Du Yémen à l'Ukraine, les drones iraniens font des ravages

Drones kamikazes lors d'un exercice de deux jours dans un lieu non divulgué en Iran (Photo, AFP).
Drones kamikazes lors d'un exercice de deux jours dans un lieu non divulgué en Iran (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 04 octobre 2022

Du Yémen à l'Ukraine, les drones iraniens font des ravages

  • Les Houthis du Yémen et d'autres milices ont utilisé des drones de fabrication iranienne pour cibler des installations civiles saoudiennes
  • Le mois dernier, Shahed-136 et Mohajer-6 ont fait leurs débuts au combat en Ukraine au service de la Russie

ERBIL, Kurdistan irakien: Les drones armés conçus et fabriqués par l'Iran ont donné aux milices mandataires de Téhéran au Moyen-Orient des capacités uniques de causer des ravages dans toute la région.

La milice houthie au Yémen, par exemple, a fréquemment utilisé des drones chargés d'explosifs pour cibler l'Arabie saoudite. Téhéran a fourni à ces militants les moyens et le savoir-faire pour assembler et lancer ces drones aux effets dévastateurs.

En septembre 2019, des drones et des missiles de croisière iraniens ont été utilisés pour attaquer les installations de traitement du pétrole à Abqaiq et Khurais, dans l'est de l'Arabie saoudite, ce qui a fortement perturbé les marchés pétroliers mondiaux.

Des drones iraniens ont également été déployés à l'intérieur de l'Irak, ce qui témoigne de l'ampleur de leur prolifération dans cette région instable. La semaine dernière, les forces américaines ont déclaré avoir abattu un drone iranien de type Mohajer-6 qui se dirigeait vers Erbil, la capitale de la région semi-autonome du Kurdistan au nord de l'Irak.

Aujourd'hui, et pour la première fois, les drones iraniens sont mis à l'épreuve dans une tout autre guerre.

En septembre, les drones iraniens ont fait leurs débuts au combat en Ukraine, au service de l'armée russe, où ils semblent prêts à jouer un rôle important dans le conflit qui sévit depuis huit mois en Europe de l'Est. Les forces ukrainiennes ont abattu des drones kamikazes iraniens vendus à la Russie dans le but de cibler des civils, ce qui a conduit le président Volodymyr Zelensky à expulser des diplomates iraniens du pays.

«Il est triste de devoir reconnaître que le gouvernement iranien ment, tout comme le gouvernement de la Fédération de Russie, car nous avons eu des contacts avec les dirigeants iraniens au plus haut niveau. Nous avons parlé à l'ambassade, nous avons fait appeler les ambassadeurs au ministère des Affaires étrangères. Et on nous a assuré que rien n'avait été vendu à la Russie, que ce n'étaient pas leurs drones, rien de tel», a-t-il récemment déclaré à l'émission Frankly Speaking d'Arab News.

«Nous détenons un certain nombre de ces drones iraniens abattus, et ceux-ci ont été vendus à la Russie pour tuer notre peuple. Et ils sont – vous avez raison – utilisés contre des infrastructures civiles et des civils, des civils pacifiques. À cause de cela, nous avons renvoyé des diplomates iraniens du pays. Nous n'avons rien à discuter avec eux.»

Nicholas Heras, directeur de la stratégie et de l'innovation au New Lines Institute, affirme qu'il existe des différences importantes dans la façon dont la Russie et les Houthis choisissent de déployer leurs flottes de drones iraniens.

«Les Houthis déploient ces munitions rôdeuses de manière plus stratégique, en essayant généralement de frapper des cibles de grande valeur à l'intérieur du Yémen mais au-delà de leur zone de contrôle ou à l'intérieur de l'Arabie saoudite. Les drones iraniens servent de force aérienne bon marché aux Houthis», a-t-il expliqué à Arab News.

«En Ukraine, les Russes utilisent les drones iraniens dans un sens plus tactique, pour frapper l'artillerie ukrainienne ou les dépôts d'armes qui se trouvent plus près des lignes de front. Les Russes utilisent essentiellement ces drones comme un autre type de munition, alors que les Houthis les utilisent plutôt comme des missiles intermédiaires.»

Un défilé militaire en septembre 2022 à Sanaa (Photo, AFP/Bureau médiatique des Houthis).

Selon des responsables américains, l'Iran fournit à la Russie des «centaines» de drones armés pour tenter de renverser le cours de la guerre contre les forces armées ukrainiennes soutenues par l'Occident, qui ont reconquis de vastes étendues du territoire oriental du pays ces dernières semaines.

