«Ça pourrait être moi»: la révolte d'Iraniennes de la diaspora après la mort de Mahsa Amini

Nasibe Samsaei, une Iranienne vivant en Turquie, coupe sa queue de cheval lors d'une manifestation devant le consulat d'Iran à Istanbul le 21 septembre 2022, à la suite du décès d'une Iranienne après son arrestation par la police des mœurs du pays à Téhéran. (AFP)
Nasibe Samsaei, une Iranienne vivant en Turquie, coupe sa queue de cheval lors d'une manifestation devant le consulat d'Iran à Istanbul le 21 septembre 2022, à la suite du décès d'une Iranienne après son arrestation par la police des mœurs du pays à Téhéran. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 22 septembre 2022

«Ça pourrait être moi»: la révolte d'Iraniennes de la diaspora après la mort de Mahsa Amini

  • Selon Azadeh Kian, professeur de sociologie à l'université Paris Cité et spécialiste de l'Iran, «ce qui est inédit dans ces manifestations c'est qu'on retrouve les femmes au devant de la scène»
  • «Cette fois ci, on entend des protestations pas seulement contre la situation générale du pays mais aussi pour les droits des femmes: c'est un changement important»

PARIS: Des Iraniennes qui osent manifester têtes nues en brandissant leurs voiles, en les brûlant ou en scandant le mot "Liberté" malgré la répression à travers leur pays: les femmes sont "sur le devant de la scène" dans les manifestations en Iran, soutenues dans leur révolte par leurs compatriotes de la diaspora.

Des manifestations ayant fait plusieurs morts ont éclaté en Iran après que les autorités ont annoncé le 16 septembre la mort de Mahsa Amini, 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest), après son arrestation pour "port de vêtements inappropriés" par la police des moeurs, chargée de faire respecter le code vestimentaire strict dans la République islamique.

Des militants ont déclaré que la jeune femme avait reçu un coup mortel à la tête, une affirmation démentie par des responsables qui ont annoncé une enquête.

"Elle est allée à Téhéran pour rendre visite à sa famille; je disais à ma maman, ça pourrait tout simplement être moi, ou ma soeur, ou mes cousines...", s'insurge auprès de l'AFP Sara*, 48 ans, enseignante en France. "C'est une fille qui n'était même pas activiste, juste une fille aussi normale que moi... c'est la différence cette fois-ci, cela touche et choque tous les gens".

Selon Azadeh Kian, professeur de sociologie à l'université Paris Cité et spécialiste de l'Iran, "ce qui est inédit dans ces manifestations c'est qu'on retrouve les femmes au devant de la scène".

"Les femmes ont participé au mouvement de 2009", rappelle-t-elle, mais elle souligne que depuis 2017 "les mouvements de protestation avaient pour revendications principales la crise économique, le chômage, le verrouillage politique etc... Mais cette fois ci, on entend des protestations pas seulement contre la situation générale du pays mais aussi pour les droits des femmes: c'est un changement important".

Dans nombre de vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir de nombreuses femmes présentes dans les rassemblements, qui ôtent leurs voiles, laissent voir leurs cheveux et brandissent leurs voiles en l'air avec colère, scandant des slogans comme "Femme, vie, liberté".

Des femmes, notamment au Kurdistan iranien, ont aussi "brûlé leurs voiles pour brûler les fondements idéologiques du régime islamique", relève Mme Kian.

Quelques femmes se sont aussi coupé les cheveux en signe de protestation, publiant les vidéos sur internet.

"Mes amis et moi, nous sommes très tristes et nous souffrons pour toutes les femmes en Iran", confie à l'AFP Narges Mirnezhad, 37 ans, artiste iranienne vivant à Strasbourg (nord-est de la France).

Elle déplore que plusieurs de ses amis ont été emprisonnés depuis mardi soir après avoir participé à des manifestations.

"De nombreuses filles" ont brûlé leurs voiles à l'université de Téhéran mercredi, rapporte-t-elle.

Avec fébrilité, Sara raconte avoir eu "très peur" quand elle avait elle-même été interpellée par la police des moeurs lorsqu'elle avait une trentaine d'années durant des vacances en Iran. Elle raconte avoir été placée en détention dans le même centre à Téhéran où Mahsa Amini était détenue quand elle est tombée dans le coma.

«Cocotte minute»

Sara s'était vue reprocher "de ne pas porter de chaussettes" et d'avoir un pantalon "trop court".

En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et la police des moeurs leur interdit également de porter des manteaux courts au-dessus du genou, des pantalons serrés, des jeans troués ou encore des tenues de couleurs vives.

Emmenée dans un minibus dans le centre de détention à Téhéran, Sara avait été dirigée vers un sous-sol où avait lieu les gardes à vue des femmes. "J'étais terrifiée, car j'avais entendu des rumeurs de violence; je me suis agrippée en pleurs à un poteau de l'escalier en criant".

Sa mère pourra finalement venir la chercher vers minuit ce jour-là et devra laisser sa carte d'identité, qu'elle récupèrera après que Sara eut suivi un cours de "correction comportementale" de plusieurs heures.

"Depuis 43 ans (et la Révolution islamique de 1979), il y a une accumulation de répression, c'est comme une cocotte minute et là cela a explosé et j'espère que cela va continuer", lance Sara.

Les femmes présentes ces jours-ci dans les manifestations sont selon elle plutôt des "jeunes d'une vingtaine d'années, qui n'ont pas peur et ont tellement d'espoir...". "Le voile c'est l'arme, la définition de ce régime; les femmes sont en train de dire qu'elle n'en veulent plus".

