Le discours d'Abbas à l'ONU suscite des réactions mitigées chez les Palestiniens

Des partisans applaudissent depuis la tribune alors que le président palestinien Mahmoud Abbas termine son discours à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 23 septembre 2022. (AFP)
Des partisans applaudissent depuis la tribune alors que le président palestinien Mahmoud Abbas termine son discours à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 23 septembre 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 24 septembre 2022

Le discours d'Abbas à l'ONU suscite des réactions mitigées chez les Palestiniens

  • Un homme originaire de Jénine pense que le président a «transmis la souffrance du peuple palestinien»
  • Un membre du Fatah reproche à Mahmoud Abbas de «s'apitoyer sur son sort au lieu de prendre des décisions audacieuses»

RAMALLAH: Israël entrave intentionnellement les progrès vers une solution à deux États et n'est désormais plus considéré comme un partenaire fiable dans le processus de paix, a déclaré vendredi le président palestinien Mahmoud Abbas à l'ONU. 

Israël a agi en «totale impunité» contre les habitants de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, et les Palestiniens sont de moins en moins confiants envers les perspectives de paix, a-t-il ajouté.

«Par ses politiques préméditées et délibérées, Israël détruit la solution à deux États», a affirmé le président de l'Autorité palestinienne dans un discours prononcé devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

«Cela prouve incontestablement qu'Israël ne croit pas au principe de la paix. Par conséquent, nous n'avons plus de partenaire israélien avec qui dialoguer.»

Interrogés par Arab News, de nombreux Palestiniens ont trouvé qu'Abbas avait été franc et direct dans son discours.

Walid Masharqa, originaire de Jénine, a dit qu'il était satisfait du discours d'Abbas, qui «a transmis la souffrance du peuple palestinien due aux politiques de l'occupation israélienne.»

«Je ne m’attendais pas à plus que cela. En donnant un délai d'un an pour que l'occupation israélienne prenne fin et en menaçant de dissoudre l'Autorité palestinienne et d'arrêter la coordination de la sécurité avec Israël, [le président] fait pression sur Israël», a-t-il poursivi.

Depuis douze mois, Abbas s'est adressé aux Nations Unies en vidéoconférence et a annoncé qu'il donnait un an à Israël pour se retirer des Territoires occupés, sinon il ne reconnaîtrait plus l'État juif d'avant 1967. Il n'a pas évoqué cet ultimatum vendredi et a plutôt mis l'accent sur l'absence de reconnaissance internationale des Territoires palestiniens.

«Quel pouvoir a le président Abbas, si ce n'est celui de recevoir la sympathie du monde pour la souffrance des Palestiniens ? Les Palestiniens n'ont pas le moindre moyen de faire pression sur les États-Unis et les pays européens», a dit Nasser Odeh, issu du village d'Arura au nord de Ramallah, à Arab News.

Il a également fait remarquer que le monde avait tendance à favoriser Israël.

«La plus grande menace pour Israël est la décision d'Abbas de dissoudre l'AP, mais cela profiterait-il à la cause palestinienne et aux citoyens palestiniens ? L'AP, malgré tous ses dysfonctionnements, est une exigence du peuple palestinien, et le programme d'Abbas reste meilleur que celui de ses adversaires politiques, notamment le Hamas», a précisé Odeh.

L'analyste politique palestinien Ghassan al-Khatib, lui, a révélé à Arab News qu'il n'avait pas écouté le discours d'Abbas parce qu'il savait à l'avance que le président ne dirait rien de nouveau.

Basem Naim, chef du département politique du Hamas à Gaza, trouve qu'Abbas a parlé de manière logique et raisonnable.

«Ses propos ne reflètent pourtant pas un changement d'attitude à l'égard du conflit israélo-palestinien. Il ne décidera pas d’arrêter la coordination sécuritaire avec l'occupation israélienne, d'améliorer les relations avec les factions palestiniennes, de mettre fin à la division palestinienne, de retirer la reconnaissance d'Israël et d'organiser des élections générales dans les Territoires palestiniens», a-t-il indiqué.

«Tant que les paroles d'Abbas ne se traduiront pas par des actes, elles ne serviront qu'à alimenter les médias pour une durée de 24 heures. Israël ne changera pas d'avis sur l'AP à la suite du discours d'Abbas.»

«Cela dit, il devrait réexaminer ses relations avec Israël et les États-Unis, et mettre en œuvre les décisions de l'Organisation de libération de la Palestine, qui appelle au retrait de la reconnaissance d'Israël et à la cessation de la coordination de la sécurité avec ce pays», a ajouté Naim.

