Largement élu, Jordan Bardella succède à Marine Le Pen à la tête du RN

Jordan Bardella s'est imposé avec près de 85% des suffrages contre Louis Aliot, maire de Perpignan (Photo, AP).
Jordan Bardella s'est imposé avec près de 85% des suffrages contre Louis Aliot, maire de Perpignan (Photo, AP).
Short Url
Publié le Dimanche 06 novembre 2022

Largement élu, Jordan Bardella succède à Marine Le Pen à la tête du RN

  • La triple candidate malheureuse à la présidentielle a passé la main à Jordan Bardella lors d'un congrès du parti, à Paris
  • Marine Le Pen, qui a réalisé un score record de 41,5% au second tour face à Emmanuel Macron en avril, se met en retrait après onze ans à la tête du parti, tout en disant vouloir poursuivre son «travail» et son combat politique

PARIS: Elu samedi numéro un du Rassemblement national, Jordan Bardella, 27 ans, a dit sa fierté de travailler "pour" Marine Le Pen, manière d'acter les ambitions élyséennes intactes de celle à qui il succède, dont il a assuré vouloir suivre la ligne politique.

M. Bardella , qui devient le troisième président du parti d'extrême droite en cinquante ans d'existence et le premier à ne pas porter le patronyme Le Pen, s'est imposé avec près de 85% des suffrages contre Louis Aliot, maire de Perpignan.

Promis grandiose, le sacre du nouveau président a été percuté par l'exclusion pour 15 jours du député RN Grégoire de Fournas de l'Assemblée nationale. Celui-ci avait lancé jeudi dans l'hémicycle "Qu'il retourne en Afrique!" lors d'une intervention de l'élu LFI Carlos Martens Bilongo, qui s'exprimait sur le "drame de l'immigration clandestine".

Si Marine Le Pen n'a pas expressément évoqué l'embarrassante affaire - elle a seulement exhorté à "davantage faire face et combattre l'adversité que la commenter", dans son discours d'adieu -, son successeur a apporté un soutien appuyé au député incriminé, défendant son "propos qui évoquait le retour logique des bateaux de clandestins dans les ports d'origine".

L'épisode a, quoi qu'il en soit, mis à mal la volonté de "dédiabolisation" initiée par la candidate malheureuse à la présidentielle, stratégie que son successeur à la tête du parti a indiqué vouloir poursuivre.

"Je dois" à Marine Le Pen "ce que je suis", a-t-il d'ailleurs lancé lors de son discours d'intronisation devant des centaines de militants, ne cachant pas son émotion alors que la salle la salle l'applaudit à tout rompre.

"Elle m'a donné le goût de l'engagement", a-t-il poursuivi affirmant sa "reconnaissance, mais aussi de (sa) fierté de travailler avec elle, mais surtout pour elle et à ses côtés", manière de répondre aux procès en excès d'ambitions que ses détracteurs lui instruisent, autant que de supposées divergences avec la ligne "mariniste".

M. Bardella a pourtant adressé un clin d'œil à sa frange droite en fustigeant "une France qui voudrait faire de l'identité un gros mot", alors que ses accointances avec les "identitaires", notamment proches d'Eric Zemmour, est régulièrement dénoncée en interne par ses opposants.

Mais, en développant les thèmes fétiches du parti d'extrême droite, lutte contre l'immigration en tête, il a assuré vouloir continuer "à marcher sur nos deux pieds en occupant tout le spectre politique, en nous préoccupant de l'inquiétude sociale de la fin du mois comme de l'urgence vitale de la fin de la France".

RN: Bardella dit vouloir travailler «pour» Marine Le Pen

Jordan Bardella a exprimé samedi sa "reconnaissance" et sa "fierté de travailler avec" Marine Le Pen, "mais surtout pour elle et à ses côtés", lors de son premier discours de président élu du RN, poste auquel il a succédé à la triple candidate à la présidentielle.

