Bleus: Mbappé désigné capitaine d'une jeune garde tournée vers l'Euro

Kylian Mbappé arrive à Clairefontaine-en-Yvelines le 20 mars 2023 dans le cadre de la préparation de l'équipe de France pour les matches de qualification de l'Euro 2024 (Photo, AFP).
Kylian Mbappé arrive à Clairefontaine-en-Yvelines le 20 mars 2023 dans le cadre de la préparation de l'équipe de France pour les matches de qualification de l'Euro 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 21 mars 2023

Bleus: Mbappé désigné capitaine d'une jeune garde tournée vers l'Euro

  • L'attaquant prodige Mbappé s'est vu décerner le précieux bout de tissu, sans propriétaire attitré depuis la fin de carrière internationale de Hugo Lloris
  • La jeune vedette (66 sélections, 36 buts) a accepté cette nouvelle fonction après une discussion lundi soir avec son sélectionneur

CLAIREFONTAINE-EN-YVELINES: L'équipe de France, réunie depuis lundi à Clairefontaine, ouvre un nouveau chapitre de son histoire, tendue vers la qualification à l'Euro-2024 avec des jeunes tauliers rassemblés autour de Kylian Mbappé, désigné capitaine à la suite de Hugo Lloris, à seulement 24 ans.

Didier Deschamps a maintenu le suspense lundi face à la presse, arguant de discussions à venir avec les prétendants au brassard, mais le léger voile d'incertitude a été levé en fin de journée.

Comme attendu, l'attaquant prodige Mbappé s'est vu décerner le précieux bout de tissu, sans propriétaire attitré depuis la fin de carrière internationale de Hugo Lloris et de son lieutenant Raphaël Varane, ancien vice-capitaine.

Plus exactement, la jeune vedette (66 sélections, 36 buts) a accepté cette nouvelle fonction après une discussion lundi soir avec son sélectionneur, a-t-on appris de source proche des Bleus, confirmant une information du Figaro et de L'Equipe. Deschamps s'est également entretenu avec Antoine Griezmann, promu vice-capitaine.

C'est une responsabilité de plus, notamment médiatiquement parlant, pour celui qui est devenu international en 2017, champion du monde en 2018 et vice-champion en 2022, avec à la clé un incroyable triplé (et un tir au but réussi) lors de la finale du dernier Mondial perdue contre l'Argentine de Lionel Messi le 18 décembre.

«Légitimité»

Au-delà de son talent balle au pied, la star du Paris SG a pris une place croissante ces derniers mois dans le vestiaire tricolore et en dehors, notamment en montant en première ligne dans la gestion du droit à l'image collectif, qu'il souhaite voir réformé.

Face à la presse, lundi, Deschamps s'est contenté de dresser un portrait-robot du candidat idéal : "la légitimité" en critère principal, ce qui passe par le "leadership technique, le leadership mental et l'état d'esprit".

Le capitaine des champions du monde 1998 a donc tranché au premier jour du rassemblement, ce qui lui permet d'éviter un long feuilleton médiatique d'ici jeudi et la conférence de veille de match précédent la réception des Pays-Bas, vendredi en ouverture des qualifications à l'Euro-2024.

Derrière Mbappé, une nouvelle génération talentueuse entend s'incruster durablement en sélection. Sa force ? Elle a lancé sa carrière avec des tuteurs expérimentés et connu le très haut niveau très vite, avec une finale de Coupe du monde à la clé.

"Il n'y a qu'à regarder l'équipe qui finit le dernier match (contre l'Argentine, NDLR). Il n'y avait pas beaucoup de sélections", pointe le sélectionneur. "On ne peut pas remplacer des gens ayant aligné dix ans, il faudra du temps. Mais cela n'empêche pas que ceux qui en avaient moins ont déjà pris de la place".

Maignan gardien N.1

Le pouvoir réside désormais en partie entre les mains d'Eduardo Camavinga (20 ans), Ibrahima Konaté, Aurélien Tchouaméni (23 ans), Jules Koundé, Randal Kolo Muani (24 ans), Theo Hernandez ou encore Marcus Thuram (25 ans), rejoint à Clairefontaine par son frère cadet Khéphren, 21 ans.

