A Sandaf, des déplacés syriens craignent une nouvelle offensive turque

Des combattants syriens soutenus par la Turquie montent la garde dans la région d'al-Kraydiyeh, en première ligne avec les zones tenues par les Kurdes près de la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie (Photo, AFP).
Des combattants syriens soutenus par la Turquie montent la garde dans la région d'al-Kraydiyeh, en première ligne avec les zones tenues par les Kurdes près de la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 04 décembre 2022

A Sandaf, des déplacés syriens craignent une nouvelle offensive turque

  • En réplique à un attentat meurtrier à Istanbul, la Turquie a lancé une semaine plus tard des raids dans le nord-est de la Syrie voisine
  • Ahmad Yassine a déjà dû quitter, il y a quelques années, sa région de la province voisine d'Idleb alors en proie à des combats

SANDAF: Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Ahmad Yassine et sa famille ont été déplacés à plusieurs reprises. Aujourd'hui, la menace d'une offensive turque leur fait craindre de devoir quitter le camp boueux devenu leur maison.

"Vivre ici est difficile", explique à l'AFP cet ouvrier journalier de 34 ans, installé avec sa femme et leurs deux enfants dans le village de Sandaf, situé dans une zone de la province d'Alep (nord) contrôlée par des rebelles syriens soutenus par Ankara.

"En plus de tout ce que nous avons dû subir, la misère, le manque de travail, la pauvreté, maintenant on est de nouveau menacés d'un déplacement", ajoute-t-il.

En réplique à un attentat meurtrier le 13 novembre à Istanbul, la Turquie a lancé une semaine plus tard des raids dans le nord-est de la Syrie voisine sur des positions de combattants kurdes qualifiés de "terroristes".

Et son président Recep Tayyip Erdogan a réitéré son intention d'ordonner, "le moment venu", une offensive terrestre dans le nord syrien pour prendre le contrôle de trois zones kurdes, dont Tal Rifaat, située à moins de 10 km de Sandaf.

Ahmad Yassine a déjà dû quitter, il y a quelques années, sa région de la province voisine d'Idleb alors en proie à des combats.

Lui et sa famille ne rêvent que de "retourner sur (leurs) terres".

Les déplacés de Sandaf craignent qu'une opération turque contre les forces kurdes syriennes n'entraîne des bombardements de représailles contre leur secteur.

«La goutte»

Pendant la guerre en Syrie, les Kurdes syriens ont pris le contrôle d'une grande partie du nord-est, y instaurant une administration autonome malgré le courroux d'Ankara.

La Turquie qui déploie des soldats en Syrie a mené plusieurs opérations contre les forces kurdes et cherche à établir une zone de sécurité en territoire syrien à la frontière.

Dans le camp de Sandaf, des enfants, souvent pieds nus, jouent dans la poussière et les cailloux pendant que du linge sèche entre les tentes.

Selon Mohamed Abou Ali, 45 ans, il y a eu des bombardements sporadiques avant les dernières frappes turques, ce qui a semé "la panique et la peur" à Sandaf.

Originaire aussi d'Idleb, ce père de cinq enfants dont l'un en fauteuil roulant espère "soit une opération militaire qui nous permettra de rentrer chez nous, soit (qu')ils parviennent à un accord pour qu'on reste ici".

Une reprise du conflit "serait la goutte qui ferait déborder le vase pour des millions de personnes vivant déjà dans des conditions humanitaires désastreuses", avec le risque d'une "nouvelle vague de déplacements", a averti l'ONG Save The Children.

Sur la ligne de front avec la zone kurde de Tal Rifaat, des combattants syriens proturcs sont protégés par des sacs de sable, sous un épais brouillard.

L'un d'eux se présentant sous le nom de Youssef Abou Al-Majed, affirme avoir hâte d'en découdre, mais assure n'avoir reçu aucun ordre en ce sens.

