Un drone houthi attaque le convoi du ministre yéménite de la Défense à Taïz

Photo d’archives du ministre yéménite de la Défense, le lieutenant-général Mohsen Al-Daeri (Capture d’écran)
Photo d’archives du ministre yéménite de la Défense, le lieutenant-général Mohsen Al-Daeri (Capture d’écran)
Short Url
Publié le Dimanche 26 mars 2023

Un drone houthi attaque le convoi du ministre yéménite de la Défense à Taïz

  • Les Houthis ont lancé un drone sur un convoi transportant le ministre de la Défense, le chef d’état-major et le gouverneur de Taïz
  • Muammar Al-Eryani a accusé les Houthis de tenter de faire échouer les tentatives de paix

AL-MUKALLA : Selon des responsables yéménites et des médias locaux, un soldat du gouvernement yéménite a été tué et deux autres ont été blessés samedi, lorsqu’un drone chargé d’explosifs et lancé par les Houthis a attaqué le convoi transportant de hauts responsables, notamment le ministre de la Défense, le lieutenant-général Mohsen Al-Daeri, dans la ville assiégée de Taïz.

Un responsable du gouvernement yéménite a déclaré à Arab News que les Houthis ont lancé un drone sur un convoi transportant le ministre de la Défense, le chef d’état-major et le gouverneur de Taïz. Ces derniers se rendaient de la ville Mocha de la mer Rouge vers Taïz. Al-Daeri et les autres responsables n’ont pas été blessés.

Muammar Al-Eryani, ministre yéménite de l'Information, a accusé les Houthis de tenter de faire échouer les tentatives de paix.

Il a déclaré sur Twitter : «Ce ciblage immoral suite à l’escalade continue de la milice houthie terroriste sur de multiples fronts, confirme l’intérêt de cette dernière à saboter les efforts pour rétablir le cessez-le-feu et calmer la situation.»

Al-Eryani avait précédemment averti que les opérations militaires à grande échelle reprendraient dans tout le pays si les Houthis poursuivaient leurs agressions contre l’armée du gouvernement, en particulier dans la province centrale de Marib.

Des dizaines de combattants ont été tués ou blessés, depuis le début de la semaine dernière, lorsque les Houthis ont entamé une série d’agressions contre les troupes gouvernementales dans le district de Hareb, au sud de la province de Marib, capturant quelques villages.  

Ces attaques, ainsi que d’autres bombardements et attaques moins intenses à Taïz, ont anéanti les espoirs d’une solution pacifique qui avaient surgi à la suite de la dernière série réussie de pourparlers sur l’échange de prisonniers entre les Houthis et le gouvernement yéménite. Ces pourparlers ont abouti à un accord de libération de plus de huit cents prisonniers pendant le Ramadan.

Al-Eryani a déclaré que les invasions des Houthis à Hareb avaient entrainé le déplacement d’un nombre important de personnes et laissaient entrevoir la perspective d’un conflit total. Ceci mettrait fin à la paix relative du pays depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu négocié par l’ONU en avril de l’année dernière.

S'adressant vendredi à un groupe de militaires à Al-Bareh à Taïz, le ministre s'est engagé à vaincre les Houthis, à reprendre Sanaa ainsi que d'autres zones actuellement contrôlées par les milices soutenues par l'Iran. Il a également exhorté les soldats à rester vigilants.

«Afin de récupérer chaque centimètre carré de notre territoire, reprendre notre capitale et restaurer notre leadership légitime à sa place, nous devons tous partager le même esprit et diriger nos armes à feu contre ces milices», a déclaré le ministre.

Le brigadier général et analyste militaire yéménite Mohamed Al-Kumaim a déclaré que les Houthis ont utilisé une trêve négociée par l’ONU pour se regrouper et cibler les responsables ainsi que les zones contrôlées par le gouvernement. Il a suggéré que le gouvernement yéménite renonce à tout accord avec les Houthis et reprenne les opérations militaires.

Al-Kumain a déclaré : «Suite à cette attaque contre le convoi de la plus haute autorité militaire de l'armée yéménite, le gouvernement devrait mettre fin à tous les accords, y compris l'Accord de Stockholm, et libérer les fronts.»

