Les experts de l’industrie aérospatiale mondiale se réunissent à Casablanca

Le Maroc a été, lors de cette journée, au centre du microcosme de l’industrie aérospatiale mondiale. (Photo fournie)
Le Maroc a été, lors de cette journée, au centre du microcosme de l’industrie aérospatiale mondiale. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 17 février 2023

Les experts de l’industrie aérospatiale mondiale se réunissent à Casablanca

  • L’espace est devenu un véritable espace de lutte
  • Le Maroc a été, lors de cette journée, au centre du microcosme de l’industrie aérospatiale mondiale

CASABLANCA: L’affaire des engins espions découverts au-dessus des États-Unis a relancé le débat sur les limites et les menaces de la militarisation de l’espace aérien, ainsi que la profusion de son exploitation illégale. Une tendance qui a été particulièrement observée lors de la guerre russo-ukrainienne.

«Cette problématique a dominé un conflit riche en enseignements. On a vu comment le brouillage des communications par satellite a été opéré de manière très régulière, en plus des manœuvres ciblant la navigation et les opérations. L’espace est devenu un véritable espace de lutte. Cette guerre est un tournant qui nous démontre comment le domaine spatial est aujourd’hui plus que jamais menacé», a affirmé Hervé Derrey, jeudi 16 février à Casablanca. Le PDG Thales Alenia Space, qui prenait part à la conférence «Militarisation de l’espace, quelles menaces?», lors de l’Aerospace African Forum, a mis le doigt sur un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur, celui de l’espionnage depuis l’espace, en utilisant des technologies ingénieuses. L’affaire des ballons chinois en est d’ailleurs le meilleur exemple, selon lui.

casa
Photo fournie.

La stratosphère, nouveau royaume des engins espions?

Un constat partagé par Jean-Paul Paloméros, ancien commandeur allié Transformation à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan). Selon ce dernier, la stratosphère, où ont été découverts ces engins, était jusque-là le royaume des sondes météorologiques. Or, aujourd’hui, cette partie de l’espace, qui échappe à toute réglementation internationale, est de plus en plus utilisée à des fins d’espionnage. Pire, elle pourrait aussi être exploitée pour servir des objectifs plus dangereux. C’est pourquoi il a lancé un appel, depuis Casablanca, à une réglementation de cet espace et à l’établissement d’un code de conduite. «Pour continuer à utiliser l’espace, il faut le protéger et le réguler. Il faut mettre en place une stratégie relative à la fin de vie des satellites et des débris», a souligné de son côté Hervé Derrey à l’assemblée d’experts venus nombreux des quatre coins du monde assister à cette grand-messe dédiée à la filière aérospatiale.

Pour continuer à utiliser l’espace, il faut le protéger et le réguler.

Le Maroc dans les radars de l’industrie aéronautique

Par ailleurs, le Maroc, qui a initié ce forum unique sur le continent, entend mettre en avant ses nombreux atouts, notamment dans l’industrie aéronautique. Un secteur qui a bouclé l’année 2022 sur un record en termes d’exportations avec plus de 2 milliards d’euros, en augmentation de près de 35% par rapport à l’année 2021. Cette performance remarquable confirme la pertinence de l’offre Maroc. «Fort de ses infrastructures de classe mondiale et de la qualité de son capital humain talentueux, le Maroc, grâce à la vision du roi Mohammed VI, a réussi à figurer aujourd’hui parmi les destinations aéronautiques les plus dynamiques», a déclaré lors du forum, Ali Seddiki, directeur général de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (Amdie).

casa
Photo fournie.

Rappelons qu’en vingt-deux ans, le Maroc a pu édifier une base aéronautique de qualité, diversifiée, compétitive et reconnue à l’échelle mondiale. Des métiers nouveaux et à forte valeur ajoutée se sont développés dans les différents parcs industriels aménagés spécialement pour les entreprises des nombreux écosystèmes de cette industrie de pointe, couvrant des filières variées, dont le câblage, la mécanique, la chaudronnerie, le composite, l’assemblage mécanique et les moteurs. Des composants des aéronefs des grands constructeurs mondiaux comme Boeing, Airbus et Bombardier sont fabriqués au Maroc. La nouvelle charte de l’investissement prévoit une série d’incitations et d’avantages compétitifs en faveur des investisseurs désireux de profiter de la base marocaine et du savoir-faire Made in Morocco, une expertise que le pays entend partager avec le continent africain dans le cadre de la coopération Sud-Sud initiée par le roi Mohammed VI.

