Le Maroc et les pays du Golfe, d'excellentes relations qui cherchent à se développer sur le plan économique

 L'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani (à gauche), sourit en assistant au match de football de quart de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et le Portugal au stade Al-Thumama de Doha le 10 décembre 2022. (AFP).
L'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani (à gauche), sourit en assistant au match de football de quart de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et le Portugal au stade Al-Thumama de Doha le 10 décembre 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 19 décembre 2022

Le Maroc et les pays du Golfe, d'excellentes relations qui cherchent à se développer sur le plan économique

  • «Les relations diplomatiques et politiques avec les États du Golfe sont excellentes, malgré quelques petites tensions survenues dans le passé, mais qui se sont rapidement dissipées»
  • «Sur le plan politique, les relations entre le Maroc et les pays du Golfe sont très bonnes, mais il reste beaucoup à faire sur le plan économique»

CASABLANCA: Les liens entre le Maroc et les pays du Golfe ont toujours été au beau fixe. Le roi, Mohammed VI, entretient d’excellentes relations avec les monarchies du Golfe et il a réussi à consolider les liens fraternels et amicaux que son père, feu Hassan II, a entretenus avec ces États du Moyen-Orient. «Les relations diplomatiques et politiques avec les États du Golfe sont excellentes, malgré quelques petites tensions survenues dans le passé, mais qui se sont rapidement dissipées. Cette excellence des relations ne date pas d’hier, elle remonte à des décennies, depuis l’époque du défunt roi Hassan II. Elle s’est raffermie après le printemps arabe dans une logique de solidarité des monarchies», déclare à Arab News en français Jawad Kerdoudi, président de l’Institut marocain des relations internationales (Imri).

Le Maroc a toujours été solidaire avec ses amis du Golfe qui le lui rendent bien. Tous les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) soutiennent la souveraineté marocaine sur ses provinces du sud, en ouvrant d’ailleurs des représentations diplomatiques dans les villes de Laâyoune et Dakhla. De son côté, à l’occasion de la Coupe du monde 2022 du Qatar, le Maroc n’a pas lésiné dans les moyens mis en œuvre en matière de renseignements et de sécurité. Un apport vital pour la réussite de cette compétition internationale.

Rappelons que ces relations étroites ont été davantage consolidées grâce à l’accord de coopération stratégique liant le Maroc avec les pays du CCG, signé il y a dix ans à Riyad et qui a été reconduit jusqu’en 2024. Il concerne tous les domaines stratégiques liés notamment à la sécurité, la politique, l’économie et le commerce, le tourisme, les investissements et la culture.

Toutefois, si ces relations sont excellentes sur les volets politique et diplomatique, le plan économique n’est pas encore exploité à sa juste valeur, d’autant que les potentialités sont importantes pour renforcer le commerce entre le Maroc et les pays du Golfe. Grâce à ses multiples accords de libre-échange et sa position géostratégique, le Maroc offre aux pays membres du CCG un marché de plus d’un milliard de consommateurs et un accès au continent africain, en plus des marchés européens et américains. En Afrique, continent où la bataille économique sino-américaine fait rage, les entreprises du Golfe peuvent bénéficier du positionnement du Maroc, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Le Maroc est en effet le premier investisseur africain sur le continent dans des secteurs essentiels comme la finance, les banques, les télécommunications, l’agriculture, le BTP et l’énergie. Et il jouit d’une très bonne réputation auprès des populations locales.

«Sur le plan politique, les relations entre le Maroc et les pays du Golfe sont très bonnes, mais il reste beaucoup à faire sur le plan économique. Les Émirats arabes unis (EAU) ont augmenté leurs investissements ces dernières années au Maroc, en particulier dans le secteur du tourisme. Mais cela reste insuffisant si l’on analyse les opportunités offertes par le Maroc», soutient M. Kerdoudi. L’énergie et l’agriculture figurent désormais comme des secteurs prometteurs dans le cadre de ce partenariat. Concernant l’agriculture, le Maroc, qui souffre d’un important stress hydrique, peut notamment profiter de l’expérience saoudienne en matière d’irrigation et de gestion des ressources hydriques. Des discussions ont commencé dans ce sens et des négociations ont été enclenchées pour, d’une part, l’établissement d’un accord de libre-échange avec le Qatar et, d’autre part, l’ouverture d’une ligne maritime entre Tanger et Riyad.


Le roi Salmane d’Arabie saoudite arrive à Djeddah en provenance de Riyad

Le roi Salmane d’Arabie saoudite. (Photo, SPA)
Le roi Salmane d’Arabie saoudite. (Photo, SPA)
Short Url
  • Le roi a été reçu à l’aéroport international du roi Abdelaziz par le gouverneur adjoint de la région de La Mecque
  • Le roi Salmane a quitté Riyad plus tôt dans la journée de mercredi, a rapporté l’Agence de presse saoudienne

RIYAD: Le roi Salmane d’Arabie saoudite est arrivé à Djeddah mercredi avant le début du ramadan, qui commence jeudi.

Le roi, accompagné de plusieurs responsables, a été reçu à l’aéroport international du roi Abdelaziz par le gouverneur adjoint de la région de La Mecque, le prince Badr ben Sultan ben Abdelaziz.

