Les boulangeries allemandes prises à la gorge par la montée des prix

Le boulanger allemand Tobias Exner a installé de nouveaux fours plus performants, écourté les heures d'ouverture et même envisagé de baisser les températures de cuisson, avant de se raviser. (AFP)
Le boulanger allemand Tobias Exner a installé de nouveaux fours plus performants, écourté les heures d'ouverture et même envisagé de baisser les températures de cuisson, avant de se raviser. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 septembre 2022

Les boulangeries allemandes prises à la gorge par la montée des prix

  • Dans le pays grand amateur de pain, les boulangeries sont en effet l'un des secteurs industriels les plus durement touchés par l'envolée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires
  • «Si les conditions ne changent pas, alors tôt ou tard, une large part des boulangeries allemandes auront cessé d'exister», prédit M. Exner

BEELITZ: Face à la flambée des prix liée la guerre russe en Ukraine, le boulanger allemand Tobias Exner a installé de nouveaux fours plus performants, écourté les heures d'ouverture et même envisagé de baisser les températures de cuisson, avant de se raviser.

Car le pain "n'a tout simplement pas le même goût sans une bonne croûte", confie l'entrepreneur rencontré par l'AFP à Beelitz, au sud-ouest de Berlin, petite commune connue surtout pour ses cultures d'asperges.

Ces mesures d'économies sont de toute façon loin d'être suffisantes face à la crise existentielle que traverse la profession, dit-il.

Dans le pays grand amateur de pain, les boulangeries sont en effet l'un des secteurs industriels les plus durement touchés par l'envolée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires provoquée par l'invasion russe de l'Ukraine débutée le 24 février.

"Si les conditions ne changent pas, alors tôt ou tard, une large part des boulangeries allemandes auront cessé d'exister", prédit M. Exner.

Les prix «crèvent le plafond»

"Toutes les boulangeries ont des fours, 70% des boulangeries artisanales ont des fours à gaz et les prix du gaz crèvent le plafond", énumère Friedemann Berg, directeur exécutif de la fédération nationale des boulangers allemands.

La première économie européenne, longtemps très dépendante du gaz russe, est frappée de plein fouet par l'arrêt des livraisons de cette énergie fossile décrétée par Vladimir Poutine.

Et les deux principaux ingrédients entrant dans la fabrication du pain - la farine et l'huile - sont parmi les plus affectés par les blocus russes de ports ukrainiens.

Le blé est deux fois et demi plus cher qu'avant la crise, tandis que le litre d'huile a grimpé de quelque 82% à plus de 3 euros, affirme M. Exner.

L'entrepreneur, avec ses 36 filiales et un effectif de 220 salariés, est certes relativement mieux armé que les petits commerces artisanaux pour survivre à la crise. Mais lui aussi traverse une phase difficile.

Les factures d'énergie ont presque quadruplé comparé à 2020. "Vous voyez, les comptes n'y sont plus", dit M. Exner.

Il a cherché à économiser en installant des fours moins gourmands en énergie dans son principal site de production de Beelitz et réduisant les heures d'ouvertures dans des filiales à Berlin et dans le Brandebourg, le land qui entoure la capitale.

Mais il rechigne à répercuter l'augmentation de ses coûts sur les clients, car ces derniers "ne paieraient pas ce genre de prix" selon lui.

Boulangeries dans l'obscurité 

L'ambiance au centre de Berlin semble lui donner raison.

"Payer encore plus? Pas question. Cela devient exorbitant", s'exclame Gloria Thomas, 56 ans, une chômeuse interrogée par l'AFP.

Le prix du pain a augmenté en moyenne de 18% dans les pays de l'Union européenne en août sur un an, selon l'institut statistique Eurostat. L'Allemagne se situe dans la moyenne.

De nombreuses boulangeries ont déjà mis la clef sous la porte, affirme le responsable de la fédération, et le secteur appelle depuis des semaines le gouvernement au secours.

Début septembre, quelque 800 boulangeries du pays ont servi leurs clients dans l'obscurité pour une journée action visant à attirer l'attention sur leur sort.

L'enjeu va au delà de la défense des petits pains frais, juge M. Exner.

Les boulangeries "sont souvent l'institution la plus importante dans les villages: elles assurent les fonctions à la fois de magasins d'alimentation, de centre social, de poste etc...", souligne-t-il.

