Comment les entreprises saoudiennes peuvent-elles profiter de la dynamique créée par la visite de Xi Jinping?

Près de trente-cinq accords initiaux entre les deux pays ont été signés. (SPA)
Près de trente-cinq accords initiaux entre les deux pays ont été signés. (SPA)
Short Url
Publié le Vendredi 09 décembre 2022

Comment les entreprises saoudiennes peuvent-elles profiter de la dynamique créée par la visite de Xi Jinping?

  • Le président du Conseil des chambres saoudiennes salue le rôle de la Chine dans les mégaprojets du Royaume
  • Le commerce bilatéral entre l'Arabie saoudite et la Chine s'est établi à 95,46 milliards de dollars entre janvier et octobre 2022

RIYAD: Ajlan ben Abdelaziz al-Ajlan, président du Conseil des chambres de commerce saoudiennes, a transmis les salutations de la communauté des affaires du pays au président chinois, Xi Jinping, qui est arrivé au Royaume mercredi pour une visite de trois jours.
M. Al-Ajlan a salué l'amélioration constante des liens entre l'Arabie saoudite et la Chine, à la lumière de la forte volonté politique et du partenariat stratégique entre les deux pays amis, notamment sur le plan économique.
S'adressant à Arab News, Ajlan ben Abdelaziz al-Ajlan déclare que les deux pays ont des relations historiques et économiques solides, la Chine étant le premier partenaire commercial du Royaume.
Il exhorte la communauté des affaires à profiter de la dynamique créée par la visite de Xi Jinping pour faire avancer les accords commerciaux et les investissements en Arabie saoudite et en Chine.
Xi Jinping doit rencontrer des dirigeants saoudiens et arabes au cours de sa visite dans le Royaume. Trois sommets auront lieu pendant son séjour: le sommet saoudo-chinois, le sommet Golfe-Chine de Riyad pour la coopération et le développement, et le sommet arabe-Chine de Riyad pour la coopération et le développement.

Xi
Xi Jinping, qui a été reçu jeudi par les dirigeants saoudiens, doit également rencontrer des dirigeants arabes au cours de sa visite dans le Royaume. (SPA)

Cette visite reflète le désir des dirigeants de l'Arabie saoudite et de la Chine de renforcer les liens, d'améliorer les partenariats stratégiques et de réaliser le potentiel politique et économique dans les domaines d'intérêt commun.
Près de trente-cinq accords initiaux entre les deux pays, pour un montant de plus de 110 milliards de riyals saoudiens (29,3 milliards de dollars: 1 dollar = 0,95 euro), ont été signés au cours de la visite présidentielle, ainsi qu'un accord de partenariat stratégique et un plan visant à harmoniser la mise en œuvre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite avec l'initiative chinoise «Belt and Road» («Nouvelle Route de la soie»).
Le volume du commerce bilatéral a augmenté de 37 % en 2021 pour atteindre 81,14 milliards de dollars, l'Arabie saoudite représentant près de 26 % du commerce extérieur total de la Chine avec les pays arabes.

commerce
Le volume du commerce bilatéral a augmenté de 37 % en 2021 pour atteindre 81,14 milliards de dollars. (SPA)

Le président du Conseil des chambres de commerce saoudiennes souligne que le Royaume est le plus grand partenaire commercial de la Chine en Asie occidentale et en Afrique du Nord, l'importation et l'exportation de marchandises entre les deux pays de janvier à octobre 2022 s'élevant à 95,46 milliards de dollars, ce qui reflète la force et la diversité du commerce entre les deux pays.
M. Al-Ajlan salue le rôle joué par les entreprises chinoises dans le Royaume et leur implication dans plusieurs mégaprojets saoudiens qui ajoutent de la valeur à l'économie du Royaume.
Il indique que l'harmonisation de l'initiative chinoise «Belt and Road» avec la Vision 2030 de l'Arabie saoudite permettra d'exploiter la situation stratégique du Royaume pour en faire un centre logistique mondial.

ajlan
Ajlan ben Abdelaziz Al-Ajlan, président du Conseil des chambres de commerce saoudiennes. (Fourni)

