Après le séisme, la double peine des femmes sinistrées

Le chagrin, le stress, le manque d'hygiène et d'intimité, la promiscuité sous les tentes et dans les habitats de fortune, tout concourt à alourdir le quotidien des femmes dans les régions ravagées par le séisme du 6 février. (AFP).
Le chagrin, le stress, le manque d'hygiène et d'intimité, la promiscuité sous les tentes et dans les habitats de fortune, tout concourt à alourdir le quotidien des femmes dans les régions ravagées par le séisme du 6 février. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 08 mars 2023

Après le séisme, la double peine des femmes sinistrées

  • Le chagrin, le stress, le manque d'hygiène et d'intimité, la promiscuité sous les tentes et dans les habitats de fortune, tout concourt à alourdir le quotidien des femmes
  • "Elles patientent dès le matin aux distributions de vivres, elles cuisinent, s’occupent des enfants et des personnes âgées, font la vaisselle, la lessive..."

ANTAKYA: Dans la petite clinique des femmes - un conteneur installé dans un parc d'Antakya, au sud de la Turquie - l'étagère du Dr Günbegi recèle tout ce que ses patientes n'osent pas demander au-dehors.

Des sous-vêtements féminins, des produits d'hygiène intime, protections périodiques, traitements contre les infections locales, tests de grossesse..., des soins qui ne nécessitent pas de visite à l'hôpital et un peu d'attention.

Le chagrin, le stress, le manque d'hygiène et d'intimité, la promiscuité sous les tentes et dans les habitats de fortune, tout concourt à alourdir le quotidien des femmes dans les régions ravagées par le séisme du 6 février, qui a fait plus de 46.000 morts dans le sud et le sud-est du pays (et 6.000 en Syrie).

La "clinique" où reçoit le Dr Günbegi, un conteneur orange signalé par une pancarte en carton, a été installée par l'Association des médecins turcs dans un parc entre deux pans de ville dévastés: la vieille Antioche réduite à l'empilement de ses ruines d'un côté et des rangées d'immeubles plus récents, debout mais menaçants, à deux pas du fleuve Oronte.

Médecin légiste de 33 ans, elle accueille des femmes qui ont tout perdu: domicile, souvenirs, effets personnels et se retrouvent contraintes, parfois en deuil, à la promiscuité avec un accès compté aux douches et aux toilettes.

Une de ses étagères reste mieux garnie que les autres: celle des préservatifs. "Les hommes rechignent à les utiliser", indique le Dr Meltem Günbegi en désignant les boites noires intactes.

"C'est pourquoi les femmes viennent nous demander discrètement une contraception", poursuit-elle. Mais en dépit de la solidarité des pharmaciens du pays, "ce qui nous manque le plus, ce sont les pilules contraceptives" - une pénurie chronique en Turquie.

"En trois jours, j'ai vu trois femmes enceintes en état de choc", reprend le Dr Günbegi. "Quand j'ai demandé si elles sentaient le bébé bouger, elles ont réalisé qu'elles n'y avaient plus pensé. Elles ont croisé la mort, les destructions, elles ont oublié le bébé".

"Un mois après, elles reprennent à peine conscience de leur état", estime-t-elle.

La charge du quotidien 

"La situation est dure pour tout le monde, mais les femmes sont confrontées depuis le début à de lourdes difficultés et supportent toute la charge du quotidien sur leurs épaules", note Selver Büyükkeles, 28 ans, bénévole de l'association féministe et LGBT Mor Dayanisma.

"Elles patientent dès le matin aux distributions de vivres, elles cuisinent, s’occupent des enfants et des personnes âgées, font la vaisselle, la lessive..." énumère la jeune fille, elle-même rescapée du séisme après des heures d'efforts pour se dégager des décombres.

