Au Louvre-Lens, comment Champollion «rendit leur voix» aux Egyptiens

Cette photographie prise le 21 septembre 2022 montre une Troupe de figures de serviteurs funéraires (shabits) au nom de Neferibreheb exposée à la "Galerie du Temps" du musée du Louvre-Lens à Lens, dans le nord de la France. (Photo de Sameer al-Doumy / AFP)
Cette photographie prise le 21 septembre 2022 montre une Troupe de figures de serviteurs funéraires (shabits) au nom de Neferibreheb exposée à la "Galerie du Temps" du musée du Louvre-Lens à Lens, dans le nord de la France. (Photo de Sameer al-Doumy / AFP)
Cette photo d'archive prise le 27 octobre 2021 montre une vue du buste de l'érudit et philologue français Jean-François Champollion, connu pour avoir déchiffré l'écriture hiéroglyphique égyptienne, et derrière une réplique de la pierre de Rosette qui a été déterminante dans le déchiffrement, exposée à l'entrée du Musée égyptien dans le centre du Caire. (Photo : Amir MAKAR / AFP)
Cette photo d'archive prise le 27 octobre 2021 montre une vue du buste de l'érudit et philologue français Jean-François Champollion, connu pour avoir déchiffré l'écriture hiéroglyphique égyptienne, et derrière une réplique de la pierre de Rosette qui a été déterminante dans le déchiffrement, exposée à l'entrée du Musée égyptien dans le centre du Caire. (Photo : Amir MAKAR / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 septembre 2022

Au Louvre-Lens, comment Champollion «rendit leur voix» aux Egyptiens

  • Une exposition au Louvre-Lens retrace l'extraordinaire aventure humaine et intellectuelle de Champollion
  • En replaçant ce génie des langues dans son contexte historique, le parcours, riche de plus de 350 œuvres, offre une double plongée: dans l'antiquité égyptienne et dans l'époque de Champollion

LENS, France : En déchiffrant les hiéroglyphes, un système d'écriture abandonné depuis 1.500 ans, il leva le voile sur trois millénaires d'une civilisation égyptienne jusqu'alors surtout fantasmée en Occident: une exposition au Louvre-Lens retrace l'extraordinaire aventure humaine et intellectuelle de Champollion.

«Champollion, la voie des hiéroglyphes» ouvre mercredi, 200 ans après le déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion, véritable «point de bascule des sciences humaines» selon Hélène Bouillon, co-commissaire de l'exposition.

En replaçant ce génie des langues dans son contexte historique, le parcours, riche de plus de 350 œuvres, offre une double plongée: dans l'antiquité égyptienne et dans l'époque de Champollion, «enfant des Lumières» né en 1790, en pleine Révolution française, dans une famille lettrée mais modeste.

«C'est une exposition d'histoire, d'histoire des musées, d'histoire des sciences et aussi de type biographique», ouvrant sur «ce pan considérable de l'histoire de l'humanité» recelée par les hiéroglyphes, résume la directrice du Louvre-Lens, Marie Lavandier.

«L'Égypte antique est l'un des creusets de l'imaginaire de l'humanité», qui continue à faire rêver par «la beauté, la richesse des mythes et aussi l'état extraordinaire de conservation des objets», s'enthousiasme-t-elle, heureuse que le Louvre-Lens accueille cette «exposition phare» du bicentenaire.

- La pierre de Rosette en copies -

Pami les pièces maîtresses de l'exposition - dont le directeur des Antiquités égyptiennes du Louvre, Vincent Rondot, est commissaire général - figure le célèbre «scribe accroupi», qui scrute le monde de son regard vif depuis 2.500 avant JC.

Mais aussi un couvercle de sarcophage du IVe siècle avant JC recouvert d'un long texte en hiéroglyphes, ou un papyrus encore jamais exposé, où cohabitent une prière au dieu Amon-Rê, des remontrances à un scribe dissipé et un bon de livraison de cuir à un cordonnier.

