Graffiti: Le festival Shift22 célèbre une forme d'art autrefois réprimée à Riyad

Le festival présente des œuvres commandées et existantes de plus de trente graffeurs saoudiens et internationaux. (Photo AN/Huda Bashatah)
Le festival présente des œuvres commandées et existantes de plus de trente graffeurs saoudiens et internationaux. (Photo AN/Huda Bashatah)
L’art du graffiti, autrefois réprimé, est désormais mis à l’honneur au moment où la Commission des arts visuels présente son festival annuel d’art de rue, baptisé «Shift22». (Photo AN/Huda Bashatah)
L’art du graffiti, autrefois réprimé, est désormais mis à l’honneur au moment où la Commission des arts visuels présente son festival annuel d’art de rue, baptisé «Shift22». (Photo AN/Huda Bashatah)
La fresque de l'artiste saoudien Rexchouk est l’une des nombreuses œuvres présentées par des artistes célèbres et émergents au festival Shift22. (Photo AN/Huda Bashatah)
La fresque de l'artiste saoudien Rexchouk est l’une des nombreuses œuvres présentées par des artistes célèbres et émergents au festival Shift22. (Photo AN/Huda Bashatah)
Short Url
Publié le Jeudi 20 octobre 2022

Graffiti: Le festival Shift22 célèbre une forme d'art autrefois réprimée à Riyad

  • Le festival présente les œuvres de plus de trente artistes graffeurs saoudiens et internationaux, en se concentrant sur des peintures murales, des installations audio et vidéo, ainsi que des sculptures non conventionnelles
  • En plus des œuvres présentées par des artistes connus et émergents, comme le Saoudien Rexchouk, le festival organisera une série d’ateliers, de séminaires et d’activités mettant en lumière les différents éléments du street art

RIYAD: Les murs de l’enceinte de l’hôpital d’Irqah, que les jeunes habitants de Riyad considèrent comme hantés, ont été transformés en toile pour les graffeurs locaux et internationaux.

Autrefois réprimé, cet art est désormais célébré par la Commission des arts visuels du Royaume qui présente son premier festival annuel d’art de rue, baptisé «Shift22».

Le festival présente des œuvres commandées et existantes de plus de trente graffeurs saoudiens et internationaux, en se concentrant sur les peintures murales, les installations audio et vidéo, ainsi que les sculptures non conventionnelles construites en réutilisant les matériaux jetés au rebut de l’hôpital abandonné.

La directrice de la Commission des arts visuels, Dina Amin, déclare: «Shift22 s’inscrit dans le cadre des efforts de la commission pour célébrer et encourager les artistes visuels locaux et internationaux en fournissant des plates-formes d’échange et de dialogue. Ce festival est un exemple des nombreuses possibilités passionnantes d’arts visuels qui résultent de la croissance de la scène artistique locale.»

graffiti
L’œuvre de l’artiste saoudien Deyaa Rambo, Harwala, un mot arabe qui signifie «jogging», reflète une culture qui n’est capable d’aller de l’avant que grâce aux intentions. (Photo AN/Huda Bashatah)

L’œuvre de l’artiste saoudien Deyaa Rambo s’inspire de la transformation du pays et de sa réalité moderne. Harwala, un mot arabe qui signifie «jogging», reflète une culture qui n’est capable d’aller de l’avant que grâce aux intentions.

«En tant que culture, nous portons le passé et le présent pour marcher vers l’avenir. L’idée évoque la façon dont la culture avance vers le développement, mais pas à une vitesse incontrôlable: c’est une vitesse calculée », déclare M. Rambo à Arab News.

Issu d’une famille d’artistes, il attribue sa passion à l’environnement dans lequel il a grandi. Au début des années 2000, lorsque le graffiti commence à se faire connaître dans la région en tant que forme d’art légitime, il découvre la scène underground.

«En rencontrant d’autres graffeurs, j’ai été inspiré et je me suis rendu compte que je devais moi-même évoluer en tant qu’artiste», poursuit M. Rambo.

Après avoir créé une petite communauté d’individus partageant les mêmes idées, issues des bombes aérosol, participé à de petits projets et parfois vandalisé quelques rues, ils ont ouvert la première boutique de graffiti du Royaume: Dhad.

Localement, la famille Dhad a collaboré avec des écoles, des instituts, des expositions, des galeries et des entreprises comme Mercedes et HP pour concevoir des intérieurs et des extérieurs inspirants et uniques.
À l’échelle mondiale, le travail de la communauté a été reconnu et présenté lors d’expositions et d’événements à travers le Golfe et au-delà, notamment en Tunisie, au Maroc, en Malaisie, en Allemagne et en France.

«Dhad a essentiellement trait au style de vie du graffiti, fournissant des outils et des bombes aérosol aux artistes. C’est à ce moment-là que la communauté a été créée en Arabie saoudite», précise M. Rambo.

