réalisée en français et en arabe:

Q: Parlez-nous de la valeur stratégique du sommet prévu par les pays arabes et africains de la mer Rouge et du golfe d'Aden, et de ses objectifs.

R: En effet, ce sommet est le fruit d'une initiative saoudienne et nous l’attendons depuis longtemps. La stratégie de la mer Rouge est claire. En considérant ce qui s’est passé au Yémen, les interventions des forces étrangères et, comme vous le savez, l’immense importance du détroit de Bab al-Mandab pour la sécurité internationale, celle des Arabes et celle de tous les pays, c’est aussi leur responsabilité. 

Cette initiative a été lancée par le royaume d'Arabie saoudite. Nous l'avons accueillie favorablement; pour la première fois, le sommet se tiendra, si Dieu le veut, à Djeddah, et les ministres des Affaires étrangères s’y sont préparés. C’est une expression du sérieux du Royaume et du rôle qu'il joue dans cette région. Sur le plan international, il sera un grand représentant de la paix dans la région et dans le monde.

Quels sont les espoirs et les aspirations du sommet prévu pour la région et pour Djibouti en particulier?

Les résultats consisteront à renforcer et à assumer la responsabilité internationale qui incombe aux pays voisins… En effet, vous avez l'Otan à vos côtés, qui est incontestablement l’institution qui assume la responsabilité de la sécurité des transports et de la navigation dans le monde.

De nombreux pays participants, en particulier du côté africain, ne s'entendent pas entre eux. Comment la sécurité sera-t-elle coordonnée et comment les conflits seront-ils mis de côté afin que les objectifs du Conseil soient atteints?

Le seul pays qui entretient de bonnes relations avec tous les pays de cette région est l'Arabie saoudite. Le Royaume a ainsi la charge d'être l'acteur et la seule force qui défend l’opinion et l’initiative. Il fournit les services pour construire la paix entre Port-Saïd, Bab al-Mandab et le golfe d'Aden, et empêcher les interventions sataniques qui cherchent toujours à saboter la paix dans cette région sensible.

Mais comment allez-vous vous coordonner pour empêcher la piraterie et son impact sur les expéditions mondiales d’énergies? Verrons-nous une force unifiée en mer Rouge, par exemple?

Je pense qu'il serait opportun d’y réfléchir, et nous en discuterons lors du prochain sommet pour mettre les choses en perspective. Que chacun assume ses responsabilités. Que pouvons-nous faire pour la population et pour le monde entier? Mettre en place une transition de cette phase vers une mouvance globale, afin de pouvoir lutter contre toutes les formes de terrorisme ou de piraterie qui peuvent émerger dans la région. C'est pourquoi nous devons montrer ou étudier de quelle manière nous pouvons, de manière collégiale, faire face aux menaces extérieures auxquelles nous pourrions être confrontés.

Parlons du Yémen… Quel a été l'impact de cette guerre de sept ans sur votre pays jusqu'à présent, et pensez-vous que la trêve actuelle durera?

Comme vous le savez, le Yémen est un pays très proche de Djibouti. Il se situe à vingt kilomètres d'ici. Le Yémen a été victime de ce qui s'est passé en Syrie, de ce qui s'est passé en Libye, et de ce dont certains États arabes ont vraiment été victimes: une sorte de conspiration qui vise l'unité arabe. Le peuple yéménite a été attiré par un autre mal ou un autre complot, un autre «coup», si vous voulez, venu d'un pays extérieur à la région.

1
Des Yéménites déplacés par les Houthis vont chercher de l'eau dans le camp de réfugiés du HCR à Obock, Djibouti, le 26 mars 2016. (Photo d'archives, AFP)

Djibouti en a subi les conséquences parce que nous avons accueilli un très grand nombre de réfugiés yéménites. Sans la contribution, le soutien et la solidarité du gouvernement saoudien, dirigé par le roi Salmane, la situation aurait été profondément aggravée par le comportement des Houthis, qui ont totalement détruit le pays et représenté une menace pour la paix et la sécurité maritimes.