Le milieu de l'OGC Nice a pu goûter aux joies d'un premier entraînement (un décrassage surtout, avec footing en baskets) sous le maillot tricolore, lundi en fin d'après-midi, comme les deux autres novices Brice Samba et Jean-Clair Todibo, invité de dernière minute après la blessure de Wesley Fofana, samedi avec Chelsea.

Avec le départ de Lloris, Varane, Steve Mandanda et Karim Benzema, un quatuor à 370 sélections cumulées, le flambeau est à présent entre les mains des "anciens" Benjamin Pavard, Adrien Rabiot, Kingsley Coman, Olivier Giroud, Griezmann et Mbappé, les seuls joueurs parmi les vingt-trois à avoir atteint la barre des trente-cinq sélections.

Le Mondial, "c'est derrière", s'est projeté Deschamps lundi en conférence de presse. "Il faut retrouver la réalité, faire beaucoup d'efforts pour atteindre notre objectif", le groupe actuel doit être "fixé" sur l'Euro en Allemagne, "voire obnubilé" par l'objectif de la qualification.

Pour y parvenir, Deschamps compte sur Mike Maignan (27 ans, 5 sélections) pour assurer, dans la cage tricolore, la succession du binôme Lloris-Mandanda qui a sévi durant près de quinze ans.

Derrière le gardien de l'AC Milan, "il y aura une hiérarchie" entre Alphonse Areola et Brice Samba, les autres portiers appelés, mais Deschamps n'en a pas dit davantage, lundi. "Cela passe par des discussions avec les trois gardiens", a-t-il coupé court.


L'armée française va quitter le Niger, après le Burkina, le Mali et la Centrafrique

Des officiers de la police nationale du Niger sont vus devant l'ambassade de France à Niamey le 28 août 2023. (AFP)
Des officiers de la police nationale du Niger sont vus devant l'ambassade de France à Niamey le 28 août 2023. (AFP)
Short Url
  • le président français Emmanuel Macron a annoncé dimanche soir le retrait «d'ici la fin de l'année» des 1 500 militaires français basés au Niger
  • Les militaires au pouvoir à Niamey ont célébré «une nouvelle étape vers la souveraineté du Niger»

PARIS: La France, qui va retirer ses soldats du Niger, a déjà dû rappeler ses troupes en 2022 et 2023 de trois autres anciennes colonies, Mali, Centrafrique et Burkina Faso.

A l'issue d'un bras de fer de deux mois avec le régime militaire nigérien, le président français Emmanuel Macron a annoncé dimanche soir le retrait "d'ici la fin de l'année" des 1 500 militaires français basés au Niger, qui était avant le coup d'Etat du 26 juillet l'un des derniers alliés de Paris au Sahel.

Les militaires au pouvoir à Niamey ont célébré "une nouvelle étape vers la souveraineté du Niger".

Mali 

Plus de neuf ans après avoir été accueillis au Mali comme des "sauveurs" face aux groupes djihadistes, les militaires français ont achevé le 15 août 2022 leur retrait du pays.

Il avait été ordonné le 17 février par Emmanuel Macron, du fait de la dégradation des relations avec la junte et face à une hostilité grandissante de l'opinion publique malienne. Quelque 2 400 militaires français y étaient alors déployés.

Les colonels au pouvoir à Bamako depuis le putsch contre le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020 se sont tournés vers la Russie, allant même, selon de multiples sources, jusqu'à s'assurer les services du groupe paramilitaire russe Wagner.

A l'opération Serval lancée en janvier 2013 contre les groupes jihadistes qui avaient conquis le nord du pays et menaçaient de descendre plus au sud, avait succédé en août 2014 Barkhane, visant les jihadistes disséminés dans les pays de la bande sahélo-saharienne.

La France a confirmé en novembre 2022 la fin officielle de Barkhane.

Centrafrique

Peu après le retrait du Mali, les 47 derniers militaires français déployés en Centrafrique ont décollé le 15 décembre 2022 de l'aéroport de Bangui. L'essentiel des 130 militaires qui composaient le contingent avait quitté le pays les semaines précédentes.

Ce retrait avait été décidé par Paris en juin 2021, face au rôle grandissant de Wagner dans ce pays, en guerre civile depuis 2013.

La France juge Bangui "complice" d'une campagne antifrançaise téléguidée par la Russie. Elle accuse les paramilitaires russes de commettre des exactions contre les civils et d'avoir instauré un régime de "prédation" des ressources de la Centrafrique.