Interrogé par Arab News, Ahmed Ghuneim, du mouvement Fatah à Jérusalem-Est, a dit qu'il s'attendait à ce qu'Abbas mentionne dans son discours l'ultimatum lancé l'année dernière à Israël, «mais il n'en a jamais parlé».

«Il n'a pas dit aux Palestiniens ce qu'ils attendaient de savoir, notamment ce qu'il ferait après l'expiration du délai», a expliqué Ghuneim. 

Il a également souligné que le discours du président reflétait sa frustration et son désespoir.

Par ailleurs, il lui a reproché de «s'apitoyer sur son sort au lieu de prendre des décisions courageuses et audacieuses qui pourraient faire honte à Israël devant le monde entier.»

Israël occupe Jérusalem-Est et la Cisjordanie depuis 1967 et impose depuis 2007 un blocus à la bande de Gaza, un territoire palestinien contrôlé par les islamistes du Hamas.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le CGRI menace les familles des footballeurs iraniens avant le match contre les États-Unis

Les ennemis au niveau diplomatique, États-Unis/ Iran, s'affrontent sur le terrain de la Coupe du monde mardi, dans un match où certains Iraniens craignent de voir des affrontements avec des supporters pro gouvernementaux. (Photo, AFP)
Les ennemis au niveau diplomatique, États-Unis/ Iran, s'affrontent sur le terrain de la Coupe du monde mardi, dans un match où certains Iraniens craignent de voir des affrontements avec des supporters pro gouvernementaux. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les joueurs ont averti que leurs proches risquent d'être arrêtés et torturés s'ils ne soutenaient pas le régime lors du dernier match de groupe
  • Une source a indiqué à CNN que le CGRI avait inondé le Qatar d'agents et d'officiels dans le but de surveiller les joueurs

LONDRES: Les footballeurs iraniens de la Coupe du monde au Qatar ont été avertis que leurs familles pourraient être emprisonnées et torturées s'ils montraient des signes de protestation ou de dissension lors du dernier match de groupe de l'équipe mardi.

Lors de leur match d'ouverture contre l'Angleterre, les joueurs iraniens ont refusé de chanter l'hymne national en signe de solidarité avec les manifestations qui ont lieu dans tout le pays, mais l’ont fait lors du deuxième match contre le Pays de Galles.

Une source a déclaré à CNN, avant le match contre les États-Unis, que les joueurs avaient été informés lors d'une réunion avec des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) que «la violence et la torture» attendaient leurs proches s'ils ne «se comportaient pas bien» cette fois-ci.

Un grave changement de ton, a ajouté la source, alors qu’avant la Coupe du monde, les membres de l'équipe s'étaient vu promettre de somptueux cadeaux s'ils obtenaient de bons résultats lors des compétitions.

L'entraîneur Carlos Queiroz a également eu une réunion séparée avec des responsables du CGRI, mais on ignore le sujet de cet entretien. Queiroz avait précédemment déclaré que ses joueurs pouvaient protester tant qu'ils respectaient les critères établis par la Fifa.

La source a indiqué que des «dizaines» de membres du CGRI se trouvaient au Qatar pour surveiller les joueurs, qui ne sont pas autorisés à rencontrer ou à parler à des étrangers pendant la durée des compétitions.

«Il y a un grand nombre d'agents de sécurité iraniens au Qatar qui collectent des informations et surveillent les joueurs», a déclaré cette même source à CNN.

«Lors du dernier match contre le Pays de Galles, le régime avait envoyé des centaines de ces prétendus supporters afin de créer un faux sentiment de soutien parmi les fans. «Pour le prochain match contre les États-Unis, le régime prévoit d'augmenter considérablement, et par milliers, le nombre de ces supporters acteurs.»

L’Iran a été submergé par les manifestations depuis septembre après la mort de la jeune femme kurde âgée de 22 ans, Mahsa Amini, aux mains de la police des mœurs du pays, pour avoir prétendument porté son hijab de manière incorrecte. Des centaines de personnes ont été tuées et des dizaines de milliers arrêtées, dont un grand nombre risquent d'être exécutées.

