Au premier Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite, saveurs, couleurs et joie communicative

Vue du Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite, Riyad , Place Kindy (capture d’écran, Twitter @EUintheGCC)
Vue du Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite, Riyad , Place Kindy (capture d’écran, Twitter @EUintheGCC)
Vue du Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite, Riyad , Place Kindy (capture d’écran, Twitter @EUintheGCC)
Vue du Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite, Riyad , Place Kindy (capture d’écran, Twitter @EUintheGCC)
Short Url
Publié le Lundi 20 mars 2023

Au premier Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite, saveurs, couleurs et joie communicative

  • L’idée d’un tel festival est née de l’amour mutuel des Européens et des Saoudiens pour la bonne nourriture ainsi que de notre désir de mettre en évidence la diversité et la qualité des produits alimentaires européens
  • Cette ambiance familiale, fraternelle, amicale, conviviale aux couleurs internationales s’est instaurée lors de ce festival. Une ambiance dans laquelle les gens déambulaient, souriants, détendus, heureux tout simplement

RIYAD: La délégation de l’Union européenne à Riyad, en coopération avec les ambassades des États membres de l’UE, la Commission saoudienne des Arts culinaires et le Quartier diplomatique de Riyad, organise pour la première fois le Festival européen de la Gastronomie en Arabie saoudite les 16 et 17 mars au niveau de la Place Kindy, de 16 h. à 23 h.  

Le coup d’envoi du festival a été donné par Mr. Jaap Ora, chargé d’affaires de l’ambassade de l’Union Européenne à Riyad. Lors de son intervention Mr. Ora a d’abord exprimé son immense joie quant à l’organisation de cet évènement unique qui réunit plusieurs pays européens présents en Arabie Saoudite pour présenter et partager avec leurs amis saoudiens leurs traditions culinaires.

Il a également fait part de sa gratitude envers tous les partenaires, entre autres la Commission saoudienne des Arts culinaires, en particulier à Mme Mayada Badr et à son équipe pour le généreux soutien à cette initiative et pour avoir apporté à l’événement un élément saoudien, à savoir le café saoudien, ainsi que l’Association des Chefs Saoudiens.    

Sans oublier la présence des fidèles partenaires, parmi lesquels l’hôtel Hilton, l’hôtel l’Intercontinental, le Radisson Blu Hotel, le Comptoir lounge, Dolce Razura et bien d’autres qui ont présenté des plats réalisés par leurs chefs respectifs et offert une dégustation.

« L’idée d’un tel festival est née de l’amour mutuel des Européens et des Saoudiens pour la bonne nourriture, ainsi que de notre désir de mettre en évidence la diversité et la qualité des produits alimentaires européens, et de partager la richesse et le raffinement de la cuisine européenne proposées en Arabie saoudite. » a déclaré Mr. Ora au micro d’Arab News en français.

Il a également ajouté : « Les nations partagent leur culture culinaire entre elles. Ceux qui viennent en Arabie saoudite de l’étranger, admirent les traditions culinaires saoudiennes et votre grande hospitalité. Ce soir, nous vous invitons à être des voyageurs en visite en Europe, à faire l’expérience de la richesse des cuisines européennes. »

Un tour d'Europe des saveurs

Les pays prenant part à ce festival ont présenté aux visiteurs un assortiment de spécialités culinaires, des plats européens, des sandwichs, de la viennoiserie, des gâteaux traditionnels de toutes sortes, des chocolats, des friandises, des boissons…

La Belgique a régalé les visiteurs de ses gaufres liégeoises moelleuses et légèrement caramélisées.

La République Tchèque a quant à elle proposé par le biais de Deer Bakery, les meilleurs cronuts de Prague. Le Danemark n’a pas manqué de proposer des jus, des cakes aux fruits secs. Les Pays-Bas ont préparé pour les visiteurs du festival des gaufres hollandaises qui ont eu beaucoup de succès auprès des enfants.

La France a été fortement représentée par l’incontournable restaurant Chez Bruno qui a proposé aux visiteurs du risotto, des pâtes et des pizzas, de la limonade bien fraiche composée de concombres, de citron et de sirop aux fleurs de sureau qui, au niveau du goût tire un peu sur le litchi et est connu pour ses vertus médicinales.