Cependant, ils ont échoué, car la vigilance des forces internationales, à savoir les forces saoudiennes, les en a empêchés. Les tentatives pour bloquer cette route, pour créer l'insécurité et empêcher les garanties de fonctionner dans de bonnes conditions… Sans l'Arabie saoudite, nous n'aurions pas eu de paix dans cet axe.

Votre position au sujet de la guerre contre l'Ukraine découle-t-elle de la même position, qui consiste à soutenir les gouvernements légitimes et à s'opposer à l'attaque contre la souveraineté d'un autre pays? Quel impact cette guerre a-t-elle eu sur votre pays

Vous savez, cela se passe très loin. L'Ukraine est très éloignée de nous. Nous avons, depuis le début, déclaré notre position, considérant que les bombardements intensifs qui frappent les populations ne sont pas et ne peuvent pas être une solution. Cependant, avec ce qui se passe, ce qu'il faut, c'est un dialogue et des concertations. Il n'y a pas d'alternative.

La destruction continue au point qu’elle risque d'avoir des conséquences nucléaires dans cette région. Ni la Russie ni l'Ukraine n'en sortiront vainqueurs et nous aurons dans notre région – même si la guerre se passe loin de nous – des conséquences qui pourraient nous affecter. Cependant, jusqu'à présent, nous n’avons subi aucune répercussion.

Djibouti abrite des bases militaires qui appartiennent à des puissances mondiales opposées. Comment gérez-vous ces relations et les intérêts conflictuels de ces pays? Et quel est le mécanisme de régulation de la présence de troupes étrangères dans votre pays?

Nous n'avons encore reçu aucune plainte de la part des pays qui ont déployé des armements et qui effectuent des exercices dans notre pays. Il faut toujours chercher les raisons derrière chaque chose. La raison principale de la présence américaine, qui a commencé après l'incident [en 2002] du navire américain [USS Cole], cible d'un attentat à Aden lancé par Al-Qaïda dans la région, est la lutte contre le terrorisme. Notre priorité était de contribuer à la lutte contre le terrorisme international. C'est ce qui a motivé la présence américaine à Djibouti.

1
Les troupes chinoises assistent à la cérémonie d'ouverture le 1er août 2017 de la nouvelle base militaire chinoise à Djibouti, la première base navale à l'étranger de la superpuissance asiatique. (Photo, AFP)

Ensuite, les Japonais ont également voulu venir. Ils ont mesuré les dangers qui guettaient leurs flottes, leurs flottes commerciales en particulier, dans les régions de la Somalie et du golfe d'Aden. Ils nous ont également demandé de déployer un avion pour qu'ils puissent surveiller les côtes, même si, économiquement, nous n'avons pas les capacités d’assumer toutes ces responsabilités.

Nous avons participé en leur fournissant un espace qui leur a permis d'assurer la navigation internationale et la paix internationale, c’est notre part de responsabilité. Ensuite, il y a eu la Chine, qui, elle aussi, pour la première fois de son existence, a disposé d’une plate-forme et d’une présence militaire à Djibouti. Ces pays sont de grandes nations. Ils ne connaissent toutefois pas de problèmes entre eux par rapport à leur présence à Djibouti, et c'est pourquoi tout se passe bien.

Mais quel sera l'impact de l'évolution de la géopolitique mondiale sur votre pays? Par exemple, craignez-vous une confrontation sino-américaine à cause de Taïwan? Et si l’on vous demandait de choisir un camp?

Nous n'avons même pas envisagé cette possibilité. C'est lié et ils se battent là-bas, à Taïwan, au sud de la mer de Chine. Cependant, le champ de bataille n'est pas ici. La zone de guerre n'est pas ici et elle n'est pas non plus à proximité. C'est pourquoi, à mon avis, il n'y a pas lieu d’avoir peur. Il n'y a pas à craindre une confrontation entre la Chine et les États-Unis à Djibouti, je ne le pense pas. C'est quelque chose que Dieu décide, ce n'est pas à nous de le décider.

