Comment l'Arabie saoudite concrétise ses ambitions climatiques

Le projet Green Riyadh est le plus grand projet de reboisement urbain au monde (Photo, archives AN).
Le projet Green Riyadh est le plus grand projet de reboisement urbain au monde (Photo, archives AN).
Short Url
Publié le Lundi 14 novembre 2022

Comment l'Arabie saoudite concrétise ses ambitions climatiques

  • Le prince héritier Mohammed ben Salmane a lancé l'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient en 2021
  • Les projets comprennent la création de parcs et la plantation de millions d'arbres pour contribuer à rafraîchir les environnements urbains

DJEDDAH: En arrivant dans la capitale saoudienne Riyad, les visiteurs ne peuvent s'empêcher de remarquer la mosaïque d'espaces verts qui ont poussé dans la ville. Il y a moins de dix ans, la vue d'en haut aurait davantage ressemblé à la planète fictive de Tatooine dans la Guerre des étoiles.

Bien que son territoire soit en grande partie recouvert de désert, l'Arabie saoudite a travaillé dur ces dernières années pour protéger et restaurer sa biodiversité, et a opté pour un avenir plus durable en transformant des étendues de son paysage en havres de verdure.

L'année dernière, le prince héritier Mohammed ben Salmane a lancé la double Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient, qui présentent les plus grands projets de boisement au monde, dans le but de capter le carbone de l'air, d'améliorer la qualité des sols et de renforcer la qualité de vie.

La deuxième édition du Forum de l'Initiative verte saoudienne s'est tenu dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh du 11 au 12 novembre, en marge du sommet des Nations unies sur le climat, la COP27.

«En tant que principal producteur mondial de pétrole, nous sommes pleinement conscients de notre responsabilité dans la lutte contre la crise climatique et, tout comme nous avons joué un rôle de premier plan dans la stabilisation des marchés de l'énergie pendant l'ère du pétrole et du gaz, nous nous emploierons à guider l'ère verte à venir», a déclaré le prince héritier lors du lancement des initiatives.

Le réchauffement climatique fait déjà des ravages dans le Royaume et dans l'ensemble du Moyen-Orient: les précipitations sont moins abondantes pour irriguer les cultures et remplir les nappes phréatiques, la désertification et la dégradation des sols progressent, et les tempêtes de poussière prennent de l'ampleur et deviennent plus fréquentes.

Les deux initiatives sont conçues pour aider le Royaume et la région à s'adapter aux effets des variations climatiques et à les atténuer, ainsi qu'à adopter des technologies et des pratiques permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d'autres polluants environnementaux.

Des fermes circulaires comme celles-ci sont réparties dans plusieurs régions du Royaume (Photo, AFP).

Vers la fin de 2021, une soixantaine de projets communautaires et de collaborations avec le secteur privé avaient déjà été lancés dans le cadre des initiatives visant à améliorer la santé publique, à renforcer la qualité de vie et à promouvoir des modes de vie durables. C'est au cœur de tout cela que se trouve la ville de Riyad.

Cette métropole en pleine expansion devrait voir sa population plus que doubler au cours des prochaines décennies grâce à un projet de 800 milliards de dollars (1 dollar = 0,97 euro)  visant à la transformer en un centre économique, social et culturel pour la région. Une telle transformation s'accompagne naturellement de défis environnementaux.

En 2019, le projet Green Riyadh, le plus grand projet intégré de reforestation urbaine au monde, a annoncé son intention de planter 7,5 millions d'arbres à travers la capitale, de faire passer les espaces verts de 1,7 à 28 mètres carrés par habitant et de porter le total des espaces verts à 9 %.

Le projet vise à faire baisser la température ambiante de 8 à 15°C en moyenne dans les zones boisées de la ville, à améliorer la qualité de l'air de 3 à 6 % et à embellir le centre urbain dans son ensemble.

Compte tenu de sa situation géographique et de sa forte densité, Riyad nécessitera du temps, du travail et des investissements pour devenir une ville durable capable d'atteindre les objectifs fixés dans le programme de qualité de vie de la Vision 2030 du Royaume, a déclaré Abdallah Aldakheelallah, architecte et chercheur en urbanisme, à Arab News.

L'engagement communautaire est un objectif clé des efforts écologiques saoudiens (Photo, AN).

