L'Iran a changé, le monde doit suivre son rythme

Le président iranien Ebrahim Raïssi s'adresse au parlement, à Téhéran, le 22 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le président iranien Ebrahim Raïssi s'adresse au parlement, à Téhéran, le 22 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

L'Iran a changé, le monde doit suivre son rythme

  • Ni l'approche diplomatique et politique, ni les sanctions et autres formes de pression n'ont réussi à changer le comportement du régime des mollahs
  • Après la conclusion de l'accord nucléaire, l'Iran a augmenté son comportement destructeur au Moyen-Orient

La porte est-elle complètement fermée à la possibilité de parvenir à des ententes régionales et internationales avec l'Iran qui aideraient à apprivoiser le régime des mollahs ?

L'un des derniers coups reçus par ceux qui ont une vision optimiste des négociations avec l'Iran a été la décision du Parlement européen de demander à l'UE de mettre le corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) - y compris la Force Quds qui est chargée des opérations à l'étranger et les Forces Basij - sur la liste des "organisations terroristes", en plus d'interdire "toute activité économique ou financière" avec le CGRI, par le biais d'entreprises ou d'institutions qui pourraient lui être associées.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


«Mounira, la puissance d’une mère », biographie d’Aïda Hamza

Un profond recueillement sur la mémoire de la défunte, une prière à peine chuchotée (Photo, La Presse).
Un profond recueillement sur la mémoire de la défunte, une prière à peine chuchotée (Photo, La Presse).
Short Url
  • Des pages toutes blanches, toutes vides, mais, émotionnellement, plus puissantes que les autres
  • Une émotion tant poignante que ravissante et qui serait plutôt douloureuse

«Écrire ce livre sur ma mère, c’est dire qui est cette femme qui a défrayé la chronique en mai 2015, la raconter, la redécouvrir, la dessiner, la toucher presque»…A peine lit-on les premiers mots de ce livre par le pouvoir duquel Aïda Hamza, brillante poète, nouvelliste et conteuse tunisienne francophone, arrête soudain le temps pour l’égrener, le remonter, l’écrire  et rendre un vibrant hommage à sa vaillante maman, qu’on est superbement gagné par l’émotion.

Une émotion tant poignante que ravissante et qui serait plutôt douloureuse, si l’on se décidait à prendre le chemin inverse pour commencer cette biographie à sa clôture, c’est-à-dire précisément à ces trois pages «clausulaires  (p. 102, 103 et 104) en haut desquelles réapparaît en fins caractères, esseulé, solitaire,  telle une épitaphe ou une brève oraison funèbre, le titre du livre «Mounira, la puissance d’une mère». Des pages toutes blanches, toutes vides, mais, émotionnellement, plus puissantes que les autres, et où le silence est un tumulte intérieur,  un profond recueillement sur la mémoire de la défunte, une prière à peine chuchotée, une parole émue suspendue et des sanglots que l’auteure, par pudeur,  ne tient pas à nous faire entendre. 

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Iran: Vendre des bijoux de famille acheter la loyauté

Des membres des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran (Photo, Fournie).
Des membres des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran (Photo, Fournie).
Short Url
  • Dévoilé la semaine dernière, le programme est le septième du genre depuis le lancement du premier il y a 23 ans
  • Le nouveau régime propose quatre nouveautés

Que fait un autocrate lorsque sa base de soutien est ébranlée par des protestations populaires ?La réponse standard est : il essaie de rassurer les partisans en augmentant leurs privilèges, leur donnant ainsi un plus grand intérêt dans la préservation du statu quo.C'est ce que le "Guide suprême" de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, essaie de faire avec un décret pour le plus grand programme de privatisation de l'histoire de l'Iran.

Dévoilé la semaine dernière, le programme est le septième du genre depuis le lancement du premier il y a 23 ans.Le nouveau régime propose quatre nouveautés :

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

La maison de Khomeini
Par Hazem Saghieh -
L'Iran khomeiniste et les Arabes: Qui soutient qui ?
Par Hazem Saghieh -

8e Festival du panorama du court métrage en Tunisie : deux films représentent le Maroc

Cet événement cinématographique, créé en 2006, est organisé par le Centre national tunisien du cinéma et de l'image et la cinémathèque de Tunis en collaboration avec une association locale (Photo, Le Matin).
Cet événement cinématographique, créé en 2006, est organisé par le Centre national tunisien du cinéma et de l'image et la cinémathèque de Tunis en collaboration avec une association locale (Photo, Le Matin).
Short Url
  • C’est un film dans lequel le réalisateur Sami Sir Al-Khatim rend hommage à sa nounou, «Mi Naima»
  • «Cette année aura un caractère plus symbolique»

Deux films marocains seront projetés au 8ème Festival international du panorama du court métrage en Tunisie, qui se déroulera du 7 au 11 février. L’un en compétition officielle et l’autre en ouverture du festival.

Il s’agit de «Naima» de Sami Sir Al-Khatem, qui va représenter le Maroc dans la compétition officielle, et «Kamal» qui sera projeté en ouverture du festival et dont la réalisatrice, Jamila Al-Damri, fera partie du jury. Elle sera accompagnée des réalisateurs tunisiens Mounir Baâziz et Anis Absi, puis de Noura Al-Nafzi, professeur de montage. Toutefois, «Naima» de Sami Sir Al-Khatem va concourir aux côtés de 51 courts métrages de 23 pays, sélectionnés par un comité spécialisé parmi 2.600 films.

C’est un film dans lequel le réalisateur Sami Sir Al-Khatim rend hommage à sa nounou, «Mi Naima» dont le rôle est incarné par Fatima Harandi, «Raouia». Concernant les Prix du festival, le directeur du festival, Kamal Awij, a confirmé que «cette année aura un caractère plus symbolique, espérant améliorer les ressources financières pour les prochaines éditions, afin d'élargir le cercle de participation et d'attribuer d'importants prix aux gagnants».

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.