Le Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits humains (OHCHR), Volker Türk, a qualifié la situation de «véritable crise des droits humains». Des milliers de supporters iraniens ont manifesté sur les sites de la Coupe du monde, brandissant des banderoles antirégime, appelant à la protection des droits des femmes, et huant l'hymne national.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les EAU vont lancer un astromobile sur la Lune mercredi

Dans un communiqué, la société japonaise ispace inc. a annoncé avoir terminé l’intégration de son atterrisseur lunaire Hakuto-R Mission 1 dans la fusée Falcon 9 de SpaceX. (Photo fournie)
Dans un communiqué, la société japonaise ispace inc. a annoncé avoir terminé l’intégration de son atterrisseur lunaire Hakuto-R Mission 1 dans la fusée Falcon 9 de SpaceX. (Photo fournie)
Short Url
  • Mercredi 30 novembre, l’astromobile Rashid décollera de la station spatiale de Cap Canaveral, en Floride
  • Si la mission lunaire est couronnée de succès, les EAU seront le quatrième pays à se poser sur la Lune

DUBAÏ: Les Émirats arabes unis (EAU) ont achevé les derniers préparatifs pour lancer leur astromobile sur la Lune dans le cadre de la première mission lunaire du monde arabe, a-t-il été annoncé mardi.

Le mercredi 30 novembre, l’astromobile Rashid décollera de la station spatiale de Cap Canaveral, en Floride (États-Unis), pour entamer un voyage de cinq mois vers la Lune.

Dans un communiqué, la société japonaise ispace inc. a annoncé avoir terminé l’intégration de son atterrisseur lunaire Hakuto-R Mission 1 dans la fusée Falcon 9 de SpaceX. «Nous sommes heureux d’avoir terminé la première phase de la Mission 1 avec les derniers préparatifs avant le lancement», a déclaré Takeshi Hakamada, fondateur et PDG d’ispace.

«Pour ce faire, nous avons utilisé un modèle de conception et de développement qui a permis d’équilibrer la fiabilité et les faibles coûts en utilisant des technologies éprouvées et des composants provenant du monde entier», a-t-il ajouté.

Le Centre spatial Mohammed ben Rachid (MBRSC) a invité les téléspectateurs du monde entier à assister au lancement en direct à 12h39, heure des EAU (GMT+4). L’astromobile se posera sur la «surface lunaire inexplorée du cratère Atlas, sur le bord extérieur sud-est de Mare Frigoris («mer du froid»)» en avril 2023, selon le centre.

«Les critères du site cible ont été soigneusement étudiés par l’équipe de la Mission lunaire des Émirats, notamment la durée de l’illumination solaire continue et la visibilité des communications depuis la Terre», a précisé le MBRSC dans un communiqué. Une fois lancé, le vaisseau spatial intégré empruntera une route à faible énergie vers la Lune plutôt qu’une route directe.

Si la mission lunaire est couronnée de succès, les EAU seront le quatrième pays à se poser sur la Lune.

L’astromobile Rashid, qui pèse 10 kg, étudiera les propriétés du sol lunaire, la mobilité sur la surface lunaire, la pétrographie et la géologie de la Lune, le mouvement de la poussière, ainsi que l’état du plasma de surface et la gaine photoélectronique de la Lune.

Il enverra des données et des images vers la Terre, en utilisant deux caméras haute résolution: une microscopique et une thermique, selon l’équipe de la mission.

Cette mission lunaire est la dernière initiative des EAU en matière d’exploration spatiale. En février 2021, le pays est entré dans l’histoire en faisant atterrir sa sonde Hope sur Mars, devenant ainsi la première nation arabe à lancer une mission sans pilote vers la planète rouge.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les réfugiés syriens, incités à rentrer chez eux, font face à un avenir incertain

Environ 5,6 millions de Syriens déplacés ont fui vers l’étranger. (AFP)
Environ 5,6 millions de Syriens déplacés ont fui vers l’étranger. (AFP)
Short Url
  • Des pays comme le Liban, la Turquie et le Danemark, en proie à des crises économiques et à la montée des sentiments anti-immigrés, multiplient les initiatives pour que les Syriens rentrent chez eux
  • Malgré l’accumulation de preuves qui montrent que le régime continue de cibler des civils qu’il considère comme des dissidents, plusieurs pays désirent normaliser les relations avec Bachar al-Assad

DUBAÏ: Quand, en 2013, Amir a quitté Homs, sa ville natale, située dans l’ouest de la Syrie et ravagée par la guerre, il pensait qu’il partait pour un endroit qui lui offrirait, ainsi qu’à sa famille, une sécurité durable et qui lui servirait de refuge contre la guerre civile qui dévastait son pays.

Emballant les quelques effets personnels que les bombardements incessants du régime avaient épargnés, Amir est monté à bord d’un bus à destination du Liban avec sa sœur, Alia, et le bébé de cette dernière, Omar. Tous trois se sont installés dans un camp, au sein du village d’Arsal, à Baalbek.

