Retraites: Vers un jeudi de grèves et de «galère»

Dans les transports publics, la circulation sera "fortement perturbée" (Photo, Reuters).
Dans les transports publics, la circulation sera "fortement perturbée" (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mercredi 18 janvier 2023

Retraites: Vers un jeudi de grèves et de «galère»

  • Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a souhaité que la mobilisation «ne se traduise pas par un blocage du pays»
  • Le scénario d'un mouvement reconductible se dessine dans le secteur de l'énergie

PARIS: Un jeudi de grèves et manifestations, de "galère" pour les usagers: à deux jours du coup d'envoi de la mobilisation contre la réforme des retraites, le voile s'est levé sur l'ampleur des perturbations attendues dans plusieurs secteurs-clés, en premier lieu les transports et l'éducation.

"École fermée le 19 janvier": à Marseille comme ailleurs, des pancartes ont commencé à apparaître sur les portails. "Toute l'équipe enseignante sera en grève", précise l'une d'elles.

Preuve que la réforme des retraites, qui vise à relever l'âge légal de départ à 64 ans, "est une préoccupation majeure" pour les enseignants, selon Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire. Environ 70% de grévistes sont attendus dans les écoles maternelles et élémentaires.

La grogne des profs, aiguisée par l'ouverture mercredi des négociations sur les revalorisations salariales dans l'Education, ne devrait pas épargner non plus collèges et lycées. Des blocages d'établissements par des lycéens sont également à prévoir.

Dans les transports publics, la circulation sera "fortement perturbée" à la SNCF, en particulier pour les trains régionaux (TER et Transilien), un peu moins pour les TGV. Le trafic sera "très perturbé" à la RATP sur les réseaux RER et métro, avec trois lignes interrompues et dix autres exploitées seulement aux heures de pointe.

"Ce sera un jeudi de galère, (...) de fortes perturbations", avait anticipé dès mardi matin le ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune, invitant au "télétravail quand c'est possible".

Les syndicats des transports parisiens sont d'autant plus remontés que le gouvernement veut supprimer, à terme, leur régime spécial de retraite, comme il l'a déjà fait pour les cheminots.

Les perturbations n'épargneront pas le secteur aérien: en raison d'une grève d'aiguilleurs du ciel, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies d'annuler préventivement un vol sur cinq à Orly jeudi.

«Projet de justice»

Le scénario d'un mouvement reconductible se dessine dans le secteur de l'énergie où "des baisses de production d'électricité" sont à prévoir, a prévenu le leader de la FNME-CGT Sébastien Menesplier, évoquant de possibles "coupures" visant les élus "qui soutiennent la réforme".

Une montée en puissance se profile aussi dans les raffineries, avec des préavis de 24 heures jeudi, puis 48 heures la semaine prochaine et 72 heures début février. Au dépôt TotalEnergies de Dunkerque, "les salariés sont très remontés" contre la réforme, affirme le secrétaire CGT Benjamin Salvino qui table sur une activité presque à l'arrêt jeudi, mais sans conséquence immédiate dans les stations-services.

Des pénuries un peu plus nombreuses que d'ordinaire étaient toutefois observées en ce début de semaine, signe d'une possible peur de manquer chez certains automobilistes.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a souhaité que la mobilisation "ne se traduise pas par un blocage du pays". Des propos tenus sur l'audiovisuel public dont les programmes devraient être largement perturbés jeudi.

Gouvernement et opposants à la réforme s'engagent en tout cas dans une course de fond avec comme horizon ultime le 26 mars, date limite pour une adoption définitive du texte au Parlement.

Pourquoi l'exécutif "n'ouvre-t-il pas un grand débat de six mois conclu par un référendum? C'est ça, éviter le blocage du pays!", a demandé le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel.

À droite de l'échiquier politique, le président des LR, Eric Ciotti, a formé le vœu d'une mobilisation sans "dérapage", "dans le calme", tout en redisant son souhait de "pouvoir voter" une réforme "nécessaire".

"Notre projet est un projet de justice", a martelé la Première ministre Élisabeth Borne lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, citant les mesures sur les carrières longues et la pénibilité. Mais, a-t-elle enchaîné, "nous avons un objectif: préserver notre système par répartition". Ce qui passe selon l'exécutif par le report de l'âge légal et un allongement accéléré de la durée de cotisation (43 ans en 2027).

Les syndicats unis, eux, se préparent à l'épreuve de force en espérant "des millions" de grévistes et de manifestants jeudi.

La pétition lancée la semaine dernière par les huit principales organisations de salariés dépassait mardi après-midi les 450.000 signatures contre une "réforme injuste et brutale". Des mots repris par le président du RN, Jordan Bardella, qui dénonce un projet "d'un cynisme inouï, parce que les efforts sont injustement répartis".


Guillaume Meurice convoqué à une commission de discipline le 30 mai

L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
Short Url
  • Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu
  • L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France

L'humoriste de France Inter Guillaume Meurice, suspendu depuis trois semaines dans l'attente d'un possible licenciement, est convoqué à une commission de discipline le 30 mai à 14h30 par la direction des ressources humaines de Radio France, a-t-il annoncé à l'AFP mercredi.

"La sanction envisagée est la rupture anticipée pour faute grave" de son contrat de travail, est-il rappelé dans sa convocation, consultée par l'AFP et qui fait suite à un entretien préalable jeudi dernier.

"Aucune décision définitive de sanction" ne sera "notifiée moins de deux jours ouvrables après la tenue de la commission" et  l'humoriste pourra demander "au cours de la réunion (...) que ce délai minimum soit augmenté à huit jours calendaires", est-il précisé.

Sollicitée par l'AFP, la direction de Radio France n'a pas souhaité commenter.

Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu tenus fin octobre.

