Syrie: des milliers de Kurdes manifestent contre les frappes turques dans le Nord-Est

Des manifestants syro-kurdes brandissent des pancartes alors qu'ils protestent contre les récentes frappes aériennes turques visant cette région contrôlée par l'administration semi-autonome kurde, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Des manifestants syro-kurdes brandissent des pancartes alors qu'ils protestent contre les récentes frappes aériennes turques visant cette région contrôlée par l'administration semi-autonome kurde, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 27 novembre 2022

Syrie: des milliers de Kurdes manifestent contre les frappes turques dans le Nord-Est

Des manifestants syro-kurdes brandissent des pancartes alors qu'ils protestent contre les récentes frappes aériennes turques visant cette région contrôlée par l'administration semi-autonome kurde, le 27 novembre 2022. (Photo, AFP)
  • Ankara mène depuis une semaine une opération aérienne baptisée «Griffe-Epée» contre les forces kurdes en Syrie et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Irak
  • Depuis le 20 novembre, au moins 59 personnes ont été tuées dans les frappes turques qui se sont principalement concentrées dans le nord-est de la Syrie

QAMICHLI: Des milliers de Kurdes syriens ont manifesté dimanche à Qamichli, dans le nord-est de la Syrie, pour protester contre les récentes frappes aériennes turques visant cette région contrôlée par l'administration semi-autonome kurde, a rapporté un photographe. 

Ankara mène depuis une semaine une opération aérienne baptisée "Griffe-Epée" contre les forces kurdes en Syrie et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Irak, accusés par les autorités turques d'avoir perpétré l'attentat du 13 novembre à Istanbul, qui avait fait six morts. Les forces kurdes ont nié toute implication. 

Depuis le 20 novembre, au moins 59 personnes ont été tuées dans les frappes turques qui se sont principalement concentrées dans le nord-est de la Syrie: 35 combattants kurdes, 23 soldats syriens, ainsi qu'un journaliste travaillant pour une agence de presse kurde, toujours selon l'OSDH, une ONG basée au Royaume-Uni qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie. 

Dimanche, dans la ville de Qamichli, dans la région d'Hassaké, des milliers de manifestants ont dénoncé les frappes de la Turquie, ainsi que les menaces d'une offensive terrestre qu'elle menace de déclencher, a constaté un photographe sur place. 

Les protestataires ont brandi le drapeau drapeau kurde rouge, jaune et vert et des portraits d'Abdullah Öcalan, le chef historique du PKK, emprisonné en Turquie, lançant des slogans hostiles au président turc Recep Tayyip Erdogan. 

"La volonté du peuple kurde ne sera pas brisée (...), nous ne quitterons pas notre terre historique", a déclaré Siham Sleimane, une manifestante de 49 ans. 

"Nous sommes victimes d'une éradication", a dit un autre protestataire, Salah el-dine Hamou, 55 ans. "Jusqu'à quand allons-nous mourir pendant que le reste du monde nous regarde?" 

Appuyées par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, les forces kurdes syriennes avaient été le fer de lance de la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) chassé de ses fiefs en Syrie en 2019. 

Entre 2016 et 2019, la Turquie a mené trois opérations d'envergure dans le Nord de la Syrie contre les milices et organisations kurdes. Ankara répète vouloir créer une "zone de sécurité" de 30 km de large le long de sa frontière sud. 

 


La première mission arabe d'astronautes de longue durée sera lancée le mois prochain

Le vaisseau spatial SpaceX Dragon transportera l'astronaute émirati Sultan al-Neyadi (Photo, WAM).
Le vaisseau spatial SpaceX Dragon transportera l'astronaute émirati Sultan al-Neyadi (Photo, WAM).
Short Url
  • L'émirati Sultan al-Neyadi effectuera son premier voyage dans l'espace
  • Les EAU ont envoyé leur premier astronaute à la Station spatiale internationale en 2019

DUBAÏ: La première mission arabe d'astronautes de longue durée devrait être lancée le 26 février, a annoncé le Centre spatial Mohammed Ben Rached (MBRSC).
Un vaisseau spatial SpaceX Dragon au sommet d'une fusée Falcon 9 transportera l'astronaute et spécialiste de mission émirati Sultan al-Neyadi, ainsi que deux astronautes de la Nasa – le commandant de mission Stephen Bowen et le pilote Warren Hoburg – et le cosmonaute de Roscosmos Andrey Fedyaev.
Les principales informations relatives à la mission, telles que l'heure et les possibilités de décollage, ont été annoncées lors du point de presse consacré à l'aperçu de la mission Crew-6 de la Nasa, a rapporté jeudi l'agence de presse Emirates News Agency.
Le directeur général du MBRSC, Salem Humaid al-Marri, a déclaré: «Nous sommes fiers d’annoncer notre deuxième mission dans le cadre du programme des astronautes des EAU et de la première mission de Sultan dans l'espace.»
«Notre programme spatial humain a démarré en 2017, où nous avons sélectionné nos deux premiers astronautes, Hazzaa al-Mansouri et Sultan al-Neyadi. Nous avons lancé notre première mission vers la Station spatiale internationale en 2019, ce qui a eu un impact sur des centaines de milliers de personnes», a-t-il indiqué.
«Aujourd'hui, Al-Neyadi est un astronaute très compétent et lui, ainsi que son collègue Al-Mansouri, ont au total cinq années d'entraînement, notamment sur les sorties extravéhiculaires et les opérations au sein de la Station spatiale internationale.
«Nous avons plus de 20 expériences scientifiques d'universités des Émirats arabes unis dans la prochaine mission et beaucoup d'activités de sensibilisation sont menées dans toute la région.»
«L'idée de se réveiller chaque matin et d'avoir accès à une fenêtre comme la Coupole, où l'on peut balayer le monde entier en quatre-vingt-dix minutes, est incroyable, et je crois que c'est littéralement extraordinaire.
«Le voyage dans l'espace d'Al-Mansouri a marqué la présence constante des EAU dans l'espace. Notre Premier ministre a promis de poursuivre ces vols, et nous parlons maintenant de la deuxième mission vers la station spatiale internationale.
«Cette fois, nous avons relevé la barre à six mois, et nous avons maintenant deux astronautes supplémentaires qui s'entraînent avec la promotion de 2023», a-t-il poursuivi.
«J'aimerais également voir un drapeau des Émirats arabes unis sur la surface lunaire, porté sur l'épaule d'un astronaute émirati», a-t-il ajouté.
«Les Émirats arabes unis font un excellent travail, et je crois que dans les dix prochaines années, nous suivrons les efforts internationaux pour aller dans l'espace et repousser les limites de l'exploration.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une joueuse d’échecs iranienne refuse de filmer une vidéo d’excuses pour avoir retiré son voile