Dans une interview exclusive accordée cette semaine à la présentatrice de Frankly Speaking, Katie Jensen, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré: «Nous détenons un certain nombre de ces drones iraniens abattus, et ceux-ci ont été vendus à la Russie pour tuer notre peuple.» 

«Ils sont utilisés contre des infrastructures civiles et des civils, des civils pacifiques. À cause de cela, nous avons renvoyé des diplomates iraniens du pays. Nous n'avons rien à discuter avec eux.»

La Russie a déjà utilisé dans cette guerre plusieurs de ses munitions rôdeuses iraniennes nouvellement acquises, également appelées drones kamikazes ou drones suicides. Ces drones en particulier sont relativement bon marché et peuvent être utilisés en grand nombre, ce qui leur permet d’envahir les défenses ennemies, d'atteindre leur cible et de s'autodétruire.

La Russie a récemment employé, ou du moins tenté d'employer, cette technique dans le port d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, et dans la ville de Mykolaiv, en utilisant des drones iraniens Shahed-136.

Des drones de fabrication iranienne ont également visé des positions d'artillerie ukrainiennes dans la région de Kharkiv. Les autorités militaires ukrainiennes affirment avoir abattu plusieurs de ces drones, dont le modèle Mohajer-6, plus grand, ces derniers jours.

Le Shahed-136 et le Mohajer-6 sont deux types de drones bien distincts, conçus pour atteindre des objectifs différents.

«Le Shahed-136 est une munition rôdeuse d'une portée importante, tandis que le Mohajer-6 est un drone ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance) et de combat de moyenne portée d'environ 200 kilomètres», a déclaré Samuel Bendett, analyste de recherche au Center for Naval Analyses, à Arab News.

«Le seul drone Mohajer-6 qui a été récemment abattu a probablement été victime d'une erreur de l'opérateur, ou des systèmes de guerre électronique ukrainiens.»

Bien qu'ils aient chacun des applications différentes, les deux modèles de drones sont également connus pour être utilisés en tandem.

Les débris d'un Shahed-136 iranien, abattu par les forces armées ukrainiennes près de Kupiansk dans la région de Kharkiv (Photo, Ministère ukrainien de la Défense/réseaux sociaux).

«Les commentateurs russes indiquent que Mohajer pourrait avoir dirigé Shahed-136 vers la cible, étant donné que Shahed-136 n'a pas sa propre caméra et doit compter sur le GPS pour le ciblage», a indiqué M. Bendett.

«Mohajer-6 est à peu près comparable au drone Bayraktar TB2 de fabrication turque en termes de capacités, ce qui donne aux Russes qui l'emploient comme système ISR et de combat une parité approximative avec certaines capacités des drones ukrainiens.»

James Rogers, professeur associé en études sur la guerre au Centre d'études sur la guerre de l'Université du Danemark Sud et chercheur principal non résident au Cornell Tech Policy Lab de l'Université Cornell, a également décrit les drones Shahed-136 et Mohajer-6 comme des systèmes très différents, «conçus pour combler d'importantes lacunes opérationnelles pour l'armée russe».

«Le Shahed-136 peut être utilisé dans des essaims rudimentaires de cinq drones ou moins et est à peu près comparable à une famille croissante de drones rôdeurs, comme le Switchblade 600 (américain) ou le Harop (israélien)», a expliqué M. Rogers à Arab News.

«En revanche, le Mohajer-6 est une plate-forme d'armes qui peut remplir un rôle de surveillance et également déployer ses propres missiles et bombes guidées. Cela le rend largement comparable au type de drone TB2, dans la mesure où il s'agit d'une arme polyvalente de plus longue endurance.»

Selon M. Bendett, certaines sources ukrainiennes estiment que le coût du Shahed-136 ne dépasse pas 20 000 dollars par unité, «ce qui le rend suffisamment bon marché pour être produit en masse par les Russes».

«En fait, certains canaux Telegram russes indiquent que cette production de masse a déjà commencé dans des entreprises russes», a-t-il confié. «S'ils sont utilisés en masse, ils peuvent représenter un défi pour les défenses aériennes ukrainiennes et causer des dégâts.»

En septembre, les drones iraniens ont fait leurs débuts au combat en Ukraine, au service de l'armée russe (Photo, Agence de presse MEHR).

Néanmoins, M. Bendett doute que les nouvelles capacités des drones iraniens puissent changer la donne dans le conflit ukrainien.