La situation traumatisante consécutive au séisme renforce un "fort sentiment d'insécurité", constate-t-elle: "Les femmes se sentent responsables de la situation de la famille, elles redoutent un nouveau tremblement de terre à chaque nouvelle secousse (plus de 13.000 en un mois, ndlr). Et l’environnement général, la vie sous les tentes, la promiscuité, les insécurise".

Cependant, à ce stade, les militantes et médecins interrogées par l'AFP n'ont pas relevé davantage de violences ou d'abus domestiques, malgré les tristes records de la Turquie en la matière.

Question de temps, met en garde Fidan Ataselim, secrétaire-générale de la plateforme "We Will stop the feminicides" qui appelle à mettre en place des mécanismes de prévention dans les régions sinistrées.

En 2022, au moins 327 femmes et 39 enfants ont été tués et 793 blessées selon la revue des Femmes qui compile les données.

Dans le parc de l'Amitié, non loin de la clinique des femmes, le Parti des Travailleurs a établi une permanence deux jours après le séisme et apposé des affiches en turc et en arabe, pour les nombreux réfugiés syriens : "Ici, zone sûre pour les femmes et les (personnes) LGBT+".

Une trentaine de tentes ont été dressées, surveillées par des volontaires qui assurent aussi leur sécurité quand elles se rendent aux douches ou aux sanitaires.

Lundi, 150 à 200 femmes y avaient trouvé asile, indique une jeune militante de 23 ans, Aslihan Keles.

Et le Parti des travailleurs, qui célèbre d’ordinaire le 8 mars par une marche contestataire du pouvoir islamo-conservateur, a cette fois prévu des cadeaux pour les femmes sous les tentes.


La Turquie, l’OCI et la Ligue arabe présentent leurs arguments contre l’occupation israélienne devant la CIJ

La Cour internationale de justice a tenu toute la semaine des audiences sur les implications juridiques de l’occupation israélienne depuis 1967, avec un nombre sans précédent de cinquante-deux pays – dont les États-Unis et la Russie – venus témoigner. (AFP)
La Cour internationale de justice a tenu toute la semaine des audiences sur les implications juridiques de l’occupation israélienne depuis 1967, avec un nombre sans précédent de cinquante-deux pays – dont les États-Unis et la Russie – venus témoigner. (AFP)
Short Url
  • Les représentants palestiniens ont demandé aux juges de déclarer illégale l’occupation de leur territoire par Israël
  • Ils soutiennent que sa décision pourrait contribuer à créer les conditions d’un accord en faveur d’une solution à deux États

LA HAYE: Des représentants de la Turquie, de la Ligue arabe, de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et de l’Union africaine présentent aujourd’hui, lors du dernier jour de procédure devant la plus haute cour de l’ONU, leurs arguments sur la légalité de l’occupation des territoires palestiniens par Israël.

Les juges de la Cour internationale de justice (CIJ) ont entendu les arguments de plus de cinquante États, après une requête de l’Assemblée générale des nations unies, qui a demandé, en 2022, à la cour d’émettre un avis non contraignant sur les conséquences juridiques de l’occupation israélienne.

Lors de la première journée d’audience, le lundi 19 février, les représentants palestiniens ont demandé aux juges de déclarer illégale l’occupation de leur territoire par Israël, soutenant que sa décision pourrait contribuer à créer les conditions d’un accord en faveur d’une solution à deux États.

La plupart des pays ont critiqué la conduite d’Israël dans les territoires occupés. Nombre d’entre eux ont exhorté le tribunal à déclarer l’occupation illégale.

Cependant, les États-Unis se sont tenus aux côtés de leur allié, s’opposant à un retrait immédiat et inconditionnel du territoire occupé.

Israël, qui ne participe pas aux audiences, a indiqué, dans des commentaires écrits, que l’implication de la cour pourrait nuire à la mise en place d’un règlement négocié.