Pari réussi

«Notre objectif est de partager cette connaissance et cette intelligence d’une filière mondialisée. Nous avons réuni les grands décideurs de l’Afrique avec ceux de l’international pour construire l’avenir de l’aéromobilité. Le Maroc, fort de sa jeunesse, de ses femmes et de ses hommes est prêt à relever les nouveaux challenges d’un secteur qui évolue perpétuellement, en raison notamment du défi lié au changement climatique qui sera au cœur de la révolution technologique de ce domaine. Une révolution que le Maroc a déjà entamée», a martelé Maria el-Filali, commissaire générale de l’Aerospace African Forum et directrice générale du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas), organisateur du forum.

Photo fournie
Photo fournie.

Pari réussi pour Mme El-Filali, les organisateurs et les partenaires de l’événement, dont fait partie Arab News en français. Le Maroc a été, lors de cette journée, au centre du microcosme de l’industrie aérospatiale mondiale. Ce forum se veut à l’image de la dynamique de l’Afrique, en particulier grâce à un programme préparé pendant un an et demi par un éminent Conseil scientifique, abordant l’avenir d’un secteur aux multiples enjeux.


L'Iran assure aux Etats-Unis ne pas vouloir «une expansion des tensions » avec Israël

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que son pays avait « essayé de dire clairement aux États-Unis » que l’Iran « ne cherchait pas une expansion des tensions dans la région ».
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que son pays avait « essayé de dire clairement aux États-Unis » que l’Iran « ne cherchait pas une expansion des tensions dans la région ».
Short Url
  • «Ce qui peut accroître les tensions dans la région, c'est le comportement du régime sioniste», a dit Hossein Ami-Abdollahian à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi à New York pour une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.
  • A New York, M. Amir-Abdollahian a prévu de s'entretenir avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et avec d'autres ministres des Affaires étrangères en marge de la réunion du Conseil de sécurité

TÉHÉRAN: Le chef de la diplomatie iranienne a déclaré que son pays avait fait passer plusieurs "messages" aux Etats-Unis pour assurer que l'Iran ne cherchait "pas une expansion des tensions" au Moyen-Orient avec Israël, a indiqué jeudi son ministère.

"Ce qui peut accroître les tensions dans la région, c'est le comportement du régime sioniste", a dit Hossein Ami-Abdollahian à son arrivée dans la nuit de mercredi à jeudi à New York pour une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Israël a indiqué mercredi qu'il se réservait "le droit de se protéger" face à l'Iran à la suite de l'attaque menée dans la nuit de samedi à dimanche par Téhéran contre son territoire avec des drones et des missiles.

M. Ami-Abdollahian a insisté sur le fait que "des messages avaient été envoyés avant et après l'opération" aux Etats-Unis, essentiellement par l'intermédiaire de l'ambassade suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays. Ces échanges visaient "à établir une compréhension correcte de l'action de l'Iran", selon lui.

"Nous avons dit clairement aux Américains que la décision (...) de répondre au régime" israélien, à la suite de la frappe attribuée à Israël contre le consulat iranien à Damas le 1er avril, était "définitive", a dit le ministre.

"Nous avons essayé de dire clairement aux Etats-Unis dans ces messages que nous ne sommes pas à la recherche d'une expansion des tensions dans la région", a-t-il ajouté.

A New York, M. Amir-Abdollahian a prévu de s'entretenir avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et avec d'autres ministres des Affaires étrangères en marge de la réunion du Conseil de sécurité qui doit débattre d'une demande des Palestiniens de devenir un membre à part entière des Nations unies.


"Sortir de la destruction et de la mort" : des Gazaouis à la plage comme avant la guerre

Des enfants palestiniens jouent sur une plage à Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 17 avril 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant Hamas. (Photo AFP)
Des enfants palestiniens jouent sur une plage à Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 17 avril 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant Hamas. (Photo AFP)
Short Url
  • Une météo estivale a offert mercredi un moment de répit aux Gazaouis déplacés à Deir el-Balah, dans le centre du territoire palestinien,
  • "Les enfants étaient heureux", assure Naji Abou Waseem, lui aussi déplacé de Gaza-ville. "C'était notre but, les sortir de la destruction et de la mort, de l'atmosphère de la guerre, même s'ils entendent tout le temps des explosions et les avions"

Deir El-Balah (Territoires Palestiniens) : Une météo estivale a offert mercredi un moment de répit aux Gazaouis déplacés à Deir el-Balah, dans le centre du territoire palestinien, qui par centaines se sont baignés dans les eaux encore fraîches de la Méditerranée pour se laver des affres de la guerre.

