Archéologie: La longue histoire de coexistence religieuse dans le Golfe arabique

Un ancien site monastique chrétien sur l'île de Siniyah, au large d'Umm Al-Quwain, aux Émirats arabes unis a été découvert (Photo, Reuters).
Un ancien site monastique chrétien sur l'île de Siniyah, au large d'Umm Al-Quwain, aux Émirats arabes unis a été découvert (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 13 décembre 2022

Archéologie: La longue histoire de coexistence religieuse dans le Golfe arabique

  • Les premières preuves de l'occupation chrétienne – des fragments de croix en plâtre – ont été déterrées en 1994 au large d'Abu Dhabi
  • Il existe suffisamment de preuves attestant de l'existence du christianisme sur les côtes du Golfe depuis au moins le IVe siècle de notre ère

LONDRES: En février 1986 un jeune homme de Jubail, dans la province orientale de l'Arabie saoudite, décide de tester son nouveau 4x4 sur les dunes à l'ouest de la ville côtière. Très vite, il fait deux découvertes surprenantes.

La première, c'est que ni lui ni son nouveau véhicule ne sont adaptés aux dunes, car l'homme et la machine se retrouvent vite coincés dans le sable.

Mais ce n’est pas tout : «en creusant, il découvre qu'il se trouvait au sommet d'un mur enseveli sous le sable», raconte un article publié dans la revue Arabian Archaeology and Epigraphy en 1994.

Bien que le jeune homme ignore la nature de sa découverte, il comprend qu'il s'agit sans doute d'une construction ancienne. Après avoir libéré son véhicule et être retourné à Jubail, il prévient les autorités de sa trouvaille.

Il s’agit là des vestiges d'une église chrétienne longtemps enfouie sous le sable.

Les archéologues qui ont ensuite fouillé le site découvrent une cour ouverte d'environ 20 mètres de long, entourée de murs et de portes menant à trois salles.

Bien que le christianisme ait entamé son déclin avec la montée de l'islam, les chrétiens n’étaient pas considérés comme des étrangers à cette époque (Photo, Département d'archéologie et de tourisme Umm al-Quwain).

La pièce centrale, à l'extrémité est de la structure, est identifiée comme étant le sanctuaire où se trouvait l'autel. La pièce au nord rassemblait le pain et le vin pour le rituel chrétien de l'Eucharistie. Au sud se trouvait la sacristie, où étaient conservés les vases sacrés et les robes du prêtre.

Tous les murs étaient recouverts de plâtre, dans lequel figurent les empreintes de quatre croix, symbole distinctif du christianisme, d'environ 30 centimètres de haut chacune.

Plusieurs colonnes de pierre sont restées intactes, de même qu'une paire de frises décoratives en plâtre, représentant un motif de fleurs reliées par des vignes.

Il ne s’agit donc pas d'une église ordinaire. Les archéologues la situent au IVe siècle apr. J.-C., soit environ 300 ans avant l'arrivée de l'islam, et estiment qu'elle fait partie des plus anciennes églises chrétiennes connues dans le monde.

Cette découverte n'était qu'une petite pièce d'un puzzle historique qui, depuis, a été pratiquement achevé, reconstituant l'image d'une époque où deux religions, l'islam et le christianisme, coexistaient sur les rives du Golfe arabique.

Aujourd'hui, 36 ans après la découverte de ce jeune Saoudien, une autre pièce importante a été ajoutée au puzzle grâce aux travaux de fouille qui ont permis de découvrir un monastère chrétien sur l'île de Siniyah, au large de la côte d'Umm Al-Quwain, aux Émirats arabes unis.

Grâce à des poteries et à la datation au carbone de restes organiques trouvés dans les fondations du complexe, le monastère est estimé appartenir à une période comprise entre 534 et 656 apr. J.-C., soit la période de vie du prophète Mahomet, né vers 570 et mort en 632.

Le site semble avoir été abandonné au cours du VIIIe siècle, non pas à la suite d'un conflit entre les deux religions, mais en raison d'un conflit interne à l'islam, estiment les archéologues.