«Les zones urbaines ne doivent pas seulement intégrer des espaces verts. Elles doivent également fournir des équipements de base, des espaces de divertissement grâce à des pratiques écologiques, le boisement sur les routes et dans les quartiers, la construction de trottoirs et de voies piétonnes», a précisé  M. Aldakheelallah.

«Les projets du Royaume doivent s'adapter et s'ajuster à leur manière aux clés stratégiques du programme de qualité de vie afin de contribuer à l'amélioration des villes dans leur ensemble.»

«Les poches de verdure contribueront à nourrir une ville, elles peuvent promouvoir les activités récréatives de plein air, améliorer la santé des citoyens et permettre de réduire le phénomène d'îlot de chaleur urbain (ICU), où les surfaces absorbent la chaleur et la retiennent pendant de plus longues heures.»

OBJECTIFS DE L'INITIATIVE VERTE SAOUDIENNE :

Augmenter l'utilisation des énergies renouvelables à 50% d'ici 2030.  Contribuer à réduire les émissions mondiales de méthane de 30 % d'ici 2030.

Planter 10 milliards d'arbres et réhabiliter 40 millions d'hectares de terres.

Faire passer les zones protégées à plus de 30 % du territoire total.

Un autre avantage du projet de boisement urbain est qu'il permettra de limiter les effets des «surfaces non gérées», comme les terrains inhabités, les ronds-points et autres espaces vides qui ont tendance à retenir la chaleur plus longtemps, a déclaré M. Aldakheelallah.

«Les surfaces non gérées représentent environ 20 % de la superficie de Riyad. En ombrageant ces zones, l'objectif est de réduire l'exposition des surfaces non gérées au rayonnement solaire et de faire baisser les températures dans la ville pendant la journée. Des études prévoient qu'en procédant ainsi, on peut faire baisser les températures de 4 à 5 °C pendant la journée», a-t-il ajouté.

Outre l'augmentation de la couverture arborée, M. Aldakheelallah affirme que la conception et la modernisation des bâtiments peuvent également avoir un impact significatif sur les températures locales.

«Les toits jouent un rôle crucial dans l'équilibre énergétique des bâtiments et de l'environnement alentour», a-t-il déclaré. «Le rapport hauteur totale/surface au sol et la largeur du toit sont des facteurs déterminants pour réduire l'exposition aux rayonnements directs.

«Malheureusement, les méthodes modernes de construction des habitations ont donné lieu à une réduction de la taille et de la largeur des toits, ce qui a eu des répercussions négatives.»

Pour créer et entretenir ses nouveaux espaces verts, Riyad doit garantir une source d'eau douce abondante et durable - une ressource limitée dans un pays qui ne possède pas ses propres rivières et ne bénéficie que de très faibles précipitations.

Les aquifères souterrains profonds et les usines de dessalement constituent les principales ressources en eau du Royaume. Dans les grandes villes saoudiennes, la consommation d'eau dessalée est extrêmement élevée, notamment à Riyad, où sa part s'élevait à 63-64 % en 2020.

Des initiatives locales de plantation ont été lancées dans tout le Royaume, notamment dans la province orientale (Photo, AN).

Une grande partie de l'eau potable de la capitale provient des usines de dessalement de La Mecque, de Djeddah et de Taïf - une pratique qui, jusqu'à ce que davantage d'usines soient alimentées par des sources d'énergie renouvelables, continue de contribuer aux émissions de carbone du Royaume.

Le Dr Mark Tester, directeur associé du Centre d'agriculture désertique de l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah, estime que Riyad doit mieux intégrer la gestion de ses eaux usées si elle veut irriguer ses espaces verts de manière durable.

«Les eaux usées sont une ressource massive, surtout dans un pays qui a si peu d'eau», a indiqué M. Tester à Arab News. «Vous devez être en mesure, par exemple, de séparer les eaux grises des eaux noires, puis d'utiliser directement les eaux grises.

«Cela permet d'économiser d'énormes sommes d'argent et de réduire considérablement les émissions de CO2 dues au pompage et au traitement des eaux usées. Vous pouvez utiliser les eaux grises localement et avec un traitement minimal, ce qui vous donne l'occasion de rendre l'environnement plus vert.»

Les eaux noires, également appelées eaux d'égout ou eaux brunes, sont les eaux usées des salles de bains, qui peuvent être porteuses de maladies et de bactéries, toutes deux nocives.

