Au procès Sarkozy en appel, l'écho lointain des écoutes téléphoniques de la ligne «Bismuth»

Des conversations de 2014 entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog ont été pour la première fois diffusées publiquement (Photo, AFP).
Des conversations de 2014 entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog ont été pour la première fois diffusées publiquement (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 07 décembre 2022

Au procès Sarkozy en appel, l'écho lointain des écoutes téléphoniques de la ligne «Bismuth»

  • Les écoutes révèlent un changement radical, sur le fond comme sur la forme
  • Nicolas Sarkozy appelle son avocat en utilisant cette fois un de ses téléphones officiels

PARIS: Des voix surgies du passé, quelques grésillements et l'ébauche, selon l'accusation, d'un pacte de corruption: des conversations de 2014 entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog ont été pour la première fois diffusées publiquement, mardi, au procès en appel de l'affaire des "écoutes".

Deux petites enceintes murales et 24 fichiers sonores ont plongé la cour d'appel de Paris dans le cœur de ce dossier de corruption et trafic d'influence: les échanges entre l'ex-président et son avocat historique sur deux lignes officieuses ouvertes début janvier 2014 sous l'alias "Paul Bismuth".

En première instance, des raisons techniques avaient empêché leur diffusion et la perspective de les entendre mardi a drainé un large public, soumis pour l'occasion à des mesures drastiques. Chaque téléphone devait être éteint et glissé dans un sac de congélation fermé, distribué à l'entrée de la cour.

De ces échanges téléphoniques se dégage la grande proximité entre M. Sarkozy et son avocat et ami de longue date - "Ca va Thierry?", "Je t'embrasse mon Thierry"- et un petit jeu entre leurs lignes téléphoniques "officieuses" et officielles.

"Réponds sur ton téléphone (officiel, NDLR), parce que... qu'on ait l'impression d'avoir une conversation", glisse M. Sarkozy le 1er février sur la ligne "Bismuth". "D'accord, je réponds maintenant? Euh... On parle de quoi ?", demande son avocat. "Rappelle-moi en disant, tu m'as appelé", ajoute l'ex-président.

Sur le fond transparaît sa préoccupation concernant un pourvoi qu'il a alors déposé devant la Cour de cassation, afin d'invalider la saisie de ses agendas présidentiels dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

Également prévenu dans ce dossier, Gilbert Azibert, alors avocat général à la Cour de cassation, aurait réussi à obtenir un avis confidentiel dans ce dossier et semble tenter de peser sur les délibérations dans un sens favorable à l'ex-président, selon ce qu'en rapporte au téléphone Me Herzog.

«J'ai été stupéfait»

L'ex-chef de l'Etat suit tout ça de près. "Gilbert, y a pas de nouvelles"?", "On n'a toujours pas de nouvelles de la Cour de cassation?", demande-t-il plusieurs fois à son avocat qui loue, en retour, les interventions de M. Azibert dans ce dossier.

"Voilà... Il a bossé hein", résume-t-il le 29 janvier.

Quelques jours plus tard, l'avocat rapporte à l'ex-président que M. Azibert convoite un poste dans la hiérarchie judiciaire à Monaco.

"Il me dit : j'ose pas demander. Peut-être qu'il faudrait que j'aie un coup de pouce. Ben, je lui ai dit tu rigoles avec ce que tu fais", dit Me Herzog.

"Non ben t'inquiète pas, dis-lui", lui répond Nicolas Sarkozy. "Appelle-le aujourd'hui en disant que je m’en occuperai parce que moi, je vais à Monaco". Un engagement qu'il réitérera le 25 février alors qu'il est en visite dans la Principauté. "Tu peux lui dire que, à midi, je ferai la démarche".

Le lendemain, les écoutes révèlent un changement radical, sur le fond comme sur la forme: Nicolas Sarkozy appelle son avocat en utilisant cette fois un de ses téléphones officiels ; son ton perd en spontanéité et il revient sur sa promesse d'user de ses réseaux pour soutenir M. Azibert.

"Alors, je t'avais dit que je le ferais. Et puis j'ai réfléchi, ça va paraître très bizarre", dit-il.