Le gouvernement de centre-gauche du chancelier Olaf Scholz a annoncé des mesures de près de 100 milliards d'euros pour l'économie et le pouvoir d'achat, mais les petites et moyennes entreprises s'estiment insuffisamment concernées par ce soutien.

Pour ne rien arranger, des déclarations récentes du ministre de l'Economie Robert Habeck ont été très mal perçues.

Interrogé sur une possible vague de faillites de PME en Allemagne, le ministre écologiste a répliqué pouvoir imaginer "que certaines industries allaient simplement devoir arrêter de produire pendant un certain temps", confortant le sentiment de la profession d'être incomprise voire négligée par Berlin.

La fédération appelle à une aide financière "rapide et non bureaucratique" pour le secteur, indique M. Berg, faute de quoi "beaucoup d'entreprises devront abandonner leurs activités ou simplement déposer le bilan".


Sama: Les paiements au point de vente en Arabie saoudite atteignent un niveau record de 59,68 milliards de riyals

En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. (Shutterstock)
En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. (Shutterstock)
Short Url
  • Le rapport explique que des facteurs liés aux plates-formes et aux expériences, en particulier les options de paiement flexibles et la mise sur le marché de produits exclusifs de haute qualité, sont à l’origine de cette augmentation
  • Cette tendance ne se contente pas de remodeler le paysage de la vente au détail, mais elle a également un impact considérable sur le comportement des consommateurs

RIYAD: Les transactions liées à l’alimentation et aux boissons ont permis aux paiements au point de vente d’atteindre un niveau record de 59,68 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro) en mars, selon des données officielles. 

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne (Sama) révèlent une augmentation annuelle de 8% des dépenses dans tous les secteurs, les dépenses effectuées pendant le mois sacré du ramadan, ainsi qu’un marché en expansion proposant des options de paiement flexibles, étant probablement à l’origine de cette hausse. 

En mars, les dépenses liées à l’alimentation et aux boissons constituaient la part la plus importante, représentant 17% du total des paiements du mois. 

Les dépenses consacrées aux restaurants et aux cafés, ainsi qu’aux biens et services divers représentaient chacune 12% des dépenses totales. 

En février, Redseer Strategy Consultants avait prédit que les consommateurs d’Arabie saoudite seraient plus désireux d’explorer de nouvelles attractions et destinations pendant le ramadan. 

Leur enquête, qui portait sur le changement des comportements d’achat pour le ramadan 2024 par rapport à l’année précédente, a révélé que 62% des participants à l’enquête saoudiens et 48% des participants émiratis prévoyaient d’augmenter leurs dépenses pendant le mois sacré. 

Le rapport explique que des facteurs liés aux plates-formes et aux expériences, en particulier les options de paiement flexibles et la mise sur le marché de produits exclusifs de haute qualité, sont à l’origine de cette augmentation. 

L’enquête montre qu’aux Émirats arabes unis, où le marché est arrivé à maturité, les consommateurs accordent de plus en plus d’importance au caractère abordable des produits, privilégiant les prix les moins élevés. 

Des facteurs tels que la variété des produits, la rapidité des livraisons et la qualité ne sont plus des critères significatifs de différenciation des marques, car le marché a uniformisé les règles du jeu. 

À l’inverse, en Arabie saoudite, un marché en pleine croissance, l’accent est mis sur les aspects liés à la plate-forme et à l’expérience. Les options de paiement flexibles et un service clientèle solide gagnent en importance, ce qui indique un changement dans les préférences des consommateurs. 

Selon des données de la Sama, les principaux moteurs de la croissance au cours de cette période étaient l’augmentation des dépenses consacrées aux biens et services divers, notamment les articles de soins personnels et les produits de nettoyage. 

Cette catégorie représentait la deuxième part la plus importante des dépenses du mois de mars (12%), enregistrant une croissance de 28% pour atteindre 7,06 milliards de SAR. Cette croissance constituait 36% de l’augmentation annuelle globale des paiements au point de vente. 

L’habillement et les chaussures arrivent en deuxième position, contribuant à la croissance globale à hauteur de 26%, soit 5,8 milliards de SAR, en mars. Les dépenses liées à l’alimentation et aux boissons viennent ensuite, avec une contribution de 13%, soit quelque 10 milliards de SAR, ce qui constitue une hausse de 6% par rapport au même mois de l’année dernière. 