En clôture d'un congrès tenu à Paris, le nouveau numéro un a rendu hommage à sa mère, italienne naturalisée française, mais surtout à Marine Le Pen, "à qui je dois ce que je suis" et qui lui "a fait découvrir la politique".

Déjà une fronde 

Jordan Bardella peut désormais se prévaloir d'une forte légitimité interne, avec un score au-delà de ses espérances - il pensait au mieux recueillir trois quarts des suffrages, alors que plus de 25 000 adhérents ont pris part au vote - et, grand seigneur, a nommé son adversaire, Louis Aliot, premier vice-président du parti.

Mais il doit pourtant déjà faire face à une fronde: Steeve Briois, figure du mouvement évincée de la nouvelle instance exécutive, a dénoncé dès l'annonce des résultats "un rabougrissement" du parti", désormais sensible selon lui à "des positions droitardes". Sans lui répondre directement, Jordan Bardella a appelé à une "attitude respectueuse et amicale" de tous.

Est-ce le début des difficultés pour le président Bardella? Il va devoir quoi qu'il en soit trouver sa place, tant Marine Le Pen entend demeurer au cœur du pouvoir en dirigeant un groupe de 89 députés, une machine bien plus puissante que la seule structure partisane.

Or, le parti a souvent réservé un sort cruel à ses numéros deux, ce qu'il demeure de fait - "le destin de dauphin est parfois de s'échouer", avait résumé en son temps Jean-Marie Le Pen. Fait notable: Marie-Caroline Le Pen, sœur de la présidente sortante, a fait samedi son entrée au "parlement du parti", manière de conserver une empreinte familiale.

Malgré des ambitions réputées immenses, il a juré qu'il serait le premier supporter d'une quatrième candidature de Marine Le Pen à la présidentielle de 2027.

Libérée des tâches internes parfois ingrates, la députée du Pas-de-Calais va désormais pouvoir plus que jamais consolider depuis le Palais Bourbon son assise médiatique et politique.


Le Burkina acte le départ des troupes françaises, Paris rappelle son ambassadeur

Sur cette photo prise le 21 juillet 2022 Luc Hallade (à gauche), ambassadeur de France au Burkina Faso, et le général Laurent Michon, commandant de la force Barkhane, donnent une conférence de presse, à Ouagadougou. (Photo, AFP)
Sur cette photo prise le 21 juillet 2022 Luc Hallade (à gauche), ambassadeur de France au Burkina Faso, et le général Laurent Michon, commandant de la force Barkhane, donnent une conférence de presse, à Ouagadougou. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans les usages diplomatiques, un tel rappel pour «consultations» signale un mécontentement avec le pays voire une crise diplomatique
  • Mais le rappel de Luc Hallade coïncide également avec une demande de la junte burkinabè de remplacer l'ambassadeur

PARIS: Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé jeudi le rappel de son ambassadeur au Burkina Faso "pour mener des consultations" au lendemain de l'annonce du départ du pays des forces spéciales françaises d'ici "un mois".

"Dans le contexte des derniers développements intervenus au Burkina Faso, nous avons décidé de rappeler notre ambassadeur à Paris, pour mener des consultations sur l'état et les perspectives de notre coopération bilatérale", a expliqué à l'AFP le Quai d'Orsay.

Interrogée sur le rappel provisoire ou définitif de Luc Hallade, la porte-parole du Quai Anne-Claire Legendre a souligné que Paris était convenu avec les autorités burkinabè "de traiter de ce sujet en bonne entente et dans les formes diplomatiques qui sont habituelles".

Pour l'heure, le ministère "profite de sa présence" à Paris pour prendre le pouls de la situation actuelle et des perspectives de la relation bilatérale, a-t-elle ajouté lors d'un point presse.

Dans les usages diplomatiques, un tel rappel pour "consultations" signale un mécontentement avec le pays voire une crise diplomatique. Mais le rappel de Luc Hallade coïncide également avec une demande de la junte burkinabè de remplacer l'ambassadeur.

