Comment les investissements de l'Arabie saoudite encouragent l'adoption des véhicules électriques au Moyen-Orient

Short Url
Publié le Dimanche 12 mars 2023

Comment les investissements de l'Arabie saoudite encouragent l'adoption des véhicules électriques au Moyen-Orient

  • Les investissements saoudiens dans la production de véhicules électriques devraient atteindre 50 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie
  • Au moins 30% des véhicules en circulation à Riyad devraient être électriques d'ici 2030

DUBAÏ: Bien que le marché des véhicules électriques au Moyen-Orient n'en soit qu'à ses débuts, le déploiement mondial de nouveaux modèles de VE accélère leur adoption dans la région, car les gouvernements et les consommateurs adoptent la transition vers l'abandon du moteur à combustion interne.

Une nouvelle étude de Goldman Sachs prévoit que les VE représenteront environ la moitié des ventes de voitures neuves dans le monde d'ici 2035. «Bien que le secteur des VE soit en proie à d'importants courants contraires, nos stratèges s'attendent à ce que l'innovation technologique l'emporte sur ces forces dans les années à venir», indique le rapport de Goldman Sachs Research.

Par ailleurs, avec la concurrence accrue, les incitations gouvernementales et la baisse des prix des produits liés aux batteries et des composants des véhicules rendant les VE plus abordables, il est de plus en plus probable qu'au moins certains modèles deviennent aussi bon marché que les véhicules à moteur à combustion interne avant la fin de l'année.

ds
Le Groupe STC annonce un partenariat avec #Lucid LLC pour des services de connectivité pour les véhicules Lucid en Arabie Saoudite (Photo, Fournie).

Alors que la marque Tesla d'Elon Musk domine actuellement le marché des VE au Moyen-Orient, parmi les modèles électriques que l'on peut trouver dans la région figurent la MG ZS EV, la Renault Zoe E-Tech et la Volvo XC40 Recharge Pure Electric, aux côtés de la marque suédoise récemment lancée, Polestar.

L'importance croissante accordée à l'adoption des VE, notamment dans les pays du Golfe, s'explique en grande partie par les engagements nationaux visant à accélérer la transition des combustibles fossiles vers les sources d'énergie renouvelables afin d'atteindre des objectifs zéro émission nette au cours des prochaines décennies.

Cette transition ne se fera toutefois pas du jour au lendemain, car les pays du Golfe doivent encore augmenter considérablement le nombre de stations de recharge disponibles pour ces nouveaux véhicules, afin de donner aux VE une autonomie suffisante et d'inciter les consommateurs à acheter des modèles électriques.

«Le marché des véhicules électriques devrait croître dans toute la région, en grande partie grâce à la poursuite des réformes menées par les gouvernements, notamment en ce qui concerne la construction d'infrastructures permettant aux consommateurs de parcourir de longues distances», a signalé Tom Lee, directeur général de MG Motor Middle East, à Arab News.

EN BREF

En 2021, les ventes de VE ont doublé par rapport à l'année précédente pour atteindre un nouveau record de 6,6 millions.

En 2012, 120 000 VE ont été vendus dans le monde. En 2021, plus que cela a été vendu chaque semaine.

Près de 10% des ventes mondiales de voitures étaient des VE en 2021, soit quatre fois la part de marché de 2019.

En 2021, le nombre total de VE sur les routes du monde était de 16,5 millions, soit trois fois plus qu'en 2018.

Les ventes ont augmenté en 2022, avec 2 millions de véhicules vendus au premier trimestre, soit une hausse de 75% par rapport à la même période en 2021.

 

Selon le cabinet d'études de marché Mordor Intelligence, le marché des VE au Moyen-Orient et en Afrique était évalué à 40,25 millions de dollars américains (1 dollar américain = 0,94 euro) en 2021 et devrait atteindre 93,10 millions de dollars d'ici 2027, enregistrant un taux de croissance annuel composé de plus de 15% au cours de la période de prévision.