Selon les enquêteurs, ce revirement soudain serait lié au fait que M. Sarkozy et son avocat auraient appris que la ligne "Bismuth" était, elle aussi, sur écoutes, mais une enquête parallèle n'est pas parvenue à identifier une éventuelle taupe.

Une certitude: M. Azibert n'a pas décroché le poste à Monaco et la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de M. Sarkozy. Selon les prévenus, c'est la preuve que le pacte de corruption n'est qu'un "fantasme".

En fin de journée, la parole est revenue à Nicolas Sarkozy. L'ex-président s'est avancé vers la barre pour dire tout le mal qu'il pensait de ces interceptions, qu'il disait écouter "pour la première fois".

"La confidentialité entre un avocat et son client, on peut lui dire au revoir", a-t-il tonné. "En écoutant ça pendant deux heures, j'ai été stupéfait", a-t-il aussi dit, ajoutant: "J'ai senti physiquement une gêne".

Fin des débats prévue le 16 décembre.


Retraites: La réforme dans l'arène de l'Assemblée, sous la pression de la rue

La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours devant l'Assemblée nationale à Paris (Photo, AFP).
La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours devant l'Assemblée nationale à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le coup d'envoi des débats sera donné à 16H00, dans un hémicycle qui s'annonce archicomble
  • Les autres points chauds du texte se concentrent autour de la situation des femmes

PARIS: Le compte à rebours est lancé: l'inflammable projet de réforme des retraites arrive lundi devant l'Assemblée nationale pour deux semaines à haut risque, sous la pression des opposants qui organisent deux nouvelles journées de mobilisation.

Le coup d'envoi des débats sera donné à 16H00, dans un hémicycle qui s'annonce archicomble pour cette bataille autour du report de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ, réforme phare du second quinquennat d'Emmanuel Macron.

Au banc du gouvernement, le ministre du Travail Olivier Dussopt ne sera pas seul, mais entouré de collègues de Bercy pour ce texte budgétaire.

Alors que ce ministre clé est fragilisé par des soupçons de "favoritisme" dans l'attribution d'un marché public lorsqu'il était maire d'Annonay, Elisabeth Borne et la majorité présidentielle ont fait bloc autour de lui durant le week-end.

À l'approche de deux journées d'action, mardi et samedi, à l'appel de l'intersyndicale, la cheffe du gouvernement a martelé qu'avec cet âge légal à 64 ans, "nous demandons un effort collectif aux Français" mais "notre objectif est d’assurer l’avenir de notre système de retraite par répartition".

Dans une concession de dernière minute, Mme Borne a annoncé que les personnes ayant commencé à travailler entre 20 et 21 ans pourront partir à la retraite à 63 ans, par l'extension du dispositif de carrières longues - une demande des députés LR, dont les voix sont cruciales.

Ce geste sera-t-il suffisant aux yeux de la droite? Non pour Aurélien Pradié notamment, qui pointe une "tromperie" et demande d'aller plus loin pour ceux ayant commencé à cotiser tôt.

Côté syndicats non plus, on n'est pas convaincu: c'est une "rustine" qui "n'est pas la réponse" attendue "à la mobilisation massive constatée", a dénoncé Laurent Berger, le patron de la CFDT.

Déjà deux journées de grève et de manifestations, les 19 et 31 janvier, ont réuni chaque fois plus d'un million de manifestants selon la police, plus de deux millions selon les organisateurs, et la dernière a dépassé le record de participation de 2010.

Cette fois, "on a conjugué un jour en semaine et un samedi, on verra sur l'ensemble des deux jours, malgré cette période de vacances scolaires", a rappelé vendredi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Le trafic sera fortement perturbé mardi à la SNCF et la RATP, et un vol sur cinq à Orly ne sera pas assuré.

«Projet contre projet»

Lundi au Palais Bourbon, les députés LFI défendront d'emblée une demande de rejet de l'ensemble de la réforme, "brutale" et "injuste". Le vote sur leur motion pourrait donner quelques sueurs froides au camp présidentiel.

Puis le groupe RN, également contre les 64 ans, portera sa demande de référendum sur la réforme, qui a elle peu de chances d'être validée par l'Assemblée. Ceux qui ne la voteraient pas "ne pourront plus se dire d'opposition", a averti le président du parti Jordan Bardella.

