«Ça pourrait être moi»: la révolte d'Iraniennes de la diaspora après la mort de Mahsa Amini

Nasibe Samsaei, une Iranienne vivant en Turquie, coupe sa queue de cheval lors d'une manifestation devant le consulat d'Iran à Istanbul le 21 septembre 2022, à la suite du décès d'une Iranienne après son arrestation par la police des mœurs du pays à Téhéran. (AFP)
Nasibe Samsaei, une Iranienne vivant en Turquie, coupe sa queue de cheval lors d'une manifestation devant le consulat d'Iran à Istanbul le 21 septembre 2022, à la suite du décès d'une Iranienne après son arrestation par la police des mœurs du pays à Téhéran. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 22 septembre 2022

«Ça pourrait être moi»: la révolte d'Iraniennes de la diaspora après la mort de Mahsa Amini

  • Selon Azadeh Kian, professeur de sociologie à l'université Paris Cité et spécialiste de l'Iran, «ce qui est inédit dans ces manifestations c'est qu'on retrouve les femmes au devant de la scène»
  • «Cette fois ci, on entend des protestations pas seulement contre la situation générale du pays mais aussi pour les droits des femmes: c'est un changement important»

PARIS: Des Iraniennes qui osent manifester têtes nues en brandissant leurs voiles, en les brûlant ou en scandant le mot "Liberté" malgré la répression à travers leur pays: les femmes sont "sur le devant de la scène" dans les manifestations en Iran, soutenues dans leur révolte par leurs compatriotes de la diaspora.

Des manifestations ayant fait plusieurs morts ont éclaté en Iran après que les autorités ont annoncé le 16 septembre la mort de Mahsa Amini, 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest), après son arrestation pour "port de vêtements inappropriés" par la police des moeurs, chargée de faire respecter le code vestimentaire strict dans la République islamique.

Des militants ont déclaré que la jeune femme avait reçu un coup mortel à la tête, une affirmation démentie par des responsables qui ont annoncé une enquête.

"Elle est allée à Téhéran pour rendre visite à sa famille; je disais à ma maman, ça pourrait tout simplement être moi, ou ma soeur, ou mes cousines...", s'insurge auprès de l'AFP Sara*, 48 ans, enseignante en France. "C'est une fille qui n'était même pas activiste, juste une fille aussi normale que moi... c'est la différence cette fois-ci, cela touche et choque tous les gens".

Selon Azadeh Kian, professeur de sociologie à l'université Paris Cité et spécialiste de l'Iran, "ce qui est inédit dans ces manifestations c'est qu'on retrouve les femmes au devant de la scène".

"Les femmes ont participé au mouvement de 2009", rappelle-t-elle, mais elle souligne que depuis 2017 "les mouvements de protestation avaient pour revendications principales la crise économique, le chômage, le verrouillage politique etc... Mais cette fois ci, on entend des protestations pas seulement contre la situation générale du pays mais aussi pour les droits des femmes: c'est un changement important".

Dans nombre de vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir de nombreuses femmes présentes dans les rassemblements, qui ôtent leurs voiles, laissent voir leurs cheveux et brandissent leurs voiles en l'air avec colère, scandant des slogans comme "Femme, vie, liberté".

Des femmes, notamment au Kurdistan iranien, ont aussi "brûlé leurs voiles pour brûler les fondements idéologiques du régime islamique", relève Mme Kian.

Quelques femmes se sont aussi coupé les cheveux en signe de protestation, publiant les vidéos sur internet.

"Mes amis et moi, nous sommes très tristes et nous souffrons pour toutes les femmes en Iran", confie à l'AFP Narges Mirnezhad, 37 ans, artiste iranienne vivant à Strasbourg (nord-est de la France).

Elle déplore que plusieurs de ses amis ont été emprisonnés depuis mardi soir après avoir participé à des manifestations.

"De nombreuses filles" ont brûlé leurs voiles à l'université de Téhéran mercredi, rapporte-t-elle.

Avec fébrilité, Sara raconte avoir eu "très peur" quand elle avait elle-même été interpellée par la police des moeurs lorsqu'elle avait une trentaine d'années durant des vacances en Iran. Elle raconte avoir été placée en détention dans le même centre à Téhéran où Mahsa Amini était détenue quand elle est tombée dans le coma.