«Mon frère est un homme fier», confie Alia, qui se trouve dans sa maison d’adoption, au Liban, à Arab News. «Après la mort de nos parents, ensevelis sous les décombres, il a décidé de tout faire pour subvenir à nos besoins et élever mon fils, Omar.»

Ainsi, Amir et sa famille ont rejoint les rangs des millions de Syriens déplacés par la guerre civile. La majorité d’entre eux se sont installés dans les pays voisins – en Turquie, au Liban, en Jordanie et en Irak –, tandis que d’autres ont élu domicile en Europe ou ailleurs dans le monde.

Ce qui a commencé en 2011 comme un mouvement de protestation pacifique qui réclamait de plus grandes libertés civiques est rapidement devenu l’un des conflits les plus sanglants du monde – les morts se comptant par centaines de milliers.

image 4
Environ treize millions de personnes ont été déplacées par la guerre. (AFP)

Cent mille autres personnes ont disparu, sans doute enlevées par des agents des services de sécurité pour être torturées et tuées dans les prisons de Bachar al-Assad. À ce jour, environ treize millions de personnes ont été déplacées par la guerre, parmi lesquelles 5,6 millions ont fui vers l’étranger.

Aujourd’hui, un grand nombre des pays qui avaient offert un abri aux réfugiés ont élaboré des plans pour renvoyer leurs invités syriens, volontairement ou de force, malgré les avertissements lancés par des organismes d’aide ainsi que par les réfugiés eux-mêmes, pour lesquels la Syrie reste un pays dangereux et en proie à la pauvreté.

Ces derniers sont considérés par le régime d’Al-Assad et par ses partisans comme des traîtres et des dissidents. Les observatoires des droits de l’homme ont identifié des cas de rapatriés harcelés, détenus sans inculpation, torturés et même portés disparus.

Néanmoins, des pays comme le Liban, la Turquie et le Danemark, qui sont aux prises avec leurs propres pressions économiques et la montée des sentiments anti-immigrés, multiplient les initiatives pour que les Syriens rentrent chez eux, affirmant que la guerre civile est désormais terminée.

En 2021, le Danemark a adopté une politique «zéro demandeur d’asile», ce qui a entraîné la révocation du statut de résident pour de nombreux Syriens qui s’y étaient installés depuis 2015, tandis que d’autres ont été renvoyés vers des centres d’expulsion.

Le gouvernement intérimaire du Liban, touché de plein fouet par la crise, a du mal à subvenir aux besoins de son peuple. En octobre dernier, il a annoncé son propre plan de rapatriement dans le but de renvoyer quinze mille réfugiés chez eux chaque mois.

Selon les différents rapports, la situation n’est guère différente en Turquie. On raconte ainsi sur les réseaux sociaux les histoires de réfugiés contraints de signer des formulaires de retour volontaire.

Selon les rapports du groupe de défense intitulé «Syriens pour la vérité et la justice», basé en France, les Syriens conduits au poste-frontière de Bab al-Salama par les autorités turques sont classés comme «rapatriés volontaires», bien qu’il s’agisse d’un poste contrôlé par le régime.

Les rapatriés – volontaires ou non – sont souvent victimes de harcèlement, d’extorsion, de recrutement forcé, de torture et d’arrestation arbitraire par le régime dès leur arrivée, indépendamment de leur âge ou de leur genre.

Mazen Hamada, militant très en vue qui a survécu à la torture, a raconté des horreurs qu’il a vécues dans les prisons du régime syrien. Le monde a été déconcerté lorsqu’il a appris qu’il avait décidé de retourner à Damas en 2020.

M. Hamada, qui a longtemps parlé de ses troubles mentaux après sa libération et de sa solitude en exil, est retourné en Syrie à partir des Pays-Bas en vertu d’un accord d’amnistie censé garantir sa liberté.

Cependant, lors de son arrivée à Damas, en février 2020, M. Hamada a été arrêté et on est sans nouvelles de lui depuis.

L’année dernière, l’observatoire des droits de l’homme Amnesty International a publié un rapport, intitulé «Vous vous dirigez vers votre mort», qui documente de graves violations commises par des agents des services de renseignement du régime contre soixante-six rapatriés, dont treize enfants.

image 4
Cent mille personnes auraient disparu, sans doute enlevées par des agents des services de sécurité pour être torturées et tuées dans les prisons de Bachar al-Assad. (AFP)

Cinq rapatriés sont morts en détention, tandis que le sort de dix-sept autres est toujours inconnu. Quatorze cas d’agressions sexuelles – dont sept concernent des viols – ont également été perpétrés contre cinq femmes, un adolescent et une fillette de 5 ans.