Les députés s'attelleront ensuite aux quelque 20.000 amendements déposés sur le projet de loi, dont 13.000 par LFI - de "l'obstruction bête et méchante" de la part de l'alliance de gauche, étrille le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Mme Borne a dit espérer "que les oppositions retireront une partie de leurs amendements et qu'on pourra avoir un vrai débat, projet contre projet", en lieu et place des "caricatures" jusqu'alors, selon elle.

Mais ce flux d'amendements "permet de gérer un peu le tempo, accélérer, ralentir", au lieu de se laisser dicter le rythme, oppose l'insoumis François Ruffin, qui veut avec la Nupes pouvoir relayer dans l'hémicycle "la vie des gens", "la France du réel".

Les macronistes, qui ne disposent que de la majorité relative, ne sont pas à l'abri d'accidents de parcours lors de votes, comme cela s'est produit en commission la semaine dernière.

Et si l'Assemblée ne vient pas à bout des amendements d'ici le 17 février minuit, le texte pourra tout de même passer au Sénat, du fait du choix de l'exécutif de recourir à un budget rectificatif de la Sécu.

Ce temps contraint est vivement critiqué par les oppositions, qui comptent néanmoins parvenir à discuter de l'article 7 consacré au report de l'âge de la retraite.

Les autres points chauds du texte se concentrent autour de la situation des femmes, qui pourraient être perdantes avec le recul de l'âge de départ, la pénibilité ou encore l'emploi des seniors.


Le groupe Figaro, en croissance en 2022, lance sa télé et sa radio

Le Figaro veut développer "un univers audiovisuel" autour de sa marque (Photo, AFP).
Le Figaro veut développer "un univers audiovisuel" autour de sa marque (Photo, AFP).
Short Url
  • Avec la hausse des prix du papier, le quotidien et les magazines ont subi un surcoût de 15 millions d'euros
  • L'année 2023 verra le déménagement de 1.500 employés sur les près de 2.000 que compte le groupe

PARIS: Le groupe Figaro, fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 15% en 2022 et de 400.000 abonnés à son quotidien, a annoncé dimanche s'apprêter à lancer sa chaîne de télé et sa station de radio numérique.

S'il ne divulgue pas son résultat net, il précise dans un communiqué se rapprocher "de son niveau d'activité de 2019, avant la crise sanitaire", avec des revenus atteignant 570 millions d'euros et un résultat d'exploitation de 33 millions, en progression de plus de 6%.

Avec la hausse des prix du papier, le quotidien et les magazines ont subi un surcoût de 15 millions d'euros, mais la progression de leurs revenus publicitaires ont stabilisé leurs résultats.

Le groupe, présent dans les médias, les voyages, le marketing/publicité et la billetterie, réalise 60% de son chiffre d'affaires dans le numérique.

Côté journal, Le Figaro compte désormais 400.000 abonnés, dont 270.000 uniquement en version numérique.

L'année 2023 verra le déménagement de 1.500 employés sur les près de 2.000 que compte le groupe. Ils quitteront le siège pour se répartir sur deux autres sites parisiens dans les 9e et 15e arrondissements.

Des investissements d'environ 30 millions d'euros, dont le premier cette année sera consacré à l'audiovisuel pour le lancement d'une chaîne de télévision hertzienne, Le Figaro TV, et d'une station de radio numérique terrestre, Le Figaro Radio. Les contenus des deux projets seront détaillés en mars.

"Notre objectif est qu'à horizon 2026 -année des 200 ans du quotidien-, nos contenus soient présents sur tous les formats et tous les canaux de diffusion d'informations dans ce pays", expose Marc Feuillée, directeur général du groupe.

Déjà présent sur les réseaux sociaux, notamment via son média en ligne Figaro Live lancé en 2017, le Figaro veut développer "un univers audiovisuel" autour de sa marque, ce qui, au niveau publicitaire, permettra de proposer des campagnes sur tous les formats, poursuit le dirigeant.

Le groupe investira également dans ses activités éditoriales (mise en place d'un nouveau système de gestion de contenus), commerciales (refonte des outils de gestion de clientèle) et régionales dans quatre bureaux à Bordeaux, Lyon, Nantes et Nice.


