Alexandre Benalla rejugé en appel, quatre ans et demi après les «  violences du 1er mai »

Le "Benallagate" avait éclaté le 18 juillet 2018, après son identification par le journal Le Monde sur une vidéo où il brutalisait un couple place de la Contrescarpe. (AFP).
Le "Benallagate" avait éclaté le 18 juillet 2018, après son identification par le journal Le Monde sur une vidéo où il brutalisait un couple place de la Contrescarpe. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

Alexandre Benalla rejugé en appel, quatre ans et demi après les «  violences du 1er mai »

  • En première instance, il avait écopé de trois ans de prison, dont un ferme, sous bracelet électronique, de l'interdiction d'occuper un emploi public pendant cinq ans
  • A l'audience, il avait nié la quasi-totalité des faits reprochés, affirmant avoir agi "par réflexe" citoyen, mais n'hésitant pas "à donner des explications absurdes et irresponsables"

PARIS: Au coeur d'un scandale politique à rebondissements, l'ex-chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalla est rejugé à partir de vendredi pour des violences lors du 1er mai 2018, qui lui avaient valu un an de prison ferme en première instance.

L'audience pourrait toutefois être reportée, car le jeune homme de 31 ans, aujourd'hui reconverti dans le privé, déposera une demande de renvoi pour "motif personnel", a indiqué à l'AFP l'une de ses avocates, Jacqueline Laffont.

Alexandre Benalla est accusé d'avoir molesté trois hommes et deux femmes en cherchant à les interpeller en marge de la manifestation du 1er mai 2018 à Paris, coiffé d'un casque de la police, alors qu'il n'assistait au défilé qu'en tant qu'"observateur".

Le "Benallagate" avait éclaté le 18 juillet 2018, après son identification par le journal Le Monde sur une vidéo où il brutalisait un couple place de la Contrescarpe.

Celui qui était à 26 ans au cœur du dispositif de sécurité du président de la République avait été suspendu pendant 15 jours, mais avait toujours un bureau au "Château", révélait le quotidien.

L'article avait déclenché un séisme politique dont les répliques avaient secoué pendant des mois le pouvoir d'Emmanuel Macron, au rythme des révélations de la presse et des auditions devant les commissions parlementaires.

Alexandre Benalla devra également répondre à nouveau devant la cour d'appel de "faux, usage de faux en écriture et usage public sans droit d'un insigne" pour avoir continué à voyager avec des passeports diplomatiques après son licenciement de l'Elysée. Il détenait aussi un passeport de service obtenu frauduleusement selon l'accusation.

L'ancien proche collaborateur du président de la République se voit enfin reprocher d'avoir porté illégalement une arme de poing en 2017.

« Explications absurdes »

En première instance, il avait écopé de trois ans de prison, dont un ferme, sous bracelet électronique, de l'interdiction d'occuper un emploi public pendant cinq ans et d'une interdiction de port d'arme pendant dix ans.

A l'audience, il avait nié la quasi-totalité des faits reprochés, affirmant avoir agi "par réflexe" citoyen, mais n'hésitant pas "à donner des explications absurdes et irresponsables", selon le jugement du tribunal correctionnel de Paris.

Son acolyte Vincent Crase, à l'époque chargé de la sécurité au parti En Marche (aujourd'hui Renaissance), figurera lui aussi à nouveau sur le banc des prévenus pour "violences en réunion", "port prohibé" d'une matraque télescopique et "immixtion dans une fonction publique" pour avoir participé de façon illégale à l'interpellation de trois personnes.

Il lui est aussi reproché d'avoir obligé l'une de ces personnes à effacer une vidéo prise avec son téléphone portable.

Ami de longue date d'Alexandre Benalla, l'ex-gendarme réserviste de 49 ans avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis et à une interdiction de port d'arme.

"Il a agi pour protéger l'ordre public et donc il sollicitera sa relaxe", a indiqué à l'AFP son avocat, Robin Binsard.

Les deux autres prévenus du premier procès n'ont pas fait appel. Il s'agit d'anciens fonctionnaires de la préfecture de police de Paris, condamnés l'un à trois mois de prison avec sursis et l'autre à 5.000 euros d'amende pour avoir transmis des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla le soir de la publication de l'article du Monde.

En plus des cinq victimes présumées des violences en réunion, deux syndicats de police se sont constitués parties civiles, ainsi que l'ex-chef de cabinet de l’Élysée François-Xavier Lauch et l'auteur de la vidéo du 1er mai, le journaliste et militant Taha Bouhafs, dont la constitution de partie civile avait été jugée irrecevable en première instance.

Alexandra Benalla fait l'objet de trois autres enquêtes préliminaires. L'une porte sur son rôle dans la signature de contrats avec des oligarques russes alors qu'il était en poste à l'Elysée.

Une autre, ouverte en février 2019 pour "entrave à la manifestation de la vérité", vise à déterminer si Alexandre Benalla a dissimulé des preuves dans le cadre de l'enquête sur les violences du 1er mai 2018, notamment deux coffres-forts.