Les eaux grises, en revanche, sont les eaux usées provenant des éviers, des machines à laver, des baignoires et des douches. Elles contiennent des niveaux de contamination plus faibles, ce qui les rend plus faciles à traiter et à valoriser.

Les eaux grises recyclées sont couramment utilisées pour l'irrigation et les marais artificiels. En réalité, les eaux grises qui contiennent des particules alimentaires peuvent même nourrir les plantes. L'utilisation des eaux grises traitées à Riyad pourrait permettre d'améliorer la planification, la réglementation et les codes de construction, d'irriguer des dizaines de millions d'arbres et d'améliorer considérablement la santé et le bien-être.

En effet, au cœur même de la stratégie de verdissement se trouvent le bonheur et le bien-être des résidents saoudiens et des visiteurs étrangers, en leur permettant d'expérimenter les bienfaits psychologiques du grand air dans un climat sûr et gérable.

«Les espaces verts doivent être privilégiés là où ils peuvent être accessibles et appréciés par tous, en toute sécurité et facilité, indépendamment de leur âge, de leur sexe ou de leur capacité physique, par exemple dans un parc de quartier plutôt que sur un trottoir ou un rond-point», a déclaré Huda Shaka, conseillère en matière de villes durables, à Arab News.

«De tels espaces peuvent améliorer la santé physique et mentale de la population urbaine, ainsi que fournir des opportunités pour améliorer la biodiversité, la qualité de l'air et l'accès à la nourriture.»


Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Israël: Netanyahu dissout le cabinet de guerre

Des personnes brandissent des drapeaux et des pancartes lors d'un rassemblement anti-gouvernemental devant le Parlement israélien à Jérusalem, appelant à des élections anticipées le 17 juin 2024, dans le cadre du conflit actuel dans la bande de Gaza entre Israël et le mouvement militant palestinien Hamas. (Photo de Menahem Kahana AFP)
Des personnes brandissent des drapeaux et des pancartes lors d'un rassemblement anti-gouvernemental devant le Parlement israélien à Jérusalem, appelant à des élections anticipées le 17 juin 2024, dans le cadre du conflit actuel dans la bande de Gaza entre Israël et le mouvement militant palestinien Hamas. (Photo de Menahem Kahana AFP)
Short Url
  • David Mencer, un des porte-parole du bureau de M. Netanyahu a confirmé la dissolution du cabinet de guerre, précisant que le cabinet de sécurité prendrait «les décisions sur les questions relatives à la guerre»
  • Le cabinet de sécurité, qui comprend neuf ministres en plus de M. Netanyahu est maintenant le principal organe à prendre les décisions relatives à la guerre avec le Hamas

JÉRUSALEM : Un porte-parole du bureau du Premier ministre israélien a confirmé lundi la dissolution du cabinet de guerre, créé après l'attaque sans précédent du 7 octobre menée par le mouvement palestinien Hamas en Israël, après la démission la semaine dernière du centriste Benny Gantz.

Les médias israéliens avaient rapporté plus tôt lundi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé la dissolution de ce groupe restreint lors d'une réunion du cabinet de sécurité dimanche.

David Mencer, un des porte-parole du bureau de M. Netanyahu a confirmé la dissolution du cabinet de guerre, précisant que le cabinet de sécurité prendrait «les décisions sur les questions relatives à la guerre».

«Le cabinet de guerre était une condition préalable à la création de ce gouvernement d'unité nationale (...) Avec le départ de M. Gantz du gouvernement, le cabinet n'est plus nécessaire, ses fonctions seront reprises par le cabinet de sécurité», a déclaré M. Mencer lors d'un point de presse.

Le cabinet de sécurité, qui comprend neuf ministres en plus de M. Netanyahu est maintenant le principal organe à prendre les décisions relatives à la guerre avec le Hamas.

M. Gantz, chef du parti de l'Union nationale (centre), avait quitté la coalition gouvernementale plus tôt en juin, entraînant avec lui Gadi Eisenkot, qui est comme lui un ancien chef de l'armée.

Selon des commentateurs, cette dissolution est également destinée à couper l'herbe sous le pied des ministres d'extrême droite Ben Gvir et Bezalel Smotrich qui voulaient participer au cabinet de guerre depuis le début du conflit.

La guerre a éclaté le 7 octobre quand des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël ont mené une attaque qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours retenues en otages à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée.

En représailles, l'armée israélienne a lancé une vaste offensive sur la bande de Gaza qui a fait jusqu'à présent 37.347 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le mouvement islamiste.