Ajlan ben Abdelaziz Al-Ajlan affirme qu'il existe d’importantes possibilités d'investissement dans le Royaume pour la Chine, notamment dans les projets d'infrastructure, ainsi que dans le renforcement de la coopération économique par le biais de blocs régionaux et internationaux tels que le Conseil de coopération du Golfe (CCG), le Groupe des vingt (G20) et d'autres.
Il déclare que l'optimisation de cette relation ferait des deux nations une puissante force économique combinée, basée sur des cadres institutionnels solides.
M. Al-Ajlan souligne que les accords de coopération en matière d'investissement conclus dans le cadre du Comité mixte saoudo-chinois et du Conseil des affaires saoudo-chinois, qui travaille sous l'égide du Conseil des chambres de commerce saoudiennes, jouent un rôle important dans le développement des investissements et du commerce entre les secteurs commerciaux des deux nations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Conférence Leap: Les ambitions technologiques saoudiennes à l'honneur

Conférence Leap: Les ambitions technologiques saoudiennes à l'honneur
Short Url
  • Plus de 100 000 innovateurs, investisseurs et experts du monde entier se retrouveront à Riyad pour participer à l'événement de quatre jours
  • La conférence Leap coïncide avec DeepFest, un événement saoudien sur l'intelligence artificielle

RIYAD: L'intelligence artificielle, l'économie numérique et les métavers numériques sont sans doute des termes que les amateurs de technologie pourraient entendre lors d'une conférence à Séoul ou dans la Silicon Valley. Mais cette semaine, c'est à Riyad, la capitale saoudienne, que les avancées de demain seront à l'honneur.
Du 6 au 9 février, plus de 100 000 innovateurs et experts en matière de technologie se réuniront pour la deuxième conférence Leap, une plate-forme mondiale pour les professionnels de la technologie provenant des quatre coins du monde.
Parallèlement à la conférence Leap se tiendra DeepFest, le premier événement sur l'intelligence artificielle organisé par l'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence artificielle. Ces deux événements témoignent de la volonté du Royaume de se positionner parmi les pays les plus avancés en matière de nouvelles technologies.
Selon l'agence de presse saoudienne, RIyad prévoit de consacrer plus de 24 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) à diverses technologies d'ici 2025.

Investir pour former les employés du secteur public à l'utilisation des données permet d'améliorer leur efficacité (Photo fournie).

Lors de l'édition précédente de la conférence Leap, le ministre saoudien des Communications et des Technologies de l'information, Abdullah al-Swaha, a annoncé que le Royaume allait investir 6,4 milliards de dollars dans les technologies et l'entrepreneuriat afin de consolider sa position de première économie numérique de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord.
La croissance de l'industrie technologique saoudienne, conformément aux objectifs de la Vision 2030, permet au Royaume de diversifier son économie en s'éloignant des revenus du pétrole et du gaz.
Selon le rapport de 2022 d'Economist Intelligence, l'Arabie saoudite a été l'économie à la croissance la plus rapide dans le monde en 2022, «dépassant les géants asiatiques que sont la Chine, l'Inde, l'Indonésie et la Corée du Sud, mais aussi le G7 qui connaît des difficultés tout comme d'autres grandes économies émergentes».


Electricité nucléaire pour ses concurrents: EDF prend acte de la confirmation en justice

Le logo d'EDF (Photo, AFP).
Le logo d'EDF (Photo, AFP).
Short Url
  • Devant le Conseil d'État, EDF avait qualifié cette mesure d'aide d'État, estimant qu'elle aurait dû être notifiée à l'Europe
  • La juridiction administrative avait été saisie par EDF et des organisations de salariés et d'actionnaires

PARIS: EDF a "pris acte" dimanche soir de l'arrêt du Conseil d’État, qui a jugé légale la décision du gouvernement d'obliger le groupe à vendre davantage d'électricité bon marché en 2022 à ses concurrents pour contenir la facture des Français.

La juridiction administrative avait été saisie par EDF et des organisations de salariés et d'actionnaires.

Les requérants demandaient l'annulation d'un décret de mars 2022 prévoyant le relèvement du plafond de l'Arenh ("Accès régulé à l'électricité nucléaire historique"), un mécanisme permettant aux concurrents d'EDF d'acheter une partie de sa production d'électricité nucléaire à bas prix.

"EDF prend acte de la décision du Conseil d’État", a réagi le groupe dans un communiqué dimanche.