«Les murs ont fini par s'effondrer, et les sables emportés par le vent se sont déplacés sur eux, laissant des monticules bas avec des débris de construction, ainsi que des poteries, du verre et des pièces de monnaie visibles à la surface», explique Tim Power, professeur associé d'archéologie à l'université des Émirats arabes unis à Al-Ain et codirecteur du projet d'archéologie de l'île de Siniyah.

Selon M. Power, c'est une erreur de supposer que les chrétiens du Golfe à l'époque de la montée de l'islam étaient des étrangers (Photo, Département d'archéologie et de tourisme d'Umm al-Quwain).

«Mais il n'y a absolument aucune preuve de destruction, ou d'endommagement délibéré du site. Nous avons même le pied du calice en verre utilisé pour la distribution de l'Eucharistie, trouvé à son emplacement d'origine, et le bol pour mélanger le vin de l'Eucharistie, également in situ

«On a vraiment l'impression qu'ils se sont levés un jour et qu'ils sont partis», ajoute M. Power.

M. Power estime que le site a été abandonné non pas du fait de divergences religieuses, «mais en raison de l'invasion abbasside de 750 apr. J.-C., ce qui correspond à notre datation de la céramique et à la datation au carbone radio de l'abandon».

En effet, en 750 apr. J.-C., le califat abbasside, installé en Mésopotamie, renverse les Omeyyades. «Nous savons, d'après les sources historiques arabes, que l'invasion abbasside a été particulièrement violente, et que les villes côtières des émirats ont été détruites», précise-t-il.

«Je pense donc que ces gens ont fui, terrorisés par la perspective de l'invasion des autorités impériales en Irak, qui tentaient de garder le contrôle de leurs provinces rétives. C'était un conflit entre deux groupes distincts de musulmans.»

L'existence du monastère jusqu'à cette date-là au milieu du VIIIe siècle, plus de cent ans après la mort du prophète Mahomet, est la preuve qu'«il y avait clairement un degré de tolérance intercommunautaire et interconfessionnelle au niveau local».

Selon M. Power, c'est une erreur commune de supposer que les chrétiens du Golfe à l'époque de la montée de l'islam étaient des étrangers.

«Il convient de se rappeler que le christianisme est une religion moyen-orientale. Jésus-Christ parlait l'araméen, qui était la langue du Moyen-Orient à l'époque des conquêtes arabes. Ces églises et monastères n'ont très probablement pas été construits par des étrangers visitant ces côtes, mais par et pour la communauté arabe chrétienne locale», souligne-t-il.

«Il existe de nombreuses preuves historiques et inscrites qui nous indiquent que sans doute la majorité de la péninsule arabique jusqu'à la montée de l'islam était christianisée.»

Frise appartenant à un monastère chrétien sur l'île de Sir Bani Yas (Photo, DCT Abu Dhabi).

«Bien que le christianisme ait reculé devant la montée de l'islam, les chrétiens n'étaient pas considérés comme des étrangers à cette époque car ils faisaient partie de la famille.»

«Au fil des générations, les Arabes chrétiens ont commencé à se convertir à l'islam. Mais en tant que musulman, vous pouviez par exemple avoir un cousin chrétien et, comme c'est encore le cas aujourd'hui, ces communautés étaient fortement liées par les liens de parenté», poursuit-il.

«L'appartenance à une tribu constituait sans doute la pierre angulaire de votre identité, l'appartenance religieuse était presque secondaire.»

Il s'agit de la seconde découverte d'un monastère chrétien aux Émirats arabes unis. En 1992, le tout nouvel Abu Dhabi Islands Archaeological Survey, fondé par le cheikh Zayed, alors président des Émirats arabes unis, a lancé des recherches sur trois îles.

Sur l'une d'entre elles, Sir Bani Yas, située à seulement 7 kilomètres de la côte dans la région occidentale d'Abu Dhabi, les archéologues ont rapidement trouvé des pistes prometteuses: les vestiges de plusieurs maisons à cour intérieure et des fragments de poterie datés des VIe et VIIe siècles de notre ère.

Les premières preuves d'une occupation chrétienne ont été mises au jour en 1994 dont notamment des fragments de croix en plâtre qui ressemblent singulièrement à d'autres trouvées précédemment sur d'autres sites du Golfe.

Au cours des deux saisons suivantes, comme le rapporte la mission dans un article publié en 1997, «une structure très grande et complexe est apparue... qui s'avère maintenant être un monastère, avec une église en son centre dans une cour».