Étaient présentes à ce festival les principales boulangeries françaises. Citons le Grenier à pain, la Vie Claire, Fareen, Éric Kayser avec leurs croissants fourrés à la crème frangipane ou aux pistaches, des croissants salés, des madeleines, des quiches, des brioches, des meringues, des macarons.

Crêpe House a obtenu un véritable succès auprès des petits enfants mais aussi des grands, heureux et patients dans la file, juste pour apprécier et se faire plaisir dans une ambiance de fête familiale aux couleurs et senteurs internationales. C’est et cela restera dans la mémoire des visiteurs un agréable voyage à travers une Europe conviviale et amicale.

L’Italie a été fortement et exclusivement représentée par son stand Eataly qui offrait aux voyageurs immobiles des spécialités variées, des lasagnes, des cannellonis, la calabra, la margarita et l’indétrônable gelato. Avec ses différents parfums de glaces, il a apporté les saveurs et couleurs de la Méditerranée au milieu de la Place Kindy.     

Azura Tour De España, stand espagnol a conquis les papilles des visiteurs avec sa Paella, ces touristes qui devaient patienter en faisant une file assez longue à vrai dire, mais cela n’a pas du tout découragé nos dégustateurs. D’ailleurs, tout le monde se disaient : « l’Espagne est là. Profitons-en ! » Le vin halal, la bière ont suscité la curiosité de beaucoup de visiteurs. 

L’Espagne a régalé un public émerveillé par le groupe flamenco qui a présenté un répertoire de chansons espagnoles. L’air du festival a été envahi par la voix chaude de la cantatrice et admiratif devant les gestes gracieux que la danseuse exécutait avec élégance.

Le Portugal a quant à lui était représenté par le Delta Café qui proposait des gâteaux au lotus sous forme de dômes et le fameux groupe de musique portugaise Al Manata composé d’amis portugais qui se sont connus en Arabie Saoudite. Al Manata a présenté un éventail de mélodies portugaises.

Compétition de chefs, du côté saoudien

En marge de cet évènement, l’Association des Chefs Saoudiens a organisé un concours que M. Yasser Jad, son président, consultant en développement de l’hôtellerie culinaire, a expliqué au micro d’Arab News : « Il s’agit d’une compétition parrainée par Tamimi Market et Qasr Al Awani qui dure deux jours. Celle-ci comprend deux catégories, une pour la cuisine saoudienne traditionnelle et moderne et une pour la cuisine internationale, puisque les ingrédients utilisés proviennent des pays de l’Union Européenne. Le chef candidat doit présenter une entrée et un plat principal. Les participants doivent en l’espace d’une heure finaliser et présenter le plat et l’entrée. »

Il a par ailleurs précisé qu’un jury composé de deux personnes attribuera une note qui varie selon certains critères préétablis par le jury. Le candidat qui obtient moins de 70 points recevra une attestation, la médaille de bronze est attribuée entre 70 et 79 points ; entre 80 et 89 points, le candidat se verra décerner une médaille d’argent et enfin celui qui obtient entre 90 et 100 sera couronné d’une médaille d’or.

Et pour finir, M. Yasser a ajouté que l’Association des Chefs saoudiens fait partie de l’Association Internationale des Chefs qui compte 150 pays et dont l’objectif est de soutenir les chefs saoudiens et promouvoir leur créativité.

Une ambiance familiale, fraternelle, amicale, conviviale, aux couleurs internationales

Tout au long de ces deux journées festives, les visiteurs ont eu la joie et le plaisir d’écouter des chansons à succès pour le plaisir des jeunes, ainsi que des tubes des années 60, 70 et 80 pour le plaisir des plus âgés qui reprenaient les paroles des mélodies en même temps que les chanteurs.

Cette ambiance familiale, fraternelle, amicale, conviviale, aux couleurs internationales, s’est instaurée lors de ce festival. Une ambiance dans laquelle les gens déambulaient, souriants, détendus, heureux tout simplement.

