L'ONU ouvre une enquête sur la répression en Iran

Les manifestations ont été déclenchées par la mort à la mi-septembre de Mahsa Amini, 22 ans, décédée alors qu'elle était détenue par la police des mœurs. (Dossier, AFP)
Les manifestations ont été déclenchées par la mort à la mi-septembre de Mahsa Amini, 22 ans, décédée alors qu'elle était détenue par la police des mœurs. (Dossier, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 24 novembre 2022

L'ONU ouvre une enquête sur la répression en Iran

Les manifestations ont été déclenchées par la mort à la mi-septembre de Mahsa Amini, 22 ans, décédée alors qu'elle était détenue par la police des mœurs. (Dossier, AFP)
  • Les 47 Etats membres de la plus haute instance onusienne en matière de droits humains ont eux décidé lors d'un vote de nommer une équipe d'enquêteurs de haut niveau pour faire la lumière sur toutes les violations des droits humains liées à la répression
  • Pendant les débats, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, dont la demande de visite en Iran est restée jusqu'à présent lettre morte, a appelé Téhéran à «cesser» son «usage inutile et disproportionné de la force»

GENÈVE: Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va ouvrir une enquête internationale sur la répression des manifestations déclenchées en Iran par la mort de Mahsa Amini, afin de rassembler des preuves des violations et éventuellement poursuivre les responsables.

En plein débat devant le Conseil, l'agence de presse iranienne Fars annonçait l'arrestation du célèbre footballeur Voria Ghafouri, accusé d'avoir "insulté et sali la réputation de l'équipe nationale (Team Melli) et de s'être livré à de la propagande" contre l'Etat.

Réunis en urgence à l'initiative de l'Allemagne et de l'Islande, les 47 Etats membres de la plus haute instance onusienne en matière de droits humains ont eux décidé lors d'un vote de nommer une équipe d'enquêteurs de haut niveau pour faire la lumière sur toutes les violations des droits humains liées à la répression des manifestations.

Pendant les débats, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, dont la demande de visite en Iran est restée jusqu'à présent lettre morte, a appelé Téhéran à "cesser" son "usage inutile et disproportionné de la force".

"La situation actuelle est intenable", a-t-il dit. Avant de souligner devant les journalistes qu'il est "important qu'il y ait un moratoire sur la peine de mort et que le gouvernement écoute le peuple et entende ce qu'il a à dire, et s'engage dans un processus de réforme car le changement est inévitable".

De nombreux diplomates occidentaux ont aussi dénoncé la répression des manifestations qui, depuis plus de deux mois, a fait au moins 416 morts, dont 51 enfants, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée en Norvège.

Cette vague de contestation - née de revendications pour les femmes après la mort de Mahsa Amini, arrêtée pour avoir mal porté le voile islamique, qui se sont transformées en contestation du pouvoir - est sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979.

Selon le Rapporteur spécial de l'ONU sur l'Iran, plus de 15.000 personnes ont été arrêtées.

La justice iranienne a déjà prononcé six condamnations à mort en lien avec les manifestations et a annoncé cette semaine l'arrestation en deux mois de "40 étrangers" accusés d'implication dans les "émeutes" en Iran.

Faire la lumière

"'Femme, Vie, Liberté'. C'est avec ce slogan si simple, et si fort, que les Iraniennes et les Iraniens rappellent, depuis plus de deux mois, les valeurs qu'ils défendent", a déclaré pendant les débats la représentante française, Emmanuelle Lachaussée.

"Le peuple iranien réclame quelque chose de si simple, quelque chose que la plupart d'entre nous considèrent comme allant de soi: la possibilité de parler et d'être entendu", a renchéri l'ambassadrice américaine Michèle Taylor, des membres de sa délégation brandissant des photos et des noms des victimes.

S'exprimant devant les journalistes à Genève avant le vote, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait encouragé les pays qui en général votent avec l'Iran à avoir le courage de s'abstenir.

"Nous ne savons pas si (cette résolution) peut sauver des vies demain. Mais ce que nous savons avec certitude, c'est que cela signifiera la justice, justice pour le peuple", avait-elle déclaré.

Cette mission d'enquête internationale indépendante -qui n'a guère de chance de pouvoir se rendre en Iran- devra collecter les preuves des violations et les conserver de manière à ce qu'elles puissent servir à d'éventuelles poursuites.

Téhéran, qui voit dans la plupart de ces manifestations des "émeutes" et accuse notamment des forces étrangères d'être derrière ce mouvement pour chercher à déstabiliser la République islamique, a d'ores et déjà fait part de sa vive opposition à toute enquête.

L'une des représentantes iraniennes dépêchées jeudi par Téhéran devant le Conseil, Khadijeh Karimi, a accusé les pays occidentaux de "manquer de crédibilité morale" pour faire la leçon à son pays, dénonçant les sanctions américaines et européennes.

Sans surprise, la Chine, la Russie, le Venezuela et Cuba ont apporté pendant les débats leur soutien à l'Iran, l'ambassadeur chinois Chen Xu défendant comme à son habitude "le dialogue et la coopération (...) pour promouvoir et protéger les droits de l'homme".