La troisième, lancée en avril 2019, porte sur des soupçons de "faux témoignage" de MM. Benalla et Crase devant la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire.

Le procès est prévu pour durer jusqu'au 3 février, sur quatre demi-journées.


Le groupe Figaro, en croissance en 2022, lance sa télé et sa radio

Le Figaro veut développer "un univers audiovisuel" autour de sa marque (Photo, AFP).
Le Figaro veut développer "un univers audiovisuel" autour de sa marque (Photo, AFP).
Short Url
  • Avec la hausse des prix du papier, le quotidien et les magazines ont subi un surcoût de 15 millions d'euros
  • L'année 2023 verra le déménagement de 1.500 employés sur les près de 2.000 que compte le groupe

PARIS: Le groupe Figaro, fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 15% en 2022 et de 400.000 abonnés à son quotidien, a annoncé dimanche s'apprêter à lancer sa chaîne de télé et sa station de radio numérique.

S'il ne divulgue pas son résultat net, il précise dans un communiqué se rapprocher "de son niveau d'activité de 2019, avant la crise sanitaire", avec des revenus atteignant 570 millions d'euros et un résultat d'exploitation de 33 millions, en progression de plus de 6%.

Avec la hausse des prix du papier, le quotidien et les magazines ont subi un surcoût de 15 millions d'euros, mais la progression de leurs revenus publicitaires ont stabilisé leurs résultats.

Le groupe, présent dans les médias, les voyages, le marketing/publicité et la billetterie, réalise 60% de son chiffre d'affaires dans le numérique.

Côté journal, Le Figaro compte désormais 400.000 abonnés, dont 270.000 uniquement en version numérique.

L'année 2023 verra le déménagement de 1.500 employés sur les près de 2.000 que compte le groupe. Ils quitteront le siège pour se répartir sur deux autres sites parisiens dans les 9e et 15e arrondissements.

Des investissements d'environ 30 millions d'euros, dont le premier cette année sera consacré à l'audiovisuel pour le lancement d'une chaîne de télévision hertzienne, Le Figaro TV, et d'une station de radio numérique terrestre, Le Figaro Radio. Les contenus des deux projets seront détaillés en mars.

"Notre objectif est qu'à horizon 2026 -année des 200 ans du quotidien-, nos contenus soient présents sur tous les formats et tous les canaux de diffusion d'informations dans ce pays", expose Marc Feuillée, directeur général du groupe.

Déjà présent sur les réseaux sociaux, notamment via son média en ligne Figaro Live lancé en 2017, le Figaro veut développer "un univers audiovisuel" autour de sa marque, ce qui, au niveau publicitaire, permettra de proposer des campagnes sur tous les formats, poursuit le dirigeant.

Le groupe investira également dans ses activités éditoriales (mise en place d'un nouveau système de gestion de contenus), commerciales (refonte des outils de gestion de clientèle) et régionales dans quatre bureaux à Bordeaux, Lyon, Nantes et Nice.


Étudiante disparue à Brest: Un suspect évoque «un accident»

Héléna Cluyou, jeune élève infirmière qui aurait dû fêter ses 21 ans le 1er février, n'a plus donné signe de vie depuis dimanche 29 janvier  (Photo, La police judiciaire de Brest-Quimper).
Héléna Cluyou, jeune élève infirmière qui aurait dû fêter ses 21 ans le 1er février, n'a plus donné signe de vie depuis dimanche 29 janvier (Photo, La police judiciaire de Brest-Quimper).
Short Url
  • La jeune étudiante a-t-elle été renversée par le suspect, qui aurait ensuite dissimulé son corps?
  • Depuis une semaine, la disparition d'Héléna Cluyou donne lieu à une vive émotion dans la ville bretonne

BREST: L'enquête sur la disparition d'une étudiante de 21 ans, il y a une semaine à Brest, a connu une "accélération", a annoncé dimanche le procureur, en indiquant qu'un suspect avait évoqué une "bêtise" et un "accident" avant de tenter de se suicider.

"L'enquête a connu une accélération", a annoncé d'emblée le procureur de Brest, Camille Miansoni, en début de conférence de presse.

Confirmant des informations du quotidien régional Le Télégramme, le magistrat a raconté qu'un Brestois de 36 ans avait tenté de mettre fin à ses jours à deux reprises, vendredi et samedi, après avoir confié à des proches "avoir commis une bêtise, que sa vie était finie" et que "c'était un accident".

Héléna Cluyou, jeune élève infirmière qui aurait dû fêter ses 21 ans le 1er février, n'a plus donné signe de vie depuis dimanche 29 janvier à 5h20 du matin, à sa sortie du One Club, une discothèque du port de Brest. Elle était toujours introuvable une semaine après sa disparition.

Une image de vidéosurveillance, prise à 6h42 du matin, la montre marchant dans une rue de Brest, entre la discothèque et le domicile de ses grands-parents où elle habitait.

