Inflation: les Français adaptent leur consommation, mais contiennent mal leur colère

L’envolée des prix a commencé par les prix des carburants, puis elle s’est étendue, touchant des produits de première nécessité tels que l’huile, le blé, le riz ou le sucre... Difficile d’y échapper: l’inflation est sur toutes les lèvres et grève les budgets des familles modestes comme ceux de la classe moyenne. (AFP).
L’envolée des prix a commencé par les prix des carburants, puis elle s’est étendue, touchant des produits de première nécessité tels que l’huile, le blé, le riz ou le sucre... Difficile d’y échapper: l’inflation est sur toutes les lèvres et grève les budgets des familles modestes comme ceux de la classe moyenne. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 22 novembre 2022

Inflation: les Français adaptent leur consommation, mais contiennent mal leur colère

  • Une étude publiée en avril dernier par McKinsey indique que, face à la hausse des prix, 69% des Français ont changé de comportement d’achat
  • Il est difficile de dire s’il s’agit là d’un phénomène contraignant imposé par le déséquilibre entre les revenus et l’augmentation vertigineuse des prix ou d’un signe de maturité

PARIS: Pour Louisa, quadragénaire, employée dans un cabinet médical, les courses hebdomadaires au supermarché tournent au casse-tête depuis quelque temps. Cette mère de deux jeunes enfants, âgés respectivement de 6 et 8 ans, a de plus en plus du mal à concilier les besoins alimentaires de sa famille et le budget limité qui lui est alloué. Pas question de flâner avec insouciance entre les différents rayons et de garnir son chariot à son gré. 

Son salaire – auquel s’ajoute celui de son mari, assistant juridique – lui impose désormais de la rigueur et un choix ciblé de sa consommation. Il lui faut aller à l’essentiel, rogner sur le superflu et même réduire la quantité de ses achats pour faire face à la flambée des prix des produits alimentaires, estimée à plus de 8% depuis le début de l’année. Louisa se concentre donc sur les produits de premier prix; les biscuits préférés de son fils cadet, trop chers, passent à la trappe. Il en va de même pour les céréales et la confiture de son aîné, alors que l’ensemble de la famille se voit contrainte à réduire sa consommation de viande et de poisson. 

À l’exemple de cette famille, des millions de familles françaises se retrouvent dans l’obligation de s’adapter à cette inflation accentuée par la guerre en Ukraine. 

Changement de comportement chez les consommateurs 

L’envolée des prix a commencé par les prix des carburants, puis elle s’est étendue, touchant des produits de première nécessité tels que l’huile, le blé, le riz ou le sucre… 

Difficile d’y échapper: l’inflation est sur toutes les lèvres et grève les budgets des familles modestes comme ceux de la classe moyenne. 

Loin de se limiter aux carburants et aux produits alimentaires, la flambée des prix n’a pas épargné les articles de bricolage, les appareils électroménagers, les produits d’hygiène et les textiles. 

Les consommateurs doivent dorénavant intégrer ce facteur dans leurs comportements d’achat et recourent pour cela à des stratégies diverses. 

Dès le mois d’avril dernier, une étude publiée par le cabinet de conseil McKinsey indiquait que, face à la hausse des prix, 69% des Français ont changé leurs habitudes de consommation. 

Ainsi, 52% optent pour des produits de marques moins chères, délaissant ceux qu’ils avaient l’habitude d’acheter. 

Certains ont changé d’enseigne, choisissant de s’approvisionner dans les supermarchés discount, qui, après une période de repli, essaiment à nouveau dans les différentes villes françaises. 

D’autres se servent de comparateurs de prix pour aller au moins cher, ce qui les oblige à faire leurs courses hebdomadaires dans des magasins différentes, faisant abstraction de la perte de temps et d’énergie qu’une telle démarche implique. 

Loin de se limiter aux carburants et aux produits alimentaires, la flambée des prix n’a pas épargné les articles de bricolage, les appareils électroménagers, les produits d’hygiène et les textiles. 

33% des Français commencent à acheter des produits d’occasion ou des produits reconditionnés pour eux-mêmes ou pour offrir.

Là encore, un changement de comportement a fait son apparition, amenant les Français à rationaliser leur consommation en évitant les achats impulsifs. 

Une enquête de l’institut d’étude Kantar publiée au mois de juillet dernier montre que 38% d’entre eux ont arrêté ou limité l’achat de produits neufs. 