Il existe désormais une multitude de preuves, tant écrites qu'archéologiques, attestant de l'existence du christianisme dans le Golfe depuis au moins le IVe siècle de notre ère jusqu'aux deux premiers siècles de l'islam.

Selon des sources écrites en syriaque, un dialecte de l'araméen parlé par les communautés chrétiennes du Moyen-Orient du Ier au VIIIe siècle de notre ère, l'Église d'Orient, également connue sous le nom d'Église nestorienne, prospérait dans une région appelée Beth Qatraye.

Les archéologues qui ont fouillé le site ont découvert une cour ouverte d'environ 20 mètres de long, entourée de murs et de portes menant à trois salles (Photo fournie).

Selon l'Encyclopedic Dictionary of the Syriac Heritage (dictionnaire encyclopédique du patrimoine syriaque), publié par l'Institut syriaque, qui a pour mission de promouvoir l'étude et la préservation du patrimoine et de la langue syriaques, Beth Qatraye, «terre des Qataris», comprenait «non seulement la péninsule de Qatar, mais également son arrière-pays, Yamama» – aujourd'hui une région historique de l'Arabie saoudite – «et toute la côte du nord-est de l'Arabie jusqu'à la péninsule de Musandam, dans l'actuel Oman, ainsi que les îles» du Golfe.

On trouve des références à Beth Qatraye dans plusieurs documents chrétiens rédigés dans les années précédant l'émergence de l'islam. Le plus ancien provient de la «Chronique d'Arbela», écrite en syriaque et supposée avoir été produite entre 551 et 569 apr. J.-C. par un moine de l'actuelle Erbil, dans la région du Kurdistan en Irak.

La chronique mentionne l'existence de plusieurs diocèses chrétiens dans le Golfe, et plus précisément dans la région de Beth Qatraye, dès 225 apr. J.-C..

«Redécouverte» pour la première fois en 1907, la chronique a connu des hauts et des bas auprès des historiens ecclésiastiques. Bien que son authenticité ait été contestée, nombre de ses détails semblent avoir été confirmés par des découvertes archéologiques ultérieures dans le Golfe.

Les spécialistes ne doutent cependant pas de l'authenticité de la correspondance ecclésiastique préservée qui montre que le christianisme était établi à Beth Qatraye au moins au IVe siècle.

Ishoyahb III, patriarche de l'Église d'Orient de 649 à 659, a laissé une multitude de lettres aux historiens, dont cinq envoyées depuis sa base d'Adiabène, dans le nord de la Mésopotamie, au clergé et aux fidèles de Beth Qatraye.

Une autre source précieuse qui mentionne la région de Beth Qatraye est le «Livre des gouverneurs», une histoire monastique écrite au milieu du IXe siècle par Thomas, un évêque de Marga, un diocèse syriaque oriental dans la province métropolitaine d'Adiabène, qui était une province de l'empire sassanide en Mésopotamie.

Les preuves archéologiques d'une présence chrétienne dans le Golfe abondent également dans la région. Les premiers indices ont été découverts en 1931 à Hira, une ancienne cité du centre-sud de l'Irak, qui, vers le IIIe siècle apr. J.-C., devient la capitale des Lakhmides, une tribu chrétienne originaire du Yémen.

En 1960, l'archéologue français Roman Ghirshman a fouillé un monastère chrétien du VIIe siècle sur l'île iranienne de Kharg, et en 1988, une église a été découverte à Al-Qusur sur l'île de Failaka, au Koweït.

Peu avant la découverte de l'église de Jubail, trois croix chrétiennes ont été trouvées à proximité, à Jabal Berri, un affleurement rocheux situé à environ 10 kilomètres au sud-ouest de la ville, à quelque 7 kilomètres de la côte. Deux d'entre elles étaient en bronze, et la troisième, haute de 5 centimètres seulement, était taillée dans une seule pièce de nacre.

Les documents ecclésiastiques et arabes témoignent non seulement d'une importante activité chrétienne dans les régions de l’actuelle Arabie saoudite, mais ils démontrent également que «loin de connaître un déclin, le christianisme a prospéré dans le Golfe immédiatement après la conquête musulmane», comme le souligne Robert Carter, professeur d'archéologie arabe et moyen-orientale à l'UCL Qatar, dans l'ouvrage Les préludes de l'Islam publié en 2013.

