A Gaza, colère et amertume face à l'élargissement d'une route

Cette vue aérienne montre le camp de réfugiés d'Al-Shati dans la bande de Gaza le 18 janvier 2023, où des bâtiments sont en cours de démolition dans le cadre d'un projet d'infrastructure des autorités locales visant à élargir la principale route côtière à travers l'enclave palestinienne, avec un financement égyptien et qatari. (Photo MAHMUD HAMS / AFP)
Cette vue aérienne montre le camp de réfugiés d'Al-Shati dans la bande de Gaza le 18 janvier 2023, où des bâtiments sont en cours de démolition dans le cadre d'un projet d'infrastructure des autorités locales visant à élargir la principale route côtière à travers l'enclave palestinienne, avec un financement égyptien et qatari. (Photo MAHMUD HAMS / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 février 2023

A Gaza, colère et amertume face à l'élargissement d'une route

  • Mi-janvier, le gouvernement de Gaza, dirigé par le mouvement islamiste palestinien Hamas a commencé à démolir 62 maisons dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, un ensemble compact d'étroites ruelles en bord de mer, pour élargir la route côtière
  • Depuis lors, chaque matin, des dizaines de familles du camp ont vu leurs maisons réduites en ruines

GAZA: Ramadan Abou Saif regarde des bulldozers éventrer la maison de son voisin, sachant que la sienne risque d'être la prochaine, car elle est située sur le tracé d'un projet d'élargissement de la route côtière de la bande de Gaza.

Mi-janvier, le gouvernement de Gaza, dirigé par le mouvement islamiste palestinien Hamas a commencé à démolir 62 maisons dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, un ensemble compact d'étroites ruelles en bord de mer, pour élargir la route côtière qui traverse ce territoire palestinien du nord au sud.

Depuis lors, chaque matin, des dizaines de familles du camp ont vu leurs maisons réduites en ruines. Nombre de ces familles sont des descendants des réfugiés de la guerre de 1948-1949 ayant coïncidé avec la création d'Israël et remportée par le jeune Etat face à une coalition arabe.

La plupart des propriétaires concernés par le projet financé par l'Egypte et le Qatar ont accepté une compensation financière d'un montant total de quelque 3 millions de dollars (2,76 millions d'euros) en échange de l'abandon de leur maison, a déclaré un responsable gouvernemental.

Cependant, certains d'entre eux, comme Ramadan Abu Saif, 58 ans, patron d'un café donnant sur la mer qui jouxte sa maison, ont rejeté l'indemnisation au motif qu'elle était insuffisante et qu'elle détruisait leur communauté.

Il explique que le gouvernement lui a proposé 160.000 dinars jordaniens (la monnaie jordanienne est la référence pour les transactions immobilières dans les Territoires palestiniens) soit environ 110.000 euros, pour sa maison d'une surface de 500 mètres carrés, soit 320 dinars le mètre carré.

"C'est injuste, nous voulons que justice nous soit rendue, car le prix d'un mètre carré de terrain ici est égal à 1.000 dinars", dit-il à l'AFP.

"S'ils démolissent ma maison, cela signifie la mort de mes souvenirs et de ceux de mes grands-parents, de mon père et de ma mère", a-t-il ajouté.

Projet vital

L'élargissement de la route est un "projet vital et important pour résoudre les embouteillages dont souffre la zone depuis des décennies", estime Salameh Maarouf, porte-parole du gouvernement du Hamas, qui dirige la bande de Gaza et ses 2,3 millions d'habitants depuis 2007.

Il n'y a pas que les maisons qui vont être démolies, souligne Kamal Saidam, 51 ans, un autre habitant menacé d'expulsion.

Un centre communautaire, qui abrite un terrain de football et des salles pour le tennis de table et de parkour, est également voué à la destruction, de même que plusieurs bâtiments de l'UNRWA, l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

"Nous ne sommes pas contre l'élargissement de la rue, mais cela ne devrait pas nous affecter en tant que résidents", déclare Kamal Saidam à l'AFP.