«Feu vert»

Plus à l'est, le long de la ligne de front près de Minbej, une autre possible cible d'une éventuelle opération turque, des combattants proturcs étaient dispersés sans aucun équipement lourd, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Dans certaines zones, il n'y avait même aucun combattant visible, et dans d'autres, des rebelles se trouvaient à l'intérieur de leurs campements.

La Russie, alliée du régime syrien de Bachar al-Assad, à l'instar de l'Iran, a envoyé des troupes en renfort cette semaine dans la zone de Tal Rifaat.

Et les Etats-Unis ont exhorté la Turquie - leur alliée au sein de l'OTAN - à ne pas mener d'offensive en Syrie au risque sinon de compromettre les acquis de la guerre contre les jihadistes.

Washington soutient les forces kurdes syriennes qui sont parvenues à déloger le groupe jihadiste Etat islamique de larges portions du territoire syrien en 2019.

Si les combattants proturcs "n'ont pas le feu vert de la Turquie, ils ne peuvent pas agir seuls", dit Youssef Abou al-Majed à l'AFP. "Et si la Turquie n'a pas l'accord des Américains, des Russes et des Iraniens, elle ne peut pas lancer son opération militaire."


Trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du séisme en Turquie

Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Short Url
  • Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant en Turquie dans des centres touchés par le tremblement de terre
  • L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence

AL-MUKALLA: Les secouristes tentent désespérément de retrouver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du tremblement de terre, dans une ville du sud de la Turquie, ont annoncé mardi les autorités.

La catastrophe qui a provoqué lundi la mort de milliers de personnes en Syrie et en Turquie a également fait au moins 50 blessés yéménites et détruit leurs maisons.

Un porte-parole de l'Union des étudiants du Yémen en Turquie, Anas al-Mazabi, a affirmé à Arab News qu'une femme avait été extraite des décombres d’un immeuble alors que les secouristes poursuivaient leurs tentatives pour sauver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à Malatya, dans le sud du pays.

Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant dans des centres touchés par le tremblement de terre en Turquie.

L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence, et ont demandé aux Yéménites de signaler tout parent ou ami porté disparu.

Al-Mazabi a affirmé qu'un centre d'opérations spéciales suivait les informations et maintenait le contact avec les Yéménites piégés dans les régions dévastées par le tremblement de terre.

Une équipe de secours a été envoyée dans la province de Hatay et une équipe d'évacuation à Iskenderun, pour aider les Yéménites, a-t-il ajouté.

Les numéros d’urgence ont été submergés d'appels de Yéménites désespérés, en Turquie et au Yémen, à la recherche de parents et d'amis après que les régions touchées par le tremblement de terre ont connu des coupures d'Internet et de téléphones portables.

«Nous avons tenté de les réconforter et leur avons dit que si leurs enfants ne répondaient pas, c'est parce que les communications avaient été interrompues et que cela ne signifiait pas qu’ils se trouvaient dans une mauvaise situation», a indiqué Al-Mazabi.

Les médias officiels yéménites ont affirmé que Rashad al-Alimi, président du Conseil de direction présidentiel, ainsi que d'autres membres du conseil avaient téléphoné à l'ambassadeur du Yémen en Turquie, Mohammed Saleh, pour faire le point sur la situation des Yéménites et lui avaient demandé d'offrir toute l'aide nécessaire.

Des milliers de Yéménites, dont des politiciens, des chefs de tribus, du personnel militaire et des journalistes, ont fui vers la Turquie et les pays voisins après que les Houthis soutenus par l'Iran ont pris le contrôle du Yémen en 2014.

Des centaines d'étudiants yéménites sont inscrits dans des institutions turques à travers le pays.

Par ailleurs, Al-Alimi a réitéré l'engagement de son conseil à aider une mission de l'ONU en vue d’établir la paix au Yémen et à obtenir un accord global visant à mettre fin à la guerre.