Des enfants à vélo, en trottinette, d’autres courant pour le plaisir, d’autres tenant la main de leurs parents, d’autres se léchant les babines parce qu’ils dégustaient joyeusement leur petit butin culinaire, d’autres effectuant des dessins qu’ils coloriaient selon leur fantaisie, ou jouant à la pâte à modeler, d’autres préférant la peinture, ajoutaient de la joie à l’événement.

Cette joie, merveilleusement communicative, a créé une sensation de bien-être générale confirmant que de tels événements offrent l’opportunité de se détendre dans une atmosphère qui rappelle aux parents celle des fêtes foraines d’antan et constituent de beaux souvenirs pour les jeunes générations présentes en force à ce festival.


Abderrahmane al-Sudais dévoile le plan le plus important jamais établi par la présidence des Affaires religieuses pour la saison du Hajj

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Short Url
  • Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence
  • Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj

LA MECQUE: La présidence des Affaires religieuses de la Grande Mosquée et de la mosquée du Prophète a dévoilé jeudi son plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. 

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence. Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj. 

Dans son discours d’ouverture lors de l’inauguration du plan, qui s’est déroulée au siège de la présidence à La Mecque, le cheikh Al-Sudais a affirmé que «le plan de cette année était le plus important depuis la création de la présidence avec ses spécialisations purement religieuses». 

Il explique que ce plan est le fruit des efforts des équipes de la présidence en matière de préparation, de planification et d’étude, ainsi que des réalisations des saisons précédentes. Le plan est conçu en harmonie et en intégration avec les différentes agences opérant dans les deux Saintes Mosquées, qui collaborent et coopèrent avec la présidence pour servir les pèlerins. 

Selon lui, le plan pour la saison 2024 du Hajj se focalise sur divers moyens d’enrichissement religieux, notamment de nombreux événements et des centaines de programmes religieux englobant des leçons scientifiques et d’orientation. 

Le cheikh Al-Sudais indique que le plan de la présidence pour cette année est consacré à la promotion du bénévolat et du travail humanitaire, reconnaissant les deux Saintes Mosquées comme des environnements attrayants pour de tels efforts. Cet objectif repose sur les valeurs religieuses et saoudiennes, qui accordent une grande importance à la générosité et l’hospitalité. 

Ce plan comprend également un axe numérique qui a pour but d’améliorer l’expérience numérique religieuse présentée par les deux Saintes Mosquées, notamment en intégrant les services numériques religieux, en investissant dans la technologie et l’intelligence artificielle, et en utilisant des applications et des médias numériques. Des initiatives religieuses spécifiques seront mises en œuvre afin de parvenir à un leadership numérique et d’éliminer les barrières de l’espace et du temps grâce à ces applications. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La CIJ ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive militaire à Rafah

Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah
  • La CIJ a demandé la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza

LA HAYE: La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à Israël de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès "sans restriction" à l'aide humanitaire.

La juridiction a également appelé à la libération immédiate des personnes prises en otages par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre Israël.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre États, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

Israël avait affirmé devant la cour qu'un cessez-le-feu imposé permettrait aux combattants du Hamas de se regrouper, et rendrait impossible la libération des otages pris lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

L'Afrique du Sud a porté l'affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l'offensive d'Israël à Gaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mais Pretoria s'est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Gaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d'urgence.

«Niveau horrible»

Pretoria a déclaré la semaine dernière devant la CIJ que "le génocide" commis par Israël avait atteint un "niveau horrible", évoquant notamment des fosses communes, des actes de torture et un blocage de l'aide humanitaire.

Il faudra des mois, voire des années, à la cour pour statuer sur l'affaire sur le fond portée par Pretoria - qui accuse Israël de "génocide" à Gaza - mais elle peut entretemps ordonner des mesures urgentes.

Cette affaire est "complètement déconnectée" de la réalité et est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a rétorqué Israël.

"Qualifier quelque chose de génocide, encore et encore, n'en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne le rend pas vrai", a déclaré devant la cour Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël.

Israël a également déclaré qu'il était "extrêmement conscient" des souffrances des civils dans la bande de Gaza et qu'il avait déployé "des efforts considérables" pour accroître l'aide humanitaire.