En revanche, la pierre de Rosette, découverte lors de l'expédition en Egypte de Bonaparte mais ensuite emportée par les Anglais, est restée à Londres, au British Museum, qui consacrera également à partir du 13 octobre une exposition au déchiffrement des hiéroglyphes, objet à l'époque d'une course de vitesse entre scientifiques.

Une absence avec laquelle Champollion lui-même dut composer, travaillant à partir de copies de la célèbre pierre aux trois écritures (hiéroglyphes, démotique et grec). De telles copies, d'époque, sont aussi présentées au Louvre-Lens.

Deux siècles après les hiéroglyphes, des écritures restent à déchiffrer

En septembre 1822, Jean-François Champollion parvenait à déchiffrer les hiéroglyphes, offrant au monde une voie d’accès à l'ancienne Égypte. Mais bien d'autres écritures n'ont toujours pas livré leur secret.

- Des écritures mystérieuses -

Même si beaucoup de spécialistes s'y sont accrochés, certaines écritures anciennes ne sont pas déchiffrées, comme par exemple le linéaire A. Principalement utilisé en Crète, entre 1850 et 1450 av J.-C., il mélange signes syllabiques (chaque caractère correspond à une syllabe) et idéogrammes (chaque symbole graphique représente un mot). La plus grande partie des écrits découverts sont des documents comptables mais il a également servi à écrire des textes votifs.

La même opacité entoure le rongorongo, l'écriture de l'île de Pâques. Elle consiste en une série de hiéroglyphes (des créatures, des objets, des motifs géométriques...) quasiment exclusivement gravés sur des tablettes en bois, avant les années 1860. "Cette écriture est exquise sur le plan artistique et totalement déconcertante", note le Britannique Andrew Robinson, auteur de plusieurs ouvrages sur les langues et les écritures perdues, dans le magazine Quebec Science.

L'écriture de la civilisation de l'Indus, qui occupait le nord-ouest du sous-continent indien du milieu du IVe millénaire au début du IIe millénaire avant notre ère, reste également non déchiffrée. Elle apparaît sur environ deux mille sceaux mais aussi sur quelques plaques de cuivre et quelques objets de terre cuite, d'os et d'ivoire.

D'autres écritures restent également impénétrables, retrouvées sur de rares, voire uniques, objets comme quatre inscriptions du 2e millénaire trouvées à Byblos au Liban ou encore le disque de Phaïstos et ses 45 signes disposés en spirale...

- Des langues oubliées -

"Il y a des cas où déchiffrer l'écriture ne pose pas de problème - l'écriture est connue - mais c'est la langue qui reste le mystère", explique à l'AFP l'historienne Françoise Briquel-Chatonnet, directrice de recherche au CNRS.

Comme pour l'étrusque. Dès l'âge du Fer et jusqu'au Ier siècle avant J.-C., les Etrusques ont régné sur un vaste territoire formé par la Toscane et le Lazio. Leur alphabet, un intermédiaire entre l'alphabet grec et l'alphabet latin, est lisible mais c'est la langue que nous ne comprenons pas complètement.

Même chose pour le méroïtique, l'écriture d'un royaume qui s'est développée le long du Nil, dans le nord de l'actuel Soudan, entre le IIIe siècle avant J.-C. et le IVe siècle après J.-C. C'est une écriture phonétique  dont les textes peuvent être lus, mais pas complètement traduits.

"C’est comme si on vous donnait à lire du hongrois: vous pourriez le déchiffrer, mais pas en saisir le sens ", expliquait Claude Rilly, égyptologue et linguiste au Centre national de la recherche scientifique en France dans un article du magazine Quebec Science.

- Des voie d’accès perdues, à redécouvrir -

Décrypter une écriture et une langue "nous donne accès à des documents internes à une civilisation, à un groupe humain", explique Françoise Briquel-Chatonnet. "Ces textes nous permettent de connaître des individus, nous donnent un cadre historique, chronologique, des indications sur des systèmes de pensée, sur la religion...".

"L'archéologie ne donne pas du tout les mêmes indications que les textes", ajoute l'historienne.