La présence militaire française semble diminuer ici. Le bruit court que le traité de coopération militaire entre votre pays et Paris pourrait ne pas être renouvelé. Comment voyez-vous l'avenir de votre relation avec la France?

Les relations entre Djibouti et la France remontent au XIXe siècle. Le traité signé entre nos deux pays expire cette année. Nous allons le renouveler, et nous sommes en train de travailler avec les experts juridiques et toutes les personnes en charge du dossier.

Toutefois, il n'y a pas de position à prendre, car nous sommes... Comme on dit dans notre pays, un mari et sa femme ne sont jamais amis ni ennemis. C'est la métaphore qui illustre le fait que nous pouvons être en colère l'un contre l'autre, mais que nous sommes très engagés dans nos relations. Notre but n’est pas d'avoir des problèmes avec eux. C'est comme une famille, en quelque sorte. Nous pourrions parfois avoir des différends. Mais ce n'est pas grave.

Mais c'est cette présence militaire française et la présence américaine qui ont poussé le groupe terroriste Al-Chabab à menacer directement votre pays. Cela ne vous inquiète-t-il pas? Quelles mesures avez-vous prises pour vous défendre?

Nous avons été victimes d'une attaque en 2014. Certaines personnes ont perdu la vie et d'autres ont été blessées [en référence à l'attentat-suicide de 2014 dans un restaurant, qui avait provoqué la mort de trois étrangers]. Nos services n'ont qu'un seul but, qui a toujours été de nous défendre; nous sommes là pour nous défendre. Il n'y a aucun problème. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent, mais notre peuple est prêt.

Vous vous êtes toujours opposé aux opinions extrémistes, et c'est peut-être un point commun avec les réformes qui sont en cours en Arabie saoudite. Comment les changements qui ont lieu dans le Royaume sont-ils perçus dans votre pays?

Nous attendions cette initiative depuis longtemps, et maintenant, avec l'initiative du prince héritier et du Gardien des deux Saintes Mosquées, nous allons dans la bonne direction. Notre vraie religion est le centrisme et la modération. Nous vivons à Djibouti depuis longtemps sans difficulté avec cette croyance.

Cependant, les takfiris cherchent à transformer la moitié des musulmans en infidèles et à les expulser de la religion sans pitié, sans tolérance et sans le moindre respect pour les femmes musulmanes.

Tout cela a créé la haine parmi les musulmans. Nous avons opté et nous optons pour la modération avec nos frères dans le Royaume, qu’il s’agisse de ses dirigeants ou de son peuple. C'est dans l'intérêt de l’Oumma, des Arabes et des musulmans, et de l'islam dans le monde entier.

Outre l'aspect religieux, quel est l'impact de la Vision 2030 sur votre pays? Comment voyez-vous évoluer les relations entre l’Arabie saoudite et Djibouti?

Si l’on remonte dans le temps, depuis notre indépendance et jusqu'à ce jour, l'Arabie saoudite nous a toujours soutenus et aidés dans notre développement. Nous consultons toujours ce pays et nous agissons en coordination avec lui dans divers domaines, de la sécurité au Fonds saoudien. Nous sommes très satisfaits et nous voulons continuer dans cette voie tant qu'il n'y a pas d'alternative au rôle prépondérant du Royaume dans la région.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


ONU: Notre travail en Syrie est motivé par l'impératif humanitaire, souligne l'ambassadrice norvégienne

«Nous sommes extrêmement inquiets», a déclaré Mona Juul, représentante permanente de la Norvège auprès de l'ONU, à Arab News dans une interview exclusive à New York (Photo, AFP).
«Nous sommes extrêmement inquiets», a déclaré Mona Juul, représentante permanente de la Norvège auprès de l'ONU, à Arab News dans une interview exclusive à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • La Norvège «travaille sans relâche» pour renouveler le mécanisme d'aide transfrontalière pour la Syrie, affirme le représentant permanent du pays auprès des Nations unies
  • Avec l'Irlande, la Norvège est l'actuel responsable du dossier humanitaire syrien au Conseil de sécurité

NEW YORK: Les médias du monde entier ont peut-être cessé de compter les morts et les blessés dans le conflit syrien, mais la destruction généralisée des infrastructures civiles et le deuxième plus grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays dans le monde montrent bien que la guerre est loin d'être terminée.

