La graphologie, une science étonnante

Saman Aslam. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Vendredi 27 novembre 2020

La graphologie, une science étonnante

  • La graphologie est un domaine qui fait l'objet d’un intérêt croissant de la part des jeunes Saoudiens
  • «L'écriture est notre miroir; elle projette notre esprit conscient, préconscient et subconscient»

DJEDDAH: L’autoévaluation est l’une des tendances croissantes chez les jeunes Saoudiens, de l’analyse de son art, de son langage corporel à son écriture, manuscrite, entre autres.

Si l’écriture manuscrite joue un rôle important dans la vie universitaire d’une personne, elle peut aussi révéler des traits de personnalité, des habitudes et un état de santé grâce à une science appelée «graphologie».

La graphologie est l'analyse des modèles trouvés dans l'écriture pour identifier l'état psychologique de la personne.

Arab News a rencontré la graphologue Saman Aslam, une expatriée pakistanaise résidant à Riyad, qui déclare que la graphologie se développe chez les jeunes. Elle a créé une page sur Instagram pour les clients qui souhaitent faire analyser leur écriture gratuitement.

En parlant de cette science, elle déclare que la graphologie a été la chose la plus difficile qu'elle ait faite dans sa vie. «J'ai fait divers travaux, mais être graphologue est le plus difficile à ce jour et le plus surprenant.»

Elle définit l’écriture d’une personne comme une «écriture cérébrale», car c’est le cerveau qui guide les mains et crée des motifs. «L'écriture manuscrite est notre miroir; elle projette notre esprit conscient, préconscient et subconscient. La graphologie permet également de déterminer l’état de santé physique d'une personne.»

Selon Saman Aslam, les apparences peuvent être trompeuses mais l'écriture manuscrite ne ment jamais. Elle révèle une manière de penser, de se sentir et de se comporter. «Cela se produit directement et immédiatement, sans même que les individus soient présents. La graphologie indique la motivation qui sous-tend les actions et décrit la propension de la personne dont l’écriture est analysée à se comporter d’une manière inattendue.»

La graphologue dissipe également une idée fausse liée à ce domaine particulier, qui est souvent confondu avec la divination ou les études spirituelles: la graphologie ne permet pas de prédire l'avenir.

L'intérêt de Saman Aslam pour la graphologie découle de son expérience dans l'apprentissage de l'écriture arabe. Une équipe de graphologues arabes lui a parlé de certains de ses traits de personnalité qui ont éveillé son intérêt pour le domaine. Elle a ensuite étudié l'écriture anglaise.

La graphologie a non seulement permis à Aslam d'aider son entourage, mais l'a également aidée à améliorer sa propre personnalité et ses relations.

«Chaque jour, j'apprends et j'applique de nouvelles techniques. De la compréhension de mes frères et sœurs à la personnalité de mes étudiants, savoir ce que mes aînés attendent de moi, aider mes amis à trouver des partenaires de vie appropriés, et conseiller les gens sur leur carrière et leurs bilans de santé», a-t-elle déclaré à Arab News.

Elle est également devenue une bonne observatrice, capable de repérer ceux qui ne peuvent pas exprimer ce qu'ils vivent, et désormais, elle peut s'entendre avec des personnalités difficiles.

La graphologie ne s'arrête pas à l'analyse, ajoute-t-elle. Il existe un moyen pour les gens d'améliorer et de transformer leurs traits négatifs en traits positifs, grâce à un processus appelé «graphothérapie».

La thérapie est basée sur le changement de la personnalité de la personne en modifiant son écriture manuscrite. Un graphothérapeute conçoit une thérapie personnalisée et suggère de nouveaux modèles d'écriture pour reprogrammer les habitudes négatives. Le thérapeute peut ainsi éventuellement aider à soulager les souffrances, améliorer les relations, les carrières, le développement personnel, diminuer le stress mental et les traumatismes, ainsi que les pensées suicidaires. 

«Avec la graphothérapie, vous pouvez surmonter vos faiblesses et les transformer en forces», souligne-t-elle.

La graphologie, indique Saman Aslam, fonctionne non seulement pour découvrir les problèmes de santé mentale, mais aussi physiques. Cette branche de la graphologie, appelée «graphopathologie», étudie les altérations produites dans les graphismes en raison de perturbations psychologiques ou physiques, qu'elles soient latentes ou évidentes, permanentes ou temporaires.

