Mondial: pour les Bleus, un élan à conserver et un tableau à éclaircir

L'attaquant français #10 Kylian Mbappe célèbre le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo par FRANCK FIFE / AFP)
L'attaquant français #10 Kylian Mbappe célèbre le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo par FRANCK FIFE / AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 30 novembre 2022

Mondial: pour les Bleus, un élan à conserver et un tableau à éclaircir

  • La presse spécialisée s'interroge mercredi sur les changements prévus par Deschamps
  • La pression est maximale sur les Aigles de Carthage avant de pénétrer dans le stade Education City, dans l'ouest de Doha

DOHA: Déjà qualifiée, la France de Kylian Mbappé a une "dynamique" à entretenir et des remplaçants à impliquer, mercredi (16h00) contre la Tunisie, avant de savoir en soirée si l'Argentine de Lionel Messi, adversaire possible en 1/8, passe au tour suivant ou à la trappe.

"Le fait d'avoir cette tranquillité-là (...) laisse un peu plus de marge. Mais il ne faut en aucun cas galvauder ce troisième match. La dynamique est importante en interne", a affirmé le sélectionneur Didier Deschamps, resté très secret sur l'étendue de sa rotation.

Des changements, "il y en aura" après les deux victoires probantes contre l'Australie (4-1) et le Danemark (2-1). "Combien? Vous ne le saurez pas et l'adversaire surtout ne le saura pas", a-t-il glissé mardi avant un entraînement à huis clos sans enseignement définitif.

La presse spécialisée s'interroge mercredi sur les changements prévus par Deschamps: "Mise en plis pour les +coiffeurs+", titre Le Parisien, reprenant le surnom ingrat attribué aux habituels remplaçants. Le quotidien L'Equipe s'attarde lui sur le "banc d'essais" des doublures, rappelant que les derniers matches sans grand enjeu des Bleus en grande compétition (0-0 en 2014, 2016 et 2018) étaient restés "oubliables, voire carrément tartes".

Le flou demeure même sur l'identité du gardien titulaire, un poste où Deschamps n'entretient d'habitude aucun mystère. Cela se jouera donc entre le capitaine Hugo Lloris qui, avec une 142e sélection, partagerait le record national de Lilian Thuram, et le vétéran Steve Mandanda qui, à 37 ans et huit mois, deviendrait le joueur le plus âgé de l'histoire des Bleus.

Mondial: Messi et Lewandowski en grand danger, qui pour défier Mbappé ?

Lionel Messi ou Robert Lewandowski à la trappe? Le Mondial pourrait perdre certaines de ses plus brillantes étoiles mercredi à l'issue d'un choc Pologne-Argentine avec vue sur les huitièmes de finale, où la France de Kylian Mbappé, déjà qualifiée, attend de connaître son adversaire.

Les jours passent et le tableau de la phase à élimination directe est en cours de remplissage, du Brésil à la France en passant par les Pays-Bas, le Sénégal, l'Angleterre et les États-Unis.

Mais, mercredi soir, il n'y aura pas de billet pour toutes les stars alignées: la confrontation Messi-Lewandowski, entre l'ancienne star du Barça et l'actuel avant-centre du club catalan, s'annonce comme un match de titans où le vaincu risque fort de prendre la porte dans le groupe C.

En Argentine, le journal Clarin résume l'enjeu de la soirée: "recréer la passion ou un triste retour à la maison".

Côté argentin comme côté polonais, on refuse néanmoins de réduire la rencontre à un duel entre deux attaquants.

"Les comparaisons ne sont pas utiles", a déclaré l'Argentin Lionel Scaloni, sélectionneur sous pression. "Lewandowski est un grand joueur. C'est un privilège et un plaisir de le voir de près. Il n'y a pas besoin de les comparer avec Messi, profitons-en."

Si la Pologne peut se contenter d'un nul pour atteindre les huitièmes de finale pour la première fois depuis 1986, l'Argentine, elle, doit gagner pour s'éviter des sueurs froides après ses débuts ratés contre l'Arabie saoudite (défaite 2-1).