Nous connaissons les Etrusques par certains textes de latin ou de grec, les Rapa Nui de l'île de Pâques par quelques descriptions des premiers conquérants, mais ces documents ne reflètent qu'une vision de l'extérieur, centrée sur ce qui les intéressaient eux.

Pour parvenir à déchiffrer ces témoignages du passé, il faudrait, par exemple, parvenir à faire un rapprochement avec des langues parlées, découvrir de nouveaux textes assez développés pour qu'on puisse poser des hypothèses, ou un écrit bilingue, comme la fameuse pierre de Rosette qui porte le même décret gravé en trois langues et qui a permis à Jean-François Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes.

- Idées reçues -

Au coeur de l'exposition, l'éclairage de la démarche qui permit au savant, après s'être plongé dans l'étude du copte, dernier descendant de la langue des anciens Egyptiens, de déchiffrer un système d'écriture abandonné vers le IVe siècle après JC.

Champollion comprit qu'y cohabitaient des idéogrammes et des phonogrammes et fut «le premier à proposer une équivalence phonétique qui soit juste», résume Hélène Bouillon.

Ses découvertes «redonnèrent leur voix aux Egyptiens», dont «on avait une vision déformée par les sources grecques et romaines», insiste-t-elle.

L'historien grec Hérodote avait ainsi répandu l'idée que les Egyptiens préféraient la mort à la vie mais «les textes nous disent qu'ils détestaient la mort, qu'ils en avaient peur», pointe-t-elle.

Manuscrits, lettres et aussi vêtements, comme un manteau égyptien porté par Champollion au cours de sa tardive expédition le long du Nil, en 1828-1830, donnent à voir l'égyptologue au travail.

Linguiste génial, disparu prématurément en 1832, Champollion fut aussi un vulgarisateur soucieux de rendre son travail accessible au plus grand nombre.

Au Louvre, où le roi Charles X lui confia la mission de concevoir un musée égyptien, «pour la première fois, il crée des salles thématiques sur la religion, la vie quotidienne…», explique Mme Bouillon.

Dans cette même logique d'ouverture, le musée, qui célèbre cette année ses 10 ans, propose de multiples animations autour de l'exposition, dont un «Egyptobus» qui sillonnera le département du Pas-de-Calais.

«Champollion, la voie des hiéroglyphes», jusqu'au 16 janvier.


Le couturier espagnol Paco Rabanne est mort à l'âge de 88 ans en France

Portrait pris le 10 juillet 1979 montrant le couturier franco-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris. (Photo d'archive, AFP)
Portrait pris le 10 juillet 1979 montrant le couturier franco-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris. (Photo d'archive, AFP)
Short Url
  • Le couturier est mort dans le village de Portsall, en Bretagne, où il habitait
  • Il a commencé sa carrière en créant des accessoires, bijoux, cravates, boutons qu'il proposait à Dior, Saint-Laurent ou Cardin, avant de se lancer à son tour dans la modE

PARIS: Le couturier espagnol Paco Rabanne, aussi célèbre pour ses tenues en métal que pour ses déclarations excentriques, est décédé à l'âge de 88 ans en France, où sa famille s'était réfugiée en raison de la guerre civile espagnole.

"Avec une profonde tristesse, Puig annonce le décès de Paco Rabanne", a annoncé dans un communiqué le groupe catalan qui possède la marque portant son nom, confirmant une information du quotidien régional Le Télégramme.

Le couturier est mort dans le village de Portsall, en Bretagne, où il habitait, a précisé à l'AFP un porte-parole.

"Personnalité majeure de la mode, sa vision était audacieuse, révolutionnaire et provocatrice, véhiculée par une esthétique unique. Il restera une importante source d'inspiration pour les équipes de mode et de parfum de Puig, qui travaillent ensemble en permanence pour exprimer les codes radicalement modernes de M. Paco Rabanne", a déclaré Marc Puig, PDG du groupe, cité dans le communiqué.

Jose Manuel Albesa, président de la division beauté et mode de Puig, a pour sa part rendu hommage à l'"esprit radical et rebelle" du créateur.