«Cocotte minute»

Sara s'était vue reprocher "de ne pas porter de chaussettes" et d'avoir un pantalon "trop court".

En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et la police des moeurs leur interdit également de porter des manteaux courts au-dessus du genou, des pantalons serrés, des jeans troués ou encore des tenues de couleurs vives.

Emmenée dans un minibus dans le centre de détention à Téhéran, Sara avait été dirigée vers un sous-sol où avait lieu les gardes à vue des femmes. "J'étais terrifiée, car j'avais entendu des rumeurs de violence; je me suis agrippée en pleurs à un poteau de l'escalier en criant".

Sa mère pourra finalement venir la chercher vers minuit ce jour-là et devra laisser sa carte d'identité, qu'elle récupèrera après que Sara eut suivi un cours de "correction comportementale" de plusieurs heures.

"Depuis 43 ans (et la Révolution islamique de 1979), il y a une accumulation de répression, c'est comme une cocotte minute et là cela a explosé et j'espère que cela va continuer", lance Sara.

Les femmes présentes ces jours-ci dans les manifestations sont selon elle plutôt des "jeunes d'une vingtaine d'années, qui n'ont pas peur et ont tellement d'espoir...". "Le voile c'est l'arme, la définition de ce régime; les femmes sont en train de dire qu'elle n'en veulent plus".

De l'autre côté de l'Atlantique, Fereshteh*, 44 ans, a répondu mercredi à l'AFP alors qu'elle manifestait devant l'Assemblée des Nations unies à New York "pour soutenir les Iraniens en Iran qui se battent pour leurs droits", forçant la voix pour couvrir le brouhaha.

Des femmes en Iran "ont mis le feu à leurs voiles face à la police, ce qui est tellement fort quand vous avez à faire à des meurtriers... vous risquez votre vie; cela veut dire qu'elles n'en peuvent plus de ce régime de fous", lance-t-elle.

Azadeh*, 63 ans, a quant à elle manifesté mardi à Genève devant le siège de l'ONU.

"On a une colère qu'on n'arrive pas vraiment à contrôler...", réagit-elle, très émue, en pensant "à sa famille restée" en Iran.

"Le voile ne doit pas être obligatoire, on doit être libres!", s'insurge-t-elle. "Les Iraniens sont très fâchés, ils ont osé dire qu'ils en ont marre", des actions de la police des moeurs et de la répression.


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a reçu jeudi à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Au cours de cette réception, le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines.

Les développements régionaux, y compris la situation dans la bande de Gaza et les efforts déployés à cet égard, ont également été abordés au cours de la réunion.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les pénuries d'eau s'aggravent alors que les fonds se tarissent pour les déplacées dans le nord-ouest de la Syrie

Plus de cinq millions de personnes, pour la plupart déplacées, vivent dans des zones échappant au contrôle du gouvernement dans le nord et le nord-ouest de la Syrie, selon l'ONU, et beaucoup dépendent de l'aide pour survivre. (AFP/File)
Plus de cinq millions de personnes, pour la plupart déplacées, vivent dans des zones échappant au contrôle du gouvernement dans le nord et le nord-ouest de la Syrie, selon l'ONU, et beaucoup dépendent de l'aide pour survivre. (AFP/File)
Short Url

SARMADA, Syrie : Hussein Al-Naasan lutte pour fournir de l'eau à sa famille pendant l'été brûlant, alors que les fonds d'aide se sont taris et que les conditions se sont détériorées dans les camps de déplacés appauvris dans le nord-ouest de la Syrie tenu par les rebelles.


"L'eau, c'est la vie, c'est tout... et maintenant nous sommes privés d'eau", a déclaré M. Naasan à l'AFP depuis un camp situé près de Sarmada, à proximité de la frontière turque.

"C'est comme s'ils essayaient de nous tuer lentement", a déclaré ce père de deux enfants, âgé de 30 ans et déplacé depuis plus de dix ans.

Après 13 ans de conflit, le manque de financement international a gravement compromis la fourniture de services de base tels que l'eau, l'élimination des déchets et l'assainissement dans les camps de déplacés du nord-ouest de la Syrie, selon les Nations Unies.