La France en embuscade 

Lors de son deuxième match face au Mexique, l'Albiceleste a paru dévorée par le stress, consciente qu'un but encaissé risquait de la renvoyer à la maison très prématurément. Mais Messi est entré en scène avec un but superbe, vécu comme un immense soulagement, et les Argentins se sont finalement imposés 2-0.

Pour venir à bout de la Pologne, il faudra percer une défense qui n'a pas encore pris de but dans ce tournoi et suivre le résultat d'Arabie saoudite-Mexique. C'est à ce prix que Messi, 35 ans et en lice pour ce qui est "sûrement" son dernier Mondial, pourra continuer à caresser le rêve d'un sacre mondial qui couronnerait son immense carrière et ferait de lui l'égal de Diego Maradona.

Reste que franchir cette phase de poules n'est que le début de l'affaire pour Messi et Lewandowski.

La France de Mbappé est en embuscade: quasi assurée de finir en tête du groupe D, l'équipe tenante du titre attend de connaître son futur adversaire, qui devrait être le deuxième du groupe C.

Retrouvailles France-Argentine? 

Et les possibles retrouvailles avec l'Argentine de Messi, comme en 2018, un match référence du Mondial russe (4-3), font saliver la planète football.

Ayant réglé la question de la qualification dès son deuxième match, la France a une "dynamique" à entretenir et des remplaçants à concerner, mercredi (16h00) contre la Tunisie. Dans l'autre rencontre, le Danemark tremble avant de défier l'Australie.

Mbappé d'entrée 

De l'autre côté du terrain, la pression est maximale sur les Aigles de Carthage avant de pénétrer dans le stade Education City, dans l'ouest de Doha.

L'unique point pris en deux matches par les partenaires de Montassar Talbi les contraint à réussir l'exploit pour avoir une chance d'atteindre les huitièmes, en espérant un faux pas de l'Australie face au Danemark à la même heure.

"On a une occasion en or de se racheter, de réaliser quelque chose de grand", a souligné le défenseur de Lorient, en référence à la défaite frustrante contre les Australiens (1-0).

Pour le milieu français Aurélien Tchouaméni, la Tunisie peut s'appuyer sur "des joueurs talentueux qui sont techniques, capables de mettre beaucoup d'intensité dans leur match. Ils vont tout donner avec l'apport de leurs supporters", nombreux au Qatar.

Les Bleus en comptent beaucoup moins mais ils ont Mbappé, trois buts en deux matches, animé par la quête du trophée de meilleur buteur du tournoi.

Sera-t-il aligné d'entrée mercredi? La question peut s'étendre aux autres attaquants titulaires, d'Ousmane Dembélé à Olivier Giroud en passant par Antoine Griezmann, installé comme meneur reculé dans l’entre-jeu depuis le début du Mondial.

L'Argentine tremble 

En défense, la menace de suspension planant sur Jules Koundé, averti contre le Danemark, plaide pour une mise au repos du Barcelonais au profit de Benjamin Pavard. Après deux titularisations, Dayot Upamecano pourrait laisser sa place à l'un des nombreux défenseurs centraux de l'effectif, comme Ibrahima Konaté ou William Saliba.

L'encadrement devra aussi faire un choix pour Raphaël Varane, revenu à la compétition seulement samedi après cinq semaines à l'infirmerie. Le défenseur de Manchester United, encore à la recherche de rythme, s'est dit prêt à enchaîner.

Au-delà des cas individuels, les Bleus veulent surtout préparer au mieux le "deuxième tournoi" qui les attend à partir des huitièmes, avec un adversaire connu en fin de soirée. Il se trouvera parmi les acteurs de Pologne-Argentine et Arabie saoudite-Mexique (20h00).

Les possibles retrouvailles avec l'Albiceleste de Messi, comme en 2018, un match référence du Mondial russe (4-3), font saliver. Mais les Sud-Américains doivent battre Robert Lewandowski et sa bande pour être certains de rester en vie.

La défaite initiale 2-1 contre l'Arabie saoudite de Hervé Renard a plombé les Argentins et le spectre d'une élimination hante encore tous les esprits, malgré le rebond réussi face au Mexique (2-0).

Les Français disent eux attendre leur adversaire sans se projeter. "Les huitièmes de finale, c'est là où il y a les meilleures équipes dans la Coupe du monde. Tu n'as pas le droit de te cacher", résume Tchouaméni.