Avec 90% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, la Syrie continue de traverser l’une des pires crises humanitaires au monde. Selon le Programme alimentaire mondial, quelque 14,6 millions de personnes ont aujourd'hui besoin d'une aide humanitaire pour survivre, soit une augmentation de 1,2 million par rapport à l'année dernière.

L'effondrement économique et la menace d'une pénurie alimentaire mondiale due à la guerre en Ukraine ont rendu la situation encore plus complexe. Aujourd'hui, selon le PAM, la menace de famine est aux portes de la Syrie.

«Nous sommes extrêmement inquiets», a déclaré à Arab News Mona Juul, représentante permanente de la Norvège auprès des Nations unies, dans une interview exclusive à New York.

Selon le Programme alimentaire mondial, quelque 14,6 millions de personnes ont désormais besoin d'une aide humanitaire pour survivre (Photo, AFP).

«Nous sommes inquiets depuis des années. Mais la situation semble empirer de jour en jour. Et inévitablement, avec l’hiver qui arrive, les souffrances de millions et de millions de Syriens qui ont un besoin urgent, un besoin immédiat, d’aide humanitaire s’intensifient.

«Cela concerne pratiquement l’ensemble du pays. Mais nous sommes évidemment très préoccupés par la situation dans le nord-ouest du pays, dans la zone contrôlée par le gouvernement.»

La situation particulièrement alarmante est celle des 4,4 millions de personnes dans le nord-ouest du pays, sous le contrôle de l'opposition, qui dépendent de l'aide étrangère pour survivre et qui ne savent pas s'ils auront suffisamment de pain sur leurs tables en janvier.

C'est à ce moment-là qu'un mécanisme transfrontalier des Nations unies, de plus en plus fragile, permettant d'acheminer l'aide à la Syrie, doit expirer et que son renouvellement doit être soumis au vote du Conseil de sécurité des Nations unies. Les diplomates craignent que la Russie, alliée du régime syrien, n'utilise son veto pour fermer le dernier point d'entrée de l'aide en Syrie, facilité par les Nations unies, à savoir Bab al-Hawa, à la frontière turque.

En tant que co-responsable du dossier humanitaire de la Syrie au Conseil de sécurité, la Norvège, avec l'Irlande, est chargée de suivre la situation humanitaire en Syrie en rédigeant des résolutions, en demandant des réunions d'urgence et en organisant des visites de mission.

Le mécanisme transfrontalier a été créé en 2014 pour permettre l'acheminement de l'aide de l'ONU directement dans les zones tenues par l'opposition en Syrie.

Le droit humanitaire international exige que toutes les livraisons d'aide passent par le gouvernement hôte. Toutefois, la tactique du président syrien, Bachar Assad, consistant à traiter les aides humanitaires comme une arme de guerre a incité le Conseil de sécurité de l’ONU à approuver l'utilisation de quatre points de passage de l'aide – un depuis la Jordanie, un autre depuis l'Irak et deux derniers depuis la Turquie.

La Syrie a subi des années de guerre déclenchée par des manifestations antigouvernementales lors des soulèvements du Printemps arabe dans tout le Moyen-Orient (Photo, AFP).

Jusqu'en décembre 2019, le Conseil de sécurité des Nations unies a renouvelé le mandat de ces points de passage sans obstruction. Cependant, en janvier 2020, la Russie a utilisé son veto pour forcer la fermeture de tous les points de passage sauf un: Bab al-Hawa.

Si ce dernier point de passage est fermé, les agences humanitaires craignent qu'il soit quasiment impossible de trouver une alternative.

«Et c'est pourquoi nous travaillons sans relâche pour nous assurer que nous pouvons prolonger le mandat de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui autorise l'assistance humanitaire transfrontalière à Bab al-Hawa», a expliqué Juul.

