En faisant revivre l'ancienne route de la soie, la Chine devient le premier partenaire commercial de l'Arabie saoudite

La Chine est devenue aujourd'hui le premier partenaire commercial de la région arabe (AFP).
La Chine est devenue aujourd'hui le premier partenaire commercial de la région arabe (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 09 décembre 2022

En faisant revivre l'ancienne route de la soie, la Chine devient le premier partenaire commercial de l'Arabie saoudite

  • La Chine moderne exporte des textiles, des produits électroniques et des machines vers l'Arabie saoudite et importe du pétrole brut et des matières plastiques primaires
  • Les deux pays sont bien placés pour élargir leur coopération dans l'économie circulaire du carbone, les énergies renouvelables et les industries de haute technologie

RIYAD: Les décisions prises au cours de la dernière décennie, depuis que Xi Jinping est devenu président, ont placé la Chine sur une base solide pour devenir la première puissance économique d'Asie, voire du monde. Les nombreuses réalisations du pays sont sous les feux des projecteurs alors que Xi Jinping effectue une visite d'État en Arabie saoudite en réponse à une invitation du roi Salmane.
Grâce à des réformes radicales, à un engagement diplomatique et à un développement massif des infrastructures, la Chine est aujourd'hui devenue le premier partenaire commercial de la région arabe et elle a repris son rôle historique de puissance exportatrice.
Ce qui fait de la Chine un exportateur aussi résilient, c'est la diversité des produits qu'elle fabrique – elle a délaissé l'agriculture, l'habillement et le textile au profit de l'électronique, des machines et des ordinateurs – ce qui la rend moins vulnérable à la volatilité des marchés.
L'essor de la Chine ne s'est évidemment pas fait du jour au lendemain. Au début des années 1970, la part du pays dans le commerce mondial représentait moins de 1 %. Puis, après une série de réformes visant à ouvrir l'économie, la demande d'exportations a explosé, passant de 2,31 milliards de dollars (1 dollar = 0,95 euro) en 1970 à 7,69 milliards en 1975.

xi
Les nombreuses réalisations du pays sont à l'honneur à l'occasion de la visite d'État de Xi Jinping en Arabie saoudite (Photo, SPA).

En 1985, les exportations chinoises avaient atteint une valeur de 25,77 milliards de dollars, augmentant tout au long de la décennie jusqu'en 1993, année lors de laquelle les exportations ont presque doublé en valeur en une seule année, passant de 53,36 milliards de dollars à 104,61 milliards de dollars en 1994.
La croissance s'est poursuivie après l'entrée de la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en décembre 2001, stimulant une augmentation de la valeur de 520,24 milliards de dollars sur une période de cinq ans seulement.
En 1990, la Chine se classait 14e sur la liste des principaux exportateurs mondiaux, représentant seulement 1,8 % des exportations mondiales. En 2000, elle était passée à la 7e place, avec 3,9 %, juste derrière le Royaume-Uni et le Canada.
En 2004, la Chine a dépassé le Japon en tant que troisième exportateur mondial, représentant 6,5 % des exportations mondiales. Puis, en 2007, la valeur des exportations chinoises a franchi pour la première fois le seuil de 1 000 milliards de dollars, atteignant 1 260 milliards de dollars.
Bien que la crise financière mondiale de 2008 ait brièvement ralenti la croissance des exportations chinoises, celle-ci a rapidement rebondi. En 2009, la Chine avait dépassé l'Allemagne en tant que premier pays exportateur du monde, représentant 9,6 % des exportations mondiales.
Indépendamment de la pandémie de la Covid-19, qui a émergé de la ville chinoise de Wuhan à la fin de l’année 2019, entraînant des périodes de confinement, des interdictions de voyager et un ralentissement économique mondial, les exportations de la Chine ont continué de croître, pour atteindre un montant estimé à 3 500 milliards de dollars en 2021.
La Chine et le monde arabe entretiennent des relations commerciales qui remontent à mille cinq cents ans, à l'époque de la route de la soie, lorsque les tissus chinois arrivaient par voie terrestre dans la péninsule Arabique et que l'encens et les perles arabes étaient transportés vers l’Asie orientale.
Le nom de «route de la soie» a été inventé par le géographe allemand Ferdinand von Richthofen en 1877 pour décrire les anciennes routes commerciales entre l'Asie orientale et l'Europe. Le concept d'une grande ceinture unificatrice continue d'inspirer les relations commerciales jusqu'à ce jour.
Désormais, la Chine est le premier partenaire commercial de l'Arabie saoudite. Selon l'agence de presse Reuters, le commerce bilatéral a atteint 87,3 milliards de dollars en 2021, les exportations chinoises vers le Royaume atteignant 30,3 milliards de dollars et les importations chinoises en provenance d'Arabie saoudite s'élevant à 57 milliards de dollars.
Les principales exportations de la Chine vers l'Arabie saoudite sont le textile, les appareils électroniques et les machines, tandis que la Chine importe principalement du pétrole brut et des plastiques primaires en provenance du Royaume. Au cours des dix premiers mois de 2022, les importations chinoises de pétrole saoudien ont atteint 1,77 million de barils par jour, pour une valeur de 55,5 milliards de dollars, selon les données des douanes chinoises.