Les héros du Hajj aident les pèlerins à trouver leur chemin

On peut trouver ces scouts aidant les pèlerins dans tous les lieux de pèlerinage, portant des casquettes bleues, des gilets marron et des foulards verts. (Huda Bashatah, AN)
On peut trouver ces scouts aidant les pèlerins dans tous les lieux de pèlerinage, portant des casquettes bleues, des gilets marron et des foulards verts. (Huda Bashatah, AN)
Short Url
  • On peut trouver ces scouts aidant les pèlerins dans tous les lieux de pèlerinage, portant des casquettes bleues, des gilets marron et des foulards verts
  • M. Swailek indique que les pèlerins peuvent se procurer des rafraîchissements et se reposer dans les stations d’orientation

RIYAD: La Technical and Vocational Training Corporation (TVTC) forme les scouts à orienter et à conseiller les pèlerins durant la saison du Hajj.

On peut trouver ces scouts aidant les pèlerins dans tous les lieux de pèlerinage, portant des casquettes bleues, des gilets marron et des foulards verts.

Ramadan Swailek, scout du Hajj, explique que son devoir est de servir et d’aider les pèlerins dans différents endroits de La Mecque.

«Nous sommes des scouts qui se déplacent et nous avons des spécialistes de différents domaines présents sur les Lieux saints, tels que des spécialistes de l’orientation, de la santé et de la sécurité. La mission d’un scout spécialiste d’orientation est de guider les pèlerins égarés. Si un pèlerin est perdu, nous utilisons des cartes pour l’aider à trouver son chemin.»

M. Swailek indique que les pèlerins peuvent se procurer des rafraîchissements et se reposer dans les stations d’orientation.

«C’est la première année que nous nous déplaçons pour guider les pèlerins. Dans  le passé, nous orientions, sans nous déplacer, les pèlerins égarés qui pouvaient avoir erré pendant trois ou quatre heures et qui étaient souvent frustrés. Le fait de les guider jusqu’à leur destination apporte un immense soulagement, et c’est une expérience très gratifiante. Les gens se disputent vraiment ce rôle parce qu’il leur procure un profond sentiment de plénitude», explique-t-il.

Abderrahim Saad al-Maliki est un autre scout qui aide les pèlerins pendant la saison du Hajj.

«Nous venons ici avec l’intention de servir les pèlerins, comme l’a mentionné mon collègue Ramadan, et nous couvrons cinq zones à Mina. Nous nous déplaçons énormément et nous orientons et aidons les pèlerins dans divers domaines. Nous remercions Dieu pour les bénédictions de l’islam, notre foi, et pour la sécurité dont nous jouissons. Nous sommes toujours au service des pèlerins. C’est ma première année et j’espère continuer à servir les pèlerins dans les années à venir, si Dieu le veut.»

Cette année, la Commission du scoutisme de la TVTC dans la région de Médine a remporté le prix du meilleur quartier général au niveau du camp.

La TVTC a été créée en 1990 et dispose de deux cent quatre-vingt-trois installations de formation couvrant toutes les régions du Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 


Des pèlerins jettent des pierres sur les Jamarat au premier jour de Tashriq

Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. (SPA)
Short Url
  • Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules
  • La structure innovante à plusieurs niveaux a été conçue pour répartir efficacement les pèlerins pendant le rituel de lapidation

MINA: Les pèlerins du Hajj ont entamé le rituel de lapidation de Satan en jetant des cailloux sur les Jamarat, trois piliers de pierre, le premier jour de Tashriq, qui coïncide également avec le deuxième jour de l’Aïd al-Adha.

Le rituel de lapidation a commencé par Jamarat al-Oula («le petit pilier»), s’est poursuivi par Jamarat al-Wusta («le pilier du milieu») et enfin Jamarat al-Aqaba («le grand pilier»), suivant les traces du prophète Mahomet, a rapporté l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Aux différents étages de l’installation Jamarat, de nombreux parcours désignés ont assuré la circulation fluide des pèlerins et facilité la gestion des foules. La structure innovante à plusieurs niveaux a été conçue pour répartir efficacement les pèlerins pendant le rituel de lapidation.

Des ponts piétonniers relient les Jamarat à la ligne de métro Al-Machaaer al-Mugaddassah et aux camps de pèlerins environnants à Mina, permettant des déplacements sûrs et simples, a rapporté SPA.

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com