Ces audiences font partie d’une campagne palestinienne visant à inciter les institutions juridiques internationales à examiner la conduite d’Israël. Cette initiative a pris un caractère urgent depuis que les attaques du Hamas en Israël le 7 octobre ont déclenché une réponse militaire qui a provoqué la mort de quelque vingt-neuf mille six cents Palestiniens.

Les quinze juges de la CIJ ont été chargés d’étudier «l’occupation, la colonisation et l’annexion par Israël… notamment les mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut de la Ville sainte de Jérusalem, en plus de l’adoption de lois et mesures discriminatoires connexes».

Le verdict des juges devrait être rendu dans six mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Franck Riester à Abu Dhabi pour la conférence ministérielle de l'OMC

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial
  • Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU

RABAT: Dans le cadre de la 13ᵉ conférence ministérielle (CM13) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le ministre délégué Franck Riester, en charge du commerce extérieur et de l'attractivité, de la francophonie et des Français de l’étranger, s’est rendu à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU). 

L'événement, qui se déroule du dimanche 25 au mardi 27 février 2024, réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial.

Ce déplacement revêt une importance significative dans le contexte où la France et l’Union européenne œuvrent pour que «l’OMC retrouve toute sa place au centre du système commercial multilatéral et soit en mesure de répondre aux enjeux actuels du commerce mondial», a annoncé le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Parmi les priorités figure le «rétablissement du mécanisme de règlement des différends de l’organisation», précise le communiqué.

Au cours de cette conférence, l’homme politique mettra en avant «l’importance de la montée en puissance des enjeux de politique industrielle et de concurrence équitable». Il défendra également la conclusion d'accords prioritaires pour la France, notamment celui qui porte sur les subventions contribuant à la surpêche et aux surcapacités, ajoute le communiqué.

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU. Des échanges sont également prévus avec des membres de la communauté française établie dans le pays hôte.

La journée du lundi 26 février sera marquée par la cérémonie d’ouverture de la CM13, suivie de sessions dédiées à des sujets cruciaux tels que l’accession des Comores et du Timor oriental à l'OMC ainsi que la ratification de l’accord sur les subventions à la pêche.

Par ailleurs, Franck Riester profitera de son séjour pour visiter la Sorbonne Abu Dhabi ; il y discutera avec des professeurs de français et des étudiants.

 


L'occupation israélienne est un «affront à la justice», estime la Ligue arabe

Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Short Url
  • «Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale», a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe
  • «L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide», a affirmé Abdel Hakim El-Rifai

LA HAYE: La Ligue des Etats arabes a qualifié lundi devant la plus haute juridiction de l'ONU l'occupation des territoires palestiniens par Israël d'"affront à la justice internationale", affirmant que ne pas y mettre fin équivalait à un "génocide".

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, clôt lundi une semaine d'audiences sur les conséquences juridiques de l'occupation par Israël de territoires palestiniens depuis 1967, avec un nombre inédit de 52 pays appelés à témoigner.

"Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale", a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe.

"L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide", a affirmé Abdel Hakim El-Rifai.

La plupart des intervenants ont appelé à ce qu'Israël mette fin à son occupation ayant suivi la guerre des Six Jours, mais Washington a pris la défense de son allié.

L'ONU a demandé à la CIJ de rendre un "avis consultatif" non contraignant sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La cour rendra probablement son avis avant la fin de l'année.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite dans laquelle il qualifie les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Les audiences ont débuté lundi dernier avec les témoignages de responsables palestiniens, qui ont accusé les occupants israéliens de diriger un système de "colonialisme et d'apartheid" et exhorté les juges à appeler à la fin de l'occupation "immédiatement, totalement et sans condition".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien, mais n'a pas évoqué de cessez-le-feu.

Le conflit a été déclenché par l'attaque sur le sol israélien du mouvement islamiste palestinien du Hamas du 7 octobre, qui a fait plus de 1.160 morts, civils en majorité, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, l'armée israélienne a lancé une offensive qui a fait 29.782 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.