 

Les exportations mondiales de la Chine

- 1970: 2,31 milliards de dollars
- 1985: 25,77 milliards de dollars
- 2000: 253,1 milliards de dollars
- 2005: 773,34 milliards de dollars
- 2010: 1,65 billion de dollars
- 2020: 2,72 billions de dollars
- 2021: 3,55 billions de dollars

Le commerce bilatéral entre l'Arabie saoudite et la Chine n'a cessé de croître après la signature d'un protocole d'accord en novembre 1988, pour atteindre 5,1 milliards de dollars en 2002, dont 1,67 milliard de dollars d'exportations et 3,43 milliards de dollars d'importations.
En octobre 1999, le président chinois de l'époque, Jiang Zemin, est devenu le premier président chinois à se rendre en Arabie saoudite, où il a signé un accord stratégique sur le pétrole avec le Royaume pour contribuer à alimenter le secteur manufacturier chinois en plein essor.
En 2000, les exportations de pétrole brut vers la Chine étaient évaluées à 1,5 milliard de dollars. En 2010, elles valaient bien plus de 25 milliards de dollars. En 2022, Aramco a investi dans un complexe de raffinage et de pétrochimie de 10 milliards de dollars en Chine – le plus gros investissement saoudien dans le pays.
En septembre 2013, Xi Jinping a annoncé le lancement de l'initiative «La Ceinture et la Route» – anciennement connue sous le nom de «One Belt, One Road» et souvent appelée «Nouvelle Route de la soie» – lors d'une visite officielle au Kazakhstan.
L'initiative vise à relier les marchés et les usines d'Asie orientale à ceux d'Europe via un vaste réseau logistique et numérique traversant l'Asie centrale, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, dans une réinvention moderne de l'ancienne route de la soie.

chine
Les exportations de la Chine n'ont cessé de croître, atteignant un montant estimé à 3,55 trillions de dollars en 2021 (Photo, AFP).

