La Banque du Liban gèle les comptes de trois personnes sanctionnées par Washington

Des manifestants attaquent la clôture devant la Banque centrale libanaise. (Dossier, AFP)
Des manifestants attaquent la clôture devant la Banque centrale libanaise. (Dossier, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 26 janvier 2023

La Banque du Liban gèle les comptes de trois personnes sanctionnées par Washington

  • La BDL «a décidé de geler les comptes» de Hassan Moukalled, accusé par le Trésor américain d'«avoir facilité les activités financières du Hezbollah» et de ses deux fils, Rayyan et Rani
  • Washington accuse M. Moukalled, qui apparaît souvent à la télévision libanaise en tant qu'expert économique, d'avoir aidé le parti chiite à «se tailler une place dans le système financier libanais».

BEYROUTH: La Banque du Liban (BDL) a annoncé jeudi avoir gelé les comptes de trois personnes sanctionnées deux jours plus tôt par les Etats-Unis en raison de liens financiers présumés avec le Hezbollah pro-iranien.

La BDL "a décidé de geler les comptes" de Hassan Moukalled, accusé par le Trésor américain d'"avoir facilité les activités financières du Hezbollah" et de ses deux fils, Rayyan et Rani, ainsi que les compagnies qu'ils gèrent, selon un communiqué.

La BDL a pris cette mesure pour échapper aux sanctions prévues par une loi américaine adoptée fin 2015 pour entraver les financements du Hezbollah.

Cette loi pénalise les institutions financières qui "faciliteraient toute transaction" au profit de l'organisation ou blanchiraient ses fonds. Elle sanctionne également les banques qui "faciliteraient toute transaction" au profit d'une centaine d'organisations et de personnalités accusées par le Trésor américain d'être liées au Hezbollah.

Dans un communiqué mardi, le Trésor américain a accusé M. Moukalled de servir de "conseiller financier au Hezbollah" et réaliser "des transactions commerciales au nom du groupe dans toute la région".

Washington accuse également M. Moukalled, qui apparaît souvent à la télévision libanaise en tant qu'expert économique, d'avoir aidé le parti chiite à "se tailler une place dans le système financier libanais".

Mi-2021, Hassan Moukalled a reçu une licence de la BDL pour que son entreprise CTEX transfère de l'argent au Liban et à l'étranger, indique le communiqué du Trésor américain.

"En un an, la société avait obtenu une part de marché importante dans le secteur du transfert de devises au Liban et aurait collecté des millions de dollars américains pour la BDL", ajoute le communiqué.

"Tout propos selon lequel CTEX serait une vitrine financière pour un parti politique ou des personnes partisanes n'est rien d'autre que le produit de l'imagination", a réagi jeudi Hassan Moukalled dans un communiqué, selon l'agence officielle NNA.

"Le mécanisme de travail de l'entreprise avec la BDL est soumis à des conditions et des procédures similaires à celles qui sont en vigueur avec l'ensemble des autres entreprises similaires", ajoute le communiqué.

Dans un Liban secoué par une crise économique sans précédent depuis 2019, l'activité des sociétés de change a prospéré, la livre ayant perdu plus de 95% de sa valeur face au dollar.


Riyad dévoile sa stratégie en matière d'eau lors d'une conférence historique à l’ONU

Abdelaziz al-Chaibani, vice-ministre de l'Eau au ministère saoudien de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture (Photo, MEWA).
Abdelaziz al-Chaibani, vice-ministre de l'Eau au ministère saoudien de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture (Photo, MEWA).
La première conférence des Nations unies sur l'eau depuis une génération a été organisée cette semaine à New York (Photo, MEWA).
La première conférence des Nations unies sur l'eau depuis une génération a été organisée cette semaine à New York (Photo, MEWA).
Short Url
  • L’Arabie saoudite est un leader mondial en matière de sécurité et de durabilité de l'approvisionnement en eau
  • L'événement, le premier rassemblement international de ce type à discuter de l'eau depuis une génération, s’est tenu à New York cette semaine

NEW YORK: Alors que les inquiétudes concernant la pénurie d'eau ne cessent de croître dans le monde entier, et dans la région arabe en particulier, des responsables saoudiens ont donné jeudi des détails sur les mesures qu'ils ont prises pour faire face à ces problèmes.

Ils ont révélé que le Royaume s'efforçait de fournir de l'eau potable à tous à un prix abordable en développant des moyens de recycler et de gérer les ressources en eau d'une manière intégrée qui réduise l'impact sur l'environnement. Ils se sont déclarés convaincus que cette démarche était sur la bonne voie pour atteindre l'objectif mondial de l'eau potable pour tous.