En décembre, une lettre avait en effet été envoyée à Paris pour réclamer son départ, les autorités lui reprochant d'avoir fait état publiquement de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, en proie à des violences jihadistes.

L'ambassadeur, qui était arrivé à Ouagadougou à l'été 2019, était toutefois resté à son poste. Et la visite de la secrétaire d'Etat française Chrysoula Zacharopoulou le 10 janvier avait laissé entrevoir une possibilité d'apaisement.

Le tournant est intervenu il y a quelques jours quand le gouvernement burkinabè a décidé de dénoncer l'accord de 2018 relatif au statut des forces françaises présentes dans ce pays. Une dénonciation "formellement" reçue mardi par le ministère des Affaires étrangères.

"Conformément aux termes de l'accord, la dénonciation prend effet un mois après la réception de la notification écrite", a-t-il précisé à l'AFP. La France respectera "les termes de cet accord en donnant suite à cette demande", a ajouté le Quai d'Orsay.

Face à des relations franco-burkinabè dégradées et un sentiment anti-français grandissant à travers le pays, les responsables français martelaient ces derniers mois que les forces spéciales ne resteraient qu'à la demande des autorités burkinabè.

"La France n'impose rien, elle est disponible pour inventer un avenir ensemble", avait ainsi déclaré la secrétaire d'Etat à l'issue d'un entretien avec le capitaine Ibrahim Traoré au pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat fin septembre.

L'aide bilatérale en question ?

Pourtant, peu après cette visite, le gouvernement burkinabè avait fait savoir qu'il affirmerait avec force la souveraineté du pays et entendait "diversifier ses partenaires" dans la lutte antijihadiste, longtemps menée principalement avec l'aide de la France, ancienne puissance coloniale.

Le Burkina héberge actuellement un contingent de près de 400 militaires des forces spéciales françaises, dans une opération baptisée Sabre. Ces militaires auront quitté le pays "d'ici fin février" et le retrait de tous les matériels devrait être achevé "fin avril", a affirmé mercredi à l'AFP une source proche du dossier.

Selon des sources concordantes, l'option privilégiée serait alors de redéployer ces militaires d'élite au Niger voisin, qui accueille déjà près de 2.000 personnels français.

Ouagadougou souhaite le départ des forces militaires françaises sans pour autant rompre diplomatiquement avec Paris. Mais la France reste désormais dans l'attente des décisions de partenariats des autorités burkinabè, qui ont amorcé un rapprochement avec la Russie.

Le Premier ministre avait fait une visite discrète à Moscou en décembre avant de déclarer il y a deux semaines qu'un partenariat avec la Russie était "un choix de raison".

Lors de sa visite à Ouagadougou, Chrysoula Zacharopoulou "a été très claire sur les conséquences du choix que feront les autorités", avait récemment expliqué à l'AFP une source diplomatique. Et d'ajouter: "Chaque choix a des conséquences".

Parmi les questions, l'avenir de l'aide française au développement qui pourrait être suspendue, comme au Mali, si les Burkinabè se tournaient vers la société paramilitaire privée russe Wagner. Environ un milliard d'euros a été injecté au Burkina Faso entre 2011 et 2021 via l'Agence française de développement.


Cheffes de la diplomatie et ministres des armées français et australien réunis lundi à Paris

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu. (Photo, AFP)
Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu. (Photo, AFP)
Short Url
  • La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, le ministre français des Armées Sébastien Lecornu et leurs homologues australiens Penny Wong et Richard Marles se réuniront en format dit «2+2»
  • Au plus fort de la crise, le président français Emmanuel Macron avait accusé le Premier ministre australien de l'époque, Scott Morrison, d'avoir menti sur l'accord, avant de rappeler l'ambassadeur français à Canberra

PARIS: Les cheffes de la diplomatie et les ministres des armées français et australien seront réunis lundi à Paris pour approfondir la coopération entre les deux pays, a annoncé jeudi la porte-parole du Quai d'Orsay.