«Apparemment, de nombreux problèmes de santé sont enregistrés dans notre cerveau six mois avant l'apparition des symptômes», précise-t-elle. «Des problèmes de santé tels que les tumeurs, les déséquilibres hormonaux, les problèmes gynécologiques, les douleurs articulaires, la déshydratation et bien plus encore.»

Dans sa carrière de graphologue, Saman Aslam a eu de nombreuses expériences, dont certaines plus marquantes que d'autres. «Une de ces expériences a été de guérir le mal de dos de mon patient. Un autre événement s’est produit lorsque ma patiente a fait analyser l’écriture de son mari et qu’il s’est avéré souffrir d’un trouble de double personnalité. L'un de ses personnages était céleste et l'autre hostile.»

Saman Aslam souhaite sensibiliser le public à sa pratique à travers des ateliers, des cours de courte durée, et lancer une académie en ligne qui intègre graphologie et graphothérapie.

Elle encourage également les aspirants graphologues à travailler dur. «La graphologie s’accompagne d’une grande responsabilité; assurez-vous de le faire sincèrement parce que vos paroles vont se graver dans l’âme de quelqu'un. Soyez courtois! Vous allez probablement investir toute votre vie dans cette étude; faites-le avec dévouement et honnêteté.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Dahab en temps de Covid

Restaurant : Le restaurant Jasmine, en face de l'hôtel Divers House, est vide
De nombreux hôtels ont arrêté leur construction ou sont totalement vides en ce début d'année, alors que la saison touristique reprend doucement
Vue globale de l'hôpital général de Dahab, qui contient 21 lits, dont 4 en unité Covid
Le début de la rue principale de Dahab, bordée d'hôtels, de restaurants et de magasins, est vide
Entrée principalede l'hôpital général de Dahab, dans un des quartiers résidentiels du village
Short Url
  • A l’hôpital Général de Dahab, ancienne bâtisse décrépite aux allures de HLM, les patients attendent dans les couloirs. L’hôpital contient au total vingt lits, dont 4 en unité Covid, et 3 en soins intensifs
  • Dahab et tout le Sud-Sinaï ont ainsi été coupés du monde pendant quelques mois, lors du premier confinement au printemps dernier

DAHAB: A une heure de route de Charm el-Cheikh, dans le désert du Sinaï, sur la côte, se trouve une petite bourgade connue pour sa vie sous-marine. Dahab et ses 15.000 âmes vivent du tourisme et de la pêche. Mais, comme partout ailleurs, le coronavirus a mis un coup d’arrêt aux voyages, et la crise qui s’en est suivie a fragilisé la population. 

Des cafés le long de la mer, de la musique live le soir, des restaurants de poissons, pêchés à quelques kilomètres des côtes, Dahab a tout pour plaire. La plongée y est répandue, c’est l’un des plus beaux spots de la mer Rouge, avec des coraux multicolores et des centaines d’espèces d’animaux marins, à quelques mètres seulement des plages. La rue principale du village est bordée de restaurants, de boutiques vendant toutes sortes de sarouels et d’attrapes-rêves, donnant un sentiment de quiétude et d’environnement hippie, unique au pays. Les affiches en différentes langues, notamment en russe, nous font comprendre que Dahab est une ville touristique, mais surtout qui ne vit que de cela. C’est pour cette raison que la crise de la Covid a particulièrement affecté ce village, comme des centaines d’autres villes dans le monde qui subsistent du tourisme. “Nous avons passé six mois sans aucun travail, rien du tout”, explique Mohammed, chef d’un restaurant en bord de mer où viennent se poser les plongeurs venus du monde entier. “Maintenant, les affaires ont repris, mais cela n’a rien à voir avec les années précédentes”. Ici, la saison touristique dure toute l’année, la température en hiver y est clémente, et la plongée s’adapte aux différences de saisons.