La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
Short Url
  • On a demandé à Khadem de justifier sa décision de ne pas porter le voile pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale
  • La joueuse d’échecs espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne

LONDRES: Une joueuse d’échecs iranienne qui a participé à un tournoi sans voile a déclaré au Telegraph qu’elle s’était réfugiée en Espagne après avoir refusé l’ordre de Téhéran de filmer une vidéo d’excuses.

Sara Khadem est la 17e meilleure joueuse d’échecs au monde et la première femme iranienne à devenir maître international.

Une photo virale de Khadem participant à un tournoi au Kazakhstan sans voile a fait d’elle un symbole des manifestations antirégime en cours dans le pays.

La jeune femme de 25 ans raconte qu’on lui a demandé de justifier sa décision de ne pas se couvrir la tête pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale.

«Je n’allais pas faire cela», lance Khadem.

Bien qu’elle ne se soit auparavant couvert la tête que lors des tournois internationaux, à l’occasion de présentations et de photographies officielles, elle a commencé à trouver cela hypocrite.

«Cette fois, j’ai senti que si je faisais comme avant, je manquerais de respect au peuple», souligne-t-elle.

Ces dernières années, Khadem s’est exprimée ouvertement contre le gouvernement de son pays. En 2019, elle a fait part de son soutien à une jeune star iranienne des échecs qui avait refusé d’accepter la politique de Téhéran exigeant que les joueurs déclarent forfait lors de parties contre des adversaires israéliens.

En janvier 2020, Khadem a annoncé sa retraite de l’équipe nationale d’échecs pour protester contre l’abattage par l’Iran d’un avion commercial ukrainien, un incident qui a coûté la vie à 176 personnes.

Elle a également utilisé des hashtags pour afficher sa solidarité avec les manifestants antirégime à la suite de la mort de Mahsa Amini.

Khadem, qui se trouve toujours en Espagne avec son mari et son fils, confie que ses parents, qu’elle avait l’habitude de visiter «presque tous les jours», lui manquent.

«J’espère que je serai la seule à être tenue pour responsable de ce que j’ai fait», poursuit-elle.

«Nous sentons que nous sommes les bienvenus en Espagne, mais nous avons laissé en Iran certaines des choses les plus importantes de la vie, donc les sentiments sont mitigés», ajoute-t-elle. 

Khadem espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne, mais elle veut aussi représenter l’Iran dans les tournois en tant que joueuse individuelle, rapporte The Telegraph.

«Je suis une joueuse d’échecs. Je ne suis pas une personnalité politique. En tant que joueuse d’échecs, j’ai certaines responsabilités vis-à-vis de ce qui se passe autour de moi, mais les échecs sont ma priorité dans la vie. Je ne me vois pas comme une militante», déclare-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite condamne fermement une attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine

Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées
  • Le ministère des Affaires étrangères saoudien a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes

RIYAD: L’Arabie saoudite a fermement condamné et dénoncé une attaque israélienne dans un camp de réfugiés à Jénine, qui a entraîné la mort d’au moins neuf Palestiniens.

La journée la plus sanglante en Cisjordanie depuis des années a été marquée par une attaque dans le camp de réfugiés surpeuplé de la ville de Jénine, dans le nord du pays. Des coups de feu ont retenti dans les rues et de la fumée s’est échappée des barricades en feu.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées avant que les forces israéliennes ne se retirent en milieu de matinée.

Plus tard, l’armée israélienne a abattu un Palestinien de 22 ans dans un autre incident.

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes, réitérant son appel à la communauté internationale pour qu’elle assume ses responsabilités afin de mettre fin à l’occupation, d’arrêter l’escalade et les agressions israéliennes et de fournir la protection nécessaire aux civils.

Le ministère a également présenté les sincères condoléances du Royaume aux familles des victimes ainsi qu’au gouvernement et au peuple de Palestine, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Koweït et Oman ont eux aussi condamné l’attaque, ont rapporté leurs agences de presse nationales jeudi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com