La gauche défile à Paris, Mélenchon entrevoit un «nouveau Front populaire»

Fondateur de La France Insoumise (LFI) et membre de la coalition de gauche NUPES, Jean-Luc Melenchon est entouré de presse et de sympathisants lors d'un rassemblement contre la flambée du coût de la vie et l'inaction climatique appelé par les NUPES à Paris le 16 octobre 2022. (Photo, AFP)
Fondateur de La France Insoumise (LFI) et membre de la coalition de gauche NUPES, Jean-Luc Melenchon est entouré de presse et de sympathisants lors d'un rassemblement contre la flambée du coût de la vie et l'inaction climatique appelé par les NUPES à Paris le 16 octobre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 octobre 2022

La gauche défile à Paris, Mélenchon entrevoit un «nouveau Front populaire»

  • «Vous aurez la conjonction de la mobilisation populaire, de la mobilisation syndicale et de la crise institutionnelle», a lancé Mélenchon
  • Avec cette marche, l'ancien candidat à la présidentielle a estimé «avoir le point» face à Emmanuel Macron qu'il juge «à bout de souffle», avant un acte II de la mobilisation mardi à l'appel de la CGT et de plusieurs syndicats

PARIS: Un début de "nouveau Front populaire", prédit Jean-Luc Mélenchon: des milliers de personnes ont participé dimanche à Paris à une "marche contre la vie chère et l'inaction climatique" organisée par la gauche unie dans la Nupes, qui veut contribuer à l'ébullition sociale de l'automne.

"C'est la grande conjonction, c'est nous qui la commençons avec cette marche qui est un immense succès", s'est félicité le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon sur un camion au milieu de la foule, en annonçant "la construction d'un nouveau Front populaire qui exercera le pouvoir dans le pays le moment venu".

Avec cette marche, l'ancien candidat à la présidentielle a estimé "avoir le point" face à Emmanuel Macron qu'il juge "à bout de souffle", avant un acte II de la mobilisation mardi à l'appel de la CGT et de plusieurs syndicats.

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a lui fustigé "une marche des partisans du blocage du pays".

Sur TF1 dans la soirée, la Première ministre Elisabeth Borne n'a pas commenté la manifestation. Mais elle a tenté de désamorcer par avance toute contagion: "Je le dis clairement, toutes les entreprises qui le peuvent doivent ouvrir des négociations et augmenter les salaires, répondre à l'attente des salariés".

Selon LFI, ils étaient 140.000 participants dimanche, mais seulement 30.000 selon une source policière et 29.500 selon un comptage réalisé du cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP.

"Nous avons d'ores et déjà réussi notre pari. Ce n'est qu'un début", s'est réjouie la députée LFI Aurélie Trouvé, cheville ouvrière de la marche pour laquelle une centaine de bus avaient été affrétés de toute la France.

"Le message est simple: nous voulons un meilleur partage des richesses", a lancé le numéro un du PS Olivier Faure lors de ce "meeting en marchant".

Pour Christopher Savidan, militant LFI de 47 ans, au chômage depuis cinq ans, "il est temps de se réveiller": "Les gens en haut sont hors sol" et "la logique veut que toutes les luttes s'agglomèrent".

Au milieu des drapeaux, toute la gauche était représentée, des députés LFI Manuel Bompard et Clémentine Autain aux écologistes Sandrine Rousseau et Eric Piolle, en passant par Philippe Poutou (NPA). Le poing levé, Jean-Luc Mélenchon, cravate rouge et cocarde tricolore au revers de la veste, est arrivé au côté de la Prix Nobel de Littérature Annie Ernaux.

"Canicule sociale, le peuple a soif de justice", pouvait-on lire sur une pancarte brandie près de la place de la Nation. Une autre avertissait: "La retraite c'est bien, l'offensive c'est mieux".

De nombreux "gilets jaunes" mais aussi beaucoup de retraités étaient visibles dans un défilé coloré avec quelques bonnets phrygiens, et ponctué par des chants ou même la musique de Star Wars.

«le peuple a faim»

"Les élus doivent se mettre au service du peuple qui a faim", a plaidé Jérôme Rodrigues, figure emblématique des "gilets jaunes".

Le cortège a avancé par à-coups avant d'atteindre Bastille. Quelques lacrymogènes ont été lancés par des CRS en marge du défilé en milieu d'après-midi, après des jets de projectiles en leur direction, a constaté une journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs charges. Une agence de la Société générale a également été saccagée par des hommes vêtus de noir et masqués, près du square Trousseau.

De source policière, plusieurs tentatives de dégradations d'enseignes commerciales (Afflelou, McDonald's) ou d'établissements bancaires (BNP) ont été "empêchées par les interventions des policiers de la préfecture de police, les BRAV", brigades de répression de l'action violente.

Les services de police nourrissaient de "vraies craintes" face "à la venue de personnes violentes de l’ultra gauche, des ultra gilets-jaunes qui voudraient perturber la manifestation".