Abdelaziz al-Chaibani, vice-ministre de l'Eau au ministère saoudien de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture, a déclaré que son pays était le premier au monde pour ce qui est de l'approvisionnement non conventionnel en eau par dessalement et qu'il s'efforçait de réduire l'impact environnemental des procédés utilisés.

Il s'exprimait à l'occasion de la première conférence des Nations unies sur l'eau depuis une génération, organisée cette semaine à New York par les gouvernements du Tadjikistan et des Pays-Bas.

«Je ne sais pas pourquoi la conférence n'a pas eu lieu jusqu'à présent», a révélé Farhan Haq, porte-parole de l'ONU, à Arab News. «Mais nous sommes heureux qu'elle ait lieu maintenant.»

«Il faut du temps pour que les États membres reconnaissent la gravité de certains des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Au moins, ils le font maintenant et c’est une évolution positive.»

Les organisateurs espèrent que la conférence marquera un tournant décisif dans les efforts visant à mobiliser le système des Nations unies, les États membres et les autres parties prenantes pour prendre des mesures, dans le contexte d’avertissements de plus en plus urgents sur le fait que les progrès internationaux en matière d'objectifs liés à l'eau restent «alarmants», mettant en péril l'ensemble du programme de développement durable.

L'Assemblée générale des Nations unies a défini en 2015 ses objectifs de développement durable, 17 cibles mondiales conçues comme un «schéma directeur pour un avenir meilleur et plus durable pour tous», dans le but de les atteindre d'ici à 2030.

Al-Chaibani a indiqué lors de la conférence de jeudi que le secteur de l'eau était la pierre angulaire d'une prospérité économique globale et qu'il constituait un lien solide entre les stratégies des autres secteurs économiques.

Il a affirmé que la Vision 2030, l'ambitieux programme de développement du pays, a été lancé dans le cadre des efforts déployés par l’Arabie saoudite pour fonder une économie plus durable, conformément aux objectifs de durabilité des Nations unies, et pour ouvrir la voie à un avenir meilleur. Cet objectif ne peut être atteint que «par la diversification de l'économie, la réduction de la dépendance de l'État au pétrole et le développement du secteur public pour qu'il soit plus dynamique, plus flexible et plus durable».

Les ressources naturelles limitées en eau douce de l’Arabie saoudite et la demande en eau toujours croissante, ainsi que les défis que ces facteurs posent au développement économique durable, ont incité Riyad à adopter en 2018 ce qui est désormais connu sous le nom de la «Stratégie nationale de l'eau 2030».

Al-Chaibani a expliqué que ce projet avait été conçu autour du principe de la gestion intégrée des ressources en eau, qui vise à restructurer le secteur de l'eau pour le rendre plus durable et plus efficace.

Il a ajouté que le pays cherchait à atteindre cet objectif grâce à plusieurs initiatives et programmes ambitieux, dont les plus importants sont «la restructuration et le développement des capacités de gestion intégrée des ressources en eau, l'élaboration et la mise en œuvre de la loi sur l'eau, la planification intégrée de l'eau, le développement des ressources renouvelables et non renouvelables en eaux souterraines et en eaux de surface, le développement de capacités de dessalement durables, la promotion de la contribution du secteur privé et du secteur tertiaire, et le respect des réglementations et des exigences environnementales ainsi que l'amélioration de l'efficacité de l'irrigation.»

Al-Chaibani a ajouté que son pays s'efforçait de réduire les émissions de carbone provenant des combustibles fossiles de 56% d'ici 2024, ce qui représente 26% de l'engagement total de Riyad à l'égard de l'Accord de Paris, le reste de la réduction devrait être atteint d'ici 2030.

Il a ajouté que les progrès réalisés dans le domaine du dessalement ont permis d'améliorer considérablement la qualité de l'eau potable tout en protégeant les ressources en eaux souterraines non renouvelables.

L'Arabie saoudite est également en train de «créer des villes agricoles durables qui promeuvent les économies locales et les communautés rurales, et de soutenir les femmes grâce aux opportunités de développement offertes par les sources d'eau non traditionnelles telles que le Programme d'agriculture et de développement rural durables», a assuré Al-Chaibani.

Dans le cadre de ses efforts pour parvenir à un «accès universel et équitable à l'eau potable pour tous», l'Arabie saoudite a alloué plus de 80 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,92 euro) à des «centaines de projets» liés à l'infrastructure de l'eau, qui seront mis en œuvre dans les prochaines années, a-t-il déclaré à l'assemblée.

Le royaume d’Arabie saoudite a de plus rationalisé l'utilisation de l'eau par le biais de lois, de règlements et de campagnes de sensibilisation, a poursuivi Al-Chaibani.

Il a souligné qu'en 2020, lors de sa présidence du G20, l’Arabie saoudite s'est efforcée d'inclure pour la première fois la question de la gestion résiliente et durable de l'eau dans le plan d'action du groupe. Riyad a par ailleurs été le fer de lance du «Dialogue sur l'eau» du G20, qui aura lieu cette année, sous la présidence de l'Inde, pour la quatrième fois.