L'ancienne puissance coloniale avait déployé en 2013 plus d'un millier de soldats en Centrafrique dans le cadre de l'opération Sangaris, avec le feu vert de l'ONU, pour y faire cesser les violences intercommunautaires. Sangaris, qui a compté jusqu'à 1 600 hommes, a duré jusqu'en 2016.

Burkina Faso 

En janvier 2023, le Burkina Faso a demandé à son tour le départ dans un délai d'un mois des troupes françaises stationnées sur son sol, en dénonçant un accord de décembre 2018 "relatif au statut des forces armées françaises intervenant" dans le pays sahélien.

Le contingent de près de 400 forces spéciales françaises, la force Sabre, a plié bagage en février.

Ouagadougou a aussi engagé un rapprochement avec la Russie depuis le coup d'Etat de septembre 2022.

Les pays où la France compte des bases militaires 

La France reste la seule ancienne puissance coloniale à posséder encore des bases en Afrique: au Tchad (1 000 personnes), en Côte d'Ivoire (900), au Sénégal (400) et au Gabon (400), outre Djibouti (1 500), qui est aussi tournée vers l'Océan indien.


Un sprint vers l'espace pour le minilanceur de Maiaspace, filiale d'Arianegroup

Cette photo prise le 21 septembre 2023 montre l'atelier de la société européenne de technologie spatiale MaiaSpace à Vernon, dans le nord de la France. (AFP)
Cette photo prise le 21 septembre 2023 montre l'atelier de la société européenne de technologie spatiale MaiaSpace à Vernon, dans le nord de la France. (AFP)
Short Url
  • Au total, Maiaspace compte lancer moins de quatre ans après le début du projet, quand sa grande soeur Ariane 6 ne volera que dix ans après le lancement du projet piloté par la maison mère Arianegroup en 2014
  • Les projets de micro et minilanceurs capables de mettre plusieurs centaines de kilos en orbite pullulent pour tenter d'accrocher une part du marché des 2 600 «smallsats»

VERNON: "Aller vite". Loin du temps de développement d'Ariane 6, Maiaspace, filiale d'Arianegroup, développe son minilanceur spatial réutilisable qu'elle veut pouvoir tirer fin 2025 afin de se faire une place dans un marché en pleine ébullition.

Dans la forêt de Vernon, dans l'ouest de la France, un cylindre de métal de 14 mètres de haut préfigure l'étage supérieur de la future fusée. Il a fallu neuf mois entre le design du prototype "Quasi-modo" et sa réalisation.

Les deux réservoirs superposés contenus dans le cylindre servent depuis juillet à des essais de remplissage d'azote liquide à -196 degrés, avant de passer aux tests avec l'oxygène liquide et le biométhane cryogénique qui le propulseront.

Avec la couche de givre qui se forme sur les parois et qui agit comme un isolant, "on s'est rendu compte qu'on pouvait se passer de protections thermiques" sur la fusée, autant de futures économies de temps et d'argent lors de la fabrication, confie Jérôme Vila, le chef du programme, selon qui "c'est exactement le type de choses qu'on veut apprendre sur une zone d'essais".

Dans quelques mois, "Quasi-modo" laissera sa place à "Quasi-parfait", deuxième prototype de l'étage, cette fois doté de son moteur Prometheus pour des essais de mise à feu. Une troisième version servira ensuite à l'intégration avec l'étage principal pour les derniers essais au sol avant le tir inaugural.

Au total, Maiaspace compte lancer moins de quatre ans après le début du projet, quand sa grande soeur Ariane 6 ne volera que dix ans après le lancement du projet piloté par la maison mère Arianegroup en 2014.

"On veut aller vite car on s’est lancé un peu après les autres acteurs et pour avoir un retour sur investissement rapide", confie Yohann Leroy, le patron de Maiaspace.

Les projets de micro et minilanceurs capables de mettre plusieurs centaines de kilos en orbite pullulent pour tenter d'accrocher une part du marché des 2 600 "smallsats", ces satellites de moins de 500 kilos, à lancer chaque année au cours de la prochaine décennie, selon les prévisions d'Euroconsult.

Il n'y aura de la place sur le marché mondial que pour "3 à 4 minilanceurs", estime-t-il. L'allemand Isar Aerospace annonce un lancement inaugural de sa fusée Spectrum cette année, tandis que l'Electron du néo-zélandais Rocket Lab est opérationnelle depuis 2018.