Étudiante disparue à Brest: Un suspect évoque «un accident»

Héléna Cluyou, jeune élève infirmière qui aurait dû fêter ses 21 ans le 1er février, n'a plus donné signe de vie depuis dimanche 29 janvier  (Photo, La police judiciaire de Brest-Quimper).
Héléna Cluyou, jeune élève infirmière qui aurait dû fêter ses 21 ans le 1er février, n'a plus donné signe de vie depuis dimanche 29 janvier (Photo, La police judiciaire de Brest-Quimper).
Short Url
  • La jeune étudiante a-t-elle été renversée par le suspect, qui aurait ensuite dissimulé son corps?
  • Depuis une semaine, la disparition d'Héléna Cluyou donne lieu à une vive émotion dans la ville bretonne

BREST: L'enquête sur la disparition d'une étudiante de 21 ans, il y a une semaine à Brest, a connu une "accélération", a annoncé dimanche le procureur, en indiquant qu'un suspect avait évoqué une "bêtise" et un "accident" avant de tenter de se suicider.

"L'enquête a connu une accélération", a annoncé d'emblée le procureur de Brest, Camille Miansoni, en début de conférence de presse.

Confirmant des informations du quotidien régional Le Télégramme, le magistrat a raconté qu'un Brestois de 36 ans avait tenté de mettre fin à ses jours à deux reprises, vendredi et samedi, après avoir confié à des proches "avoir commis une bêtise, que sa vie était finie" et que "c'était un accident".

Héléna Cluyou, jeune élève infirmière qui aurait dû fêter ses 21 ans le 1er février, n'a plus donné signe de vie depuis dimanche 29 janvier à 5h20 du matin, à sa sortie du One Club, une discothèque du port de Brest. Elle était toujours introuvable une semaine après sa disparition.

Une image de vidéosurveillance, prise à 6h42 du matin, la montre marchant dans une rue de Brest, entre la discothèque et le domicile de ses grands-parents où elle habitait.

La jeune étudiante a-t-elle été renversée par le suspect, qui aurait ensuite dissimulé son corps? "S'agissant d'un accident, nous n'en avons pas encore la certitude. C'est une hypothèse, mais une hypothèse seulement", a souligné le magistrat.

Le véhicule du suspect a été incendié cette semaine, sans que l'on retrouve de corps à l'intérieur.

C'est le frère du suspect et la compagne de son frère qui ont prévenu les enquêteurs. Le couple avait fait le déplacement depuis Tours pour venir en aide au jeune homme, alerté par son état de détresse psychologique.

Au vu de ses aveux, ils l'ont accompagné au commissariat vendredi, mais le suspect n'a pas pu être entendu et a dû être hospitalisé.

«Affaire loin d'être élucidée»

"A ce moment-là, aucun lien n'a pu être fait entre cet accident et la disparition" d'Héléna Cluyou, selon M. Miansoni.

Mais samedi matin, "se rendant compte que leurs déclarations n'avaient sous doute pas été assez précises", le couple s'est présenté à la brigade de gendarmerie de Crozon (Finistère) pour faire le lien entre les deux affaires.

Le suspect répétait en effet "en boucle" qu'il s'agissait d'un "accident", selon leur récit. Lorsque son frère lui a demandé de quel accident il s'agissait, "à une reprise au moins, il avait  répondu: tu n'as qu'à voir ce dont on parle à Brest depuis cinq jours", a relaté le procureur.

Depuis une semaine, la disparition d'Héléna Cluyou donne lieu à une vive émotion dans la ville bretonne.

Après avoir entendu le couple, les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) se sont rendus à l'hôpital où ils ont trouvé le suspect "avec un sac plastique sur la tête", après une deuxième tentative de suicide.

Hospitalisé en réanimation, ses jours étaient en danger dimanche soir. Employé dans la restauration, il a un casier judiciaire vierge.

"Nous avons désormais des indications qui laissent penser" que cette personne "a été impliquée dans les faits de disparition sans que l'on puisse dire de quelle manière, avec qui et dans quelles circonstances", a assuré le procureur.

"Nous continuons à travailler. L'affaire est loin d'être élucidée", a ajouté le magistrat, en invitant à "garder une certaine distance" dans cette affaire.