L’enquête menée par Redseer indique que les Saoudiens interrogés sont très enclins à acheter des produits alimentaires, des articles de mode et des produits de beauté ou de soins personnels pendant le mois du ramadan. 

Selon l’enquête, 93% des personnes interrogées sont prêtes à acheter des produits alimentaires, 84 % à acheter des articles de mode et 72% à acheter des produits de beauté et de soins personnels. 

Cette période est souvent associée à des engagements sociaux accrus, à l’hospitalité et à la générosité, ce qui entraîne un accroissement des dépenses de consommation consacrées à la nourriture, aux cadeaux et aux dons de charité. En outre, les entreprises proposent souvent des promotions et des réductions spéciales pendant le ramadan, ce qui stimule davantage les dépenses de consommation. 

En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. 

Grâce à l’accessibilité accrue au commerce électronique et à la commodité croissante des plates-formes d’achat en ligne, les consommateurs optent plus que jamais pour les transactions numériques. Cette tendance ne se contente pas de remodeler le paysage de la vente au détail, mais elle a également un impact considérable sur le comportement des consommateurs. 

La facilité avec laquelle il est possible de comparer les prix et les options de produits en ligne a donné plus de pouvoir aux consommateurs, favorisant une concurrence plus forte entre les détaillants et, à terme, une baisse des dépenses. 

En conséquence, l’adoption des méthodes de paiement numérique continue de connaître une croissance rapide, ce qui reflète un changement fondamental dans la façon dont les transactions sont effectuées sur le marché dynamique et en évolution rapide de l’Arabie saoudite. 

L’un des défis posés par cette croissance est la prolifération de plates-formes et de sites frauduleux qui tentent de tromper les utilisateurs intéressés. Pendant le ramadan et l’Aïd el-Fitr, la multiplication des transactions de détail en ligne fournit davantage d’opportunités aux cybercriminels. 

Ces entités frauduleuses ont ciblé des plates-formes saoudiennes majeures en créant de faux sites Web conçus pour intercepter les codes d’authentification à deux facteurs ou les mots de passe à usage unique. 

Selon Cyber Security News, cette tactique d’hameçonnage sophistiquée vise à contourner les mesures de sécurité et à obtenir un accès non autorisé aux comptes des victimes. 

Il est donc vivement conseillé aux consommateurs d’éviter de partager des informations personnelles et des données de paiement sur des sites douteux ou à des personnes se faisant passer pour des employés de banque ou des fonctionnaires. 

Il est essentiel de signaler les ressources suspectes aux forces de l’ordre locales et aux contacts désignés au sein de ces organisations afin de contribuer à réduire les risques de fraude potentiels. 

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Conflit à Gaza: l'Autorité palestinienne au bord de l'asphyxie selon la Banque mondiale

 L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales. (AFP).
L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales. (AFP).
Short Url
  • L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport
  • A l'issue de l'année écoulée, l'AP présentait un déficit de 682 millions de dollars, soit 3,9% du PIB palestinien, et il devrait quasi doubler cette année pour atteindre 1,2 milliard de dollars

WASHINGTON: L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales.

A l'issue de l'année écoulée, l'AP présentait un déficit de 682 millions de dollars, soit 3,9% du PIB palestinien, et il devrait quasi doubler cette année pour atteindre 1,2 milliard de dollars.

En cause, l'importante baisse des revenus collectés par le gouvernement israélien sans être reversés à l'AP ainsi que la forte récession anticipée de l'économie palestinienne, qui devrait reculer dans une fourchette comprise entre 6,5% et 9,4%, estime la BM.

L'autre raison majeure est la forte récession anticipée de l'économie palestinienne, qui devrait reculer dans une fourchette comprise entre 6,5% et 9,4%, estime l'institution financière internationale, soulignant cependant qu'il est très difficile de faire des projections précises.

La situation est encore plus difficile, sans surprise, dans la bande de Gaza, puisque son économie devrait être divisée par plus de deux, après avoir déjà connu un fort recul fin 2023, dans la foulée du début de l'offensive israélienne en réponse à l'attaque du Hamas le 7 octobre.

La forte récession entraîne une hausse de la pauvreté en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Dans cette dernière, la quasi totalité de la population a basculé sous le seuil de pauvreté.