«Robes improbables»

"Qui d'autre pourrait inciter les Parisiennes suivant la mode à réclamer des robes en plastique et en métal ? Qui d'autre que Paco Rabanne pourrait imaginer un parfum appelé +Calandre+ - le mot signifie +grille d'automobile+ - et en faire une icône de la féminité moderne ?", a-t-il ajouté.

Né le 18 février 1934 au Pays basque espagnol, près de San Sebastian où sa mère était première main chez Cristobal Balenciaga, Paco Rabanne -- de son vrai nom Francisco Rabaneda Cuervo -- était diplômé des Beaux-Arts de Paris, section architecture.

Son père, le général Rabaneda Postigo, qui commandait la garnison de Guernica, a été fusillé par les soldats de Franco en 1936. En 1939, la famille s'était réfugiée en France.

Il a commencé sa carrière en créant des accessoires, bijoux, cravates, boutons qu'il proposait à Dior, Saint-Laurent ou Cardin. Avant de se lancer à son tour dans la mode pour la faire vivre en adéquation avec les matières et les techniques nouvelles.

En 1966, Paco Rabanne présente sa collection composée de "12 robes importables en matériaux contemporains" dans un défilé provocateur où des mannequins noires, dansant pieds nus, défilent pour la première fois. Le succès est immédiat bien que ses premiers modèles pèsent 30 kg.

Deux ans plus tard, Jane Fonda est moulée dans son costume dans le film de science-fiction "Barbarella". Il habille également les icônes françaises Brigitte Bardot et Françoise Hardy.

En 2011, la superstar mondiale Lady Gaga fait sensation en robe en papier lune conçue par les studios de Paco Rabanne pour les MTV European Music Awards.

Tout au long de sa carrière, le couturier, qui pratiquait assidument l'ésotérisme, s'est aussi fait remarquer par nombre de déclarations excentriques et de prédictions hasardeuses.

En 1999, il avait par exemple annoncé dans l'un de ses livres la destruction de Paris par la chute de la station Mir en s'appuyant sur une lecture toute personnelle des prophéties de Nostradamus.

La même année, la maison avait cessé son activité haute couture pour se recentrer sur le prêt-à-porter.


Mohamed Alayan, la relève de l'audiovisuel et du théâtre libanais

Scène de la pièce Ana Ktir Tabi’e au Zoukak Theatre. (Photo fournie)
Scène de la pièce Ana Ktir Tabi’e au Zoukak Theatre. (Photo fournie)
Short Url
  • «Il faut avoir du talent, mais il convient surtout de savoir le développer et le faire fructifier»
  • «Nous avons des histoires à raconter qui diffère grandement de la vision souvent orientaliste des médias occidentaux.»

PARIS: Le visage de Mohamed Alayan vous dit forcément quelque chose si vous regardez actuellement Brando al-Sharek, la série à succès de la plate-forme MBC Shahid. Arab News en français s'est entretenu avec le jeune acteur libanais. 

Le travail comme fil directeur

À l'âge de 16 ans, Mohamed Alayan, accompagné de son ami Wissam et de sa camarade de classe Tania, tombe littéralement amoureux du théâtre grâce aux activités du Centre culturel russe de Beyrouth. Sous la houlette de Tarek Chouman, il apprend les rudiments de l'art dramatique. Enfant de sa génération, il se consacre également à la mode à travers de courtes vidéos sur le réseau social Instagram, mettant en ligne des sketches avec sa bande d'amis. 

img 1
Mohamed Alayan. (Photo fournie)

Le tournant de sa carrière a été un appel de Jennifer Haddad, la directrice de casting du film Capharnaüm. Elle lui propose de tourner dans une publicité diffusée sur l’une des plus grandes chaînes libanaises, ce qu’il accepte. Peu de temps après, il est contacté pour un rôle dans la série The Fixer, diffusée sur la plate-forme MBC Shahid. «J'étais tellement reconnaissant! J'ai pu rencontrer de grands noms du cinéma, à l'instar de Badih Abou Chakra, qui m'a conseillé de m'inscrire dans des ateliers comme celui du Lebanese Film Academy», confie-t-il.