Voices for Displaced Syrians, un autre groupe de défense d’Istanbul, a publié une étude en février dernier intitulée «Est-il prudent de retourner en Syrie? Le point de vue des rapatriés». Elle se base sur des entretiens menés auprès de trois cents individus, des rapatriés et des personnes déplacées dans quatre gouvernorats.

Leurs récits décrivent des violations extrêmes des droits de l’homme, des abus physiques et psychologiques ainsi qu’un manque de protection juridique. 41% des personnes interrogées sont volontairement retournées en Syrie, tandis que 42% affirment y être revenues par nécessité en raison des mauvaises conditions de vie dans leur pays d’accueil et de leur désir de retrouver leur famille.

Au sujet de la manière dont elles ont été traitées à leur arrivée, 17% des personnes interrogées affirment avoir été des victimes ou des témoins d’arrestations arbitraires, 11% évoquent des actes de harcèlement et de violence physique infligés à elles-mêmes ou à un membre de leur famille et 7% ont choisi de ne pas répondre.

Quant aux déplacés internes, 46% déclarent qu’eux-mêmes ou des proches ont été arrêtés, 30% parlent de sévices corporels et 27% avouent avoir été persécutés en raison de leurs origines et de leur lieu de naissance. Beaucoup ont également signalé des difficultés à récupérer leurs biens.

image 4
Au sujet de la manière dont elles ont été traitées à leur arrivée, 17% des personnes interrogées affirment avoir été des victimes ou des témoins d’arrestations arbitraires et 11% évoquent des actes de harcèlement et de violence physique infligés à elles-mêmes ou à un membre de leur famille. (AFP)

Malgré l’accumulation de preuves qui montrent que le régime continue de cibler les civils qu’il considère comme des dissidents, plusieurs pays désirent normaliser les relations avec Bachar al-Assad, font pression pour le réintégrer dans le giron arabe et rouvrent leurs ambassades à Damas.

Pour les proches des rapatriés qui sont portés disparus, ces initiatives s’apparentent à une trahison.

Amir, qui est finalement retourné volontairement en Syrie, semble avoir subi le même sort que le militant Hamada. Las de vivre au Liban dans la pauvreté et loin de sa famille, il est retourné dans son pays en octobre 2021 et n’a plus donné de nouvelles depuis.

«La vie au Liban est devenue insupportable. Amir revenait humilié chaque fois qu’il quittait la maison», confie sa sœur Alia à Arab News.

Après avoir vécu un moment à Arsal dans une tente fournie par le Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR), Amir et sa famille ont finalement réussi à acquérir une petite maison avec une seule chambre près des camps. Alia affirme que rassembler suffisamment d’argent pour payer le loyer représente un combat de tous les instants.

La plupart des réfugiés ne sont pas en mesure d’obtenir un emploi stable en raison de l’absence de papiers officiels, ce qui, dans des circonstances normales, leur accorderait la résidence et faciliterait un revenu stable. Amir, comme beaucoup d’hommes qui sont en âge de travailler autour de lui, a eu recours à un travail manuel acharné.

Ceux qui tentent de trouver du travail dans les grandes villes risquent d’être arrêtés aux postes de contrôle libanais, emprisonnés et expulsés en raison de leur séjour illégal dans le pays.

Depuis la disparition d’Amir, Alia est obligée de se contenter d’un seul revenu; elle travaille comme femme de ménage.

image 4
Ce qui a commencé en 2011 comme un mouvement de protestation pacifique qui réclamait de plus grandes libertés civiques est rapidement devenu l’un des conflits les plus sanglants du monde. (AFP)

«Il ne supportait plus que certains de ses employeurs le traitent comme un enfant, sans compter les remarques dégradantes qu’il entendait parfois», souligne Alia.

«Cela m’arrive aussi, mais je préfère ne rien dire. Je ne peux pas me permettre de me défendre. Il a voulu tenter sa chance en retournant en Syrie dans l’espoir de nous trouver une place et de nous garantir un retour vers quelque chose de plus familier.»

Elle dit avoir supplié son frère de ne pas retourner au pays dans la mesure où elle connaissait personnellement de nombreux réfugiés qui avaient été maltraités lors de leur retour en Syrie. Certains d’entre eux ont été détenus en prison jusqu’à ce qu’ils soient libérés sous caution, tandis que d’autres ont disparu.

«Mais il ne voulait rien entendre. Cela fait plus d’un an qu’il est parti et je n’ai plus aucune nouvelle», déplore Alia ?

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com