Ces chiffres sont remarquables si l'on considère que le marché mondial des VE a subi un revers majeur lors de la pandémie de la Covid-19 entraînant la fermeture de plusieurs unités de production et le début d'une pénurie mondiale de puces semi-conductrices, qui continue d'avoir un impact sur les industries jusqu'à ce jour.

Les ventes de véhicules à zéro émission ont depuis rebondi dans le monde entier, doublant en 2021 par rapport à l'année précédente, marquant un nouveau record avec un peu moins de 7 millions de voitures, soit 10% de l'ensemble des ventes de voitures, selon le Global EV Outlook, publié par l'Initiative pour les véhicules électriques.

Il en a été de même en 2022, lorsque les ventes mondiales de VE ont augmenté régulièrement, avec 2 millions de voitures vendues au cours du seul premier trimestre. Cette année, les recettes du marché des VE devraient atteindre 322,50 millions de dollars.

«L'éducation des consommateurs dans la région a rapidement augmenté, sous l'impulsion des plans d'énergie renouvelable des pays du CCG et de la baisse du prix des véhicules électriques», a expliqué Lee à Arab News.

Cette prise de conscience devrait s'accentuer lorsque les Émirats arabes unis accueilleront la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28) en novembre, coïncidant avec leur «Année de la durabilité». Selon Lee, les projets de fabrication des Émirats arabes unis constituent également une occasion d'investissement lucrative.

Actuellement, les véhicules écologiques ou hybrides représentent environ 50% de la flotte de taxis de l'autorité des routes et des transports de Dubaï. Un plan quinquennal a été lancé pour que seuls des taxis hybrides, électriques ou à hydrogène circulent sur les routes de l'émirat d'ici à 2027.

Lancée en 2016, Ekar, la première entreprise de mobilité et super-application de conduite autonome de la région, a suivi le mouvement des VE, ajoutant 10 Teslas à sa flotte disponible à la location à Dubaï et 5 Teslas supplémentaires disponibles à Masdar City, à Abu Dhabi.

«Les VE sont des voitures exceptionnellement bien adaptées au covoiturage», a affirmé Vilhelm Hedberg, cofondateur et PDG d'Ekar, à Arab News.

«Il y a moins de pièces mobiles dans un véhicule électrique que dans une voiture à moteur à combustion interne, qui présente une multitude de possibilités de défaillance, d'entretien et de problèmes, réduisant considérablement le temps passé hors route dans les véhicules électriques.

ds
Vilhelm Hedberg, fondateur d'Ekar, estime que la région va dans la bonne direction en ce qui concerne les véhicules électriques (Photo, Fournie).

À l'heure actuelle, il existe environ 325 stations de recharge pour les VE dans les Émirats arabes unis, ce qui représente moins de 1% de l'ensemble des véhicules immatriculés dans le pays. Toutefois, Hedberg croit que le nombre de VE en circulation augmentera au cours des deux prochaines années.

«Il existe une équation de préparation mondiale calculée pour les VE et les Émirats arabes unis se classent au huitième rang mondial», a-t-il indiqué. La Norvège, la Chine, l'Allemagne, Singapour et le Royaume-Uni occupent les cinq premières places en termes de part de marché des VE.

Hedberg a ajouté: «Le fait que les Émirats arabes unis aient déjà commencé à mettre en place l'infrastructure les oriente dans la bonne direction.»

Le total des investissements saoudiens dans la production de VE devant atteindre 50 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, on espère qu'au moins 30% des véhicules en circulation à Riyad seront électriques au cours des sept prochaines années.

«Le public saoudien a une grande affinité pour ces voitures. Il y a beaucoup d'enthousiasme pour les voitures classiques et les modèles de voitures emblématiques», a déclaré à Arab News un porte-parole de Ceer, la première marque saoudienne de véhicules électriques.