Depuis octobre, le gouvernement yéménite a qualifié les Houthis d’organisation terroriste. Il a d’ailleurs menacé de se retirer de l'Accord de Stockholm et d'autres accords avec les Houthis et de reprendre les offensives militaires lorsque les Houthis ont bombardé les installations pétrolières de Hadramout et de Shabwa avec des drones et des missiles, stoppant les exportations de pétrole du Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 


Réunion des ministres des Affaires étrangères du CCG en préparation du sommet des dirigeants à Doha

Les ministres du Golfe devraient tenir, dimanche, une réunion préparatoire à Doha, la capitale du Qatar, avant le 44e sommet du Conseil de coopération du Golfe. (AFP)
Les ministres du Golfe devraient tenir, dimanche, une réunion préparatoire à Doha, la capitale du Qatar, avant le 44e sommet du Conseil de coopération du Golfe. (AFP)
Short Url
  • La réunion s’inscrit dans la continuité des préparatifs en cours pour le lancement de la 44e session du Conseil suprême du CCG, prévue mardi à Doha
  • La réunion couvrira des sujets liés aux dialogues et aux relations stratégiques entre les États du CCG et d’autres pays et blocs internationaux

RIYAD: Les ministres du Golfe devraient tenir, dimanche, une réunion préparatoire à Doha, la capitale du Qatar, avant le 44e sommet du Conseil de coopération du Golfe, annonce samedi le bloc dans un communiqué.

Le secrétaire général du CCG, Jasem Albudaiwi, déclare que la 158e réunion ministérielle du bloc serait présidée par le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Mohammed ben Abdelrahman – dont le pays est également l’actuel président du conseil ministériel – et qu’elle réunirait les ministres des Affaires étrangères des États membres.

M. Albudaiwi soutient que la réunion s’inscrit dans la continuité des préparatifs en cours pour le lancement de la 44e session du Conseil suprême du CCG, prévue mardi à Doha en présence des dirigeants du Golfe.

Il ajoute, qu’au cours de la réunion ministérielle, plusieurs rapports seront discutés concernant la mise en œuvre des décisions émises par le Conseil suprême lors du 43e sommet à Riyad, la capitale saoudienne, l’année dernière, ainsi que des mémorandums et des rapports soumis par les comités ministériels et techniques et le secrétariat général.

La réunion couvrira également des sujets liés aux dialogues et aux relations stratégiques entre les États du CCG et d’autres pays et blocs internationaux, en plus des derniers développements régionaux et internationaux.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Kamala Harris appelle à la retenue alors qu’Israël bombarde le sud de Gaza

Une photo publiée par la Cour royale hachémite montre le roi Abdallah II rencontrant la vice-présidente américaine, Kamala Harris, en marge de la COP28 à Dubaï, le 2 décembre 2023. (AFP/Cour royale hachémite)
Une photo publiée par la Cour royale hachémite montre le roi Abdallah II rencontrant la vice-présidente américaine, Kamala Harris, en marge de la COP28 à Dubaï, le 2 décembre 2023. (AFP/Cour royale hachémite)
Short Url
  • En marge de la COP28, le roi Abdallah II de Jordanie et la vice-présidente américaine se sont rencontrés à Dubaï, rapporte l’Agence de presse jordanienne
  • Les deux parties rejettent toute tentative de déplacement forcé des Palestiniens à l’intérieur ou à l’extérieur de Gaza, ou toute tentative de réoccupation de parties de la bande de Gaza

GAZA/LE CAIRE: La vice-présidente américaine Kamala Harris déclare que trop de Palestiniens innocents avaient été tués à Gaza au moment où l’artillerie et les avions de guerre israéliens ont bombardé l’enclave samedi après l’échec de la trêve avec les militants du Hamas.

S’exprimant à Dubaï, Harris soutient qu’Israël avait le droit de se défendre, mais que le droit international humanitaire doit être respecté et que «trop de Palestiniens innocents ont été tués».

«Franchement, l’ampleur des souffrances civiles ainsi que les images et vidéos provenant de Gaza sont dévastatrices», a déclaré Harris aux journalistes.

En marge de la COP28, le roi Abdallah II de Jordanie et la vice-présidente américaine se sont rencontrés à Dubaï, rapporte l’Agence de presse jordanienne.

Le roi Abdallah a souligné la nécessité pour les États-Unis de jouer un rôle de premier plan en vue de parvenir à la paix sur la base d’une solution à deux États, lors de sa rencontre avec Harris.

Le roi a appelé à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et à la protection des civils, mettant en garde contre les répercussions de la guerre continue sur la paix et la sécurité internationales, notamment de nouveaux conflits et violences qui pourraient plonger la région entière dans une catastrophe.