Le président américain Joe Biden a déclaré cette semaine que "ce qui se passe n’est pas un génocide".

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.

La vaste offensive lancée en riposte par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35.800 personnes ont été tuées, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.


L'armée israélienne annonce avoir récupéré les corps de trois otages dans la bande de Gaza

Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Short Url
  • «Sur la base des renseignements recoupés en notre possession», tous trois «ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre», a dit l'armée
  • Les trois corps ont été ramenés en Israël

JERUSALEM: L'armée israélienne a annoncé vendredi avoir récupéré les corps de trois otages retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas sur le sol israélien le 7 octobre qui a déclenché la guerre dans le territoire palestinien.

"Les corps des otages (Chanan) Yablonka (Israélien, NDLR), Michel Nisenbaum (Israélo-Brésilien, NDLR), et Orion Hernandez (Radoux, Franco-Mexicain, NDLR) ont été récupérés dans la nuit lors d'une opération conjointe" de l'armée et de services de renseignements israéliens à Jabalia, dans le nord du territoire, a indiqué l'armée dans un communiqué.

"Sur la base des renseignements recoupés en notre possession", tous trois "ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre" et leurs corps ont ensuite été pris par des hommes du Hamas et emmenés jusqu'à Gaza, ajoute l'armée. Les trois corps ont été ramenés en Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé son "profond chagrin" après cette annonce. Le gouvernement a "l’obligation nationale et morale de faire tout (son) possible pour ramener (les) otages – ceux qui sont vivants et ceux qui sont décédés", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Quarante-troisième victime française du 7 octobre, Orion Hernandez Radoux, 32 ans, assistait au festival de musique Nova, dans le sud d'Israël, lorsque les combattants du Hamas ont attaqué.

Il était avec son amie Shani Louk, une Germano-Israélienne de 22 ans qui était ensuite apparue dans une vidéo sur les réseaux sociaux, allongée sur le ventre, apparemment inconsciente et à moitié dénudée, à l'arrière d'un pick-up dans la bande de Gaza. L'armée israélienne a annoncé le 17 mai avoir rapatrié son corps.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé son "immense tristesse" après l'annonce du décès d'Orion Hernandez Radoux. "La France reste plus que jamais engagée pour la libération de tous les otages", a-t-il écrit sur X alors que deux otages français restent captifs à Gaza.

Fan de sport et de musique, Chanan Yablonka avait également été enlevé lors du festival. Divorcé et père de deux enfants, selon sa soeur Avivit, il avait décidé à la dernière minute de se rendre au festival avec quatre amis.

«Immense tristesse»

Sa soeur Avivit Yablonka a déclaré à l'AFP que lui et ses amis avaient tenté de s'enfuir en voiture. Les corps de ses quatre amis, dont celui de l'ancien footballeur international israélien Lior Assouline, ont été retrouvés et identifiés près du véhicule.

Mardi, Mme Yablonka avait confié à l'AFP "craindre une mauvaise nouvelle" à propos de son frère après l'annonce du rapatriement de plusieurs corps d'autres otages la semaine précédente.

Le matin du 7 octobre, Michel Nisenbaum (59 ans), habitant de Sderot, ville à la lisière de la bande de Gaza, était parti en voiture chercher sa petite-fille – dont le père est militaire – à la base militaire de Réïm. Il n'avait plus donné de nouvelles depuis. Il était au téléphone avec des membres de sa famille quand la ligne a été coupée. Par la suite, une voix parlant arabe avait répondu à un appel de l'une de ses filles.

De nationalité israélienne et brésilienne, Michel Nisenbaum est né à Niteroi, près de Rio de Janeiro, avant d'émigrer en Israël à l'âge de 12 ans. Il est divorcé et père de deux filles mariées.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait part sur X de "son immense tristesse". "Nous resterons engagés dans les efforts pour libérer tous les otages, et pour parvenir à un cessez-le-feu et à la paix pour les peuples d'Israël et de Palestine", écrit-il encore.

L'attaque du Hamas a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l’armée israélienne.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, Israël a lancé une opération militaire qui a fait jusqu'ici 35.800 morts à Gaza, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.