Jean-Luc Mélenchon, qui avait déjà fait défiler au printemps dernier 100.000 personnes selon LFI, avait lancé cette idée de marche dès juillet en estimant que la gauche devait impulser la contestation sociale contre le gouvernement en s'associant avec les syndicats, mais ceux-ci ne l'ont pas attendu pour faire monter la température.

La marche survient en pleine grève dans les raffineries de TotalEnergies qui entraîne des pénuries de carburant. Et après la mobilisation du 29 septembre, une autre journée interprofessionnelle a été lancée pour mardi par la CGT, avec FO, Solidaires, FSU ainsi que des mouvements de jeunesse.

Le patron de la puissante confédération, Philippe Martinez, goûte peu l'initiative de la gauche: "Les syndicats doivent être soutenus et on ne doit pas faire les choses en parallèle", a-t-il confié vendredi.

"La puissance de notre marche est un appui à la mobilisation des salariés, notamment celle qui va avoir lieu" mardi, et "il faut penser tout ça comme un tout, qui s'entre-épaule, qui s'entraide", a répondu dimanche Jean-Luc Mélenchon.

Pour Jacques Montal, cheminot retraité venu du Lot, "les réquisitions des raffineries ça va très loin" et "c'est fort possible que (le mouvement) se poursuive après mardi".

Si la coalition de la Nupes, ébranlée par les affaires Quatennens et Bayou, continue de connaître quelques dissensions, ses composantes (LFI, le PS, EELV et le PCF) ont toutes défilé dans le cortège, même si le patron du PCF Fabien Roussel et l'ex-candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot, avaient mieux à faire.


Le président israélien assistera à l'ouverture des JO à Paris

Un homme à côté du site olympique du pont Alexandre III, en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, à Paris, le 19 juillet 2024. (AFP)
Un homme à côté du site olympique du pont Alexandre III, en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, à Paris, le 19 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • "Lors de sa visite, le président représentera l'État d'Israël à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de 2024 et saluera la délégation israélienne au début de la compétition", indique c
  • La délégation israélienne doit être encadrée par des protocoles de sécurité importants suite aux tensions dans le monde en raison de la guerre à Gaza.

JERUSALEM : Le président d'Israël Isaac Herzog sera à Paris pour l'ouverture des Jeux olympiques vendredi, a annoncé dimanche son bureau dans un communiqué.

"Lors de sa visite, le président représentera l'État d'Israël à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de 2024 et saluera la délégation israélienne au début de la compétition", indique ce communiqué.

M. Herzog participera également à une commémoration des 52 ans de l'attaque d'athlètes israéliens lors des Jeux de Munich en 1972.

Cette compétition avait été marquée par une prise d'otages, menée contre la délégation israélienne par un commando palestinien, au cours de laquelle onze athlètes israéliens et un policier allemand avaient été tués.

M. Herzog sera aussi présent à la cérémonie qui devrait être organisée par le président français Emmanuel Macron pour les chefs d'Etats qui assisteront à l'ouverture des JO.

Ils seront 88 sportifs à représenter Israël à ces Jeux olympiques, selon le Comité olympique israélien.

Plusieurs sportifs sont candidats à des médailles, notamment la taekwondoïste Avishag Semberg, médaille de bronze aux JO 2020 et le gymnaste Artyum Dolgopyiat, médaille d'or en 2020.

La délégation israélienne doit être encadrée par des protocoles de sécurité importants suite aux tensions dans le monde en raison de la guerre à Gaza.

"Nous sommes au milieu d’une guerre difficile et douloureuse, qui se reflète également sur la scène internationale. En ce moment, il est particulièrement important que l’État d’Israël prenne résolument sa place et apparaisse sur toutes les scènes mondiales, et en particulier sur une scène aussi importante que celle des Jeux olympiques", a déclaré M. Herzog.

Cette guerre a été déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, ayant entraîné la mort de 1.195 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Au moins 38.983 Palestiniens ont été tués dans ce territoire palestinien depuis le début de la guerre, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.


Créteil: un mort lors d'une rixe entre bandes rivales

Le poste de police de Créteil, photo d'illustration. (AFP)
Le poste de police de Créteil, photo d'illustration. (AFP)
Short Url
  • Onze personnes, dont quatre mineurs, ont été placées en garde à vue et une enquête a été ouverte pour meurtre et tentative de meurtre en bande organisée, a précisé le parquet
  • Les faits ont eu lieu dans le quartier de l'Abbaye de cette ville du sud-est parisien, ajoute cette même source

CRETEIL: Un homme a été tué dans la nuit de samedi à dimanche et un autre blessé lors d'une rixe "sur fond de rivalité entre quartiers" à Créteil (Val-de-Marne), a indiqué dimanche le parquet de la ville, sollicité par l'AFP.

Onze personnes, dont quatre mineurs, ont été placées en garde à vue et une enquête a été ouverte pour meurtre et tentative de meurtre en bande organisée, a précisé le parquet.

Les faits ont eu lieu dans le quartier de l'Abbaye de cette ville du sud-est parisien, ajoute cette même source.