Les deux parties rejettent toute tentative de déplacement forcé des Palestiniens à l’intérieur ou à l’extérieur de Gaza, ou toute tentative de réoccupation de parties de la bande de Gaza, rapporte l’agence Petra.

Le roi Abdallah a également souligné l’importance de maintenir une aide suffisante et ininterrompue de nourriture, d’eau, de carburant et d’électricité, sans aucun obstacle, mettant en garde contre le ciblage des hôpitaux et l’entrave à la livraison de fournitures médicales.

Parallèlement, Harris a remercié le roi Abdallah pour son leadership continu dans le règlement du conflit israélo-palestinien et pour le rôle de la Jordanie dans la fourniture d’une aide humanitaire vitale à Gaza, y compris ses trois largages aériens de fournitures médicales vers l’hôpital de campagne qu’elle a établi à Gaza.

Elle a évoqué l’importance de la récente pause dans les combats entre Israël et le Hamas, ainsi que l’engagement de l’administration Biden-Harris à soutenir les efforts visant à parvenir à un nouvel accord. Elle a également discuté des idées américaines en matière de planification post-conflit à Gaza, y compris les efforts en matière de reconstruction, de sécurité et de gouvernance.

La vice-présidente américaine soutient que ces efforts ne peuvent réussir que s’ils sont déployés dans le contexte d’un horizon politique clair pour le peuple palestinien, vers un État qui lui est propre, dirigé par une Autorité palestinienne revitalisée et bénéficiant du soutien de la communauté internationale et des pays de la région.

Lors d’une conférence de presse tenue samedi à Tel-Aviv, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré qu’Israël continuait à travailler en coordination avec les États-Unis et les organisations internationales pour définir des «zones de sécurité» pour les civils de Gaza.

«C’est important parce que nous n’avons aucune volonté de nuire à la population», soutient Netanyahou. «En revanche, nous désirons ardemment nuire au Hamas.»

Harris a également esquissé une vision américaine pour Gaza après le conflit, affirmant que la communauté internationale doit soutenir la reconstruction et que les forces de sécurité palestiniennes doivent être renforcées.

«Nous voulons voir Gaza et la Cisjordanie unifiées sous la direction de l’Autorité palestinienne. Les aspirations palestiniennes doivent être au cœur de ce travail», dit-elle, ajoutant que le Hamas ne doit plus diriger Gaza.

L’Autorité palestinienne, soutenue par l’Occident, gouverne certaines parties de la Cisjordanie occupée. En 2007, le Hamas a pris le contrôle de Gaza des mains du Fatah, parti du président palestinien Mahmoud Abbas, et dirige, depuis, l’enclave.

(avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Face aux aléas climatiques, le Maghreb mobilise drones et high-tech

Un technicien de la startup RoboCare se prépare à faire voler un drone au-dessus d'un domaine agricole, afin de scanner les arbres depuis les airs et d'évaluer leur niveau d'hydratation, la qualité du sol et leur santé générale, afin de prévenir des dommages irréversibles, dans la région de Nabeul, au sud-ouest de Tunis, le 30 août 2023. (Photo HASNA AFP)
Un technicien de la startup RoboCare se prépare à faire voler un drone au-dessus d'un domaine agricole, afin de scanner les arbres depuis les airs et d'évaluer leur niveau d'hydratation, la qualité du sol et leur santé générale, afin de prévenir des dommages irréversibles, dans la région de Nabeul, au sud-ouest de Tunis, le 30 août 2023. (Photo HASNA AFP)
Short Url
  • «Recourir aux technologies modernes dans l'agriculture est devenu inévitable» pour réduire les coûts et les pertes de cultures, explique Imen Hbiri, 35 ans, fondatrice de RoboCare, qui emploie une dizaine de personnes
  • Les données collectées permettent à RoboCare d'analyser le niveau d'hydratation de telle ou telle parcelle, la qualité du sol et même l'état des cultures pour détecter des maladies

NABEUL, Tunisie : Dans un champ d'orangers à Nabeul, le silence est brisé par le vrombissement d'un drone. En Tunisie et ailleurs dans le Maghreb, les agriculteurs se tournent vers la high-tech pour lutter contre les effets du réchauffement climatique.

Tunisie, Maroc, Algérie et Libye figurent dans le top 33 mondial des pays confrontés à un stress hydrique qui s'aggrave d'année en année, selon l'institut américain World Resources Institute.