En Russie, une artiste de 77 ans présente ses pancartes pacifistes en plein conflit en Ukraine

Mme Ossipova est connue depuis plusieurs années comme une farouche opposante à la politique de Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Mme Ossipova est connue depuis plusieurs années comme une farouche opposante à la politique de Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Short Url
  • Rares sont les actions de protestation à Saint-Pétersbourg qui se déroulent sans elle
  • Interpellée à plusieurs reprises par la police, elle voit souvent ses pancartes confisquées

SAINT-PETERSBOURG: Elle est surnommée la "conscience de Saint-Pétersbourg" et s'oppose à toute guerre: Elena Ossipova, artiste peintre de 77 ans, a présenté mardi une exposition de ses pancartes pacifistes dans l'ancienne capitale impériale russe, en plein conflit en Ukraine.

Inaugurée dans les locaux de l'antenne locale du parti d'opposition Iabloko en présence d'une trentaine de personnes, l'exposition réunit 15 pancartes créées par Mme Ossipova entre 2014 et 2022.

Parmi elles figure celle intitulée "Les yeux de la conscience": on y voit le visage d'une petite fille aux grands yeux, et une phrase en bas de la pancarte, en russe et en ukrainien, "Maman, j'ai peur de la guerre".

"C'est une exposition anti-guerre, elle est tragique", commente devant son public l'artiste, que son âge oblige à s'asseoir rapidement. "C'est une repentance, même si personne chez nous ne veut se repentir pour l'instant", ajoute-t-elle.

Selon Alexandre Chichlov, responsable de l'antenne locale du parti Iabloko, toutes les œuvres de l'artiste n'ont pas pu être présentées à l'exposition, en raison des lois russes prévoyant de lourdes peines pour ceux qui diffusent de "fausses informations" sur l'armée ou tentent de la "discréditer".

Certaines pancartes "contiennent des mots pour lesquels on pourrait être obligés de payer une amende ou encourir quelque chose de pire", a-t-il expliqué.

Mme Ossipova est connue depuis plusieurs années comme une farouche opposante à la politique de Vladimir Poutine et surtout à toute sorte de conflit armé.

Elle était sortie avec une pancarte pacifiste pour la première fois en 2002, après la prise d'otages du théâtre Doubrovka de Moscou par des combattants tchétchènes.

Depuis, rares sont les actions de protestation à Saint-Pétersbourg qui se déroulent sans elle.

Interpellée à plusieurs reprises par la police, elle voit souvent ses pancartes confisquées.

Pour Sergueï, 40 ans, l'un des premiers visiteurs de l'exposition, "tant qu'il y a des gens comme Elena Ossipova, il y a de l'espoir".


Le mannequin britannique Naomi Campbell aperçu à Abu Dhabi avec sa fille

La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris. (Instagram)
La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris. (Instagram)
Short Url
  • Naomi Campbell a visité la grande mosquée cheikh Zayed avec sa fille d’un an et demi
  • La star des défilés a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris

DUBAÏ: Le mannequin britannique Naomi Campbell a été aperçu à Abu Dhabi en train de visiter la grande mosquée cheikh Zayed cette semaine.

La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris.  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Dr Naomi Campbell (@naomi)

Campbell a visité la mosquée avec sa fille. Sur certaines des photos qu’elle a partagées sur Instagram, on peut voir le mannequin debout dans l’une des salles de la mosquée, tenant les mains de sa petite fille.  

«La splendeur de la grande mosquée cheikh Zayed», a-t-elle écrit sur Instagram à ses 14 millions de followers. «Merci pour cette visite à couper le souffle», a-t-elle ajouté, remerciant les organisateurs.  

Depuis qu’elle a annoncé la naissance de sa fille en mai 2021, Naomi Campbell n’a partagé que quelques images de son enfant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Dana Hassan: art, narration et Beyrouth

L'œuvre de Dana Hassan, bien que centré autour de la figure de Beyrouth, porte en elle un message universel. (Photo fournie)
L'œuvre de Dana Hassan, bien que centré autour de la figure de Beyrouth, porte en elle un message universel. (Photo fournie)
Short Url
  • «J'ai toujours envie de déconstruire l'art»
  • La narration pour Dana Hassan précède la peinture

BEYROUTH: Les œuvres de Dana Hassan intriguent. La narration y précède le visuel. Si Beyrouth est au cœur de son travail, il n'en demeure pas moins qu'il s'en dégage une dimension universelle qui plaît énormément aux quatre coins du monde. Arab News en français a rencontré la créatrice libanaise qui vit actuellement à Chypre.