Plus de cinq millions de personnes, dont la plupart sont déplacées, vivent dans des zones échappant au contrôle du gouvernement dans le nord et le nord-ouest de la Syrie, selon les Nations unies, et nombre d'entre elles dépendent de l'aide pour survivre.

Les résidents ont déclaré à l'AFP que l'eau du robinet n'était pas disponible dans le camp et que les organisations humanitaires avaient cessé d'acheminer de l'eau par camion, accusant les coupes budgétaires de l'aide.

Naasan partage un réservoir d'eau avec trois autres familles pour réduire les coûts.

"Nous avons beaucoup de mal à nous procurer de l'eau que nous n'avons même pas les moyens d'acheter", a-t-il déclaré.

La diminution de l'accès à l'eau pourrait conduire à une "catastrophe majeure", a averti Naasan, alors que le soleil d'été tape sur le camp.

Il a ajouté que les déchets s'accumulaient, augmentant le risque de maladie dans une région où les installations médicales ont été détruites par la guerre.

La guerre en Syrie, qui a éclaté après que le président Bashar Assad a réprimé les manifestations antigouvernementales en 2011, a tué plus de 500 000 personnes, déplacé des millions d'autres et mis à mal les infrastructures et l'industrie du pays.

Dans la région d'Idlib, au nord-ouest du pays, quelque 460 camps de déplacés accueillant environ 571 000 personnes ne bénéficient d'aucune aide en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène de la part des organisations partenaires de l'ONU, a indiqué à l'AFP le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

"Sans un financement accru, 111 camps supplémentaires accueillant près de 165 000 personnes seront privés de ce type de soutien d'ici la fin du mois de septembre, a-t-il averti dans un communiqué.

Environ 80 % de la population du nord-ouest de la Syrie a besoin d'un soutien en matière d'eau et d'hygiène, y compris "l'accès à l'eau potable, l'élimination des déchets et la réhabilitation des installations sanitaires", a indiqué l'OCHA.

Pourtant, ce secteur critique est "constamment" négligé, n'ayant reçu que deux pour cent du financement nécessaire au cours du premier trimestre 2024, a ajouté l'OCHA.

Abdel Karim Ezzeddin, un habitant du camp âgé de 45 ans et père de neuf enfants, a rempli des barils en plastique d'eau d'un puits voisin pour sa famille, reconnaissant d'avoir un camion pour les transporter.

"Comment peuvent-ils arrêter de fournir de l'eau en été ?" a-t-il déclaré.

"Veulent-ils que nous mourrions ?

David Carden, coordinateur humanitaire régional adjoint des Nations unies pour la crise syrienne, a déclaré que les conditions dans les camps du nord-ouest étaient "déplorables".

"Les familles vivant dans des tentes usées sont confrontées à une chaleur suffocante", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Les ordures s'accumulent dans les camps dépourvus d'installations sanitaires. Les enfants tombent malades.

Response Coordination, un regroupement d'organisations locales dans le nord-ouest de la Syrie, a averti que les maladies de peau se propageaient dans les camps à mesure que les températures montaient et que l'eau se raréfiait.

"Dans certains camps, plus de 90 % des résidents ont la gale", a déclaré Fidaa Al-Hamud, médecin responsable d'une clinique mobile près de Sarmada, dénonçant "la pénurie d'eau, l'amoncellement des ordures... et l'absence de réseaux d'égouts".

Firas Kardush, un responsable local de la région d'Idlib, gouvernée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir Al-Sham, a déclaré que les autorités "essayaient de trouver des alternatives", mais a mis en garde contre une "catastrophe humanitaire" si l'argent de l'aide venait à se tarir.

Dans un autre camp de la campagne d'Idlib, Asma Al-Saleh a déclaré que la pénurie d'eau avait rendu plus difficiles la cuisine et le bain de ses cinq enfants, s'inquiétant de l'éruption cutanée de l'un d'entre eux.

Lorsqu'elle n'a plus d'eau, elle doit remplir des récipients dans un puits voisin et les ramener à pied jusqu'à sa tente.

"Je n'ai pas de réservoir de stockage d'eau... et je ne suis pas en mesure d'en acheter un", a déclaré Saleh, 32 ans.

"Nous n'avons même pas d'eau froide à boire" en été, a-t-elle ajouté.