Fort de cette première expérience, Mohamed Alayan a à cœur d'améliorer son jeu d'acteur. Le travail et la motivation sont ses fils conducteurs. «J'ai comme philosophie de toujours vouloir apprendre afin d'évoluer et de m'adapter. Il faut avoir du talent, mais il faut aussi savoir le développer et le faire fructifier. Il ne s'agit pas uniquement de travailler pour l'évolution de ma carrière, mais avant tout pour m'améliorer sur le plan personnel.» 

«J'ai comme philosophie de toujours vouloir apprendre afin d'évoluer et de m'adapter.»

La volonté de laisser une marque

Aujourd’hui âgé de 23 ans, Mohamed Alayan continue d'enchaîner les expériences qui font de lui un des espoirs de l'audiovisuel et du théâtre libanais.

img 1
Scène de la pièce Hamra 82' au Al Madina Theater. (Photo fournie)

Il a ainsi réussi à décrocher un rôle dans la série Brando al-Sharek, diffusée sur la plate-forme de films et séries MBC Shahid, qui, explique l’acteur, «est en train de faire un travail remarquable». Il ajoute: «En tant que Libanais et Arabes, nous avons des histoires à raconter qui diffèrent grandement de la vision souvent orientaliste des médias occidentaux. Nous devons mettre à l'écran des histoires réelles auxquelles nous sommes confrontés dans la vie de tous les jours.»

La série Brandon al-Sharek a une dimension théâtrale évidente et convient parfaitement à la personnalité de Mohamed Alayan. Il y joue plusieurs scènes avec George Khabbaz, géant du cinéma et du théâtre au Liban. «Lors du tournage, je me suis efforcé de rester concentré sur mon rôle. Plus tard, j'ai senti un grand degré de responsabilité tant j’ai été influencé par tous ces grands noms lors de mon enfance…» Il est très reconnaissant envers les personnes de l’ombre qui continuent à le guider dans sa carrière, notamment ses deux agents, Michella Sfeir (PromoteYourselfAgency) et Elias Samia (Local Vice), ainsi que Jennifer Haddad. 

img 1
Mohamed Alayan, espoir de l'audiovisuel et du théâtre libanais. (Photo, Charbel Saade /agence Local Vice)

Mohamed Alayan fourmille de projets. On le retrouvera bientôt sur les planches avec Anis Nasreddine. Cette quête de perfection s’explique aussi comme une tentative pour échapper au marasme que vit actuellement le Liban.

 


Universités, recherche: la résistance anti-ChatGPT grandit

Cette photo prise le 23 janvier 2023 à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, montre des écrans affichant les logos de Microsoft et de ChatGPT, un logiciel d'application d'intelligence artificielle conversationnelle développé par OpenAI. (Photo de Lionel Bonaventure / AFP)
Cette photo prise le 23 janvier 2023 à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, montre des écrans affichant les logos de Microsoft et de ChatGPT, un logiciel d'application d'intelligence artificielle conversationnelle développé par OpenAI. (Photo de Lionel Bonaventure / AFP)
Short Url
  • Depuis que ChatGPT et ses textes automatiquement générés sont devenus accessibles au public en novembre, des établissements scolaires inquiets tentent d'empêcher leurs étudiants d'y recourir
  • Les plus prestigieuses universités d’Australie, tout comme des universités américaines, comptent accroître les examens sur place «avec papier et crayon» ou surveiller les écrans pour les étudiants en distanciel

PARIS : Craints comme potentiel outil de triche ou de plagiat, ChatGPT et autres intelligences artificielles sont désormais bannis d'écoles et d'universités, un peu partout dans le monde, une réaction «à courte vue» pour ses défenseurs.

Depuis que ChatGPT et ses textes automatiquement générés sont devenus accessibles au public en novembre, des établissements scolaires inquiets tentent d'empêcher leurs étudiants d'y recourir, pendant les examens mais aussi pour leurs devoirs maison.