En effet, il y a eu «un regain d'activité chrétienne à partir de la fin du VIIe et/ou du VIIIe siècle, qui s'est prolongé au début du IXe siècle à Kharg».

«Il n'y a absolument aucune preuve de destruction ou d'endommagement délibéré du site de l'île de Siniyah», selon Tim Power, professeur associé d'archéologie à l’université des Émirats arabes unis d’Al-Ain (Photo, fournie).

L'un des sites où le christianisme s'est épanoui est l'île de Tarut, au large de l'actuel gouvernorat de Qatif, dans la province orientale de l'Arabie saoudite. C'est là, en 635, que les forces musulmanes ont mis fin à la «ridda», le mouvement d'apostasie dans la région orientale, lors d'une bataille finale qui s'est déroulée à Darin, sur l'île.

Cependant, «la conquête musulmane n'a pas mis fin à la communauté nestorienne ici», comme le précise Daniel Potts, professeur d'archéologie et d'histoire du Proche-Orient ancien à l'Institute for the Study of the Ancient World de l'université de New York, dans un article publié dans la revue Expedition en 1984.

Il existe des documents attestant qu'un grand synode, ou concile de l'Église, s'est tenu sur l'île en 676, plus de 40 ans plus tard.

Il s’agit d'un rassemblement important, car c'est lors de ce synode que la pratique chrétienne du mariage dans une église a été établie pour la première fois, lorsque Georges Ier, l'évêque principal de l'Église d'Orient, a décrété que, dorénavant, seules les unions bénies par un prêtre seraient considérées comme légitimes.

En novembre dernier, le prince héritier Mohammed ben Salmane a annoncé qu'un montant de 2,64 milliards de riyals (703 millions de dollars) avait été alloué au développement de l'île de Tarut, qui compte aujourd'hui 120 000 habitants, afin de préserver son patrimoine et de renforcer son potentiel touristique.

Tarut n'était pas le seul site chrétien de l'actuelle Arabie saoudite. Parmi les autres centres ou églises mentionnés dans les textes syriaques, citons «Hagar» et «Juwatha», qui auraient tous deux été situés quelque part dans l'oasis d'Al-Hasa, ainsi que dans les îles voisines d'Al-Qatif et d'Abu Ali, juste au nord de Jubail.

Tous ces sites chrétiens, de Jubail en Arabie saoudite à Umm Al-Quwain aux Émirats arabes unis, ont fini par disparaître de l'histoire. Selon John Langfeldt, prêtre et historien américain qui a écrit le premier article sur l'église de Jubail après avoir visité le site en 1993, l'assimilation des chrétiens s'est faite dans le cadre d'un processus pacifique.

«Il n'y a pas eu de conversion forcée de la population à l'islam (et) le christianisme est resté la principale obédience religieuse de la grande majorité de la population», écrit Langfeldt dans un article publié dans la revue Arabian Archaeology and Epigraphy en 1994.

«Progressivement, sur plusieurs siècles, probablement en raison de plusieurs facteurs tels que le poids de... l'impôt, l'isolement des contacts chrétiens extérieurs, la facilité, les belles qualités de l'islam et l'excellent témoignage de ses adeptes, la quasi-totalité de la population a été islamisée.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Présidentielle en Algérie: dépôt officiel des candidatures, Tebboune grand favori

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune arrive pour assister à une séance de travail sur l'intelligence artificielle (IA), l'énergie, l'Afrique-Méditerranée au Borgo Egnazia resort lors du sommet du G7 à Savelletri près de Bari, en Italie, le 14 juin 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune arrive pour assister à une séance de travail sur l'intelligence artificielle (IA), l'énergie, l'Afrique-Méditerranée au Borgo Egnazia resort lors du sommet du G7 à Savelletri près de Bari, en Italie, le 14 juin 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Une dizaine de personnalités ont déposé leur candidature jeudi en vue de l'élection présidentielle du 7 septembre en Algérie
  • M. Tebboune, 78 ans, qui a annoncé le 11 juillet vouloir briguer un deuxième mandat, a remis son dossier en personne à l'autorité électorale Anie

ALGER: Une dizaine de personnalités ont déposé leur candidature jeudi en vue de l'élection présidentielle du 7 septembre en Algérie pour laquelle le président actuel Abdelmadjid Tebboune part en position de grand favori.