Considérée comme la pièce maîtresse du programme de politique étrangère de Xi Jinping, l'initiative «La Ceinture et la Route» est une stratégie mondiale de développement des infrastructures, qui investit dans cent quarante-neuf pays et organisations internationales, et qui a été comparée au plan Marshall américain de la fin des années 1940.
Cette initiative, qui a été intégrée à la Constitution chinoise en 2018, a une date d'achèvement cible de 2049, destinée à coïncider avec le 100e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine.
L'initiative chinoise «La Ceinture et la Route» partage le même objectif de stimuler l'interconnexion par la coopération en matière d'énergie, de commerce, d'investissement et de technologie que le programme de réforme sociale et de diversification économique de l'Arabie saoudite initié en 2016 par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, baptisé «Vision 2030».
Outre l'énergie, la technologie et le développement durable, la logistique est un autre domaine de coopération émergent entre les deux pays. Le marché des services de messagerie, d'express et de colis du Royaume devrait croître au cours des cinq prochaines années, offrant à l'initiative «la Ceinture et la Route» une source précieuse d'infrastructures de transport.
Des entreprises saoudiennes comme Ajex et son service international de commerce électronique express cherchent des moyens d'améliorer les échanges entre la Chine, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et le Moyen-Orient au sens large, afin de répondre à la demande de commerce transfrontalier.
En travaillant ensemble, les diplomates et les chefs d'entreprise affirment que l'Arabie saoudite et la Chine sont bien placées pour étendre leur coopération dans l'économie circulaire du carbone, l'énergie hydrogène, les énergies renouvelables et une foule d'autres industries durables et de haute technologie.
En 2019, Chen Weiqing, ambassadeur de Chine en Arabie saoudite, avait déclaré que l'initiative «la Ceinture et la Route» de son pays était parfaitement compatible avec le programme Vision 2030 du Royaume, soulignant les intérêts communs des deux gouvernements et leur volonté de collaborer.
«La Chine et le Royaume font partie des principales forces du dialogue entre les civilisations», avait souligné l’ambassadeur à l'époque dans un article d'opinion pour Arab News. «La coopération entre la Chine et le Royaume jouit des caractéristiques de la stratégie, de l'harmonie et de l’intérêt mutuel.»
À l’occasion de la réunion de l'Association d'amitié sino-arabe en 2021, Mohammed al-Ajlan, président du Conseil d'affaires saoudo-chinois, avait signalé que plus d'une douzaine d'investisseurs chinois avaient exprimé leur intérêt pour divers projets d'infrastructure saoudiens.
«La coopération économique et financière entre les pays arabes et la Chine a connu un développement clair dans le processus de consolidation des relations commerciales et d'investissement», avait déclaré à l’époque M. Al-Ajlan dans un communiqué.
«Nous sommes impatients de déployer davantage d'efforts dans le but de soutenir les échanges commerciaux et les investissements conjoints en tirant parti des opportunités accessibles dans tous les pays», avait-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc: Société Générale cède sa filiale à une holding marocaine pour 745 millions d'euros

Short Url
  • Le groupe bancaire français Société Générale a annoncé vendredi avoir signé pour 745 millions d'euros un contrat de cession de ses parts de Société Générale Maroc à la holding marocaine Saham
  • Saham "reprendrait ainsi la totalité des activités opérées" par Société Générale Maroc, ainsi que celles de la compagnie d'assurance La Marocaine Vie

PARIS: Le groupe bancaire français Société Générale a annoncé vendredi avoir signé pour 745 millions d'euros un contrat de cession de ses parts de Société Générale Maroc à la holding marocaine Saham.

Saham "reprendrait ainsi la totalité des activités opérées" par Société Générale Maroc, ainsi que celles de la compagnie d'assurance La Marocaine Vie, que la Société générale détenait via sa filiale d'assurance Sogecap, a indiqué la direction dans un communiqué.

L'ensemble des salariés seront également repris par Saham, un empire de l'assurance, des métiers de l'offshoring (délocalisation) et de la finance au Maghreb et en Afrique, fondé par l'ex-ministre marocain de l'Industrie, le milliardaire Moulay Hafid Elalamy.

Société Générale a commencé à se désengager en Afrique. En décembre et en janvier, elle a vendu deux de ses filiales au Congo et au Tchad et elle est en cours d'exécution de cessions de ses filiales en Guinée Equatoriale et au Burkina Faso.

Le groupe Société Générale, qui a une présence ancienne en Afrique, entend par ces ventes "façonner un modèle simplifié, plus synergétique et performant."

Elle rejoint un mouvement lancé par d'autres groupes bancaires, comme Barclays ou BNP Paribas, qui ont cédé plusieurs de leurs filiales africaines ces dernières années.

La stratégie de simplification du portefeuille d'activités s'inscrit dans la feuille de route stratégique de Société Générale, dont le bénéfice net a bondi à 2,5 milliards d'euros en 2023. Jeudi, elle avait annoncé avoir signé un protocole de vente au groupe bancaire BPCE de ses activités de financements de biens d'équipements pour les entreprises regroupées dans SGEF, pour un montant de 1,1 milliard d'euros.


Des milliards de dollars de fraude au Vietnam: la patronne d'un géant de l'immobilier condamnée à mort

La magnate vietnamienne de l'immobilier Truong My Lan (au centre) au tribunal à Ho Chi Minh ville le 11 avril 2024. (Photo AFP)
La magnate vietnamienne de l'immobilier Truong My Lan (au centre) au tribunal à Ho Chi Minh ville le 11 avril 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • Truong My Lan est condamnée pour avoir escroqué environ 42.000 personnes entre 2012 et 2022, via un montage d'obligations transitant par la SCB, détenue à plus de 90% par son groupe, avec la complicité de fonctionnaires de la supervision bancaire
  • Selon le parquet, le total des dommages causés par l'escroquerie s'élevait désormais à 27 milliards de dollars (25 millions d'euros), soit l'équivalent de 6% du PIB du pays en 2023

HO CHI MINH-VILLE, Vietnam : La dirigeante d'un géant de l'immobilier a été condamnée à la peine de mort dans une affaire de fraude dont les dommages ont été estimés par le parquet à 25 milliards d'euros au total, le plus grand scandale financier qu'ait connu le Vietnam.