«L’Arabie saoudite cherche à assurer la continuité du débat sur l'eau au sein du G20 dans les années à venir grâce à la coopération et à la coordination avec les partenaires du groupe», a soutenu Al-Chaibani.

Par ailleurs, le Fonds saoudien pour le développement a fourni des milliards de dollars pour le développement de nombreux projets d'infrastructures hydrauliques dans les pays en développement, a-t-il ajouté, en particulier «la construction de barrages, le forage de puits, les réseaux d'approvisionnement en eau et d'autres projets liés à l'eau».

Al-Chaibani a conclu en appelant tous les pays à coopérer, à partager leurs expériences et à relever les défis ensemble dans le cadre de leurs efforts pour atteindre les Objectifs de développement durable, «dont le plus important est le sixième objectif: avoir un avenir sûr pour chacun d'entre nous et pour les générations futures».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des AE s’entretient avec ses homologues algérien et chypriote

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s'entretient avec ses homologues algérien et chypriote (Photo, Getty Images).
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s'entretient avec ses homologues algérien et chypriote (Photo, Getty Images).
Short Url
  • Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a téléphoné à son homologue algérien Ahmed Attaf
  • Le Prince Faisal a reçu un appel téléphonique de son homologue chypriote, Constantinos Kombos

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a téléphoné à son homologue algérien Ahmed Attaf, a annoncé jeudi le ministère des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite.

Au début de l'appel, les deux ministres ont échangé leurs vœux à l'occasion du mois sacré musulman du Ramadan, et le prince Faisal a félicité le ministre algérien pour sa prise de fonction, lui souhaitant beaucoup de succès.

Ils ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer dans l'intérêt des deux pays, et ont discuté des développements régionaux et internationaux d'intérêt commun.

Le Prince Faisal a ensuite reçu un appel téléphonique de son homologue chypriote, Constantinos Kombos, durant lequel il l’a félicité pour sa prise de fonction et lui a souhaité beaucoup de succès.

Les deux ministres ont discuté des relations entre les deux pays et des moyens de les soutenir et de les renforcer. Ils ont également échangé leurs points de vue sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Dix morts dans des combats entre l'armée et des djihadistes

La guerre complexe en Syrie a fait depuis 2011 plus d'un demi-million de morts (Photo, AFP).
La guerre complexe en Syrie a fait depuis 2011 plus d'un demi-million de morts (Photo, AFP).
Short Url
  • Cinq soldats syriens et cinq djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne du réseau Al-Qaïda, ont été tués
  • Après les affrontements, Damas a «bombardé des positions de civils à Atareb, dans l'ouest de la province d'Alep, blessant dix civils»

BEYROUTH: Cinq soldats syriens et cinq djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne du réseau Al-Qaïda, ont été tués jeudi dans des affrontements dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, selon une ONG.

Ces combats ont eu lieu entre l'armée du président Bachar al-Assad et HTS, qui contrôle avec des factions rebelles moins influentes environ la moitié de la province d'Idleb (nord-ouest) et des secteurs limitrophes de provinces voisines, notamment celle d'Alep.

Cinq membres de HTS et de l'armée syrienne ont été tués "après que des membres du groupe djihadiste se sont infiltrés dans l'ouest de la province d'Alep", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon l'ONG, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, les combats ont également fait dix blessés dans les rangs de HTS et six autres dans ceux de l'armée.

Après les affrontements, Damas a "bombardé des positions de civils à Atareb, dans l'ouest de la province d'Alep, blessant dix civils", a ajouté l'OSDH.

Depuis le début 2023, 124 militaires et civils ont été tués dans des bombardements d'artillerie et autres affrontements au sol, dont cinq civils, 86 soldats syriens, 30 djihadistes du HTS, selon l'OSDH.

Les médias officiels syriens n'ont pas fait état d'affrontements jeudi.

Depuis fin 2022, le groupe HTS "a intensifié ses bombardements" contre des positions du régime syrien à Idleb, après le rapprochement entre Ankara et Damas, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

La Syrie et la Turquie, qui soutient les rebelles syriens, ont repris le dialogue après une rupture de plus d'une décennie qui a suivi la guerre déclenchée en 2011 en Syrie.

Un cessez-le-feu négocié par Moscou, allié de Damas, et Ankara, est largement respecté depuis mars 2020 dans la région d'Idleb et des zones limitrophes.

Mais des échanges de tirs sanglants ont parfois lieu dans cette région soumise de manière sporadique à des raids aériens du régime syrien.

La guerre complexe en Syrie a fait depuis 2011 plus d'un demi-million de morts.