M. Tebboune, 78 ans, qui a annoncé le 11 juillet vouloir briguer un deuxième mandat, a remis son dossier en personne à l'autorité électorale Anie.

"Je remercie tous ceux qui me soutiennent, les partis, les organisations et les citoyens. J'espère que l'autorité acceptera le dossier que je viens de déposer", a-t-il déclaré.

M. Tebboune avait décidé en mars d'anticiper -de quatre mois- à début septembre l'organisation de la présidentielle dans le pays nord-africain de 45 millions d'habitants, riche en hydrocarbures et premier exportateur de gaz d'Afrique.

Il avait été élu en décembre 2019 lors d'un scrutin à faible participation (environ 40%), dans la foulée du Hirak, ces manifestations massives prodémocratie qui avaient entraîné la chute en avril de la même année de son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika après 20 ans de pouvoir.

M. Tebboune est d'ores et déjà assuré de l'appui de quatre formations politiques de premier plan qui ont formé une alliance, dont l'ancien parti unique FLN (Front de libération nationale) et le mouvement islamiste El Bina d'Abdelkader Bengrina, arrivé deuxième à la présidentielle de 2019.

En février, Amnesty International a estimé que le pouvoir algérien continuait de "réprimer les droits à la liberté d'expression et de réunion pacifique", en "ciblant les voix critiques de la dissidence".

Youcef Aouchiche, le candidat du Front des forces socialistes (FFS), le plus vieux parti d'opposition, très implanté en Kabylie (est), a déploré un "climat peu propice à l'activité politique", se réjouissant d'avoir "surmonté de nombreux obstacles", lors d'une conférence de presse avant son dépôt de dossier.

Avant d'officialiser sa candidature, Saida Neghza, responsable d'une des plus grandes organisations patronales, a souhaité que le "processus électoral se déroule dans un climat de transparence et d'intégrité, sans favoritisme aucun".

Après le retrait de la course de la cheffe du Parti des travailleurs (trotskiste), Louisa Hanoune, seules deux femmes sont en lice: Mme Neghza et Zoubida Assoul, une avocate engagée dans la défense des libertés.

Mme Neghza a évoqué un "processus très difficile" pour "collecter le nombre de soutiens nécessaires".

Pour se porter candidat, les prétendants devaient présenter une liste comportant au moins 600 signatures individuelles de membres élus de différentes assemblées et réparties à travers 29 préfectures, ou bien une liste comportant a minima 50.000 signatures individuelles d'électeurs inscrits sur une liste électorale, avec au moins 1.200 signatures par préfecture.

Le président du principal parti islamiste, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abdelaali Hassani, a ouvert le bal des dépôts de dossiers, fort de "plus de 90.000 signatures de citoyens" et "de 2.200 élus", selon Ahmed Sadok, un responsable du MSP.

La liste des candidats retenus sera annoncée le 27 juillet et la Cour Constitutionnelle tranchera sur de possibles recours le 3 août.


Le conflit de Gaza est une « guerre contre les femmes », déclare un fonctionnaire de l'ONU

ONU Femmes estime que 557 000 femmes palestiniennes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë. Mme Guimond a déclaré que ces femmes "mangent les derniers et les plus petits" de leur famille, "sautent des repas et ne mangent pas d'aliments sains pendant des mois et des mois". (AFP).
ONU Femmes estime que 557 000 femmes palestiniennes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë. Mme Guimond a déclaré que ces femmes "mangent les derniers et les plus petits" de leur famille, "sautent des repas et ne mangent pas d'aliments sains pendant des mois et des mois". (AFP).
Short Url
  • La représentante d'ONU Femmes dans les territoires palestiniens occupés n'était pas préparée "à la destruction totale et à l'inhumanité que j'ai vues" lors de sa visite dans l'enclave cette semaine
  • Un million de femmes et de filles subissent "les pires conséquences de neuf mois de guerre", dit-elle, et "il n'y a pas d'endroit sûr pour être une femme à Gaza"


NEW YORK CITY : De retour d'une mission dans la bande de Gaza, une fonctionnaire d'ONU Femmes a déclaré que malgré plus de 50 visites dans l'enclave au cours des six années qui se sont écoulées depuis qu'elle a pris ses fonctions, dont une pendant la guerre de 2021, "rien ne m'avait préparée à la destruction totale et à l'inhumanité que j'ai vues".