Les actions de Truong My Lan, patronne du conglomérat Van Thinh Phat, accusée d'avoir escroqué des fonds de la Saigon Commercial Bank (SCB) pendant une décennie, «ont érodé la confiance des gens dans la direction du Parti (communiste) et de l'Etat», a estimé le jury, selon les médias d'Etat, lors du procès qui s'est tenu dans un tribunal de Hô Chi Minh-Ville (sud).

Mme Truong a été reconnue coupable de corruption, détournement de fonds et violation de la loi bancaire. La femme d'affaires a nié son rôle et rejeté la faute sur ses subordonnés.

Au cours d'un procès XXL qui a duré environ un mois, Mme Truong et 85 autres prévenus ont comparu pour répondre aux interrogations et à la colère de milliers d'épargnants lésés qui ont perdu leurs fonds presque du jour au lendemain.

La liste des accusés comprenait des anciens fonctionnaires de la banque centrale, des ex-membres du gouvernement ainsi que des dirigeants de la banque impliquée dans le montage frauduleux, la Saigon Commercial Bank (SCB), sur fond de purge anticorruption orchestrée depuis plusieurs années par le pouvoir communiste visant les hautes sphères politiques et économiques.

La peine de mort n'avait été requise par le procureur que contre Mme Truong considérée comme le cerveau de l'opération.

- «Peu de connaissances» -

Au moment de sa dernière prise de parole en public, lors des audiences, elle a confessé avoir pensé au suicide. «Dans mon désespoir, j'ai pensé à la mort», a-t-elle déclaré, dans des propos rapportés par Tuoi Tre, un journal d'Etat.

«Je suis tellement en colère d'avoir été assez stupide pour m'être impliquée dans un secteur aussi difficile (la banque) pour lequel je n'avais que peu de connaissances», a-t-elle assuré.

Truong My Lan est condamnée pour avoir escroqué environ 42.000 personnes entre 2012 et 2022, via un montage d'obligations transitant par la SCB, détenue à plus de 90% par son groupe, avec la complicité de fonctionnaires chargés de superviser le secteur bancaire.

Elle a été arrêtée en octobre, accusée d'avoir détourné 304.000 milliards de dongs, soit 11,5 milliards d'euros, qui auraient alimenté son train de vie luxueux et servi à la corruption.

Mais le parquet a affirmé jeudi que le total des dommages causés par l'escroquerie s'élevait désormais à 27 milliards de dollars (25 millions d'euros), soit l'équivalent de 6% du PIB du pays en 2023.

Le procès a révélé certaines combines, comme un pot-de-vin d'environ cinq millions d'euros en liquide dissimulé dans des boîtes de Styrofoam, un isolant thermique habituellement utilisé pour le transport de fruits ou de fruits de mer.

La destinataire, ancienne responsable chargée de l'inspection au sein de la banque centrale, a assuré avoir refusé le paquet, tendu par l'ancien président de la SCB. Ce dernier a affirmé de son côté ne pas l'avoir repris après l'avoir donné, selon un média d'Etat.

Les procureurs ont aussi fait état de plus d'un millier de propriétés confisquées à Mme Truong.

- Dispositif policier -

L'ampleur du scandale a poussé des centaines de personnes à manifester dans la capitale Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville, dans une inhabituelle expression de colère collective tolérée dans le pays communiste.

Mercredi, un important dispositif policier s'est déployé devant le siège de la banque centrale à Hanoï, lieu de précédents rassemblements.

Faute de transparence et de régulation efficace, le système bancaire vietnamien laisse la porte ouverte à de puissants acteurs privés qui peuvent imposer leurs intérêts au détriment des épargnants.

Ces dernières années, le régime communiste a accéléré sa campagne anticorruption. Au nom de cette politique, plus de 4.400 personnes, dont des anciennes stars du monde des affaires et des ministres déchus, ont été poursuivies dans plus de 1.700 affaires depuis 2021.