Lors d'une réunion à Aden avec l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, Al-Alimi a appelé à une plus grande pression internationale sur les Houthis pour qu'ils se conforment aux efforts visant à mettre fin à la guerre.

Grundberg a atterri dans la ville mardi alors qu'il se lançait dans une nouvelle mission pour faire pression en vue d’un renouvellement de la trêve négociée par l'ONU qui s'est délitée en octobre, ainsi que pour persuader les factions yéménites d'adhérer à un accord de paix.

L'arrivée de l'envoyé de l'ONU au Yémen fait suite à une visite qu’il a effectuée à Riyad, où il a discuté des efforts de paix et des opérations économiques et humanitaires avec le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jasem al-Budaiwi, et l'ambassadeur saoudien au Yémen, Mohammed al-Jabir.

Les tentatives de rétablissement de la paix au Yémen ont subi un coup dur en octobre lorsque les Houthis ont refusé de prolonger la trêve négociée par l'ONU ou d'ouvrir des routes vers la ville assiégée de Taïz.

La milice a également lancé des attaques de drones contre des installations pétrolières dans le sud du Yémen pour tenter de forcer le gouvernement yéménite à partager les bénéfices provenant du pétrole et à payer les fonctionnaires dans les régions sous son contrôle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi et le prince héritier saoudiens ordonnent la mise en place d’un pont aérien après le séisme en Turquie

Des membres de l'équipe d'urgence recherchent des personnes dans un bâtiment détruit à Adana, en Turquie, le mardi 7 février 2023 (AP).
Des membres de l'équipe d'urgence recherchent des personnes dans un bâtiment détruit à Adana, en Turquie, le mardi 7 février 2023 (AP).
Short Url
  • L’aide fournie découle de la volonté des dirigeants saoudiens de soutenir les personnes touchées par le tremblement de terre dévastateur en Syrie et en Turquie, selon le superviseur général de KSrelief
  • Les équipes de recherche et l’aide humanitaire ont afflué dans les deux pays mardi

RIYAD: Le roi Salmane d’Arabie saoudite et le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ont ordonné mardi au Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane de mettre en place un pont aérien pour aider les victimes du tremblement de terre en Syrie et en Turquie.

Un tremblement de terre de magnitude 7,8 a touché la Turquie et la Syrie voisine lundi matin, provoquant la destruction de milliers de bâtiments, dont de nombreux immeubles et des hôpitaux, laissant des milliers de personnes blessées ou sans abri.

Ce pont permettra de fournir des soins de santé, des abris, de la nourriture et une assistance logistique pour atténuer les conséquences du tremblement de terre sur les populations de Syrie et de Turquie.

Le roi et le prince héritier ont également appelé à l’organisation d’une campagne de charité via la plate-forme Sahem de KSrelief.

L’aide fournie découle de la volonté des dirigeants saoudiens de soutenir les personnes touchées par le tremblement de terre dévastateur en Syrie et en Turquie, a souligné le superviseur général de KSrelief, le Dr Abdallah al-Rabeeah, ajoutant que divers aliments, abris et aides médicales seront mis à disposition pour soutenir les efforts de sauvetage.

Les équipes de recherche et l’aide humanitaire ont afflué dans les deux pays mardi, alors que les secouristes, travaillant dans des températures glaciales, fouillaient dans les décombres des bâtiments rasés par le violent tremblement de terre. Le nombre de morts a dépassé les 6 200 et on s’attend à ce qu’il augmente davantage.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les survivants «prient pour un miracle» alors que la Turquie intensifie ses efforts de sauvetage après le séisme