S'exprimant jeudi à Jérusalem, Maryse Guimond, représentante de l'agence dans les territoires palestiniens occupés, a déclaré que ce qu'elle avait vu dépassait ses pires craintes quant au sort des femmes et des filles vivant à Gaza, dont certaines avec lesquelles elle travaille depuis de nombreuses années.

"Il était insupportable d'assister à l'escalade quotidienne de la violence et de la destruction dans le cadre d'une guerre contre les femmes, dont on ne voit pas la fin", a déclaré Mme Guimond, la voix étranglée par l'émotion.

Elle a ajouté que les guerres ne sont jamais neutres du point de vue du genre et que c'est "sans aucun doute" le cas à Gaza, où un million de femmes et de filles subissent "les pires conséquences de neuf mois de guerre".

Mme Guimond a ajouté : "Elles perdent la vie. Elles sont malades, affamées, épuisées, et maintiennent leurs familles unies malgré la peur et les pertes constantes. Chaque femme que j'ai rencontrée a une histoire de perte".

ONU Femmes a déclaré que plus de 10 000 femmes palestiniennes ont perdu la vie dans la guerre, qui en est à son dixième mois, que plus de 6 000 familles ont perdu leur mère et que près d'un million de femmes et de filles ont perdu des êtres chers et "les souvenirs de leur vie".

"Gaza, c'est plus de 2 millions d'histoires de perte", a déclaré Mme Guimond. "Les femmes de Gaza vivent dans un mouvement constant, une peur constante, elles sont constamment pourchassées.

"Il n'y a pas d'endroit sûr pour être une femme à Gaza, où neuf personnes sur dix sont déplacées.
Près d'un million de femmes et de filles ont été déplacées à plusieurs reprises, contraintes de se déplacer dans des zones de plus en plus petites où elles deviennent la cible d'attaques et de bombardements, a-t-elle ajouté.

"Elles se déplacent sans argent, sans biens et sans savoir comment et où elles vont vivre", a déclaré Mme Guimond.

"De nombreuses femmes m'ont dit qu'elles ne déménageraient plus jamais, car cela ne fait aucune différence pour leur sécurité ou leur survie.

Les habitants de Gaza ont subi 18 vagues de déplacements, sans aucune garantie de sécurité pour qui que ce soit, a-t-elle ajouté.

Lorsqu'elle est arrivée dans la bande de Gaza meurtrie lors de sa dernière visite, Mme Guimond a déclaré qu'elle ne reconnaissait pas la bande de Gaza qu'elle avait connue.

"J'ai pénétré dans le monde de la dévastation et du dénuement total ; les mosquées, les hôpitaux, les magasins, les écoles, les universités ont été détruits", a-t-elle déclaré.

"Des foules d'hommes, de femmes et d'enfants tentent de survivre dans des tentes de fortune et des abris surpeuplés, entourés de décombres et d'une destruction totale, au milieu des bruits incessants des combats et des drones".

Elle a déclaré qu'elle reconnaissait à peine les femmes qu'elle avait connues avant la guerre : "Les neuf derniers mois sont inscrits sur leurs visages, sur leurs corps".

ONU Femmes estime que 557 000 femmes palestiniennes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë. Mme Guimond a déclaré que ces femmes "mangent les derniers et les plus petits" de leur famille, "sautent des repas et ne mangent pas d'aliments sains pendant des mois et des mois".

Elle a salué les femmes de Gaza pour leur "force remarquable et leur humanité dans leur lutte pour survivre avec espoir et solidarité, malgré la dévastation".

"J'ai rencontré des femmes extraordinaires qui prennent soin de leur famille et de leur communauté face à la famine, à la mort, à la maladie et au déplacement.

Elle a appelé la communauté internationale à soutenir le travail des organisations dirigées par des femmes à Gaza et à veiller à ce que les femmes aient leur place à la table des négociations lorsque des décisions sont prises.