De l'autre côté de l'Atlantique, Fereshteh*, 44 ans, a répondu mercredi à l'AFP alors qu'elle manifestait devant l'Assemblée des Nations unies à New York "pour soutenir les Iraniens en Iran qui se battent pour leurs droits", forçant la voix pour couvrir le brouhaha.

Des femmes en Iran "ont mis le feu à leurs voiles face à la police, ce qui est tellement fort quand vous avez à faire à des meurtriers... vous risquez votre vie; cela veut dire qu'elles n'en peuvent plus de ce régime de fous", lance-t-elle.

Azadeh*, 63 ans, a quant à elle manifesté mardi à Genève devant le siège de l'ONU.

"On a une colère qu'on n'arrive pas vraiment à contrôler...", réagit-elle, très émue, en pensant "à sa famille restée" en Iran.

"Le voile ne doit pas être obligatoire, on doit être libres!", s'insurge-t-elle. "Les Iraniens sont très fâchés, ils ont osé dire qu'ils en ont marre", des actions de la police des moeurs et de la répression.


Deux membres de factions palestiniennes tués dans un raid israélien en Cisjordanie

L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
Short Url
  • Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens et Zubaidi l'un de ses proches associés
  • De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux «leaders importants» des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine

JENINE: Un raid israélien a tué jeudi deux Palestiniens, un leader du Jihad islamique et l'un de ses proches associés, dans le secteur de Jénine, au coeur ces derniers mois de la plus importante vague de violence depuis sept ans en Cisjordanie, ont indiqué les autorités locales.

Selon le ministère palestinien de la Santé, Mohammed Ayman al-Saadi, 26 ans, et Naïm Jamal Zubaidi, 27 ans, ont été "tués par balle par l'armée israélienne lors d'une opération à l'aube", dans le secteur de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens considéré comme un bastion des factions armées palestiniennes, et Zubaidi l'un de ses proches associés.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux "leaders importants" des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine ayant aussi mené à l'arrestation de neuf personnes.

La semaine dernière, des combattants de Jénine avaient enlevé un jeune Israélien traité dans un hôpital local après avoir été blessé dans un accident de la route en Cisjordanie occupée.

D'intenses négociations ont été menées par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas pour convaincre les combattants de restituer la dépouille du jeune homme, dont il n'est pas clair s'il avait été enlevé mort ou vivant selon les versions de la famille ou de l'armée, afin d'éviter des violences.

"De notre point de vue, il y avait deux façons de récupérer ce corps : soit via l'Autorité palestinienne, soit via une opération armée dans la ville, dans le camp, qui aurait probablement été très, très, violente", avait indiqué un responsable militaire israélien.

Les rapts d'Israéliens, morts ou vivants, ont déjà servi de monnaie d'échange pour des groupes armés, afin de demander la libération de prisonniers ou le retour de corps de Palestiniens tués dans des affrontements et conservés par Israël.

Dans la foulée d'attaques anti-israéliennes meurtrières au printemps, l'armée a mené plus de 2 000 raids en Cisjordanie, notamment à Jénine et Naplouse. Les violences en Cisjordanie ont fait plus de 130 morts côté palestinien, bilan le plus lourd depuis sept ans, selon l'ONU.


Le ministère saoudien de la Défense et l'entreprise espagnole Navantia signent un accord sur les navires de combat

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Short Url
  • Le prince Khaled a déclaré que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien
  • Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires

RIYAD: Le ministère saoudien de la Défense et l'Autorité générale saoudienne des industries militaires ont signé un accord avec la société espagnole Navantia pour l'acquisition et la construction de plusieurs navires de combat polyvalents à destination des Forces navales royales saoudiennes, a rapporté jeudi l'agence de presse saoudienne.

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de ratification de l'accord.

Le prince Khaled a déclaré sur Twitter que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier Mohammed ben Salmane qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien.

«Ce protocole d'accord représente le dernier effort en date pour concrétiser la vision du prince héritier et du Premier ministre: décentraliser notre industrie militaire et renforcer les capacités du ministère de la Défense. Cela contribuera à assurer la sécurité de notre pays et de notre région», a-t-il déclaré.

L'accord vise à élever le niveau de préparation des forces navales royales saoudiennes afin de renforcer la sécurité maritime dans la région, de protéger les intérêts vitaux et stratégiques du Royaume et de soutenir les objectifs opérationnels et tactiques du ministère de la Défense.

Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires, conformément aux objectifs de la Vision 2030.

Il prévoit également l'intégration des systèmes de combat dans les nouveaux navires, l'ingénierie et la conception des systèmes et du matériel ainsi que le développement des logiciels.

Les essais, la vérification des systèmes, le prototypage, la simulation ainsi que le soutien logistique et la conception de programmes de formation font également partie de cet accord.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les ministres des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite et du Koweït discutent d’un plan d’action commun

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Short Url
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a rencontré son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah, ainsi que la délégation qui l’accompagnait, lors de sa visite officielle dans la capitale, Riyad, a annoncé mercredi dernier le ministère du Royaume.

Au cours de la réunion, les deux parties ont souligné l’importance de renforcer le plan d’action commun entre les deux pays en application des directives du roi Salmane et de l’émir du Koweït, cheikh Nawaf al-Ahmed al-Jaber al-Sabah de manière à montrer les relations solides qui existent entre les deux pays. Par ailleurs, une telle initiative permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité, indique le ministère dans un communiqué.

Le prince Faisal a organisé un dîner officiel en l’honneur du ministre koweïtien des Affaires étrangères et de sa délégation.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com