«Ils ne seront pas en mesure d'inverser les gains ukrainiens, car ces gains sont réalisés par l'infanterie et les opérations d'armes combinées qui tiennent le territoire», a-t-il affirmé.

«Ils peuvent toutefois créer des problèmes aux Ukrainiens vu la possibilité d'un taux élevé de dégradation des armes, des systèmes et du personnel en raison des attaques continues des Shaheds.»

Pour sa part, M. Rogers estime qu'il est encore trop tôt pour déterminer si les Shahed-136 et Mohajer-6 «auront un impact transformateur» sur l'effort de guerre russe.

«Un certain nombre de drones iraniens ont déjà été abattus par l'armée ukrainienne, mais des rapports indiquent qu'ils ont été utilisés avec succès contre les systèmes de roquettes d'artillerie à haute mobilité fournis par les États-Unis, qui ont été indispensables aux forces ukrainiennes», a-t-il déclaré.

En effet, le Shahed-136 guidé par GPS s'est révélé d'une précision remarquable, comme le prouve le fait que les Ukrainiens ont récemment «reconnu que les Shaheds ont frappé des batteries d'artillerie ainsi que des cibles fixes telles que des bâtiments à Odessa», a ajouté M. Bennet.

Cependant, le modèle de drone ne dispose pas de composants électroniques sophistiqués, et un solide système de défense de guerre électronique «peut interférer avec leur fonctionnement», a-t-il souligné.

Les débris d'un autre Shahed-136 iranien, abattu par les forces armées ukrainiennes près de Kupiansk dans la région de Kharkiv (Photo, Ministère ukrainien de la Défense/réseaux sociaux).

On aurait tort de sous-estimer les avantages considérables que la technologie des drones peut apporter au champ de bataille.

Selon M. Rogers, le Shahed-136 est comparable à un missile de croisière moderne «en ce sens qu'il peut atteindre des cibles avec précision et exploser à l'impact, mais il en diffère par le fait qu'il peut rester en vol, surveiller le champ de bataille et ajuster sa cible en réaction à l'évolution de la situation au sol».

«Il peut également être utilisé dans le cadre d'un déploiement en essaim de plusieurs drones pour saturer les défenses terrestres, ouvrant la porte – pour ainsi dire – à toute une série d'autres missiles et roquettes», a-t-il ajouté.

De même, M. Bendett estime que le Shahed-136 a donné à l'armée russe la capacité «de lancer des munitions rôdeuses de longue portée sur des cibles en grand nombre à différentes profondeurs tactiques et opérationnelles».

Ceci est d'autant plus important que c'est «quelque chose qu'ils ont eu du mal à faire au cours des mois précédents étant donné leurs stocks limités de drones rôdeurs et de combat

nationaux».

«La Russie tire également de précieuses leçons de l'utilisation par l'Iran de ces drones via ses multiples mandataires au Moyen-Orient, ce qui peut contribuer à l'élaboration de nouvelles tactiques et procédures en Ukraine.»

En plus de fournir à la Russie des leçons et des doctrines, ces drones servent également de substituts au stock de missiles de croisière de la Russie, qui s'épuise, et qu'il faudra probablement des années à Moscou pour reconstituer aux niveaux d'avant-guerre.

Un soldat ukrainien dans la ville de Kupiansk, sur la ligne de front, dans la région de Kharkiv, le 24 septembre 2022, en pleine invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).

«Avec les restrictions commerciales et les embargos imposés à la Russie, les militaires ont eu du mal à remplacer les actifs militaires perdus», a déclaré M. Rogers.

«C'est pourquoi l'arrangement commode avec l'Iran est apparu. Il permet à la Russie d'obtenir des ressources militaires dont elle manque ou qu'elle n'a pas les moyens de produire.»

Plus les drones iraniens accumulent les essais de combat en Ukraine et à travers le Moyen-Orient, plus ils sont susceptibles de devenir sophistiqués. C'est pourquoi M. Heras estime que Kiev et Riyad doivent renforcer leurs défenses aériennes pour faire face à cette menace de manière adéquate.

«Les Ukrainiens ont utilisé des missiles antiaériens portables tirés par des soldats d'infanterie ou des véhicules pour abattre les drones russes de fabrication iranienne, bien qu’avec un mélange de succès et d'échecs», a-t-il indiqué.

Ces dernières années, l'Arabie saoudite a lancé un grand nombre de missiles d'interception Patriot, qui coûtent des millions de dollars par tir, contre des drones houthis dont la fabrication ne coûte que quelques milliers de dollars.