Elon Musk, l'un des fondateurs d'OpenAI, la start-up qui a créé ChatGPT, avait tweeté triomphalement début janvier: «C'est un nouveau monde. Adieu, devoirs à la maison!».

Première grande université européenne à essayer de faire barrage, Sciences-Po Paris a interdit fin janvier à ses élèves d'utiliser ChatGPT pour toute production écrite ou orale, sous peine d'exclusion.

Le ministre français de l'Education a même évoqué des mesures plus globales. «Il va falloir intervenir là-dessus, on réfléchit à la bonne voie pour intervenir», a déclaré Pap Ndiaye jeudi sur France Inter. «Il est clair que nous avons sinon un adversaire en la matière, mais en tout cas nous avons à intégrer ces nouvelles données dans le travail des élèves et des professeurs».

Les textes produits par les IA sont pourtant selon lui «assez différents de ce que les élèves sont capables d'écrire et les professeurs sont capables de voir la différence».

- Papier et crayon -

Dans quatre des six Etats d'Australie, dans l'enceinte des établissements scolaires publics, ChatGPT a été interdit d'utilisation en janvier grâce à un pare-feu, et l'appli proscrite sur les téléphones portables pour les étudiants sur place.

Les plus prestigieuses universités du pays, tout comme des universités américaines, comptent accroître les examens sur place «avec papier et crayon» ou surveiller les écrans pour les étudiants en distanciel.

La ville de New York a de même interdit ChatGPT dans ses écoles publiques sur tous les appareils, au nom du manque de «construction d'un esprit critique» et par crainte de «plagiat». Des écoles de Seattle et Los Angeles ont emboité le pas.

En Inde, la RV University de Bangalore l'a interdit sur son campus et prévu plus d'examens surprise.

En Grande-Bretagne, l'Office de la règlementation des examens veut mettre en place une charte pour les écoles. Un membre du Parlement a récemment fait sensation en décembre en lisant avec un discours écrit par ChatGPT «à la manière de Churchill».

Des plateformes d'images comme Getty Images et Shutterstock ont banni les images créées par des IA comme DALL-E, Midjourney et Stable Diffusion. Le forum dédié au code informatique Stack Overflow a proscrit les posts produits par ChatGPT, estimant qu'ils comportaient trop d'erreurs.

Les chercheurs sont eux aussi priés de s'abstenir. Début février, les journaux scientifiques américains Science et Nature ont averti qu'ils n'accepteraient plus que ChatGPT soit cité comme auteur et demandé aux chercheurs qui s'en servirait de le mentionner.

- Calculette -

La Conférence internationale sur le Machine Learning, qui s'est tenue en janvier aux Etats-Unis, a refusé les présentations réalisées par ChatGPT, sauf s'il s'agissait de l'objet de l'étude.

Devant ces débuts de fronde, OpenAI vient d'annoncer un programme qui aide à distinguer un texte écrit par ChatGPT d’un texte rédigé par un humain, mais pour l'instant, reconnaît-il lui-même, «pas entièrement fiable».

Des partisans de l'outil, comme Sébastien Bubeck, chercheur en Machine Learning chez Microsoft, se sont insurgés contre des réactions «à courte vue». «ChatGPT fait partie du futur, l'interdiction n'est pas la solution», a-t-il tweeté.

De nombreux détracteurs de l'interdiction rappellent les mesures finalement abandonnées contre les calculettes ou Wikipedia à l'école. Des universitaires prônent d'encadrer plutôt qu'interdire, comme le vice-recteur de l'Université de Neuchâtel Martin Hilpert, qui préfère une discussion après remise d'un devoir. «On verra assez clairement si l'étudiant maîtrise son sujet», a-t-il dit à la presse suisse.

Bernardino Leon, chercheur à Sciences-Po, a également plaidé pour l'IA dans une tribune au Monde daté de vendredi, qui selon lui peut selon lui aider à la créativité.

«Lorsque les calculatrices sont utilisées dans l’enseignement, les compétences opérationnelles et de résolution de problèmes des élèves progressent», a-t-il argué.