Puisant son inspiration dans des éléments fantastiques, sa pièce réinvente un Saoudien moderne comme une figure anonyme qui avance dans une dichdacha (vêtement long traditionnel) et un shemagh (accessoire vestimentaire).

Selon Deyaa Rambo, la responsabilité de la sensibilisation à cette forme d’art incombe aux artistes locaux, non seulement dans les espaces dédiés, mais aussi dans l’espace public, en adéquation avec l’esprit traditionnel du graffiti.

«C’est notre mission, parce que le graffiti a été critiqué dans le monde entier comme porteur de message négatif. L’art du graffiti ne se limite pas aux expositions ou aux musées. Il se trouve dans la rue, c’est un art pour tout le monde.»

L’artiste saoudienne Zeinab al-Mahoozi a débuté son aventure en 2011, grâce à sa curiosité, en utilisant des techniques de pochoir pour créer des œuvres d’art dynamiques et captivantes. Elle s’est fait la promesse que si elle réussissait sa première tentative avec cette technique, elle consacrerait une exposition entière à ses œuvres de rue.

graffiti
La fresque de Zeinab al-Mahoozi montre l’artiste libérant un oiseau dans un coin de l’univers. (Photo AN/Huda Bashatah)

Sa peinture murale est un autoportrait fantaisiste. Elle se montre en train de libérer un oiseau dans un coin de l'univers.

«Le graffiti est connu pour être une forme d’art illégale. Cependant, en tant qu’artistes de rue, le fait d’être soutenus par les institutions gouvernementales – que ce soit le ministère de la Culture ou les médias, entre autres – est un élément dont nous avions vraiment besoin. Nous en sommes très heureux et nous avons énormément de chance», souligne-t-elle.

Si Shift22 se consacre à la promotion des talents locaux, il crée également des opportunités d'échanges culturels en accueillant divers artistes du monde entier pour contribuer au festival.
L’artiste australien basé en Europe, James Reka, tout comme de nombreux autres graffeurs, a d’abord été initié à la scène underground par le biais du skateboard et de la culture hip-hop. Ses vingt ans d’expérience ont débuté par des graffitis traditionnels sous forme de lettres, qui se sont ensuite transformés en personnages et figures.

«Je suis très fier d’être invité en Arabie saoudite pour pouvoir laisser mon empreinte. C’est agréable d’être reconnu et de considérer le graffiti comme une forme d’art», déclare-t-il à Arab News.

graffiti
L’œuvre de l’Australien James Reka présente des mains colorées qui se tendent l’une vers l’autre pour montrer que l’amour et le sens de la communauté sont au cœur de la culture du graffiti. (Photo AN/Huda Bashatah)

Le travail de M. Reka est abstrait, mais il porte un message d’unité. Un examen plus approfondi de son travail nous permet de voir des mains colorées qui se tendent l’une vers l’autre, pour montrer que l’amour et le sens de la communauté sont au cœur de la culture du graffiti.

«Je suis heureux de pouvoir peindre, rencontrer de nombreux artistes locaux et partager des connaissances communes sur l’art, la créativité, la vie en général – nous sommes tous des enfants de cette planète. C’est parfois un tout petit monde. Même si je viens de l’autre bout du monde, nous avons énormément de choses en commun», renchérit M. Reka.

Le festival se déroule dans un hôpital abandonné, fidèle à la mode du graffiti vintage dans les espaces souterrains et déserts.

L’exposition a été organisée par l’agence artistique new-yorkaise Creative Philosophy. Le thème est celui des motifs géométriques pour établir un parallèle avec l’architecture de l’hôpital.

En plus des œuvres présentées par des artistes connus et émergents, comme le Saoudien Rexchouk et l’Américain d’origine turque Refik Anadol, le festival organisera une série d’ateliers, de séminaires et d’activités mettant en lumière les différents éléments du street art.

Le festival se poursuivra jusqu’au 30 octobre avec de la musique live, des boutiques de street wear, de stands de street food, des démonstrations de breakdance et de skateboard.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Photos
Algérie, mots d’amour et graffitis
Par Maïssa Benali Cherif -
La Fondation Ali Zaoua lance «Graffiti Battle»
Par Nadia Ouiddar -

Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972

Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Short Url
  • Brand a abandonné le top model de la campagne de chaussures au milieu de l’indignation des groupes de pression liés à Israël.
  • Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

Les groupes de pression liés à Israël ont accusé la campagne d’offenser en raison du contexte partiellement palestinien de Hadid.

Lors des jeux de 1972, 11 athlètes israéliens et un policier allemand ont été tués par le groupe Septembre noir.

Hadid envisage d’intenter une action en justice contre la décision d’Adidas de la retirer de la campagne, qui promeut le redémarrage d’une chaussure des Jeux olympiques de 1972.

La marque a déclaré sur Instagram : « Des liens continuent d’être faits avec la terrible tragédie qui s’est produite aux Jeux olympiques de Munich en raison de notre récente campagne SL72.