«À terme, les systèmes anti-aériens développés par les Israéliens et les Américains et destinés à des types de roquettes plus petits pourraient être utiles à l'Ukraine et à l'Arabie saoudite», a affirmé M. Heras.

«Surtout pour l'Arabie saoudite, qui aurait besoin de ces défenses pour protéger les cibles stratégiques que les Houthis préfèrent frapper.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Koweït: La démission du gouvernement acceptée par décret de l'émir

Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah (Photo fournie).
Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah (Photo fournie).
Short Url
  • Cette démission est due aux multiples blocages au sein du pouvoir législatif
  • Le gouvernement avait été intronisé il y a de cela quatre mois

DUBAI: La démission du gouvernement du Koweït a été acceptée jeudi par décret de l'émir, selon l'agence d'information officielle KUNA.
Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah.
Selon Barek Al-Shaitan, ministre d'Etat aux affaires du Cabinet, cette démission est due aux multiples blocages au sein du pouvoir législatif au cours de la première session du 17ème mandat de l'Assemblée nationale.
Le ministre s'est dit confiant quant à la capacité du prince héritier à prendre les mesures nécessaires pour l'intérêt du pays.
Le gouvernement avait été intronisé il y a de cela quatre mois.
Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Signatures d’accords stratégiques entre la France et l’Irak a l’Élysée

Emmanuel Macron et Mohammed Chia Al-Soudani (Photo, AFP).
Emmanuel Macron et Mohammed Chia Al-Soudani (Photo, AFP).
Short Url
  • Parmi les accords signés figure un traité visant à renforcer les relations bilatérales dans le domaine de la lutte contre la corruption
  • En décembre 2022, Emmanuel Macron avait plaidé pour que Bagdad s'engage dans une autre voie que celle d'un «modèle dicté par l'extérieur»

PARIS: La France et l’Irak ont signé jeudi une série d'accords stratégiques destinés à renforcer la coopération économique entre les deux pays, a déclaré le palais de l’Élysée. Cette signature est intervenue lors de la rencontre qui a eu lieu jeudi entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre irakien Mohammed Chia al-Soudani en visite à Paris, a annoncé jeudi la présidence française.
Parmi les accords signés figure un traité visant à renforcer les relations bilatérales dans les domaines de la lutte contre la corruption, de la sécurité, des énergies renouvelables et de la culture, a annoncé vendredi l'Elysée.
M.Soudani qui cherche tous azimuts des partenaires pour donner un coup de neuf au secteur énergétique irakien a fait part la veille de son déplacement de son espoir de renforcer la «coopération sécuritaire entre les deux pays (...), notamment dans la formation et le développement des capacités sécuritaires irakiennes, ainsi que dans le domaine de l'achat d'armement».
Le chef de l'Etat français est de son côté particulièrement investi en Irak où il s'est rendu par deux fois depuis le début de son premier mandat en 2017. En décembre 2022, Emmanuel Macron avait plaidé lors d'une conférence régionale de soutien à l'Irak pour que Bagdad s'engage dans une autre voie que celle d'un «modèle dicté par l'extérieur».
Cette rencontre et les accords signes pourraient donner un coup de fouet à la coopération énergétique entre les deux pays. TotalEnergies avait signé un contrat de 10 milliards de dollars avec l'Irak en 2021, mais le premier coup de pelle se fait attendre.
L'accord avec le géant français porte sur la construction d'unités de collecte et de traitement de gaz pétrolier pour générer de l'électricité. Est aussi prévue la construction dans le sud d'une centrale électrique photovoltaïque capable de produire 1 gigawatt d’électricité, au moment où le réseau électrique est particulièrement en souffrance avec des délestages qui peuvent durer jusqu'à 12 heures par jour, dans ce pays pourtant riche en hydrocarbures.
(Avec Agences)


Tunisie: Nouveau vote pour le Parlement avec la participation comme baromètre

Un panneau d'affichage électoral pour le deuxième tour des législatives prévu le 29 janvier est photographié à Tunis, le 25 janvier 2023 (Photo, AFP).
Un panneau d'affichage électoral pour le deuxième tour des législatives prévu le 29 janvier est photographié à Tunis, le 25 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux-cent-soixante-deux candidats (pour 131 des 161 sièges) se présentent au deuxième tour des législatives
  • Au premier tour, le 17 décembre, seuls 11,22% des électeurs s'étaient déplacés, soit la plus forte abstention depuis la Révolution de 2011

TUNIS: Quelque 8 millions de Tunisiens sont invités à voter dimanche pour élire un nouveau Parlement aux pouvoirs limités par le président Kais Saied, sur fond de désaffection pour la politique et de difficultés économiques croissantes.