La jeune étudiante a-t-elle été renversée par le suspect, qui aurait ensuite dissimulé son corps? "S'agissant d'un accident, nous n'en avons pas encore la certitude. C'est une hypothèse, mais une hypothèse seulement", a souligné le magistrat.

Le véhicule du suspect a été incendié cette semaine, sans que l'on retrouve de corps à l'intérieur.

C'est le frère du suspect et la compagne de son frère qui ont prévenu les enquêteurs. Le couple avait fait le déplacement depuis Tours pour venir en aide au jeune homme, alerté par son état de détresse psychologique.

Au vu de ses aveux, ils l'ont accompagné au commissariat vendredi, mais le suspect n'a pas pu être entendu et a dû être hospitalisé.

«Affaire loin d'être élucidée»

"A ce moment-là, aucun lien n'a pu être fait entre cet accident et la disparition" d'Héléna Cluyou, selon M. Miansoni.

Mais samedi matin, "se rendant compte que leurs déclarations n'avaient sous doute pas été assez précises", le couple s'est présenté à la brigade de gendarmerie de Crozon (Finistère) pour faire le lien entre les deux affaires.

Le suspect répétait en effet "en boucle" qu'il s'agissait d'un "accident", selon leur récit. Lorsque son frère lui a demandé de quel accident il s'agissait, "à une reprise au moins, il avait  répondu: tu n'as qu'à voir ce dont on parle à Brest depuis cinq jours", a relaté le procureur.

Depuis une semaine, la disparition d'Héléna Cluyou donne lieu à une vive émotion dans la ville bretonne.

Après avoir entendu le couple, les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) se sont rendus à l'hôpital où ils ont trouvé le suspect "avec un sac plastique sur la tête", après une deuxième tentative de suicide.

Hospitalisé en réanimation, ses jours étaient en danger dimanche soir. Employé dans la restauration, il a un casier judiciaire vierge.

"Nous avons désormais des indications qui laissent penser" que cette personne "a été impliquée dans les faits de disparition sans que l'on puisse dire de quelle manière, avec qui et dans quelles circonstances", a assuré le procureur.

"Nous continuons à travailler. L'affaire est loin d'être élucidée", a ajouté le magistrat, en invitant à "garder une certaine distance" dans cette affaire.


Corse: Interpellé après l'explosion d'un bar à Sartène, il est placé en détention dans un autre dossier

Le procureur de la République d'Ajaccio Nicolas Septe (Photo, AFP).
Le procureur de la République d'Ajaccio Nicolas Septe (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le cadre de l'enquête sur l'explosion de Sartène, deux autres personnes avaient également été arrêtées
  • Le parquet a indiqué dans un communiqué privilégier «la piste criminelle sur fond de différend commercial»

BASTIA: Un homme, interpellé dans l'enquête sur l'explosion d'un bar de Sartène (Corse du sud), a été placé en détention provisoire samedi soir, dans le cadre d'une précédente affaire, a-t-on appris dimanche auprès du parquet d'Ajaccio.

Interpellé vendredi, il était en liberté conditionnelle dans le cadre d'un autre dossier, sous le régime du bracelet électronique. Aucune précision n'a été donnée sur la teneur de ce dossier.

Sa garde à vue dans l'affaire de Sartène a été levée, mais, dans le cadre de son précédent dossier, il a fait l'objet d'une réquisition du parquet pour une présentation devant un juge d'application des peines, qui a ordonné son incarcération provisoire. Une nouvelle audience aura lieu jeudi dans ce dossier, qui décidera de sa remise en liberté sous bracelet ou de son maintien en détention.

"Des éléments probants ont permis au juge d'application des peines d'incarcérer immédiatement" cet homme, a précisé le parquet.

Dans le cadre de l'enquête sur l'explosion de Sartène, deux autres personnes avaient également été arrêtées vendredi et placées en garde à vue. Elles ont été relâchées et pourraient être convoquées par la justice ultérieurement dans le cadre de ce dossier, a-t-on ajouté de même source.

Au milieu de la nuit de jeudi à vendredi, une explosion avait complètement détruit le bar Le Cyrnos, situé en centre-ville de Sartène, faisant des dégâts, mais pas de victimes. L'établissement se trouve au rez-de-chaussée d’un bâtiment de trois étages et quatre habitants avaient dû être évacués.

Le parquet a indiqué dans un communiqué privilégier "la piste criminelle sur fond de différend commercial."

L'enquête a "permis d'attester de l'utilisation d'une charge explosive dite +sèche+, accompagnée de quatre mèches lentes. La charge explosive devait être d'une particulière importance eu égard aux nombreux dégâts provoqués et à l'intensité du souffle généré par l'explosion", selon le communiqué.

Le procureur d'Ajaccio, Nicolas Septe, a déclaré à l'AFP vouloir "aller vite dans ce dossier", dénonçant des "faits d'une extrême gravité (...) avec le risque de tuer".