Selon le porte-parole, les Saoudiens «ont également une forte affinité pour la technologie» et chercheront donc à adopter de nouveaux concepts.

ds
Ceer, la première marque saoudienne de véhicules électriques, a pour objectif de produire 170 000 voitures par an (Photo, Fournie).

«Vous pouvez trouver des véhicules électriques à batterie dans les rues de Dammam, Djeddah et Riyad, même si de nombreuses marques ne vendent pas officiellement de VE en Arabie saoudite aujourd'hui», a révélé le porte-parole, faisant référence aux véhicules entièrement électriques dotés de batteries rechargeables et dépourvus de moteur à essence.

Le porte-parole a déclaré que l'étude de Ceer sur la perception des consommateurs a révélé un fort intérêt pour la gamme de véhicules de l'entreprise: «Cet intérêt est suscité à la fois par le design emblématique des véhicules et les fonctions d'infodivertissement, mais aussi par une série d'autres facteurs, notamment le rapport qualité-prix, le coût total de possession et la sensibilisation croissante aux questions liées au développement durable.»

En 2020, le Royaume d’Arabie saoudite comptait plus de 15 millions de véhicules immatriculés. Les quatre cinquièmes d'entre eux étaient des voitures ou des véhicules légers. Selon le Centre saoudien d'efficacité énergétique, le secteur des transports a consommé environ 21% de l'énergie totale du pays cette année-là.

Mohamed Chahin, président du groupe Arabie saoudite et Yémen chez Schneider Electric, estime qu'une solide infrastructure de gestion de l'énergie est essentielle afin de soutenir la transition des moteurs à essence traditionnels vers la mobilité électrique.

L'Arabie saoudite se branche sur le futur

ds
Des femmes saoudiennes testent une voiture électrique fabriquée par Lucid Group lors de l'exposition Parcours de transition verte de l’Arabie Saoudite dans le port de Djeddah, sur la mer Rouge (Photo, AFP).

-------------------------------------

Avec 61% des parts, l'Arabie saoudite est le propriétaire majoritaire du groupe Lucid par l'intermédiaire de son Fonds d'investissement public (PIF). Construite dans la ville économique roi Abdellah, sur la côte de la mer Rouge, la première usine de Lucid à l'étranger assemblera dans un premier temps des «kits» de véhicules Lucid Air fabriqués en Arizona, aux États-Unis.

À terme, l'usine construira des véhicules complets avec une capacité de pointe prévue de 150 000 véhicules par an. La première marque saoudienne de véhicules électriques, Ceer Motors, a été lancée à la fin de l'année dernière par le prince héritier, Mohammed ben Salmane.

Soutenue également par le PIF, Ceer sera la première marque automobile à produire des VE en Arabie saoudite et prévoit de vendre une gamme de véhicules pour les consommateurs du pays et de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Les premières unités devraient être disponibles en 2025.

Avec un objectif de production de 170 000 voitures par an, Ceer devrait créer jusqu'à 30 000 emplois directs et indirects dans la région et contribuer directement à hauteur de 8 milliards de dollars au PIB de l'Arabie saoudite d'ici à 2034.

Les giga-projets de l’Arabie saoudite, tels que Qiddiya, Rochn et NEOM, prévoient de déployer des flottes de VE, produites à temps par les usines Lucid et Ceer dans la ville économique roi Abdellah.

--------------------------------------

«Le chargeur intelligent EVlink lancé dans la région l'année dernière n'est qu'un des nombreux produits de nouvelle génération qui contribueront à construire une matrice énergétique plus durable pour l'avenir», a déclaré Chahin à Arab News.

Selon Chahin, bien que le coût d'un véhicule écologique soit nettement moins élevé aujourd'hui qu'auparavant, il ne suffira pas d'augmenter le nombre de VE sur les routes pour réduire les émissions.

«Une expérience de charge intelligente et durable qui peut surveiller, gérer et éventuellement limiter l'utilisation des dispositifs de charge des VE dans le but d'optimiser la consommation d'énergie peut aider les VE à devenir encore plus propres», a-t-il jugé.