Deux-cent-soixante-deux candidats (pour 131 des 161 sièges) se présentent au deuxième tour des législatives, l'une des dernières étapes de l'instauration d'un système ultra-présidentialiste, objectif affiché de M. Saied depuis son coup de force de l'été 2021.

Le 25 juillet 2021, jugeant le pays ingouvernable, le président limogeait son Premier ministre et gelait l'Assemblée parlementaire, dissoute au printemps 2022 avant une réforme de la Constitution l'été passé qui restreint grandement les prérogatives du Parlement.

Celui-ci, formé de l'Assemblée des députés, élus dimanche, et d'un Conseil national des régions (encore à établir), "n'accorde pas la confiance au gouvernement et ne peut pas le censurer, sauf à la majorité des 2/3 des deux chambres et au bout de deux motions", rappelle le juriste et politologue Hamadi Redissi. En outre, le président ne peut être destitué même pour faute grave.

"Vu le désintérêt de la population" pour la politique, "ce Parlement aura peu de légitimité, le président tout puissant grâce à la Constitution de 2022 pourra le dominer à sa guise", estime Youssef Cherif, expert du Columbia Global Centers.

Au premier tour, le 17 décembre, seuls 11,22% des électeurs s'étaient déplacés, soit la plus forte abstention depuis la Révolution de 2011 qui fit chuter le dictateur Ben Ali et marqua l'avènement de la démocratie.

Les experts prévoient une participation de nouveau faible.

Comme au premier tour, l'opposition, marginalisée par un mode de scrutin interdisant aux candidats d'afficher une affiliation politique, a appelé à boycotter le vote, au nom aussi de son rejet du "coup d'Etat" de M. Saied.

La campagne apparaît fade, avec peu de panneaux électoraux et des candidats majoritairement inconnus.

Pour mobiliser l'opinion, surtout la jeunesse qui avait massivement voté en 2019 pour M. Saied, alors novice en politique, l'autorité électorale a organisé des débats télévisés aux heures de grande écoute.

Mais dans la rue, l'attention est ailleurs.

La population a vu son pouvoir d'achat plonger avec une inflation supérieure à 10%, et subit des pénuries sporadiques de produits comme le lait, l'huile ou la semoule.

L'envoi par la Libye voisine de 170 camions d'aide alimentaire la semaine passée a été vécu comme une "humiliation" par beaucoup de Tunisiens.

"Le pays est au bord de l'effondrement", estime M. Redissi, inquiet des pénuries que "le président impute pathétiquement aux 'spéculateurs', 'traîtres', 'saboteurs'".

«Mécontentement général»

Malgré un "mécontentement général" alimenté par des grèves des transports ou de l'enseignement, les manifestations ne mobilisent pas les foules et "il se peut que le statu quo continue tant que le Tunisien lambda ne verra pas d'alternative crédible au président Saied", estime M. Cherif.

L'opposition, qui a appelé le président à démissionner après le camouflet du premier tour, reste divisée en trois blocs inconciliables: le Front de salut national coalisé autour du parti d'inspiration islamiste Ennahdha – bête noire de M. Saied –, le PDL d'Abir Moussi qui revendique l'héritage de Ben Ali et les partis de gauche.

Autre impasse: les négociations cruciales du pays, très endetté, avec le FMI pour un prêt de quasi 2 milliards de dollars piétinent depuis des mois.

Divers facteurs semblent freiner un accord: d'abord il y a, selon M. Cherif, "le rôle des Etats-Unis", poids lourd du FMI, inquiets d'une dérive autocratique en Tunisie, "étoile déchue" alors qu'elle était "un modèle de démocratie".

Et le président Saied "semble hésiter à accepter les diktats du FMI" pour des réformes douloureuses comme la levée des subventions sur les produits de base, décrypte M. Cherif.

Il y a "un décalage flagrant entre les déclarations souverainistes intempestives du président contre les organisations internationales, et le programme proposé au FMI par le gouvernement", abonde M. Redissi.

Lueur d'espoir à ses yeux: "l'initiative de la dernière chance" pilotée par la puissante centrale syndicale UGTT avec la Ligue des droits de l'homme, l'Ordre des avocats et l'ONG socio-économique FTDES pour un "plan de sauvetage" du pays.