Un responsable de l'UNRWA a indiqué sous le couvert de l'anonymat que l'agence n'avait "rien à voir avec la démolition".

"Nous avons décidé d'évacuer le club, le centre de services aux femmes et le service de nettoyage du camp d'Al-Shati", à la demande du gouvernement du Hamas à Gaza, a-t-il précisé.

Kamal Saidam regarde les ouvriers enlever les derniers meubles du club de sport, qu'il fréquentait enfant, en prévision de son démantèlement. Il est incapable de réprimer sa colère: "Je ne peux pas imaginer être déplacé d'ici, dit-il, ce club est l'un des symboles du camp".


Beyrouth défend son aéroport après des allégations de stockage d'armes du Hezbollah

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Short Url
  • De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes
  • Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah

BEYROUTH: De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes.

Le mouvement armé et financé par l'Iran a ouvert le front contre Israël le 8 octobre 2023 en soutien à son allié du Hamas palestinien à Gaza.

Dans un article publié en ligne dimanche, The Telegraph a affirmé que le Hezbollah stockait missiles et explosifs iraniens à l'aéroport, situé au sud de la capitale, dans une zone où le Hezbollah est prépondérant.

Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables libanais ont immédiatement démenti ces allégations.

Des diplomates représentant l'Egypte, l'Allemagne ou l'Union européenne entre autres, ainsi que des journalistes, ont participé à la visite chaotique du seul aéroport international du Liban.

Ils ont notamment pénétré dans un entrepôt où des cartons de marchandises étaient empilés sur des palettes, dans lequel sont placées les marchandises en provenance d'Iran et d'autres destinations.

Les visiteurs sont ensuite entrés dans un immense entrepôt adjacent au tarmac, où davantage de marchandises étaient stockées.

"L'aéroport respecte les normes internationales", a assuré le ministre des Transports Ali Hamié, qui a dirigé la visite.

Il a ajouté que l'article du Telegraph s'inscrivait dans le cadre d'une "guerre psychologique" contre le Liban et constituait une "atteinte à la réputation" de l'aéroport.

"Notre présence est un message de soutien" au Liban et "un message à toutes les parties pour dire que le calme est nécessaire", a déclaré l'ambassadeur égyptien Alaa Moussa, même si selon lui, inspecter l'aéroport n'est pas du ressort des diplomates.

« Eté prometteur »

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens.

Il a indiqué que les arrivées à Beyrouth étaient en augmentation et que "les passagers arrivés au Liban depuis début juin ont dépassé les 300.000 -- c'est un très bon chiffre".

"Si Dieu le veut, on s'attend à un été prometteur", a-t-il déclaré, les expatriés ayant pour habitude de revenir en grand nombre pour passer l'été au Liban.

Dans le hall des arrivées, des familles attendaient leurs proches, certaines portant des bouquets de fleurs, tandis que les détails des vols en provenance notamment de Chypre, de Turquie, d'Égypte et du Qatar apparaissaient sur les écrans d'affichage.

Rola Qassem, une femme au foyer d'une cinquantaine d'années qui venait d'arriver de Côte d'Ivoire pour passer l'été dans le sud du Liban avec sa famille, a affirmé ne pas croire aux informations faisant état d'armes stockées à l'aéroport.

"Ce sont des mensonges pour que les gens aient peur d'aller au Liban, pour arrêter le tourisme", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le Hezbollah n'a pas commenté les informations du quotidien britannique.

Israël accuse depuis plusieurs années le Hezbollah, de convertir des roquettes en missiles de précision, notamment sur un site près de l'aéroport international de Beyrouth, ce que le mouvement chiite avait démenti en 2020.

La rhétorique belliqueuse et l'intensification des échanges de tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Israël a bombardé l'aéroport de Beyrouth lors de ses conflits par le Liban par le passé, dont la dernière guerre contre le Hezbollah en 2006.