Selon la société Energy Sage, basée à Boston, la recharge d'un VE est environ 3,5 fois moins chère par kilomètre que le coût du ravitaillement en carburant d'une voiture à essence.

«Il est impératif de comprendre qu'à long terme, la recharge des VE est rentable, en particulier lorsque des mesures sont prises afin de développer des processus de production plus durables», a souligné Chahin.

ds
Tout au long de l'événement, Schneider Electric met en avant la gamme de chargeurs EVlink, notamment ses dernières stations de charge EVlink Smart Wallbox (Photo, Fournie).

Toutefois, malgré la volonté croissante du public d'adopter les VE dans la région, le facteur décisif sera en fin de compte la volonté des consommateurs d’échanger leur véhicule à moteur à essence contre une option électrique.

«Les sondages montrent que les gens recherchent «la fiabilité et le confort auxquels ils sont habitués dans les moteurs traditionnels», a avisé Lee de MG Motors.

«La baisse des prix des VE et l'augmentation des prix de l'essence ont entraîné un changement fondamental sur le marché», a-t-il poursuivi.

Soulignant que les changements des prix des carburants au cours de l'année 2022 sont un facteur qui a influencé la prise de décision des consommateurs, il a estimé que d'ici 2026, près de 45 000 VE devraient être vendus dans la région.

Outre les factures de carburant, les VE ont généralement une bonne valeur de revente, ce qui explique pourquoi de plus en plus de personnes les considèrent comme un bon investissement, selon Hedberg d'Ekar.

ds

Le lancement de Ceer, la première marque saoudienne de véhicules électriques, en novembre 2022 (Photo, Fournie).

Il a attiré l'attention sur un sondage commandé par Audi Abu Dhabi, qui a révélé un changement de sentiment parmi les consommateurs: 52% des habitants des Émirats arabes unis envisageant d'acheter un véhicule électrique.

«Mais ma vision du monde est que les gens ne devraient pas posséder de voitures», a dévoilé Hedberg. «Ils devraient traiter les voitures comme ils traitent les vêtements et les échanger pour les différentes occasions pour lesquelles ils en ont besoin», a-t-il ajouté.

«Des études montrent que chaque voiture partagée permet de retirer 17 voitures privées de la circulation», a-t-il clarifié.

Ces dernières années, la tendance au covoiturage a pris de l'ampleur dans les villes européennes et a trouvé un écho auprès des personnes désireuses de mener un mode de vie plus durable.

Si l'on ne peut pas encore en dire autant de la région du Moyen-Orient, les dirigeants de l'industrie automobile s'accordent à dire que les VE et les véhicules à énergie nouvelle sont la marche à suivre.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Première promotion de l'Académie de Coiffure L'Oréal et l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal à Dammam 

Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an. (Photo: fournie)
Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an. (Photo: fournie)
Short Url
  • Il s'agit de la deuxième université avec laquelle L'Oréal Arabie Saoudite collabore pour préparer les futurs coiffeurs des femmes saoudiennes
  • Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an

DUBAÏ: L'Oréal Saudi, en partenariat avec l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal, annonce la réussite de la première cohorte de son programme de certification en coiffure. Spécialement conçu pour les femmes saoudiennes, ce programme souligne l'engagement de L'Oréal en faveur de l'autonomisation des femmes dans le secteur privé du Royaume grâce au développement des compétences dans l'industrie de la beauté. Neuf étudiantes dévouées ont suivi un programme intensif de six mois, totalisant 800 heures d'apprentissage théorique, de pratique et de stage dans les meilleurs salons de Dammam.