82% préfèrent réparer (ou projettent de le faire) plutôt que de racheter. 

Selon la même étude, 33% des Français commencent à acheter des produits d’occasion ou des produits reconditionnés pour eux-mêmes ou pour offrir. 

Des enseignes de vente de produits de seconde main en tout genre font ainsi leur apparition dans les villes, ainsi qu’en ligne. Auparavant, ces achats étaient marginaux ou réservés aux nécessiteux. 

Assiste-t-on à la genèse de nouvelles convictions plus raisonnables et plus pragmatiques qui font fi des faux besoins imputés à une offre en constante surenchère?

Par ailleurs, nombreux parmi ceux qui continuent à vouloir consommer des produits neufs commencent à cibler les promotions ou à concentrer leurs achats pendant les soldes. 

Des mesures étatiques insuffisantes 

Il est difficile de dire s’il s’agit là d’un phénomène contraignant imposé par le déséquilibre entre les revenus et l’augmentation vertigineuse des prix ou d’un signe de maturité et de lassitude face à la société de consommation. 

Assiste-t-on à la genèse de nouvelles convictions plus raisonnables et plus pragmatiques qui font fi des faux besoins imputés à une offre en constante surenchère? Il est trop tôt pour l’affirmer. 

Ces mesures ont un effet limité et ne règlent pas la situation sur le long terme.

Les autorités publiques, pour leur part, ont pris plusieurs mesures afin d’atténuer l’impact de l’inflation: le gel du prix du gaz jusqu’à la fin de l’année 2022, une indemnité inflation de 100 euros pour les foyers à faible revenu et une remise sur le prix du carburant. 

Ces mesures ont un effet limité et ne règlent pas la situation sur le long terme, étant donné que beaucoup s’accordent à dire que les prix vont continuer à augmenter au cours des douze prochains mois. 

Si tel est le cas, quel sera le comportement des Français? Vont-ils faire plus de sacrifices et se serrer davantage la ceinture, ou vont-ils déferler dans les rues pour exprimer leur colère? Cette question inquiète les responsables politiques, qui s’interrogent sur le climat de la période à venir en en pressentant la gravité. 

De fait, Patrice Douret, le patron de l’association Les Restos du cœur – qui sert des repas gratuits au plus démunis –, assure au journal Le Parisien que le nombre des bénéficiaires explose et qu’il n’a «jamais connu une telle situation». 


CNR: Macron plaide à nouveau pour la «liberté pédagogique», veut une «feuille de route» au printemps

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors du Conseil national de la Refondation au lycée Jas de Bouffan, à Aix-en-Provence, dans le sud-est de la France, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors du Conseil national de la Refondation au lycée Jas de Bouffan, à Aix-en-Provence, dans le sud-est de la France, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Partis, syndicats et acteurs de la société civile sont conviés à une nouvelle réunion du Conseil national de la refondation, le 12 décembre à l'Élysée
  • Il y a trois mois, la session fondatrice du CNR à Marcoussis avait été boycottée par tous les partis d'opposition

AIX-EN-PROVENCE: Emmanuel Macron a de nouveau plaidé pour la "liberté pédagogique" dans l'enseignement, lundi lors d'une réunion dans un collège d'Aix-en-Provence dans le cadre du Conseil national de la refondation (CNR) consacrée aux questions d'éducation, dont il a dit attendre "une feuille de route" au printemps.

Ce "CNR territorialisé" répond "à l'idée que beaucoup de choses peuvent se faire de manière beaucoup plus efficace si on laisse la liberté au terrain", a déclaré le président de la République en ouverture d'une réunion à laquelle participaient enseignants, membres d'équipes pédagogiques, éducateurs, élèves, parents d'élèves et élus de la région.

"Enseigner, c'est à la fois répondre à une volonté d'unité de la République - des programmes, des mêmes examens nationaux, des principes et des valeurs qui nous font un - et une pluralité de situation qui font qu'enseigner ici, c'est pas la même chose qu'au fin fond de la ruralité", a développé le chef de l’État, en défendant une "liberté pédagogique" qui permet selon lui "de donner plus d'efficacité à l'ensemble des acteurs, dans l'école et en dehors de l'école".

En juin, le président avait déjà annoncé vouloir généraliser à tout le territoire l'approche de "l'école du futur", expérimentation pédagogique menée à Marseille.