"Aujourd'hui, c'était l'occasion pour nous d'aller à la mer. A cause de la forte chaleur, la tente est comme un four, et l'air est comme le feu", raconte à l'AFP Mahmoud Al-Khatib, 28 ans, qui a dû fuir la ville de Gaza, au nord, avec sa femme et ses enfants.

En attendant le jour où ils pourront rentrer chez eux, ils vivent dans un camp, sous des tentes chauffées à blanc par le soleil d'avril et un mercure qui a atteint les 34°C mercredi à Deir el-Balah.

"Les enfants étaient heureux", assure Naji Abou Waseem, lui aussi déplacé de Gaza-ville. "C'était notre but, les sortir de la destruction et de la mort, de l'atmosphère de la guerre, même s'ils entendent tout le temps des explosions et les avions".

Un photographe de l'AFP a saisi ces instants de calme et de joie simple, une denrée rare dans le petit territoire palestinien ravagé par six mois de frappes aériennes incessantes et de combats acharnés entre Israël et le Hamas.

Des hommes étendus sur le sable, les regards au large, devisent à quelques pas d'enfants bravant les vagues ou barbotant sur l'estran. Un petit groupe de femmes et de jeunes filles en tunique longue et hijab posent pour la photo.

Un cheval, un chien s'ébrouent dans l'eau. Des gamins piaffent d'aise, juchés sur un chameau.

Des adolescents tapent dans le ballon, d'autres volleyent, de plus jeunes sautillent sur un improbable trampoline.

Selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, femmes et enfants sont les premières victimes de l'opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, qui a fait près de 39.000 morts, majoritairement des civils.

Originaire d'un quartier du nord de Gaza, Oum Ramadan, son mari Younis Abou Ramadan, leurs enfants et petits-enfants vivent eux aussi sous des tentes, "comme dans une boîte de sardines", résume-t-elle.

"Nous avons passé la journée à la plage", raconte Younis Abou Ramadan. "Nous avons essayé d'oublier ce que nous vivons, mais c'est difficile".

L'offensive militaire israélienne a été déclenchée par les attaques sanglantes et sans précédent perpétrées le 7 octobre par des commandos infiltrés du Hamas dans le sud d'Israël qui ont fait 1.170 morts, en majorité des civils, d'après un décompte de l'AFP à partir de chiffres officiels israéliens.

Leur massacre commis, les assaillants ont enlevé 250 personnes. Dans le cadre d'une trêve d'une semaine fin novembre, une centaine d'otages, dont 80 Israéliens ou binationaux, ont été libérés en échange de 240 prisonniers palestiniens.

Israël estime que 129 otages restent captifs dans la bande de Gaza, dont 34 sont morts.


Les rois de Jordanie et de Bahreïn discutent de coopération arabe régionale

Le roi Abdallah II de Jordanie et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, à Aqaba. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, à Aqaba. (Petra)
Short Url
  • La réunion a mis en lumière l’importance du prochain sommet de la Ligue arabe, qui devrait être inauguré à Manama, le 16 mai
  • Le roi Hamad a félicité la Jordanie pour son rôle au niveau de la promotion de la paix dans la région et son soutien aux causes arabes et islamiques, en particulier la question palestinienne

AMMAN: Le roi Abdallah II de Jordanie et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, se sont rencontrés, mercredi, à Aqaba, pour discuter de la solidarité et de la coordination arabes, rapporte l’Agence de presse jordanienne.

La réunion a mis en lumière l’importance du prochain sommet de la Ligue arabe, qui devrait être inauguré à Manama, la capitale du royaume de Bahreïn, le 16 mai, à la lumière des défis auxquels la région fait désormais face.

Le roi Abdallah a salué les efforts déployés par Bahreïn pour organiser l’événement.

Lors de la réunion, à laquelle a également participé le prince héritier de Jordanie, Hussein ben Abdallah, les dirigeants ont insisté sur les liens étroits entre la Jordanie et Bahreïn et ont exprimé leur engagement à poursuivre la coopération et l’intégration économique.

Le roi Hamad a félicité la Jordanie pour son rôle au niveau de la promotion de la paix dans la région et son soutien aux causes arabes et islamiques, en particulier la question palestinienne.

Les dirigeants ont souligné la nécessité urgente d’une intervention internationale pour parvenir à un accord de cessez-le-feu à Gaza, et ils ont appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures immédiates pour protéger les civils, garantir l’acheminement de l’aide humanitaire et empêcher une escalade du conflit.

Ils se sont également fermement opposés à toute action susceptible d’élargir le conflit, notamment l’offensive terrestre israélienne à Rafah ou le déplacement des Palestiniens.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com