A l’hôpital Général de Dahab, ancienne bâtisse décrépite aux allures de HLM, les patients attendent dans les couloirs. L’hôpital contient au total vingt lits, dont 4 en unité Covid, et 3 en soins intensifs. Le directeur de l’hôpital, Mohammad Alaa’, est en poste depuis cinq mois seulement. Cet homme d’une quarantaine d'années raconte : “Nous n’avons pas de patient à traiter pour la Covid dans notre structure aujourd’hui” explique-t-il, tout en refusant de donner les chiffres de cas de Covid à Dahab. “Nous n’avons eu aucun mort, mais depuis le début de la pandémie, plusieurs patients sont venus se faire soigner ici, puis ils sont repartis, guéris”. L’hôpital n’est pas en capacité d’analyser des tests PCR, “nous prenons les échantillons ici, puis nous les envoyons à l’hôpital général d’El-Tur, une ville à environ 200 kilomètres de Dahab. Nous réalisons environ une dizaine de tests par semaine”, explique une médecin de l’hôpital, qui a souhaité garder l’anonymat. “Aujourd’hui, ce n’est plus possible, renchérit le directeur, nous avons des problèmes de transport, il faut donc aller à Charm el-Cheikh directement pour se faire tester”. 

Le nombre de cas journaliers de contaminations par le coronavirus en Egypte sont sous-estimés. En cause, l’accès aux tests, chers, une cinquantaine de dollars, mais peut varier d’un hôpital à un autre. Ce pays de près de 100 millions d’habitants a des difficultés à modifier des habitudes ancrées depuis plusieurs décennies. “Les Egyptiens ont toujours eu une manière chaleureuse et nonchalante de vivre ensemble, raconte Alexandra Watrin, franco-égyptienne, il était à prévoir que la Covid serait plus difficile à contenir, d’autant que la population n’aurait pas pu respecter un confinement à l’européenne car les petits commerces qui structurent la majorité du pays n’y auraient pas survécu”. Un art de vivre à l’égyptienne qui a poussé le gouvernement à restreindre les mouvements à travers le pays.

Dahab et tout le Sud-Sinaï ont ainsi été coupés du monde pendant quelques mois, lors du premier confinement au printemps dernier. “Afin d’entrer dans cette zone, pendant le confinement, il fallait soit un visa de travail, soit un permis de résidence, mais sinon il n’était pas possible d’entrer”, explique ce médecin. “Tout ce qui était touristique était complètement fermé, et ce pendant plusieurs mois”. Adham travaille à Dahab dans un hôtel qu’il gère avec son oncle. “Ma mère a attrapé la Covid au Caire, puis, après avoir dépensé plus de 30.000 livres égyptiennes (plus de 1500 dollars), elle est décédée à l’hôpital. Nous avons tout essayé, un homme nous a même vendu son sang, car il était remis du Covid et avait les anticorps. Mais rien n’a fonctionné. Moi, j’étais coincé à Dahab, je n’avais pas le droit de sortir d’ici pour aller la voir, je n’ai pu qu’aller constater sa mort après, et ce de loin”. Des histoires comme celles-ci, il y en a beaucoup en Egypte, qui a connu une forte première vague.

Depuis quelques mois cependant, le tourisme reprend doucement. L’Egypte ne requiert pas de quarantaine à l’arrivée pour les voyageurs, un test PCR négatif suffit. “Je suis venue deux semaines en Egypte, c’est l’un des seuls pays ouverts, et puis il fait beau !” raconte Camille, qui vient de Bretagne. La majorité des touristes sont pourtant locaux, en provenance du Caire ou d’autres villes d’Egypte, et viennent se ressourcer au bord de la mer Rouge, pour la plupart entre amis. “Les Egyptiens se sont mis à la plongée il y a environ 5 ans, explique Magdi, propriétaire de Divers House, hôtel de bord de mer. Avant, nous n’avions que des étrangers, mais la nouvelle génération s’y met”. Ce tourisme local permet donc à Dahab de survivre, alors que le monde entier se reconfine pour contenir la deuxième vague du Coronavirus, avec ses nouvelles variantes.


La Marocaine des Cultures patrimoniales met à l’honneur le patrimoine musical marocain

Logo de La Marocaine des Cultures patrimoniales (Photo fournie)
Short Url
  • De l’andaloussi au malhoun en passant par l’issawa ou le gnaoua, entre arts populaires et spirituels, tous les styles musicaux marocains seront mis à l’honneur
  • La Marocaine des Cultures patrimoniales aspire à allier tradition et modernité

CASABLANCA: Redonner à la culture marocaine toutes ses lettres de noblesse, c’est ce qu’entendent bien entreprendre les membres de La Marocaine des cultures patrimoniales. Tout juste créée, l’association, basée à Casablanca, capitale économique du royaume chérifien, a déjà fait part de ses projets futurs. Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne compte pas laisser sombrer dans l’oubli le patrimoine national de ce pays du Maghreb.