Soixante-trois écoles, dont une partie ne sont pas en zone d'éducation prioritaire, ont été sélectionnées pour mener à bien un projet spécifique avec la possibilité pour le directeur de participer au choix de son équipe.

"L'idée, c'est vraiment de bâtir des projets d'établissement, qu'on se dise: quels sont nos problèmes à nous, au-delà de ce qu'on nous demande au plan national, et de quoi on a besoin pour y répondre?", a résumé M. Macron.

Quelque 11 000 établissements scolaires se sont engagés dans les discussions ou le feront au premier trimestre 2023 dans le cadre du CNR, selon l'Elysée.

"L'objectif est que d'ici au printemps prochain, il y ait une feuille de route", a indiqué le président de la République.

Partis, syndicats et acteurs de la société civile sont conviés à une nouvelle réunion du Conseil national de la refondation, le 12 décembre à l'Élysée pour faire un "point d'étape" sur les moyens de réformer les services publics.

Il y a trois mois, la session fondatrice du CNR à Marcoussis (Essonne) avait été boycottée par tous les partis d'opposition et une bonne partie des syndicats qui avaient vu dans cet outil un moyen pour le président de reprendre la main dans le débat public et contourner le Parlement, où son camp n'a plus de majorité absolue.


Paris : le centre d'hébergement pour Ukrainiens n'a pas à accueillir d'autres sans-abri, tranche la justice

Le juge des référés motive sa décision par le fait que le dispositif d'accueil des réfugiés ukrainiens «est spécifique de manière à ne pas saturer les dispositifs de droit commun de l'hébergement d'urgence» (Photo, Twitter).
Le juge des référés motive sa décision par le fait que le dispositif d'accueil des réfugiés ukrainiens «est spécifique de manière à ne pas saturer les dispositifs de droit commun de l'hébergement d'urgence» (Photo, Twitter).
Short Url
  • Le Paris Event Center, situé dans le nord-est de la capitale, compte entre 200 et 250 lits
  • Lors de l'audience, Médecins du monde (MdM) et Utopia 56 demandaient au juge des référés d'enjoindre la préfecture d'Ile-de-France à ouvrir à d'autres personnes sans-abri les lits vacants dans ce centre

PARIS: Le juge des référés du tribunal administratif de Paris a rejeté lundi la demande des associations Médecins du monde et Utopia 56 d'ouvrir aux autres nationalités un centre d'hébergement réservé aux réfugiés ukrainiens, selon une ordonnance consultée par l'AFP.

Le Paris Event Center, situé dans le nord-est de la capitale, compte entre 200 et 250 lits. Il n'accueille en moyenne qu'entre 120 et 130 personnes par nuit, selon les chiffres fournis par la préfecture d'Ile-de-France au tribunal.

Lors de l'audience, qui s'est tenue vendredi, Médecins du monde (MdM) et Utopia 56 demandaient au juge des référés d'enjoindre la préfecture d'Ile-de-France à ouvrir à d'autres personnes sans-abri les lits vacants dans ce centre.

"La requête présentée par les associations Médecins du monde et Utopia 56 est rejetée", tranche le juge des référés dans son ordonnance.

C'est "une décision ahurissante qui nous indigne évidemment énormément", a réagi auprès de l'AFP Paul Alauzy, chargé des questions migratoires à MdM.

"Cette décision reconnaît qu'il y a des places vides, reconnaît les défaillances du 115 et reconnaît la vulnérabilité des personnes qui dorment dehors", a-t-il ajouté, estimant que l'ouverture des places vacantes était "une question de bon sens".

Le juge des référés motive sa décision par le fait que le dispositif d'accueil des réfugiés ukrainiens "est spécifique de manière à ne pas saturer les dispositifs de droit commun de l'hébergement d'urgence".

"Par ailleurs, il répond à la nécessité de pouvoir continuer à assurer à tout moment la prise en charge immédiate des personnes relevant de ce dispositif exceptionnel qui n'ont pas vocation à bénéficier des dispositifs de droit commun", ajoute le juge des référés dans son ordonnance.

Il en résulte qu'en réservant exclusivement ces dispositifs d'hébergement (...) aux déplacés ukrainiens, le préfet de la région Ile-de-France, préfet de Paris, ne peut être regardé comme manquant à ses obligations à l'égard des autres populations susceptibles de bénéficier d'un hébergement d'urgence", conclut-il.