Mesut Hancer tient la main de sa fille de 15 ans, Irmak, décédée dans le tremblement de terre à Kahramanmaras. (Photo, AFP)
Mesut Hancer tient la main de sa fille de 15 ans, Irmak, décédée dans le tremblement de terre à Kahramanmaras. (Photo, AFP)
Mesut Hancer tient la main de sa fille de 15 ans, Irmak, décédée dans le tremblement de terre à Kahramanmaras. (Photo, AFP)
Mesut Hancer tient la main de sa fille de 15 ans, Irmak, décédée dans le tremblement de terre à Kahramanmaras. (Photo, AFP)
Mesut Hancer tient la main de sa fille de 15 ans, Irmak, décédée dans le tremblement de terre à Kahramanmaras. (Photo, AFP)
Mesut Hancer tient la main de sa fille de 15 ans, Irmak, décédée dans le tremblement de terre à Kahramanmaras. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les fortes pluies et la neige entravent les efforts visant à sauver des milliers de personnes piégées sous les décombres
  • Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a décrété l’état d’urgence pour trois mois

ANKARA: La Turquie prie pour un miracle alors que les recherches se poursuivent pour retrouver les survivants d’un violent séisme qui a dévasté les régions du sud du pays.

Les fortes pluies et la neige entravent les efforts visant à sauver des milliers de personnes piégées sous les décombres, le bilan des victimes ne cessant de s’alourdir.

Plus de 5 000 personnes ont été tuées et 15 000 autres blessées en Turquie et en Syrie voisine dans le tremblement de terre de magnitude 7,8 et la série de répliques se sont produits depuis lundi à l’aube.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a décrété l’état d’urgence pour trois mois dans les zones touchées par le tremblement de terre, le plus violent qu’ait connu le pays depuis quatre-vingts ans.

Le bilan provisoire fait état jusque-là de 3 500 morts, plus de 22 000 blessés et 6 000 bâtiments détruits. Plus de 8 000 survivants ont été retirés des décombres des bâtiments effondrés.

Les autorités estiment que le nombre de morts va continuer à augmenter.

1
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré l'état d'urgence pour trois mois. (Photo, AFP)

La Turquie a annoncé une semaine de deuil national et alloué 5,3 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) d’aide d’urgence, tandis que Turkish Airlines a transporté plus de 11 000 bénévoles dans la zone touchée par le séisme.

Des dizaines de milliers de travailleurs humanitaires et de secouristes ont été envoyés dans la zone touchée, dans le cadre de l’aide humanitaire nationale et internationale, plus de 70 nations ayant proposé leur aide.

Firat Gerger, un avocat de la province de Sanliurfa, dans le sud-est du pays, a conduit sa femme et ses enfants dans leur maison de campagne après avoir survécu au tremblement de terre, avant de retourner dans le centre-ville pour participer aux opérations de secours.

«J’ai commencé à évacuer les clients de l’hôtel que je possède dans le quartier de Haliliye à Urfa. Puis nous avons remarqué que les colonnes du bâtiment situé à côté de mon hôtel se fissuraient. Le bâtiment s’est incliné d’un côté. Nous avons rapidement entouré le bâtiment avec des cordes et éloigné les voitures voisines», raconte-t-il à Arab News

Des milliers de bâtiments se sont effondrés avec des milliers de personnes piégées à l'intérieur. (AFP)
Des milliers de bâtiments se sont effondrés avec des milliers de personnes piégées à l'intérieur. (Photo, AFP)

M. Gerger et son équipe sont passés par la fenêtre d’un cabinet vétérinaire au premier étage du bâtiment pour sauver les animaux coincés à l’intérieur.

Cependant, leurs tentatives pour faire sortir une famille de réfugiés de leur appartement situé au troisième étage se sont soldées par une tragédie lorsque le bâtiment s’est effondré peu après.

«Nous avons même jeté une pierre à leur fenêtre pour attirer leur attention», dit-il. «Le vieux bâtiment s’est effondré en quelques secondes sous un nuage de poussière comme dans un film d’horreur», ajoute-t-il.

Les réfugiés étaient les seules personnes à rester dans le bâtiment après les appels à l’évacuation. Les corps de cinq membres de la famille ont été retrouvés après l’opération de sauvetage.