La Russie met en garde Israël contre toute livraison d'armes à l'Ukraine

La Russie a mis en garde Israël contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué «examiner la question». (Photo, AFP)
La Russie a mis en garde Israël contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué «examiner la question». (Photo, AFP)
Short Url
  • «S'agissant des livraisons d'armes (à l'Ukraine), on ne classe pas les pays selon la géographie», a dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova
  • Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son pays envisageait une aide militaire pour l'Ukraine, tout en se proposant comme médiateur dans le conflit ukrainien

MOSCOU: La Russie a mis en garde Israël mercredi contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué "examiner la question".

"S'agissant des livraisons d'armes (à l'Ukraine), on ne classe pas les pays selon la géographie. Nous disons que tous les pays qui livrent des armes doivent comprendre que nous considèrerons (ces armes) comme des cibles légitimes pour les forces armées russes", a dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, au sujet de la possibilité d'approvisionnements israéliens.

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine en février dernier, Israël a cherché à rester neutre dans ce conflit, ne fournissant par exemple pas d'armes à Kiev malgré les demandes répétées du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Israël a par ailleurs fait valoir des liens privilégiés avec Moscou, l'Etat hébreu comptant plus d'un million de citoyens originaires de l'ex-Union soviétique et la Russie disposant de troupes en Syrie, pays voisin d'Israël.

Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a cependant déclaré que son pays envisageait une aide militaire pour l'Ukraine, tout en se proposant comme médiateur dans le conflit ukrainien.

"Toute tentative -- réalisée ou même non réalisée, mais annoncée -- de livrer des armements supplémentaires, nouveaux, ou autres, aboutit et va aboutir à une escalade de cette crise. Tout le monde doit s'en rendre compte", a souligné Mme Zakharova.

Ces derniers jours, plusieurs pays occidentaux ont exprimé leur intention de fournir rapidement des chars lourds à l'Ukraine, à l'instar du Royaume-Uni qui compte fournir des Challenger fin mars et de l'Allemagne qui entend envoyer ses premiers Leopard 2 "fin mars-début avril".

Mais l'Ukraine réclame également à l'Occident des avions de combat et de l'artillerie lourde.


Funérailles à Memphis de Tyre Nichols, victime de violences policières

Les manifestants bloquent la circulation alors qu'ils se rassemblent contre l'assaut policier mortel de Tyre Nichols, en Californie, le 29 janvier 2023. (Photo, AFP)
Les manifestants bloquent la circulation alors qu'ils se rassemblent contre l'assaut policier mortel de Tyre Nichols, en Californie, le 29 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La vice-présidente Kamala Harris s'est entretenue mardi au téléphone avec la mère de Tyre Nichols, RowVaughn Wells, et son beau-père Rodney Wells, qui l'ont invitée aux funérailles
  • Tyre Nichols, 29 ans, avait été arrêté le 7 janvier par des agents d'une unité spéciale de Memphis, dans le sud des Etats-Unis, pour une simple infraction au code de la route, selon la police

MEMPHIS: Les funérailles de l'Afro-Américain Tyre Nichols, dont le passage à tabac mortel par des policiers noirs a choqué les Etats-Unis, se tiennent mercredi dans la ville de Memphis en présence de la vice-présidente Kamala Harris.

La cérémonie promet d'être politique, l'avocat de la famille de Tyre Nichols, Ben Crump, devant lancer "un appel à agir" contre les violences policières.

Symbole fort, un frère de George Floyd, quadragénaire noir dont la mort en 2020 sous le genou d'un policier blanc avait déclenché des manifestations antiracistes massives, assistera aux funérailles.

Et c'est le révérend Al Sharpton, figure de la lutte pour les droits civiques, qui prononcera l'oraison funèbre à la Mississippi Boulevard Christian Church.

D'abord prévu à 10H30 locales (16H30 GMT), l'office religieux se tiendra finalement à 13H00 (19H00 GMT).

En plus du frère de George Floyd, la mère de Breonna Taylor, Tamika Palmer, doit également être présente.

Breonna Taylor, une Afro-Américaine de 26 ans, avait été abattue en pleine nuit par la police dans son appartement du Kentucky en 2020 et était devenue une icône du mouvement "Black Lives Matter" (Les vies noires comptent).

Calvaire 

Tyre Nichols, 29 ans, avait été arrêté le 7 janvier par des agents d'une unité spéciale de Memphis, dans le sud des Etats-Unis, pour une simple infraction au code de la route, selon la police.

Mais roué de coups, à tel point qu'il était devenu méconnaissable d'après sa famille, il est mort trois jours plus tard à l'hôpital.

La vice-présidente Kamala Harris s'est entretenue mardi au téléphone avec la mère de Tyre Nichols, RowVaughn Wells, et son beau-père Rodney Wells, qui l'ont invitée aux funérailles, selon leur avocat.