MdM et Utopia 56 doivent en outre verser 800 euros à l'Etat au titre des frais de justice. "800 euros, c'est 800 couvertures de survie, c'est 40 tentes", s'est ému Paul Alauzy.

Les deux associations envisagent de faire appel devant le Conseil d'Etat, a-t-il précisé.


Prix des transports en Ile-de-France: le gouvernement prêt à « travailler» avec Pécresse

"C'est un dossier suivi à très haut niveau, par la Première ministre (Elisabeth Borne), les ministres concernés. On va continuer à travailler avec elle (Valérie Pécresse, ndlr) pour trouver des solutions, pour l'aider", a assuré Gabriel Attal. (AFP).
"C'est un dossier suivi à très haut niveau, par la Première ministre (Elisabeth Borne), les ministres concernés. On va continuer à travailler avec elle (Valérie Pécresse, ndlr) pour trouver des solutions, pour l'aider", a assuré Gabriel Attal. (AFP).
Short Url
  • Actuellement vendu à 75,20 euros par mois, le tarif du pass Navigo mensuel pourrait passer à 90 euros, et celui du ticket de métro unitaire de 1,90 à 2,30 euros si IDFM ne trouve pas de nouvelles sources de financement
  • Une éventuelle hausse de 20% que Valérie Pécresse a déjà jugée «inacceptable»

PARIS : S'il refuse d'être le "tiroir-caisse" d'Ile-de-France Mobilités (IDFM), l'Etat est néanmoins prêt à "travailler" avec l'autorité régionale des transports pour l'aider à boucler son budget 2023 et éviter une hausse brutale du prix des abonnements, a indiqué lundi Gabriel Attal.

"Il y a un besoin de financement pour IDFM", a reconnu le ministre des Comptes publics sur BFMTV/RMC, alors que la présidente de l'institution Valérie Pécresse doit trouver 450 millions d'euros avant le conseil d'administration de mercredi pour équilibrer le budget 2023.

"C'est un dossier suivi à très haut niveau, par la Première ministre (Elisabeth Borne), les ministres concernés. On va continuer à travailler avec elle (Valérie Pécresse, ndlr) pour trouver des solutions, pour l'aider", a assuré Gabriel Attal.

"Mais il faut qu’elle nous aide à l'aider, en regardant les autres possibilités" que la hausse du forfait mensuel Navigo pour boucler le budget 2023, contraint par l'inflation et la flambée des prix de l'énergie.

Actuellement vendu à 75,20 euros par mois, le tarif du pass Navigo mensuel pourrait passer à 90 euros, et celui du ticket de métro unitaire de 1,90 à 2,30 euros si IDFM ne trouve pas de nouvelles sources de financement.

Une éventuelle hausse de 20% que Valérie Pécresse a déjà jugée "inacceptable".

"Les Franciliens ne sont pas un tiroir-caisse sur lesquels on peut pomper en augmentant indéfiniment le pass Navigo, et l'Etat non plus n'est pas un tiroir-caisse", a martelé lundi Gabriel Attal, lui-même élu en Ile-de-France.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lui a emboîté le pas sur France Inter, affirmant être "comptable de l'argent de tous les Français".

"C'est compliqué pour moi d'aller expliquer à quelqu'un qui habite à Nantes, à Nevers ou à Romorantin que je vais prendre de l'argent public qui lui appartient aussi pour aider la région la plus riche de France", a attaqué le numéro 2 du gouvernement.

Dans une délibération qu'elle doit soumettre mercredi au conseil d'administration d'IDFM, Valérie Pécresse a menacé de suspendre une série de paiements liés à de grands projets, à commencer par la préparation des Jeux Olympiques et le métro du Grand Paris, si l'Etat ne fait pas de geste pour éviter une trop forte hausse des tarifs des transports en commun.

Mme Pécresse, qui ne veut ni baisser l'offre de transport - qui doit tout juste remonter à 100% -, ni renoncer à ses investissements, a demandé à l'Etat de pouvoir augmenter le versement mobilité - une taxe sur la masse salariale des entreprises de plus de 11 employés - dans les zones les plus denses, une baisse de la TVA de 10% à 5,5% et une transformation en subvention des avances remboursables consenties par l'Etat pendant la pandémie.

L'élue (LR) a aussi évoqué une taxe de séjour sur les hôtels de plus de 4 étoiles.