Depuis 2020, ce renouvellement fait l'objet de négociations très délicates, à un moment où les canaux diplomatiques entre la Russie et les États-Unis sont pratiquement fermés, ce qui a un impact sur chaque question à l'ordre du jour du Conseil de sécurité.

«Ce n'est un secret pour personne que chaque fois que nous devons renouveler ce mécanisme transfrontalier, le point de départ est qu'au moins un membre du Conseil de sécurité ne veut pas de cette résolution et de ce mécanisme», a insisté Juul. «C'est le point de départ depuis que ce mécanisme a été établi en 2014.»

Moscou affirme que l'opération d'aide internationale viole la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie. Puisque la Syrie a été «libérée», elle souligne que toute l'aide destinée au nord doit passer par la capitale, Damas.

Bien que les expéditions internes depuis Damas vers les zones contrôlées par l'opposition constitueraient un complément bienvenu à la ligne de vie transfrontalière, Juul estime qu'elles ne peuvent la substituer. Même s'ils étaient déployés régulièrement, ces convois ne pourraient pas reproduire l'ampleur et la portée des opérations transfrontalières.

Même si les Nations unies assurent que leurs opérations internes d'acheminement de l'aide sont menées de manière «transparente et conforme aux principes», les organisations humanitaires maintiennent que l'aide fournie à Damas n'atteint pas les zones opposées au régime d'Assad.

Ces organisations accusent le gouvernement de priver délibérément des millions de Syriens de produits et de services de base, notamment de nourriture et d'eau potable, les utilisant comme outil de guerre.

La tactique du président syrien, Bachar Assad, consistant à traiter les aides humanitaires comme une arme de guerre a incité le Conseil de sécurité des Nations unies à approuver l'utilisation de quatre points de passage de l'aide (Photo, AFP).

Une enquête récente sur les opérations d'achat de l'ONU en Syrie, menée par le Syrian Legal Development Program et l’Observatory of Political and Economic Networks, a révélé qu'environ 50% des achats de l'ONU impliquent des acteurs liés au régime, dont beaucoup sont impliqués dans des violations des droits et des crimes de guerre.

Interrogé sur les conclusions du rapport, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU, a déclaré à Arab News que l'ONU était «bien consciente des défis» posés par le travail dans de tels contextes.

Il a signalé que l'ONU s'engageait auprès des auteurs du rapport et que les équipes de l'ONU en Syrie continuaient «d'essayer d'améliorer» leurs méthodes.

«L'autre chose, je dirais, c'est qu'il y a une augmentation en termes de valeur des produits achetés en dehors de la Syrie, mais il y a des produits qui ne peuvent être achetés que dans le pays, comme les téléphones, le carburant, etc.


Syrie: Renforts russes dans une zone frontalière de la Turquie (habitants et ONG)

La Russie a déployé mercredi des renforts de troupes dans une zone du nord de la Syrie contrôlée par des combattants kurdes et des troupes gouvernementales, craignant une incursion terrestre turque (Photo, AFP).
La Russie a déployé mercredi des renforts de troupes dans une zone du nord de la Syrie contrôlée par des combattants kurdes et des troupes gouvernementales, craignant une incursion terrestre turque (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est la première fois que l'armée russe, qui soutient le régime de Bachar al-Assad, dépêche des renforts dans la région de Tal Rifaat
  • Des habitants de Tal Rifaat ont indiqué que des renforts russes étaient arrivés dans la ville située à une quinzaine de kilomètres de la frontière turque

QAMICHLI: Les forces russes ont accru leur présence mercredi  dans une région du nord de la Syrie sous contrôle des forces kurdes et de l'armée syrienne, menacée par une offensive terrestre de la Turquie, ont indiqué des habitants et une ONG.

C'est la première fois que l'armée russe, qui soutient le régime de Bachar al-Assad, dépêche des renforts dans la région de Tal Rifaat, frontalière de la Turquie, depuis qu'Ankara a lancé le 20 novembre une campagne de raids aériens contre les combattants kurdes.