Lors d'un appel téléphonique qu'il a décrit comme "plein d'émotion", "la vice-présidente a pu consoler Mme Wells et même l'aider à sourire", a affirmé Ben Crump, qui a également représenté la famille Floyd et s'est spécialisé dans la défense de victimes de violences policières.

Signe de l'attention accordée par la Maison Blanche à cette affaire, le président Joe Biden s'était lui-même entretenu, la semaine dernière, avec les parents de Tyre Nichols pour saluer "leur courage et leur force" quelques heures avant la publication de la vidéo de son calvaire aux mains des policiers.

RowVaughn Wells et Rodney Wells ont par ailleurs été invités par le groupe parlementaire rassemblant des élus afro-américains, à assister au discours de M. Biden sur l'état de l'Union, le 7 février au Congrès à Washington.

Réforme 

Les images insoutenables de l'interpellation et des coups infligés au jeune homme par les agents ont été diffusées, sans coupes, par les plus grandes chaînes du pays, faisant craindre un embrasement social aux autorités.

Les cinq policiers impliqués ont été licenciés et inculpés pour meurtre. L'"Unité Scorpion" à laquelle ils appartenaient, et qui avait pour mission de faire baisser le nombre d'activités illégales dans les quartiers sensibles en y déployant un plus grand nombre de policiers, a été démantelée.

Trois pompiers ont été limogés en lien avec les faits et deux autres policiers suspendus.

Pendant l'interpellation, "personne n'a fait preuve d'humanité envers Tyre Nichols, et ceux qui sont responsables doivent rendre des comptes", a dit Ben Crump.

Le président Biden prévoit de recevoir jeudi à la Maison Blanche des membres du groupe parlementaire rassemblant des élus afro-américains pour "discuter de la législation sur une réforme policière et d'autres priorités communes", a déclaré Olivia Dalton, une porte-parole de l'exécutif.

"Le président Biden est déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir (...) pour faire en sorte que notre système pénal soit à la hauteur des attentes en matière de justice impartiale (...) et de dignité pour tous", a-t-elle ajouté.


Subventions américaines: visite ministérielle franco-allemande à Washington le 7 février

Le ministre allemand de l'Économie et de la Protection du climat Robert Habeck (à gauche) et le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire tiennent une conférence de presse conjointe au ministère fédéral de l'Économie et de l'Action climatique (BMWK) à Berlin, le 31 mars 2022. (Photo, AFP)
Le ministre allemand de l'Économie et de la Protection du climat Robert Habeck (à gauche) et le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire tiennent une conférence de presse conjointe au ministère fédéral de l'Économie et de l'Action climatique (BMWK) à Berlin, le 31 mars 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Bruno Le Maire et Robert Habeck se rendront à Washington mardi 7 février pour discuter avec les autorités américaines des conséquences de l'IRA sur l'industrie européenne
  • Les Européens tentent depuis plusieurs semaines d'obtenir des dérogations afin d'éviter la fuite d'entreprises européennes attirées par les aides américaines

PARIS: Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, et son homologue allemand Robert Habeck, se rendront le 7 février à Washington pour des discussions sur les subventions massives américaines à leur industries, jugées protectionnistes, a-t-on appris mercredi auprès de Bercy.

"Bruno Le Maire et Robert Habeck se rendront à Washington mardi 7 février pour discuter avec les autorités américaines des conséquences de l'IRA sur l'industrie européenne", a indiqué cette source au ministère de l'Economie et des Finances.

L'"Inflation Reduction Act", le grand plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden, largement consacré au climat et qui prévoit notamment de larges aides pour les entreprises implantées aux Etats-Unis dans le secteur des véhicules électriques ou des énergies renouvelables, suscite l'inquiétude de nombreux pays, dont ceux de l'Union européenne, qui le jugent protectionniste.

Préparant la riposte européenne, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a proposé mercredi de faciliter les aides d'État dans l'UE pour soutenir la transition verte des industriels européens face aux subventions américaines et chinoises, sans nouveaux financements de l'UE dans l'immédiat.

Ses propositions seront débattues lors d'un sommet des chefs d’État et de gouvernement de l'UE les 9 et 10 février à Bruxelles, avant des décisions attendues en mars.

"Nous saluons les propositions fortes de la Commission européenne qui vont dans le sens de ce que demande le président de la République depuis plusieurs semaines", a réagi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Face à l'IRA, l’Europe doit se mettre en ordre de bataille et défendre son industrie. La France est totalement déterminée à protéger et développer son outil productif", a-t-il ajouté, selon une réaction transmise à l'AFP par son ministère.

Les Européens tentent aussi depuis plusieurs semaines d'obtenir des dérogations afin d'éviter la fuite d'entreprises européennes attirées par les aides américaines.

Le président français Emmanuel Macron est aussi à la manœuvre pour convaincre ses partenaires d'adopter un plan européen tout aussi massif. Les Allemands refusent la création d'un fonds souverain européen pour financer des aides aux entreprises.

Fin janvier, le ministre français de l'Industrie, Roland Lescure, avait dit espérer que Paris et Berlin puissent s'entendre sur réponse européenne d'ici "février".