"La question n'est pas de savoir ce dont les femmes ont besoin, mais ce dont elles n'ont pas besoin", a déclaré Mme Guimond. "Les femmes ne veulent pas mourir. Elles ne veulent pas enterrer leurs proches. Elles ne veulent pas souffrir seules".

Elle s'est également fait l'écho des appels lancés par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, en faveur d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza, de l'ouverture de tous les points de passage terrestres afin de permettre un accès total au territoire pour l'acheminement de l'aide humanitaire, et de la libération de tous les otages israéliens.


Raids israéliens au Liban: 5 morts dont un commandant du Hezbollah

Short Url
  • Des frappes israéliennes au Liban ont tué jeudi au moins cinq personnes, dont un commandant du Hezbollah libanais
  • Le Hezbollah a annoncé que deux de ses membres figuraient parmi les morts, dont Ali Jaafar Maatouq. Une source proche du mouvement islamiste l'a présenté comme "un commandant de la force Al Radwan", unité d'élite du Hezbollah

BEYROUTH: Des frappes israéliennes au Liban ont tué jeudi au moins cinq personnes, dont un commandant du Hezbollah libanais, selon une source proche du mouvement chiite et une source de sécurité.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre, le Hezbollah pro-iranien et des groupes alliés, qui soutiennent le mouvement islamiste palestinien, échangent quasi quotidiennement des tirs à la frontière israélo-libanaise.

"Au moins trois personnes ont été tuées et plusieurs blessées dans une frappe israélienne sur une habitation près de Jmaijmeh", dans le sud du Liban, a déclaré à l'AFP une source de sécurité libanaise, sans préciser s'il s'agissait de civils ou de combattants.

Le Hezbollah a annoncé que deux de ses membres figuraient parmi les morts, dont Ali Jaafar Maatouq. Une source proche du mouvement islamiste l'a présenté comme "un commandant de la force Al Radwan", unité d'élite du Hezbollah.

L'armée israélienne a confirmé que son aviation avait "éliminé" Ali Jaafar Maatouq, "un commandant de l'unité opérationnelle de la force Al Radwan", dans une frappe contre "un centre de commandement où opéraient des terroristes du Hezbollah dans la région de Jmaijmeh", ainsi que "d'autres terroristes" de cette unité d'élite.

L'armée a ajouté avoir tué "un autre commandant responsable des opérations de la force Al Radwan" à Majdal Selm, près de Jmaijmeh, ce qui n'as pas été confirmé dans l'immédiat par des sources libanaises. "Les terroristes ont fomenté de nombreuses attaques terroristes contre l'Etat d'Israël", poursuit le communiqué.

Plus tôt, le Hezbollah a annoncé la mort d'un troisième de ses membres dans un raid israélien dans le sud du Liban. L'armée israélienne a confirmé l'avoir tué "dans le secteur de Qana", ajoutant qu'il avait été "impliqué dans de nombreuses attaques contre Israël".

« Membre du Hamas »

Un autre groupe islamiste libanais, la Jamaa Islamiya, a annoncé en début d'après-midi dans un communiqué la mort de son "commandant" Mohamad Jbara dans un "raid sioniste odieux" dans la Békaa (est). Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont affirmé qu'il était également un activiste du groupe.

L'armée israélienne a affirmé que son aviation avait "éliminé" Mohamad Jbara, présenté comme "un membre du Hamas" qui avait mené des "attaques terroristes" contre Israël, "y compris des attaques coordonnées avec l'organisation terroriste Jamaa Islamiya".

Formée en 1960, la Jamaa Islamiya appartient au courant des Frères musulmans, tout comme le Hamas. Elle a été la cible de plusieurs frappes israéliennes depuis le début de l'escalade le 8 octobre à la frontière israélo-libanaise.

En soirée, le Hezbollah a annoncé dans deux communiqués distincts avoir lancé "des drones explosifs, contre la base de Pilon (au sud-est de Safed) et contre une position militaire au sud de Yaara", dans le nord d'Israël.

Les violences qui ont éclaté à la frontière israélo-libanaise et font craindre un conflit ouvert ont fait 516 morts au Liban, en majorité des combattants mais incluant aussi au moins 104 civils, selon un décompte de l'AFP.

Côté israélien, 18 soldats et 13 civils ont été tués, selon les autorités.