«Recourir aux technologies modernes dans l'agriculture est devenu inévitable» pour réduire les coûts et les pertes de cultures, explique à l'AFP Imen Hbiri, 35 ans, fondatrice de RoboCare, qui emploie une dizaine de personnes.

L'engin noir en forme de V effectue des zigzags au-dessus des plants d'agrumes -- spécialité de la région de Nabeul (est) -- en scannant les 15 hectares avec des caméras et des capteurs.

Les données collectées permettent à RoboCare d'analyser le niveau d'hydratation de telle ou telle parcelle, la qualité du sol et même l'état des cultures pour détecter des maladies.

Ensuite, l'agriculteur peut intervenir avec une pulvérisation de pesticides ou un arrosage ciblé sur les plantations en souffrance.

- Vert, bleu et rouge -

En quelques clics, Imen Hbiri accède aux indicateurs d'irrigation, de végétalisation de chaque zone, et à leur état de santé, selon une gamme de couleurs (rouge, vert, bleu) plus ou moins prononcées.

«L'agriculteur peut obtenir jusqu'à 30% d'économies en eau, augmenter ses rendements de 30% et réduire ses dépenses de 20% grâce à cette technologie», souligne la Pdg de RoboCare, elle-même fille d'agriculteurs.

La Tunisie traverse sa quatrième année consécutive de sécheresse, selon le ministère de l'Agriculture. Les barrages, principale source d'approvisionnement en eau potable et pour l'irrigation, sont remplis à seulement 22% de leur capacité et 20 réservoirs sont hors d'usage faute de pluie.

Yassine Gargouri a fait appel aux services de RoboCare dans le but de réduire ses coûts, alors qu'il consacre 80% de ses dépenses à l'achat d'engrais et fertilisants.

«Nous n'avons plus les saisons d'avant où on savait exactement ce qu'il fallait faire», explique M. Gargouri en notant qu'en mai les températures sont désormais élevées et qu'en août, il peut pleuvoir favorisant les maladies, quand autrefois le temps était sec et chaud.

«Il faut s'adapter à ces bouleversements, c'est vraiment le défi de demain», ajoute-t-il.

Les drones et la high-tech sont pour lui «une étape supplémentaire», après l'arrivée de l'irrigation goutte-à-goutte il y a une vingtaine d'années face à la raréfaction des pluies. Et les nouvelles technologies permettent d'«optimiser ce qu'on met sur les feuilles comme produits phytosanitaires et donc leur coût».

Dans les pays voisins, la situation est similaire. Au Maroc, l'agriculture est un secteur clé, représentant 13% du PIB, 14% des exportations et 33% des emplois.

Mais seulement 3% des deux millions d'agriculteurs utilisent les technologies, selon Loubna El Mansouri, directrice du pôle numérique au ministère de l'Agriculture, dans un pays qui a pourtant subi en 2022 sa pire sécheresse depuis 40 ans.

- «Une grande économie d'eau» -

«Avec un drone d'irrigation, on consomme moins de 20 litres d'eau pour irriguer un hectare contre près de 300 litres» avec les techniques conventionnelles, détaille Mme El Mansouri. «Donc, il y a une grande économie d'eau».

Mû par des objectifs similaires, le ministère de l'Agriculture en Algérie entend développer l'utilisation des drones et des images satellitaires.

Les autorités préparent, selon des déclarations officielles, «une carte nationale des sites et des capacités de production» afin d'«optimiser l'utilisation des terres agricoles».

La généralisation des nouvelles technologies dans l'agriculture en Afrique du nord nécessite toutefois d'adapter le cadre juridique de ces pays et de sensibiliser les agriculteurs tout comme les administrations.

En Tunisie, Mme Hbiri espère que les autorités vont faciliter leur usage alors que «seulement 10% des agriculteurs y ont recours actuellement».

Il faudrait, selon elle, que «le côté administratif soit plus fluide», notamment pour l'octroi d'autorisations de survol par des drones qui prend souvent des mois.

En Tunisie, tout comme en Algérie et au Maroc, l'utilisation des drones est très surveillée et interdite sur certaines portions de territoire pour des raisons de sécurité.

«Nous voulons nous concentrer sur la technologie plutôt qu'investir du temps et des efforts en allées et venues dans les bureaux et les banques, ce qui freine notre développement», souligne Mme Hbiri.