"La procédure indemnitaire engagée par EDF devant le Tribunal administratif de Paris pour obtenir la réparation intégrale par l’État des préjudices subis par EDF (...) se poursuit", ajoute-t-il.

Le gouvernement avait décidé de relever de 100 à 120 térawattheures (TWh) l'Arenh attribué pour 2022 aux concurrents d'EDF, qui depuis réclame une indemnité de plus de 8 milliards d'euros.

Devant le Conseil d'État, EDF avait qualifié cette mesure d'aide d'État, estimant qu'elle aurait dû être notifiée à l'Europe.

Mais pour la juridiction, "cette mesure est conforme" car elle "ne crée pas un nouveau dispositif, mais a seulement augmenté le volume global maximal d'électricité susceptible d'être cédé".

Ce relèvement "répond aux objectifs de la loi de 2010 — garantir le libre choix du fournisseur et la stabilité des prix —, et n'est pas excessif pour les atteindre compte tenu du contexte exceptionnel" de hausse des prix de l'énergie, ajoutait le Conseil d'État, dans sa décision annoncée vendredi.


Risques de pénuries suite aux sanctions contre la Russie, avertit le ministre saoudien de l'Energie

Le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman. (AFP/File)
Le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman. (AFP/File)
Short Url
  • Le prince Abdelaziz ben Salman a déclaré que l'Arabie saoudite œuvrait, pour sa part, à l'envoi de gaz de pétrole liquéfié en Ukraine, le GPL étant le plus souvent utilisé comme combustible de cuisson et pour le chauffage
  • «Toutes ces soi-disant sanctions, embargos, manque d'investissements, se traduiront par une seule et unique chose : une pénurie d'approvisionnement en énergie de toutes sortes au moment où l'on en a le plus besoin», a averti le ministre

RIYAD : L'UE ayant imposé une série de sanctions contre la Russie, réduisant les exportations d'énergie russe, et d'autres puissances occidentales ayant également pris des mesures similaires dans le but de limiter davantage la capacité de Moscou à financer sa guerre en Ukraine, on ne peut que s’interroger sur l'impact de ces mesures commerciales sur le marché de l'énergie.

«Toutes ces soi-disant sanctions, embargos, manque d'investissements, se traduiront par une seule et unique chose : une pénurie d'approvisionnement en énergie de toutes sortes au moment où l'on en a le plus besoin», a averti samedi le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman.

Le prince a également déclaré que l'Arabie saoudite œuvrait, pour sa part, à l'envoi de gaz de pétrole liquéfié en Ukraine. Le GPL est le plus souvent utilisé comme combustible de cuisson et pour le chauffage.

Interrogé sur les leçons à tirer de la dynamique du marché de l'énergie en 2022, le prince Abdulaziz a déclaré que la plus importante était que le reste du monde fasse "confiance à l'OPEP+".

«Nous sommes un groupe de pays responsables, nous prenons les questions politiques relatives à l'énergie et aux marchés pétroliers de manière globale et nous ne nous engageons pas dans des questions politiques", a déclaré le prince.

L'OPEP+, une alliance qui comprend des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et d'autres pays, dont la Russie, a convenu l'année dernière de réduire son objectif de production de 2 millions de barils par jour, soit environ 2 % de la demande mondiale, à partir de novembre et jusqu'à la fin de 2023, afin de soutenir le marché.

Un groupe d'experts de l'OPEP+ qui s'est réuni mercredi dernier a entériné cette décision et le principal message tout au long de la réunion était que le groupe maintiendrait le cap jusqu'à la fin de l'accord.

Le prince Abdelaziz a en outre réaffirmé que l’Arabie saoudite resterait prudente quant à l'augmentation de la production de pétrole, même si plusieurs analystes de premier plan affirment que la hausse de la demande déclenchera bientôt un bond des prix, rapporte Bloomberg.

«Je le croirai quand je le verrai et j'agirai ensuite», a-t-il ajouté.

Le ministre saoudien de l'Energie a par ailleurs déclaré que la décision prise par l'OPEP+ en octobre de réduire la production de 2 millions de barils par jour s'était avérée correcte. 

«Si les gens nous avaient fait confiance à l'époque, nous n'aurions pas subi les trépidations qui se sont produites», a-t-il déclaré, faisant référence à une flambée des prix à près de 100 dollars le baril après que l'OPEP+ a annoncé sa décision.