Avec 67 % des diplômés qui ont déjà obtenu des postes dans des salons renommés de Dammam, la réussite du programme démontre son efficacité dans l'autonomisation des femmes saoudiennes et leur offre des opportunités de carrière dans l'industrie de la beauté. Le programme est prêt à reprendre après le Ramadan 2024, poursuivant sa mission de doter les femmes saoudiennes d'un métier dans l'industrie de la beauté tout en aidant les salons locaux à améliorer leur taux de saoudisation.

"La remise des diplômes à la première cohorte de l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal marque une nouvelle étape dans notre démarche d'autonomisation des femmes saoudiennes et d'élévation des normes de l'ensemble de l'industrie de la beauté dans le Royaume. Grâce à un investissement continu dans le développement des compétences et l'éducation," a déclaré Mehdi Moutaoukil, directeur général de la division des produits professionnels de L'Oréal au Moyen-Orient.

Patricia Freiha, directrice de l'unité commerciale de la division des produits professionnels de L'Oréal en Arabie saoudite, a commenté : "Notre partenariat avec l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal souligne notre engagement à encourager les talents locaux et à favoriser une croissance durable dans le secteur privé. Cet engagement souligne la volonté de L'Oréal de favoriser un écosystème solide où les femmes saoudiennes non seulement excellent en tant que professionnelles, mais ont également la possibilité de devenir des leaders et des mentors au sein de l'industrie".

Par ailleurs, pour Fatimah Abdulrahman Alrawajeh, doyenne de l'Applied College de l'université Imam Abdulrahman Bin Faisal, "le partenariat avec l'Institut de coiffure L'Oréal souligne notre engagement à encourager les talents locaux et à favoriser une croissance durable dans le secteur privé. À l'université Imam Abdulrahman Bin Faisal, nous souhaitons offrir aux jeunes femmes saoudiennes davantage d'opportunités de devenir coiffeuses et entrepreneurs, et inspirer la nouvelle génération par leur travail artistique et technique."

Le parcours de la L'Oréal Hairdressing Academy a commencé à Riyad en 2021 à l'Université Princesse Nourah bint Abdulrahman, où elle a depuis diplômé 23 étudiants, affichant un taux d'emploi impressionnant de 80 %. Ce programme permanent a permis d'offrir de précieuses opportunités au sein de l'industrie locale de la coiffure.

Forte de ce succès, L'Oréal Arabie Saoudite a procédé à l'enregistrement commercial officiel de ses activités de formation, ce qui lui permet de délivrer des certificats de coiffure aux femmes saoudiennes dans ses académies L'Oréal situées à Riyad, Jeddah et Khobar. Le programme, d'une durée de six mois, vise à former et à autonomiser au moins 100 coiffeuses saoudiennes par an.


Le FMI relève ses prévisions de croissance pour l'économie saoudienne à 6 % en 2025

Le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024 ( Shutterstock)
Le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024 ( Shutterstock)
Short Url
  • Plus tôt en avril, la Banque mondiale a également relevé les perspectives de croissance de l'économie du Royaume à 5,9 % en 2025, contre une projection précédente de 4,2 %.
  • Toutefois, le FMI a prévenu qu'il était encore trop tôt pour crier victoire dans la lutte contre l'inflation. 

RIYADH : Le Fonds monétaire international a relevé ses prévisions de croissance économique pour l'Arabie saoudite en 2025 à 6 %, contre 5,5 % prévus plus tôt cette année. 

Dans son dernier rapport, le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024, soit une baisse de 0,1 % par rapport à la projection précédente. 

L'institution financière a ajouté que la croissance économique globale de la région du Moyen-Orient et de l'Asie centrale devrait atteindre 2,8 % et 4,2 % en 2024 et 2025, respectivement. 

Plus tôt en avril, la Banque mondiale a également relevé les perspectives de croissance de l'économie du Royaume à 5,9 % en 2025, contre une projection précédente de 4,2 %.

La maîtrise de l'inflation doit être une priorité

Selon le FMI, la croissance économique mondiale, estimée à 3,2 % en 2023, devrait se poursuivre au même rythme en 2024 et 2025. 