Selon une source policière, les forces de l'ordre ont reçu plusieurs appels dans la nuit, peu après minuit, signalant des détonations et un attroupement d'environ trente personnes armées et portant des cagoules, qui se sont enfuies à l'arrivée de la police.

Cette même source fait état de deux personnes majeures blessées par des coups de couteaux, transportées à l'hôpital.

Deux véhicules vides, un chargeur d'arme de poing et une matraque télescopique ont été saisis, ajoute cette source.

D'après une autre source policière, les deux personnes ayant conduit les blessés à l'hôpital ont été interpellées.

L'un des deux blessés est décédé "des suites de ses blessures", a indiqué le parquet.

L'autre présentait une plaie au visage et son pronostic vital n'est pas engagé, précise-t-on de source policière.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne.


JO-2024 à Paris: la sécurisation des bateaux sur la Seine, une opération "colossale"

Un policier de la brigade canine des forces spéciales roumaines-BSIJ caresse un chien lors des opérations d'inspection des péniches amarrées au quai de Bercy à Paris, le 21 juillet 2024, en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (AFP)
Un policier de la brigade canine des forces spéciales roumaines-BSIJ caresse un chien lors des opérations d'inspection des péniches amarrées au quai de Bercy à Paris, le 21 juillet 2024, en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (AFP)
Short Url
  • sécuriser l'ensemble de l'armada qui doit défiler vendredi sur le fleuve de la capitale, marquant une première dans l'histoire des JO avec une cérémonie d'ouverture organisée hors d'une enceinte sportive.
  • il faut passer au peigne fin "94 navires de la parade, les établissements flottants recevant du public et les bateaux-logements", détaille le commissaire général Zeljko Ilic, commandant de la brigade cynophile concernée.

PARIS : "Allez, allez!" Le soleil à peine levé, une policière française encourage son malinois à grimper sur un bateau-restaurant amarré sur les quais de la Seine à Paris, pour une inspection de sécurité à quelques jours des Jeux olympiques.

Objectif de l'opération à laquelle elle participe: sécuriser l'ensemble de l'armada qui doit défiler vendredi sur le fleuve de la capitale, marquant une première dans l'histoire des JO avec une cérémonie d'ouverture organisée hors d'une enceinte sportive.

Sur l'embarcation, le binôme rejoint la brigade cynophile de la police, qui vérifie, meuble après meuble, qu'aucune trace d'explosif n'est détectée sur la péniche devant laquelle l'armada doit passer.

il faut passer au peigne fin "94 navires de la parade, les établissements flottants recevant du public et les bateaux-logements", détaille le commissaire général Zeljko Ilic, commandant de la brigade cynophile concernée.

Soit un total de plus de 300 navires à inspecter en l'espace de quatre jours et demi, sur tout l'arc de cercle que décrit la Seine en traversant Paris. Une opération "colossale", commente le commandant Ilic.

De 6.000 à 7.000 athlètes (sur 10.500 au total), représentant les nations participantes, doivent défiler le 26 juillet sur 85 bateaux, aux couleurs de leur délégation, en descendant la Seine jusqu'à la Tour Eiffel, emblématique monument parisien au pied duquel aura lieu le bouquet final.

Quelque 3.000 danseurs, musiciens, comédiens prendront d'assaut les deux berges et les ponts, sur un parcours de 6 kilomètres.

- La truffe de Lord -

Pour répondre aux exigences de sécurité, 120 membres de la gendarmerie, de la police nationale, des douanes, de l'administration pénitentiaire et de l'armée travaillent conjointement à cette opération d'inspection des bateaux. Des délégations étrangères venues d'Autriche, des Emirats arabes unis ou de Bulgarie sont venues leur prêter main forte.

Une heure plus tôt, lors d'un briefing réalisé sous une tente reconvertie en poste de commandement, tous ont été répartis en plusieurs groupes, avant de sortir leurs chiens des cages en métal fixées dans les coffres des voitures.

Dans l'enceinte d'une péniche aménagée en bar, un policier roumain pointe du doigt chaque recoin de l'embarcation pour entraîner son chien à sa suite.

La truffe du labrador noir, au collier floqué "Lord", se pose sur une étagère remplie de vaisselle derrière le comptoir, avant de renifler sous l'évier de la cuisine.

Une fois le binôme chien-conducteur passé, des militaires formés à la reconnaissance d'engins explosifs, pénètrent à leur tour dans le bâtiment et inspectent le dessus des meubles.

"Les chiens font la partie olfactive", tandis que les militaires "s'occupent de la partie visuelle", résume le commissaire Ilic, avant de souligner: "Jusqu'ici, rien ne s'est avéré positif, ce qui est une bonne nouvelle."

Pour ne rien laisser au hasard, des plongeurs scrutent également la coque de chaque navire.

L'objectif, pour le commandant de la DSPAP: que les quelque 326.000 spectateurs attendus le 26 juillet à Paris puissent assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques "l'esprit libre".