Des habitants de Tal Rifaat ont indiqué que des renforts russes étaient arrivés dans la ville située à une quinzaine de kilomètres de la frontière turque.

Le président Recep Tayyip Erdogan a indiqué que l'offensive terrestre que la Turquie menace de lancer "le moment venu" viserait en priorité Tal Rifaat, ainsi que les localités de Manbij et Kobané, en vue d'établir une zone de sécurité large de trente kilomètres au sud de sa frontière.

Tal Rifaat se trouve dans une enclave contrôlée par les forces kurdes, entourée de régions tenues par l'armée syrienne d'un côté, et de groupes proturcs de l'autre.

Selon les mêmes habitants, les forces de Moscou ont établi un nouveau barrage entre la zone contrôlée par les Kurdes et celle tenue par les forces pro-turques.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain) a de son côté indiqué que les forces russes avaient également consolidé leur présence à l'aéroport militaire de Menagh, tenu par le régime syrien, proche de Tal Rifaat.

L'OSDH a également fait état de renforts russes dans les environs de la ville frontalière kurde de Kobané. Un responsable de sécurité a indiqué à l'AFP que les forces russes y avaient fait circuler une patrouille, sous la surveillance d'un hélicoptère.

"Le but de ces renforts pourrait être d'empêcher ou de retarder l'opération militaire turque", a affirmé à l'AFP le chef de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Les forces kurdes de Syrie ont indiqué mardi avoir demandé à la Russie de faire pression sur la Turquie pour la dissuader de lancer une offensive terrestre.

Moscou, allié du régime syrien, et Washington, qui soutient les Kurdes de Syrie, ont tous deux appelé Ankara "à la retenue".

La Turquie a lancé ses raids après un attentat qui a fait six morts à Istanbul le 13 novembre, accusant les Kurdes de l'avoir commandité, ce qu'ils ont démenti.

Depuis le 20 novembre, environ 75 personnes ont été tuées dans les frappes turques, en majorité des combattants kurdes, ainsi qu'une dizaine de civils et des soldats syriens, selon l'OSDH.


Le chef du Pentagone exhorte la Turquie à ne pas mener d'offensive en Syrie

Lloyd Austin a aussi présenté ses condoléances pour les victimes de l'attentat d'Istanbul, qui a fait six morts et plus de 80 blessés le 13 novembre (Photo, AFP).
Lloyd Austin a aussi présenté ses condoléances pour les victimes de l'attentat d'Istanbul, qui a fait six morts et plus de 80 blessés le 13 novembre (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre «a appelé à la désescalade et partagé la forte opposition du ministère de la Défense à une nouvelle opération militaire turque en Syrie»
  • La Turquie a effectué le 20 novembre une série de raids aériens dans le nord-est de la Syrie sur des positions de combattants kurdes

WASHINGTON: Le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a exprimé mercredi à son homologue turc Hulusi Akar sa "forte opposition" au lancement d'une nouvelle offensive d'Ankara en Syrie, selon le Pentagone.

La Turquie a effectué le 20 novembre une série de raids aériens dans le nord-est de la Syrie sur des positions de combattants kurdes, membres de groupes qu'elle qualifie de "terroristes". Et son président Recep Tayyip Erdogan a réitéré la semaine dernière son intention d'ordonner, "le moment venu", une offensive terrestre.

Le ministre "a appelé à la désescalade et partagé la forte opposition du ministère de la Défense à une nouvelle opération militaire turque en Syrie", a déclaré le Pentagone dans un communiqué.

Il a aussi présenté ses condoléances pour les victimes de l'attentat d'Istanbul, qui a fait six morts et plus de 80 blessés le 13 novembre.

La Turquie a accusé les Kurdes de l'avoir commandité, ce qu'ils ont démenti.

La veille de cet échange entre Lloyd Austin et son homologue, le porte-parole du Pentagone avait déclaré qu'une opération terrestre de la Turquie en Syrie risquerait de "compromettre" les acquis de la guerre contre le groupe Etat islamique (EI) dans ce pays.