Le rapport souligne également que l'inflation globale mondiale devrait baisser de 5,9 % cette année, après une moyenne de 6,8 % en 2023. 

Toutefois, le FMI a prévenu qu'il était encore trop tôt pour crier victoire dans la lutte contre l'inflation. 

"Ramener l'inflation à son niveau cible doit rester la priorité. Bien que les tendances de l'inflation soient encourageantes, nous n'y sommes pas encore. Il est quelque peu inquiétant de constater que les progrès vers les objectifs d'inflation se sont quelque peu interrompus depuis le début de l'année. Il pourrait s'agir d'un recul temporaire, mais il y a des raisons de rester vigilant", a déclaré Pierre-Olivier Gourinchas, conseiller économique au FMI. 

Il a ajouté : "La plupart des bonnes nouvelles concernant l'inflation proviennent de la baisse des prix de l'énergie et de l'inflation des biens. Cette dernière a été favorisée par l'atténuation des frictions dans la chaîne d'approvisionnement, ainsi que par la baisse des prix des exportations chinoises. Mais les prix du pétrole ont augmenté récemment, en partie à cause des tensions géopolitiques, et l'inflation des services reste obstinément élevée." 

La reprise économique mondiale diffère selon les régions

Selon le rapport, l’économie mondiale a fait preuve de résilience en 2023, mais ces gains ont été ressentis différemment, car les pays à faible revenu ont continué de subir les contrecoups de la pandémie. 

« Nous estimons maintenant qu’il y aura plus de cicatrices pour les pays en développement à faible revenu, dont beaucoup ont encore du mal à tourner la page de la pandémie et des crises du coût de la vie », a déclaré Gourinchas. 

Le FMI a également appelé les pays à reconstituer leurs marges de manœuvre budgétaires pour aider à protéger leurs niveaux de dette souveraine, ce qui les aidera à inverser la baisse des perspectives de croissance à moyen terme. 

« À l’avenir, les décideurs devraient accorder la priorité aux mesures qui aident à préserver ou même à améliorer la résilience de l’économie mondiale. La première de ces priorités est de reconstituer les marges de manœuvre budgétaires. Même si l’inflation recule, les taux d’intérêt réels restent élevés et la dynamique de la dette souveraine est devenue moins favorable », a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Fonds saoudien pour le développement et Saint-Kitts-et-Nevis signent un accord de prêt pour l'énergie

L'accord a été signé par le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan bin Abdulrahman Al-Murshid, et le vice-premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, Geoffrey Hanley. (SPA)
L'accord a été signé par le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan bin Abdulrahman Al-Murshid, et le vice-premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, Geoffrey Hanley. (SPA)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a signé mardi un accord de prêt de 40 millions de dollars avec Saint-Kitts-et-Nevis pour soutenir le secteur énergétique de ce pays des Caraïbes
  • 40 millions de dollars financeront la mise en place d'une centrale électrique à double combustible d'une capacité de 18 mégawatts.

RIYADH : L'Arabie saoudite a signé mardi un accord de prêt de 40 millions de dollars avec Saint-Kitts-et-Nevis pour soutenir le secteur énergétique de ce pays des Caraïbes, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'accord a été signé par le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan bin Abdulrahman Al-Murshid, et le vice-premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, Geoffrey Hanley, en marge des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington DC.

Les 40 millions de dollars serviront à financer l'expansion des capacités de production d'électricité de Saint-Kitts-et-Nevis grâce à la mise en place d'une centrale électrique à double combustible d'une capacité de 18 mégawatts.

Le projet contribuera à la mise en place d'une plateforme de production d'électricité hybride et flexible permettant d'améliorer l'efficacité et de brûler des combustibles propres, et de soutenir la transition vers un avenir énergétique durable.

Cet accord s'inscrit dans le cadre de la mission du FSD, qui consiste à aider les pays et les petits États insulaires en développement du monde entier à relever les défis du développement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com