D’ailleurs, Rachid Ouadghiri, a mis tout son cœur dans cette initiative. L’association permettra notamment de faire découvrir l’art marocain, même au-delà des frontières. Le président de l’association précise ainsi que, «ce pays est un foyer de coexistence de toutes les langues, dialectes, cultures et même de toutes les religions. Cela est dû à son emplacement géographique de même qu’à sa double culture.»

Culture et Covid

En ces temps difficiles, marqués par la pandémie, le monde de la culture, à l’arrêt depuis des mois, subit lui aussi les conséquences néfastes de la crise sanitaire. De ce fait, le choix de fonder une association durant cette période représentait un défi important. Un challenge pourtant relevé par Rachid al-Ouadghiri et ses collègues. «Notre objectif est d’exprimer notre quête du sacré et de la richesse de notre patrimoine. Pourquoi avoir peur de la pandémie? Le monde a connu d’autres catastrophes et en est sorti renforcé. L’activité culturelle ou scientifique ne doit donc pas s’arrêter à ce genre d’obstacle. Nous sommes capables d’utiliser la nouvelle technologie et les moyens de communication afin d’organiser plusieurs événements, conférences et réunions à distance, et de distraire le monde de cette peur quotidienne qu’il vit», confie-t-il.

Le ton est donc donné, La Marocaine des cultures patrimoniales aspire à allier tradition et modernité. Et pour cause, le digital devrait être au cœur des nombreux évènements qui verront le jour grâce à l’action de cette toute jeune association. Une nouvelle manière d’appréhender l’univers de la culture et de s’adapter aux changements liés à la situation épidémiologique mais aussi à l’évolution des nouvelles technologies.

D’ailleurs, l’ONG ne laissera pour compte aucune forme d’expression artistique, notamment dans l’univers de la musique. De l’andaloussi au malhoun en passant par l’issawa ou le gnaoua, entre arts populaires et spirituels, tous les styles musicaux marocains seront mis à l’honneur. Une façon de préserver un patrimoine ancestral, parfois remis au goût du jour, toujours en conservant une belle touche traditionnelle. «La Marocaine des cultures du patrimoine a été fondée pour raviver les styles musicaux spirituels ainsi que pour créer le lien de communication et d’intérêts en relation avec la musique et tout ce qui touche le patrimoine, qu’il soit culturel du Maroc ou de l’étranger», souligne le président de l’association.

La musique, une passion sans bornes

À l’origine de ce projet, un amoureux d’art et de musique qui a toujours rêvé de transmettre sa passion au plus grand nombre. Né à Fès, Rachid al-Ouadghiri baigne dans l’univers musical depuis son plus jeune âge. Il étudie tout d’abord le solfège et al andaloussia, la musique andalouse dans la langue de Molière. Après avoir reçu un enseignement musical de qualité, de la part des plus grands maîtres en la matière du pays, il obtient plusieurs diplômes au Maroc et à l’étranger, toujours dans sa spécialité, puis devient enseignant en musique. L’artiste fonde également le plus grand groupe vocal du Maroc, composé de 600 élèves âgés de 6 à 12 ans, l’occasion pour lui de pouvoir passer un jour le flambeau. «En tant que président de l’association, professeur de musique et artiste, je me dois de transmettre mes connaissances et ma passion dans ce domaine aux futures générations, et leur faire découvrir la beauté et la richesse de notre pays», persiste et signe ce passionné.

Et pour cause, cela fait déjà plusieurs années que l’idée germe dans la tête de ce féru du sixième art, de préserver le patrimoine culturel marocain et de le partager à travers le temps et l’espace. Dans cette optique, le professeur de musique s’est bien entouré, car cette aventure, il ne compte pas la mener en solitaire.

«Tous les membres de l’association me suivent sur le projet: Mounia Skalli, directrice éducative et vice-présidente, Aziza Ait Moussa, journaliste et secrétaire générale, Lahcen Ourigh, journaliste et vice-secrétaire général), Marouane Benchekroune, médecin et trésorier, Hicham Saher, inspecteur divisionnaire et vice-trésorier, Abdelouahed Yousfi, avocat et conseiller juridique, Saïd Oudghiri Hassani, dramaturge et conseiller artistique, Imad Benjelloun, responsable des relations et Mohamed Benmoussa, directeur de société», présente avec fierté le quadragénaire.