L'une des raisons est la destruction des emplois au cours des six derniers mois, près de 500.000 emplois ont été perdus, dont 200.000 à Gaza et près de 150.000 concernant des Palestiniens qui se rendaient en Israël pour travailler.

La situation humanitaire ne cesse par ailleurs de se détériorer, avec une insécurité alimentaire qui touche 95% de la population gazaouie, alors que le nord de la bande de Gaza est désormais considéré comme étant en état de famine, où "l'insécurité alimentaire atteint des niveaux catastrophiques", souligne le rapport.

Se basant sur une étude de la London School of hygiene and tropical medecine et de l'Universite américaine Johns Hopkins, le rapport avance qu'entre 58.000 et 66.000 personnes pourraient mourir de faim "si la tendance actuelle se poursuit".

L'attaque du 7 octobre a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En riposte à l'attaque, M. Netanyahu a juré d'anéantir le Hamas, son armée lançant une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza. Au moins 35.709 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués dans cette offensive, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.


Janet Yellen opposée au projet d'une taxation mondiale des plus riches

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen (Photo, AFP).
La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen (Photo, AFP).
Short Url
  • L'administration Biden a ainsi proposé pour le budget 2025 un impôt minimum de 25% pour les "0,01% les plus riches
  • Le gouvernement brésilien s'est inspiré des travaux menés par l'économiste français Gabriel Zucman sur la taxation des plus riches

 

STRESA, Italie: La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen s'est prononcée jeudi contre des négociations internationales sur une taxation mondiale des plus riches, un projet défendu par le Brésil à l'occasion de sa présidence du G20 et soutenu par la France.

"Je ne suis pas favorable à des négociations internationales qui impliqueraient que tous les pays acceptent de le faire et de redistribuer les recettes entre les pays, éventuellement sur la base du climat et des dommages subis du fait du climat", a-t-elle déclaré en marge du G7 Finances à Stresa dans le nord de l'Italie.

"Il est clair que le président Biden et moi-même sommes attachés à la progressivité de l'impôt. Nous estimons que la charge fiscale pesant sur les hauts revenus et les entreprises est trop faible", a-t-elle fait valoir devant la presse.

L'administration Biden a ainsi proposé pour le budget 2025 un impôt minimum de 25% pour les "0,01% les plus riches, ceux dont la fortune est supérieure à 100 millions de dollars".

"Ce n'est donc pas que j'aie une quelconque objection à imposer un niveau raisonnable d'imposition et certainement un niveau minimum d'imposition aux personnes à très hauts revenus aux États-Unis", a-t-elle poursuivi.

Le gouvernement américain reconnaît selon elle "que les pays à faible revenu et les pays émergents ont besoin d'un soutien financier".

Mme Yellen a estimé que "le Brésil, qui dirige le G20, a raison de s'inquiéter de l'adéquation des flux de ressources pour soutenir le développement" de ces pays et "le climat".

"Mais je ne suis pas favorable" à régler le problème des flux de ressources "dans le cadre d'une négociation fiscale internationale", a-t-elle expliqué.

Le gouvernement brésilien s'est inspiré des travaux menés par l'économiste français Gabriel Zucman sur la taxation des plus riches.

Selon ce dernier, si les 3.000 milliardaires de la planète payaient au moins l'équivalent de 2% de leur fortune en impôts sur le revenu, cet impôt mondial pourrait rapporter 250 milliards de dollars supplémentaires.

Pour le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, le projet de taxation minimale des plus grandes fortunes figure parmi les priorités du G7 à Stresa.

"Nous voulons continuer à porter cette idée d'un troisième pilier sur la fiscalité internationale portant sur les plus fortunés, de façon à garantir l'équité de la fiscalité internationale", a-t-il déclaré mercredi à la presse.

Près de 140 Etats se sont accordés à la fin 2021 sur une taxation minimale des multinationales sous l'égide de l'OCDE, consistant en deux piliers, le premier visant une meilleure répartition de la fiscalité des géants du numérique et le second une imposition minimale à 15% sur les sociétés.

Le deuxième pilier a été mis en place le 1er janvier dernier dans de nombreux Etats, dont l'Union européenne, mais un accord sur le pilier 1 peine encore à être avalisé par l'ensemble des pays.