1 personne sur 5 à Gaza passe des jours sans manger, selon un rapport de l'ONU

1 personne sur 5 à Gaza passe des jours sans manger, selon un rapport de l'ONU
Short Url
  • Plus de 495 000 personnes à Gaza font face à des niveaux catastrophiques d'insécurité alimentaire

LONDRES : Plus de 495 000 personnes à Gaza, représentant une personne sur cinq de la population de l'enclave, font maintenant face à des niveaux catastrophiques d'insécurité alimentaire aiguë, caractérisée par un manque extrême de nourriture, la famine et l'épuisement, selon un prochain rapport de l'ONU. 
Le dernier « Aperçu Spécial » de Gaza, issu de la classification intégrée des phases de la sécurité alimentaire (IPC) sera publié mardi, a rapporté The Guardian.
Le rapport de l'ONU révélera également que plus de la moitié des ménages de Gaza ont dû vendre ou échanger des vêtements pour acheter de la nourriture, alors que le risque de famine reste élevé dans tout le territoire à la suite des récentes violences.
Les autorités israéliennes contrôlent strictement l'entrée à Gaza et les déplacements sont soumis à une autorisation militaire. Les débris ont endommagé les routes, le carburant est en quantité limitée, et les réseaux électriques et de communication fonctionnent à peine.
Au début de la guerre, Israël a imposé un siège complet à Gaza, qui n'a été progressivement allégé que sous la pression des États-Unis. La guerre a considérablement réduit la capacité de Gaza à produire sa propre nourriture.
L’IPC a noté que les livraisons de nourriture et les services nutritionnels au nord de Gaza ont considérablement augmenté en mars et en avril, ce qui a permis d'éviter une famine et d'améliorer les conditions dans le sud du territoire. Cependant, la situation s'est à nouveau détériorée en raison de la reprise des hostilités, et le risque de famine demeure dans la bande de Gaza tant que le conflit persiste et que l'accès humanitaire est limité, selon un rapport provisoire obtenu par The Guardian.
Plus de la moitié des ménages ont déclaré manquer fréquemment de nourriture à la maison, et plus de 20 % passent des jours et des nuits entières sans manger, a rapporté le Guardian. La trajectoire la plus récente est négative et très instable. Si cette tendance se poursuit, les améliorations constatées en avril pourraient rapidement s'inverser.
Les agences de l'ONU et les organisations humanitaires signalent des difficultés pour atteindre le poste-frontière de Kerem Shalom en raison des combats en cours, des restrictions israéliennes, des problèmes de coordination avec l'armée et de l'effondrement de la loi et de l'ordre.
Bien que l’IPC n'ait pas officiellement déclaré une famine — ce qui nécessite un ensemble de conditions strictes — la situation à Gaza est désastreuse. Le niveau 5 de la faim, qui touche 22 % de la population de Gaza, est comparable à la famine.
Une déclaration formelle de famine exige que 20 % des ménages aient un manque extrême de nourriture, que 30 % des enfants souffrent de malnutrition aiguë et qu'au moins deux adultes ou quatre enfants sur 10 000 personnes meurent chaque jour.
Volker Türk, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, a déclaré que les restrictions israéliennes sur l'aide humanitaire à Gaza pourraient constituer un crime de guerre de famine délibérée. Le Programme alimentaire mondial et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture ont prévenu que d'ici la mi-juillet, plus d'un million de personnes pourraient être mortes ou affamées.
Dans une déclaration conjointe, Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l'UE, et Janez Lenarčič, le commissaire européen à la gestion des crises, ont déclaré : « La crise à Gaza a atteint un nouveau point de rupture... L'acheminement d'une aide humanitaire significative à l'intérieur de Gaza est devenu quasiment impossible et le tissu même de la société civile est en train de s'effilocher. »
Avant la publication du rapport de l'IPC sur Gaza, Kate Phillips-Barrasso, vice-présidente de la politique mondiale et du plaidoyer pour Mercy Corps, a déclaré : « Les gens endurent des conditions infrahumaines, recourant à des mesures désespérées comme faire bouillir des herbes, manger de la nourriture pour animaux et échanger des vêtements contre de l'argent pour éviter la faim et garder leurs enfants en vie.
« La situation humanitaire se détériore rapidement et le spectre de la famine continue de planer sur Gaza... L'aide humanitaire est limitée... La communauté internationale doit exercer une pression incessante pour parvenir à un cessez-le-feu et assurer un accès humanitaire soutenu dès maintenant. La population ne peut plus supporter ces difficultés. »