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, le ministre français des Armées Sébastien Lecornu et leurs homologues australiens Penny Wong et Richard Marles se réuniront en format dit "2+2", a déclaré Anne-Claire Legendre, lors d'un point presse.

"Cette visite fait suite à la visite du Premier ministre australien, en France, le 1er juillet dernier, qui avait marqué une étape importante pour nous dans la reconstruction de la relation avec l’Australie et qui avait permis de tourner la crise de la page Aukus", a-t-elle expliqué.

La confiance entre les deux pays s'était rompue en septembre 2021 lorsque l'ancien gouvernement conservateur australien avait brusquement annulé un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d'euros) pour des sous-marins du groupe français Naval Group, lui préférant des sous-marins à propulsion nucléaire britanniques ou américains.

Au plus fort de la crise, le président français Emmanuel Macron avait accusé le Premier ministre australien de l'époque, Scott Morrison, d'avoir menti sur l'accord, avant de rappeler l'ambassadeur français à Canberra.

Les relations franco-australiennes sont restées tendues jusqu'à l'élection, en mai 2022, d'un nouveau Premier ministre australien, Anthony Albanese, qui s'est efforcé d'apaiser les relations avec Paris.

"Ce sera le premier 2+2 dans ce format après la crise Aukus qui marque donc la prolongation de cette dynamique positive engagée après la visite du Premier ministre australien", a commenté la porte-parole du Quai d'Orsay.

La France et l'Australie sont engagés dans "l'élaboration d'une feuille de route bilatérale et ce sera donc l'occasion pour les quatre ministres de s'entretenir avec un accent mis sur le volet pacifique de notre coopération au bénéfice des états insulaires et sur le volet plus indo-pacifique avec la coopération dans l'Océan indien".

Il y aura aussi des réunions bilatérales pour évoquer l'Ukraine, la Chine et l'Iran.


Paris souhaite une action coordonnée de l'UE pour libérer les « otages» en Iran

La ministre française des Affaires étrangères et européennes, Catherine Colonna, arrive au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 24 janvier 2023. (Photo, AFP)
La ministre française des Affaires étrangères et européennes, Catherine Colonna, arrive au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 24 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'objectif est de « partager les différentes analyses pour travailler ensemble à trouver des réponses appropriées pour obtenir une libération immédiate» de tous les Européens emprisonnés
  • Sept ressortissants français sont actuellement détenus dans des prisons iraniennes. Ils font partie de dizaines d'Occidentaux détenus en Iran

PARIS: La France est favorable à une action coordonnée au sein de l'Union européenne pour faire libérer les Européens détenus en Iran et qualifiés "d'otages d'Etat", a indiqué jeudi la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

"La France n'est pas seule malheureusement dans cette situation", a souligné Anne-Claire Legendre lors d'un point presse, expliquant que la cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna avait abordé la question d'une action coordonnée lundi lors d'un conseil des Affaires étrangères à Bruxelles.

Ce point a été évoqué de nouveau mercredi à Bruxelles lors d'un comité de coopération consulaire.

L'objectif est de "partager les différentes analyses pour travailler ensemble à trouver des réponses appropriées pour obtenir une libération immédiate" de tous les Européens emprisonnés, a expliqué Anne-Claire Legendre.

Sept ressortissants français sont actuellement détenus dans des prisons iraniennes. Ils font partie de dizaines d'Occidentaux détenus en Iran.

Leurs soutiens les décrivent comme des personnes innocentes utilisées par les Gardiens de la révolution comme levier de pression. Certains n'ont pas été jugés et n'ont pas pu s'entourer d'un avocat.

L'Iran et les grandes puissances occidentales essaient de ressusciter un accord international de 2015 qui vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire iranien. Téhéran est accusé, malgré ses démentis, de chercher à se doter de l'arme atomique.

Un rassemblement est prévu samedi à Paris pour dénoncer les conditions de détention de ces prisonniers.