Plus grosse que ses comparses, Maia, la fusée de Maiaspace, pourra emporter 1,5 tonne en orbite basse, 500 kilos si elle revient se poser pour être réutilisée.

De «Quasi-modo» à «Quasi-parfait»

Cette flexibilité permettrait d'avoir "deux lanceurs pour le prix", selon Yohann Leroy, selon qu’on le réutilise en récupérant l’étage principal ou pas.

Et la capacité d'emport devrait s'améliorer au fil du temps, le design du lanceur permettant davantage de charge utile. Mais pour aller vite Maiaspace ne revendique pas la perfection immédiate.

"Cela permet de sécuriser le calendrier. Cette optique-là, consubstantielle à une méthode agile, réduit fortement les risques de retard", justifie Yohann Leroy.

Maiaspace peut aussi compter sur la proximité avec sa maison mère: à quelques mètres de "Quasi-modo", le moteur réutilisable Prometheus développé par Arianegroup est préparé pour des essais de mise à feu, à coté de composants du démonstrateur Themis d'étage réutilisable également mis au point par Arianegroup.

Maiaspace concède "s’inspirer" de Themis pour l'étage principal de son lanceur qui utilisera trois moteurs Prometheus et un autre pour l'étage supérieur.

Ce soutien du géant européen du spatial suscite les critiques des start-up qui développent leur propre minilanceur et jugent la compétition faussée.

Avec Prometheus, Maiaspace échappe à un développement long et coûteux. "Mais on est client de notre maison mère à des conditions de marché, comme n’importe quel client potentiel", plaide Yohann Leroy.

Pour viser le rythme d'un à deux lancements mensuels en rythme de croisière, la start-up prépare l'industrialisation de sa production dans une "Maia Factory".

Pour l'instant, l'ancien hall d'assemblage des moteurs Vulcain d'Ariane 5 fait office d'atelier pour les éléments de la future fusée.

"C'est le prototype de l'usine", explique Jean-Michel Sannino, son directeur. "C'est SpaceX comme mentalité, l'usine est un produit comme un autre".


Près de 10,5 millions de téléspectateurs sur TF1 et France 2 pour l'interview de Macron

Une photographie des écrans dans une salle de contrôle des médias au siège de l'AFP à Paris, montre le président français Emmanuel Macron lors d'une interview télévisée diffusée dans le journal télévisé du soir de la chaîne de télévision française TF1 et la chaîne d'information de la télévision publique française France 2, le 24 septembre 2023. (AFP)
Une photographie des écrans dans une salle de contrôle des médias au siège de l'AFP à Paris, montre le président français Emmanuel Macron lors d'une interview télévisée diffusée dans le journal télévisé du soir de la chaîne de télévision française TF1 et la chaîne d'information de la télévision publique française France 2, le 24 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • Cette interview a attiré 5,68 millions de téléspectateurs sur TF1 (27,1% de part d'audience) et 4,8 millions sur France 2 (22,9% de part d'audience)
  • Mi-mai, un peu plus de six millions de téléspectateurs avaient regardé son interview au journal de 20H de TF1

PARIS: Près de 10,5 millions de téléspectateurs ont suivi dimanche soir l'interview du président Emmanuel Macron aux JT de 20h00 de TF1 et France 2, selon les chiffres publiés lundi par Médiamétrie.

Cette interview a attiré 5,68 millions de téléspectateurs sur TF1 (27,1% de part d'audience) et 4,8 millions sur France 2 (22,9% de part d'audience).

Fin juillet, plus de 7,5 millions de téléspectateurs avaient suivi l'interview du chef de l'Etat, réalisée en duplex de Nouméa pour les JT de 13H de TF1 et France 2 (plus quelque 700 000 téléspectateurs devant les quatre chaînes d'information en continu).

Mi-mai, un peu plus de six millions de téléspectateurs avaient regardé son interview au journal de 20H de TF1.

Le 22 mars, en pleine contestation de la réforme des retraites, sa précédente intervention, aux JT de 13H de TF1 et France 2, avait attiré un total de 11,5 millions de téléspectateurs (en comptant les chaînes info).

Et en 2022, l'interview du 14 juillet du président, diffusée sur TF1 et France 2, avait rassemblé un total de 6,7 millions de téléspectateurs.