Le recours à la peine capitale est monnaie courante au Vietnam pour des affaires de stupéfiants, mais demeure rare pour des délits ou crimes économiques.

Les statistiques sur son application sont classées secret d'Etat, mais Amnesty International estime que de «nombreuses» exécutions ont lieu chaque année, de l'ordre de plusieurs dizaines par an.


Les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit vont aggraver l'inflation britannique, selon une étude

Un partisan anti-Brexit tient une pancarte lors d'un rassemblement à l'extérieur du Palais de Westminster, qui abrite les Chambres du Parlement, dans le centre de Londres, le 31 janvier 2024, alors que les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit entrent en vigueur. (Photo Justin Tallis AFP)
Un partisan anti-Brexit tient une pancarte lors d'un rassemblement à l'extérieur du Palais de Westminster, qui abrite les Chambres du Parlement, dans le centre de Londres, le 31 janvier 2024, alors que les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit entrent en vigueur. (Photo Justin Tallis AFP)
Short Url
  • Ces nouveaux contrôles aux frontières «devraient faire grimper le prix des produits agricoles importés de l'Union européenne (UE) de 2 milliards de livres» (2,34 milliards d'euros) par an, ce qui gonflera «l'inflation britannique de 0,2 point de pourcenta
  • Londres avait reporté à cinq reprises certaines formalités et contrôles des importations, de peur de pénaliser une économie déjà atone et d'alimenter l'inflation

LONDRES : Les nouveaux contrôles douaniers post-Brexit, qui doivent entrer en vigueur le 30 avril pour de nombreuses marchandises arrivant au Royaume-Uni en provenance de l'UE, coûteront deux milliards de livres aux entreprises et aggraveront l'inflation britannique, selon une étude publiée jeudi.

Ces nouveaux contrôles aux frontières «devraient faire grimper le prix des produits agricoles importés de l'Union européenne (UE) de 2 milliards de livres» (2,34 milliards d'euros) par an, ce qui gonflera «l'inflation britannique de 0,2 point de pourcentage», d'après cette étude de l'assureur Allianz Trade.

L'inflation britannique, qui atteignait 3,4% sur un an en février, a nettement ralenti depuis son pic à plus de 11% fin 2022, mais elle reste la plus élevée du G7.

Depuis l'entrée en vigueur effective du Brexit en janvier 2021, l'UE a mis en place des contrôles renforcés pour les marchandises en provenance du Royaume-Uni.

De son côté, Londres avait reporté à cinq reprises certaines formalités et contrôles des importations, de peur de pénaliser une économie déjà atone et d'alimenter l'inflation.

Fin janvier, des certificats sanitaires et phytosanitaires sont devenus obligatoires, notamment pour certains produits d'origine animale ou végétale de «risque moyen». Fin avril, des contrôles physiques entreront en vigueur.

Parmi les produits concernés par les nouvelles formalités au passage de la Manche figurent certains fromages, beurres ou crèmes, saucisses, jambon ou charcuterie, mais aussi certaines fleurs coupées, racines ou tubercules.

Le gouvernement avait reconnu en janvier que ces changements pourraient se traduire par des coûts supplémentaires de 330 millions de livres (386 millions d'euros) par an sur les importations depuis l'UE, mais assurait que cela n'aurait pas d'impact significatif sur l'inflation alimentaire.

Allianz Trade estime pour sa part que ces coûts se chiffreront en milliards et prévient que «les exportateurs de l’UE répercuteront (au moins une partie de) ces coûts supplémentaires sur leurs clients britanniques». «Les produits laitiers, la viande et le poisson» seront les produits les plus touchés, souligne l'assureur.

Cependant, cet impact sur l'inflation «sera atténué», car une autre politique du gouvernement britannique suspend en parallèle certains droits «sur des marchandises non couvertes par des accords de libre-échange», ce qui «réduira les coûts d'importation de 7 milliards de livres et par conséquent l'inflation de 0,6 point de pourcentage», remarque Allianz Trade.

Le gouvernement britannique met en effet en place, à partir de jeudi, pour un peu plus de deux ans, des suspensions de certains droits d'importation sur 126 produits non-fabriqués, ou en quantités insuffisantes, sur le territoire britannique, dans des secteurs comme la chimie, l'automobile ou l'agroalimentaire.