Nazi

Il avait comparé le Premier ministre israélien à une "sorte de nazi mais sans prépuce", ce qui lui avait valu des accusations d'antisémitisme et une plainte, récemment classée sans suite.

L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France, était accompagné d'un délégué syndical Sud lors de son entretien préalable la semaine dernière.

A l'issue de cet entretien, le syndicat avait expliqué qu'il était reproché à Guillaume Meurice d'avoir répété ses propos polémiques "en sachant que l'Arcom (le régulateur de l'audiovisuel) avait adressé à Radio France une mise en demeure" la première fois.

Ainsi, le chroniqueur aurait "manqué de loyauté envers son employeur" et l'aurait fait "afin de servir des intérêts personnels", rapporte Sud qui conteste cela.

"La DRH de Radio France dispose des éléments suffisants pour renoncer à une sanction pouvant aller jusqu'à la rupture anticipée du contrat de travail", estime le syndicat.

Une grève contre la suspension de Guillaume Meurice avait empêché dimanche 12 mai la diffusion de l'émission de Charline Vanhoenacker, dont il fait partie, et perturbé les programmes de cette station durant la journée.


Le patron des Républicains souhaite que la France quitte la CPI

Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée»
  • Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages

PARIS: La Cour pénale internationale "s'est définitivement décrédibilisée" avec un mandat d'arrêt requis contre Benjamin Netanyahu et la France doit la quitter, a estimé mercredi le patron des Républicains Eric Ciotti, tandis que le président du Sénat Gérard Larcher a qualifié "d'outrageuses" les demandes de son procureur.

"Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée, qu'elle n'existera plus", a déclaré M. Ciotti sur BFMTV et RMC, jugeant "ridicule" de "mettre en accusation le Premier ministre d'un Etat démocratique qui se défend de la pire attaque terroriste qui ait jamais eu lieu".

Le procureur de la juridiction basée à La Haye a requis des mandats d'arrêt à l'encontre du chef de gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, ainsi que son ministre de la Défense Yoav Gallant, visés au même titre que les trois plus hauts chefs du Hamas (Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif, Yahya Sinouar).

Ce qui revient pour M. Ciotti à "mettre sur le même plan des terroristes immondes, des islamistes", qui ont "les mêmes racines que ceux qui ont attaqué le Bataclan et la promenade des Anglais à Nice".

«Décrédibilisé»

Le député des Alpes-Maritimes a déploré que l'on "donne du crédit à des institutions politisées".

Quitte à sortir de la CPI? "Oui, absolument, elle s'est décrédibilisée", a-t-il insisté, avant de lancer: "Est-ce qu'elle attaque l'ayatollah Khamenei en Iran ? Est-ce qu'elle attaque M. Erdogan ? Est-ce qu'elle attaque Xi Jinping ? Enfin, où est-on là ? C'est ridicule".

Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages, a lui estimé que "mettre sur le même plan un gouvernement démocratique et des terroristes" était "une comparaison outrageuse et outrageante".

"Il faut faire attention à ce que ne se retrouvent pas sur le même banc ceux qui sont responsables d'assassinats et ceux qui ont été les victimes. C'est ma conception de la justice et je ne souhaite pas qu'elle s'égare", a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse après cette visite ministérielle.

Le sujet divise depuis lundi la classe politique française: d'un côté la droite, l'extrême droite mais aussi le camp présidentiel se sont émus d'une décision traçant un "parallèle" ou une "équivalence" entre Israël et le Hamas, placés "sur un pied d'égalité"; de l'autre la gauche a salué l'action d'une CPI "dans son rôle".


Macron en route pour la Nouvelle-Calédonie, nouveaux incendies dans la nuit à Nouméa

Short Url
  • Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa"
  • Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission"

NOUMEA: Après plus d'une semaine d'émeutes, Emmanuel Macron est en route mercredi pour la Nouvelle-Calédonie avec l'objectif d'y renouer le fil du dialogue et d'accélérer le retour à l'ordre à Nouméa, où deux écoles et un concessionnaire automobile ont été incendiés pendant la nuit.

La visite surprise du chef de l'Etat a été annoncée mardi en Conseil des ministres, alors que se multiplient les demandes de report du projet de loi constitutionnelle sur le corps électoral, rejeté par les indépendantistes.

Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa", a signalé dans un communiqué le Haut-Commissariat de la République. Selon la municipalité de Nouméa, interrogée par l'AFP, deux écoles et 300 véhicules d'un concessionnaire sont notamment partis en fumée.

Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission", a précisé la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, sans fournir plus de détail.

"Très peu de temps après l'annonce" de sa venue, la Nouvelle-Calédonie a par ailleurs été visée par une cyberattaque "d'une force inédite" visant à "saturer le réseau calédonien", a indiqué lors d'une conférence de presse Christopher Gygès, membre du gouvernement collégial calédonien.

L'attaque, consistant en l'envoi simultané de "millions d'emails", a été stoppée "avant qu'il y ait des dégâts importants", a-t-il dit.

Dans un quartier aisé du sud de Nouméa épargné par les émeutes, Jean, 57 ans, se relaie depuis une semaine avec ses voisins sur une barricade destinée à empêcher d'éventuelles intrusions.

La venue du président est "une bonne nouvelle", estime-t-il: "La situation est totalement bloquée, il faut espérer que ça permette aux esprits de se calmer, qu'une porte de sortie va être trouvée."

Sur un barrage de Dumbéa, un fief indépendantiste à l'ouest de Nouméa, Mike, 52 ans, souhaite lui aussi que "Macron arrive pour voir ce qui se passe", tout en répétant que "nous, on reste sur l'opposition: c'est non au dégel".

"Je ne comprends pas pourquoi notre sort doit être discuté par des gens qui n'habitent même pas ici", déplore-t-il.