Un ministre israélien tient des propos explicites et promet l'annexion de la Cisjordanie

Les déclarations de Smotrich représentent une escalade dans la rhétorique du gouvernement israélien, témoignant d’une position claire et sans équivoque sur la question de l'annexion. (AFP)
Les déclarations de Smotrich représentent une escalade dans la rhétorique du gouvernement israélien, témoignant d’une position claire et sans équivoque sur la question de l'annexion. (AFP)
Short Url
  • Bezalel Smotrich affirme que le gouvernement «instaurera la souveraineté, d'abord sur le terrain, ensuite par le biais de la législation»
  • Ces propos interviennent à la suite de rapports faisant état de projets israéliens visant à transférer «l'autorité sur le territoire à des civils»

LONDRES: Le ministre israélien des Finances d'extrême droite, Bezalel Smotrich, a tenu des propos des plus explicites et intransigeants à ce jour concernant l'annexion de la Cisjordanie, gouvernée par l'Autorité palestinienne.

Lors d'une réunion de son Parti sioniste religieux, Smotrich, qui détient également un portefeuille ministériel au sein du ministère de la Défense, a tenu des propos sans équivoque, désignant la Cisjordanie comme la Judée et la Samarie, affirmant qu’elles font «partie intégrante d'Israël».

Lors de la conférence, Smotrich a déclaré: «Nous instaurerons la souveraineté (…) d’abord sur le terrain, ensuite par le biais de la législation. J'ai l'intention de légaliser les jeunes colonies.»

«Je me donne pour mission de vie d’empêcher la création d'un État palestinien», a-t-il souligné.

Les propos tenus par Bezalel Smotrich représentent une nouvelle escalade dans la rhétorique du gouvernement israélien, témoignant d’une position claire et sans équivoque sur la question de l'annexion.

Le recours à ce langage explicite souligne la position intransigeante du ministre et sa détermination à modifier le statut de la Cisjordanie à travers des mesures à la fois légales et concrètes.

Ce développement fait suite aux révélations du New York Times et du Guardian la semaine dernière, selon lesquelles le gouvernement israélien prévoirait de «transférer discrètement l'autorité sur le territoire à des civils» et d'autres fonctionnaires favorables aux colons, plutôt qu’à l'armée.

Dans des enregistrements fuités d’une réunion de partisans en Cisjordanie, Smotrich explique que ces changements administratifs «mégaspectaculaires» transféreraient des pouvoirs à l'administration civile, placée sous sa direction au sein du ministère de la Défense.

Ce transfert réduirait la probabilité d'un contrôle juridique de l'expansion et du développement des colonies, puisque l'administration civile est responsable de la planification et de la construction dans la zone C de la Cisjordanie, qui représente environ 60% de l'ensemble du territoire.

Smotrich ajoute que le nouveau système permettrait au gouvernement d'éviter les critiques internationales en maintenant l’implication du ministère de la Défense, donnant ainsi l’impression que l'armée reste le principal acteur dans la gouvernance de la Cisjordanie.

Tensions 

«Ce sera plus facile à avaler sur le plan international et juridique», ajoute-t-il.

Les propos de Smotrich risquent d'exacerber davantage les tensions dans la région et de susciter de vives critiques de la part des dirigeants palestiniens et de la communauté internationale, qui considèrent les projets d'annexion comme une violation du droit international et un obstacle majeur aux efforts de paix.

Smotrich, qui a œuvré pour la légalisation des colonies illégales en Cisjordanie et pour l'approbation de milliers de nouveaux logements dans les territoires palestiniens depuis qu’il est devenu ministre, se retrouve au cœur de la controverse ces derniers temps.

Des médias américains ont laissé entendre qu'il pourrait faire l’objet de sanctions pour son rôle dans la déstabilisation de la Cisjordanie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com