Des membres qui espèrent également collaborer avec d’autres associations marocaines et internationales, afin de diffuser le message. Un message qui devrait traverser les frontières et ainsi mettre en lumière la richesse culturelle marocaine.


Un cinéma «drive-in» à Riyad, signé MUVI

Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Short Url
  • Il ajoute que MUVI envisage d'ouvrir d’autres locaux temporaires similaires à travers le Royaume.
  • Le cinéma peut accueillir jusqu'à 150 véhicules, tout en maintenant des mesures de distanciation sociale

RIYADH: La chaîne locale de Cinéma MUVI a ouvert un cinéma pop-up à Riyad, le premier «drive-in» du royaume depuis la levée en 2018 de l'interdiction nationale sur les , selon l’entreprise.

Le cinéma peut accueillir jusqu'à 150 véhicules, tout en maintenant des mesures de distanciation sociale, ont affirmé les organisateurs. Les téléspectateurs seront tenus de porter des masques et de faire contrôler leur température, conformément aux mesures recommandées pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Nourriture et boissons peuvent être consommées dans les voitures des visiteurs. «Les Cinémas MUVI adoptent des mesures de précaution strictes afin d’assurer un environnement sûr pour nos employés et nos clients», a déclaré le directeur de marketing de MUVI, Mahmoud Mirza, à Arab News. Il précise qu'aucune décision n'avait encore été prise au sujet de la durée d'ouverture du pop-up.

Selon Mirza, la réaction initiale du public indique que le concept de «drive-in» sera aussi populaire dans le Royaume qu'il l'a récemment été dans d'autres régions du Moyen-Orient, dont Dubaï et Beyrouth. Cela permettra aux clients de regarder des films sur le grand écran, tout en restant protégés contre la pandémie de la Covid-19.

Arwa Al-Numair, résidente de Riyad, a déclaré à Arab News qu'elle avait hâte d'essayer le drive-in, après avoir vu les photos sur les réseaux sociaux.

«Ça a l'air tellement cool. Tout comme dans les films et à la télévision. C'est tout à fait évocateur et un excellent moyen de voir des films en toute sécurité pendant la pandémie», a-t-elle avoué. «Je suis très prudente, donc j'étais inquiète à l'idée d’aller dans une salle de cinéma. Mais le fait de voir un film sans même avoir à quitter ma voiture me rend plus à l'aise pour y emmener ma famille».

Ismaeel Al-Assem, un autre résident de Riyad, évoque ses souvenirs dans les cinémas «drive-in» de la province orientale au début des années 70, avant l'interdiction qui a touché tout le pays.

«Je me souviens être allé au «drive-in» le week-end avec mes amis, avoir acheté des frites et des hamburgers dans l'un des stands. Le son passait via un câble en forme de tuyau que l’on rentrait dans la voiture. À l'époque, c'était le summum du cool», dit-il. «C’est palpitant de les voir revenir. J'aimerais vraiment aller voir ce qui a changé, ce qui a été amélioré et ce qui va me donner la même sensation».

Mirza souligne que c'est la période idéale pour y aller. «Les cinémas «drive-in» exigent de nombreuses conditions pour réussir. Un facteur important est la météo, et avec le temps qu’il fait à Riyad en ce moment, l’expérience devient exceptionnelle», a-t-il expliqué. 

Il ajoute que MUVI envisage d'ouvrir d’autres locaux temporaires similaires à travers le Royaume.

«Les cinémas MUVI n’en sont pas à leur premier pop-up cinéma», a-t-il poursuivi. «Nous continuerons d'offrir de telles expériences afin d’élargir notre portée et créer des moments de bonheur pour notre public, que ce soit à l'intérieur de nos salles de cinéma ou à l'extérieur».

Mirza a révélé que MUVI compte ouvrir 15 nouvelles salles de cinéma en Arabie saoudite cette année, ajoutant plus de 150 écrans à sa liste.

«De nouvelles salles de cinéma s’ajouteront dans des villes où nous sommes déjà présents, et d’autres seront introduites dans des endroits comme Taif, Buraidah et Onaizah», a-t-il soutenu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com