« Ces liens ne sont pas voulus, et nous nous excusons pour tout bouleversement ou détresse causé aux communautés du monde entier. Nous avons commis une erreur involontaire.

« Nous présentons également nos excuses à nos partenaires, Bella Hadid, ASAP Nast, Jules Kounde et d’autres, pour tout impact négatif sur eux et nous sommes en train de réviser la campagne. »

Un certain nombre de groupes de pression israéliens et juifs ont ciblé l’implication d’Hadid dans la campagne publicitaire.

Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

Le Comité juif américain a affirmé qu’Adidas utilisait « un modèle anti-Israël véhément » pour une campagne qui « est soit une omission massive, soit intentionnellement incendiaire ».

Le PDG du mouvement de lutte contre l’antisémitisme a déclaré : « Il est tout simplement dégoûtant qu’elle lance une chaussure commémorant les Jeux olympiques alors que tant de sang juif a été versé. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L’exposition « Hope in an Age of Dystopia » représente comment « le monde semble s’effondrer »

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Short Url
  • Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août
  • Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

DUBAÏ : La dernière exposition de la Fondation Dalloul, intitulée « Hope in an Age of Dystopia », présente 66 œuvres de créateurs du monde arabe et d’ailleurs.

Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août. Il met également en valeur le travail deLa créatrice canadienne Johanne Allard.

La directrice de la Dalloul Art Foundation, Wafa Roz, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer ».

Elle a dit : «Les dernières années ont été particulièrement difficiles. Cependant, malgré tout cela, il reste un sentiment d’espoir déconcertant — que même avec tous ces événements terribles et les différences de pouvoir qui semblent inévitables, nous sommes capables de résister et de trouver différentes façons d’aller de l’avant. »

Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

« Les questions sociales présentées dans l’exposition sont à la fois globales et locales ... Chaque œuvre représente une partie du récit en cours des systèmes de contrôle globaux », a-t-elle déclaré.

Le travail d’Allard de la série « A Feast In The Ruins » s’inscrit parfaitement dans le thème.

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)

« Chaque pièce de cette série utilise des broderies sur des sculptures métalliques de papillons de nuit pour symboliser la destruction et l’érosion des tissus culturels et sociétaux causés par la guerre et l’impérialisme au Levant et dans la région MENA régions,» explique l’artiste.

Allard a déclaré que son travail servait à la fois de mémoire du passé et de critique des problèmes systémiques en cours, tout en incluant également des éléments d’espoir et de résilience.

« En fin de compte, l’espoir à l’ère de la dystopie consiste à reconnaître les défis de notre époque sans céder au désespoir. Elle nous inspire à affronter des vérités difficiles, à repenser les possibilités et à contribuer activement au changement, là où l’espoir prévaut sur les incertitudes », a-t-elle ajouté.

Roz a également parlé de la façon dont les tendances dans le monde de l’art ont constamment évolué.

« Nous voyons de plus en plus d’œuvres conceptuelles qui s’éloignent des représentations directes, probablement parce qu’elles reflètent la complexité des thèmes et des concepts que les artistes explorent », a-t-elle déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


La culture des chameaux prend vie à Jeddah

Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Short Url
  • Le pavillon spécial met en lumière l’importance économique et culturelle des chameaux dans la société saoudienne.
  • Des murales lumineuses et des écrans tactiles interactifs invitent les visiteurs à plonger dans l’histoire.

DJEDDAH : Le ministère de la Culture fait vivre l’année du chameau à Djeddah, en 2024, avec un pavillon dédié qui offre aux visiteurs une expérience immersive de ces animaux emblématiques.

Des sculptures grandeur nature de chameaux aux expositions interactives, le pavillon de la promenade urbaine, l’une des zones saisonnières de Jeddah, met en valeur l’importance durable du chameau dans la société, l’Agence de presse saoudienne a rapporté.

Grâce à des murales lumineuses et à des écrans tactiles interactifs, les visiteurs sont invités à plonger dans l’histoire et à comprendre pourquoi 2024 a été désignée « L’année du chameau ».

Ces écrans offrent des informations sur les objectifs qui sous-tendent l’hommage aux chameaux et sont fournis en arabe et en anglais pour permettre à un public mondial d’y accéder.

Le pavillon présente des inscriptions historiques dédiées à l’animal, et le vaste vocabulaire lié aux chameaux en langue arabe, a déclaré la SPA.

L’un des points forts du pavillon est l’audio de sons de chameaux, chacun avec son propre nom. Ces animaux ont une signification particulière dans la vie quotidienne de ceux qui ont longtemps chéri la compagnie de ces animaux remarquables.

Les expositions mettent en valeur l’importance économique des chameaux, leur rôle dans la sécurité alimentaire et les capacités uniques qui ont cimenté leur place dans la culture saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com