Le roi Salmane a quitté Riyad plus tôt dans la journée de mercredi, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les femmes marocaines, à la croisée des chemins

Des discussions sont entamées avec toutes les composantes de la société marocaine, et ont pour objectif de mettre en place un Code de la famille à l’image du Maroc d’aujourd’hui. (Photo, AFP)
Des discussions sont entamées avec toutes les composantes de la société marocaine, et ont pour objectif de mettre en place un Code de la famille à l’image du Maroc d’aujourd’hui. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les femmes sont encore peu présentes dans la vie active, puisqu’elles représentent moins de 20% du total de la population active
  • Le nouveau gouvernement, réputé plus modéré, a été appelé à créer de véritables mesures incitatives pour permettre un meilleur accès des femmes au marché de l’emploi et aux postes de responsabilité.

CASABLANCA: Quel est aujourd’hui le statut de la femme au sein de la société marocaine ? Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Plusieurs observateurs reconnaissent certes les énormes avancées en matière d’avancées concernant le statut de la femme marocaine, mais une majorité d’entre eux, notamment issus de la société civile, regrette les inégalités et les discriminations que subissent toujours les Marocaines dans leur quotidien. 

«La situation de la femme marocaine est encore alarmante aujourd’hui. C’est vrai que plusieurs avancées sont à noter depuis l’accession du roi Mohammed VI au trône il y a une vingtaine d’années, mais force est de constater que la situation reste peu reluisante. Que ce soit au niveau professionnel, dans la société, dans ses droits… La femme marocaine fait encore face à plusieurs obstacles qui contraignent son plein épanouissement», déclare à Arab News en français Omayma Achour, professeur à l’université Mohammed-V de Rabat. 

L’activiste féministe rappelle que la Moudawana (Code de la famille) promulguée en 2004 a constitué à l’époque une révolution et a été considérée comme avant-gardiste, mais, près de dix-neuf ans plus tard, «la société a évolué et plusieurs lois ne riment plus avec les aspirations et la réalité de la société marocaine d’aujourd’hui.» D’où d’ailleurs, en juillet 2022, l’appel du roi Mohammed VI à réviser la Moudawana. «Dans un premier temps, le Code de la famille a représenté un véritable bond en avant ; désormais il ne suffit plus en tant que tel. L’expérience a en effet mis en évidence certains obstacles qui empêchent de parfaire la réforme initiée et d’atteindre les objectifs escomptés», avait ainsi déclaré le roi lors du discours du trône.


Crise économique au Liban: une manifestation dispersée à coups de gaz lacrymogène

Les autorités ont utilisé des gaz lacrymogènes lors des manifestations sur la place Riad Al-Solh à Beyrouth. (Reuters)
Les autorités ont utilisé des gaz lacrymogènes lors des manifestations sur la place Riad Al-Solh à Beyrouth. (Reuters)
Short Url
  • Les manifestants s'étaient rassemblés dans le centre de Beyrouth, à l'appel de collectifs d'épargnants et de militaires à la retraite, pour protester contre l'effondrement vertigineux de la livre libanaise, qui a perdu près de 98% de sa valeur
  • Lorsqu'ils ont tenté de prendre d'assaut le siège du gouvernement, les forces de sécurité les ont dispersés à l'aide de gaz lacrymogène et certains ont riposté à coups de pierres

BEYROUTH: Des centaines de Libanais, dont un grand nombre de militaires à la retraite, ont manifesté mercredi à Beyrouth contre la détérioration des conditions de vie, avant d'être dispersés à coups de gaz lacrymogène, selon un journaliste de l'AFP.

Les manifestants s'étaient rassemblés dans le centre de Beyrouth, à l'appel de collectifs d'épargnants et de militaires à la retraite, pour protester contre l'effondrement vertigineux de la livre libanaise, qui a perdu près de 98% de sa valeur.

Lorsqu'ils ont tenté de prendre d'assaut le siège du gouvernement, les forces de sécurité les ont dispersés à l'aide de gaz lacrymogène et certains ont riposté à coups de pierres. Un manifestant a été blessé ainsi qu'un membre des forces de sécurité.

Brandissant des drapeaux libanais, les manifestants ont conspué le gouvernement. L'un des militaires à la retraite, en treillis, tenait une pancarte appelant "la communauté internationale et les pays arabes à nous débarrasser de la classe politique corrompue".

"Je touchais 4 000 dollars par mois avant la crise. Aujourd'hui, ma pension ne vaut plus que 150 dollars", a affirmé à l'AFP Khaled Naous, un général à la retraite de 70 ans. "Nous sommes humiliés et nous sommes au désespoir".

La situation des soldats retraités est encore plus dramatique: "ma pension est de 50 dollars et je n'ai plus de quoi nourrir mes cinq enfants", a déclaré l'un d'eux, Marwane Seifeddine, 60 ans.

Depuis la crise économique qui a éclaté à l'automne 2019, les salaires ont littéralement fondu, alors que les épargnants n'ont plus accès à leurs économies, bloquées par les banques.

"Mon salaire était de 2 450 dollars avant la crise, aujourd'hui je touche 100 dollars par mois", a affirmé de son côté Hatem, un enseignant à la retraite de 73 ans: "quand je n'aurai plus rien à manger à la maison, j'attendrai la mort".

La dépréciation continue de la livre libanaise (LBP) a déclenché une inflation galopante et amputé le pouvoir d'achat de la population.

Le taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise, qui fluctue d'heure en heure, avait atteint mercredi un pic de 140 000 LBP pour un dollar, avant de retomber à 110 000 LBP jeudi, alors que le dollar valait 1 500 LBP avant la crise.

Le Liban connaît l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850 selon la Banque mondiale, marquée par une paupérisation inédite de la population, dans un contexte de profonde crise politique.