Des millions de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays vivent désormais dans la région.

Selon la population locale, de nombreux bâtiments n’ont pas été construits selon les normes requises pour résister aux tremblements de terre et n’ont jamais été inspectés correctement.

De nouveaux bâtiments, même ceux construits il y a quelques mois seulement, se sont effondrés lors du séisme.

Serdar Ozsoy, un photojournaliste qui a gagné la ville portuaire d’Iskenderun hier, se trouvait dans le district de Kirikhan, dans la province de Hatay, très touché par le séisme.

«C’est l’une des régions les plus touchées. Les dégâts sont tellement étendus que les équipes de secours ne peuvent pas être organisées efficacement. Aujourd’hui, l’aide humanitaire semble bien meilleure qu’hier. J’ai vu beaucoup de tentes arriver pour accueillir les survivants, mais la pluie continue de tomber et entrave les efforts de sauvetage», indique-t-il.

Il y a eu des centaines de répliques. (AFP)
Il y a eu des centaines de répliques. (Photo, AFP)

«Le premier jour a été déterminant dans la recherche de survivants sous les bâtiments effondrés. Mais maintenant, les chances de sauver des personnes s’amenuisent, sauf en cas de miracle.»

M. Ozsoy confie qu’il a parlé à un survivant dont la maison avait été pillée alors qu’il se trouvait au cimetière pour enterrer sa mère.

«Les voleurs ont saisi une occasion en or de s’introduire dans sa maison et de voler tout ce qui était précieux», mentionne-t-il.

Des équipes de secours venues d’Ouzbékistan sont arrivées dans le district de Kirikhan mardi matin, tandis que d’autres secouristes internationaux, notamment des pays de l’Union européenne, travaillent dans toute la région.

Le Croissant-Rouge de Turquie fournit également des tentes et des couvertures, ainsi que des cuisines mobiles.

À Hatay, des milliers de survivants s’abritent dans leurs voitures par crainte de nouvelles répliques.

«Il y a un besoin urgent d’argent liquide parce qu’il n’y a ni électricité, ni distributeurs automatiques pour retirer de l’argent», précise M. Ozsoy. 

Car de nombreux survivants se sont retrouvés sans abri dans les températures glaciales. (AFP)
De nombreux survivants se sont retrouvés sans abri dans les températures glaciales. (Photo, AFP)

Dans d’autres villes, comme Gaziantep, dans le sud-est du pays, les stocks de produits de première nécessité s’épuisent.

Ugur Poyraz, secrétaire général du parti IYI, explique qu’il n’y a pas de pain car l’approvisionnement en gaz naturel de la ville a été touché par le séisme.

«Certains habitants tentent de distribuer de la soupe aux survivants avec leurs propres moyens», poursuit-il.

À Hatay, le footballeur ghanéen Christian Atsu, qui a joué 107 matches pour le club anglais de Premier League Newcastle et joue maintenant pour le club turc Hatayspor, a été tiré d’un immeuble qui s’était effondré.

Des routes endommagées, un incendie qui s’est déclaré dans le port d’Iskenderun et une piste d’aéroport bloquée ont rendu l’accès à la province de Hatay plus difficile.

Duygu Duman rapporte à Arab News que ses proches pouvaient entendre des voix sous les décombres d’un bâtiment effondré dans le centre de Hatay, où sa grand-mère et sa tante étaient piégées.

«Ma grand-mère est très âgée, elle ne peut pas attendre aussi longtemps. C’est une course contre la montre», lance M. Duman.

Un autre survivant, Ismaïl Keser, a tiré sa belle-sœur des décombres d’un immeuble de cinq étages à Antakya.

«Nous ne pouvons pas entrer dans la maison à cause des répliques sismiques. Je participe toujours aux opérations de sauvetage, mais nous n’avons plus d’espoir. C’est le chaos ici», déclare-t-il à Arab News.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com