La centralité de Beyrouth

Le départ forcé de la capitale libanaise durant la guerre civile libanaise a provoqué chez Dana Hassan une déchirure à laquelle elle continue de faire écho dans son œuvre.

Après des études de commerce à l'université américaine de Beyrouth (AUB), elle complète son cursus en suivant un Bachelor of Arts (BA) en illustration et bande dessinée au sein de l'Académie libanaise des beaux-arts (Alba), car elle sent qu’il manque quelque chose dans sa vie. À Alba, ses professeurs sont contents de sa technique, «une technique basée sur l'expérimentation et la remise en question de ce que je perçois comme art. J'ai toujours envie de déconstruire l'art», précise-t-elle.

img 1
Dana Hassan. (Photo fournie)

Cette déconstruction n'est pas le fruit du hasard, mais d'un travail méticuleux. En octobre 2019, elle reçoit les honneurs de la Banque mondiale en étant sélectionnée avec quatorze autres artistes internationaux pour exposer son œuvre If Not Now, When? à Washington. Elle aime questionner les normes. Elle a ainsi demandé que son œuvre soit exposée horizontalement sur une surface plane et non suspendue verticalement. C'est grâce aux concours d’art internationaux que son nom a pu émerger de Washington jusqu'à Nicosie en passant par Londres et Venise.

Le départ forcé de la capitale libanaise durant la guerre civile libanaise a provoqué chez Dana Hassan une déchirure à laquelle elle continue de faire écho dans son œuvre.

La centralité de Beyrouth dans son œuvre s’est accentuée après l'explosion du port le 4 août 2020. «Cette explosion m'a plongée dans mon enfance et dans des blessures que je pensais enfouies à jamais.» Elle écume les rues de Beyrouth afin de mettre en lumière les tissus urbains représentés comme des strates de mémoire. La métaphore de Beyrouth en tant que mère est prégnante notamment dans la pièce Ode to a Mother exposée au Venice International Art Fair en 2020.

img 1
Beyrouth et les strates de mémoire. If Not Now, When? a été exposé au quartier-général de la Banque mondiale à Washington en octobre 2019. (Photo fournie)

La primauté de la narration

La narration est au cœur de son processus artistique. Véritable fil conducteur, elle précède la peinture et indique implicitement un mode d'expression. Lors de l'exposition baptisée «Wall Calls for Peace» au Line Contemporary Art Space à Londres, son œuvre avait pour ambition de montrer une ville qui unit les habitants sous un même toit. 

img 1
Beyrouth et le tissu urbain. Cette œuvre met en lumière tout le travail de terrain entrepris par Dana Hassan. Comme son nom l'indique Under the Same Roof vise à transformer symboliquement la capitale libanaise en un seul bâtiment. (Photo fournie)

Si son œuvre se cristallise autour de Beyrouth, le message qui en découle est universel. Elle en a fait le constat lors de la dernière exposition à laquelle elle a participé, à Nicosie. «Lors de l’exposition baptisée “Under the same roof”, les gens ont su s'identifier à mon œuvre. Ils ont considéré mon œuvre comme étant un reflet de leur propre pays.» Ses sentiments pour la capitale libanaise ont été amplifiés depuis son départ vers l'île d'Aphrodite. Elle se sent parfois comme déracinée. L'art lui permet d'exprimer ce sentiment si amer. «J'ai récemment peint un tableau dont j'ai déchiré la toile que j'ai ensuite tissée au fur et à mesure.»

La narration continue de guider son pinceau. Elle a pour projet ultérieur de participer à une œuvre collective. «Je veux peindre une toile puis passer le relais à d'autres artistes et ainsi de suite jusqu'à ce que l'œuvre devienne la propriété de toute la communauté.» Dana Hassan, une exploratrice de l'art à sa façon!