Le redressement du Liban passe par un dirigeant digne de confiance

Des chrétiens assistent à la messe de Pâques dans la capitale libanaise, Beyrouth, le 9 avril 2023. (AFP)
Des chrétiens assistent à la messe de Pâques dans la capitale libanaise, Beyrouth, le 9 avril 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 10 avril 2023

Le redressement du Liban passe par un dirigeant digne de confiance

  • Les sermons du dimanche abordent les enjeux qui affectent le Liban, notamment l’élection d’un président, la reconquête de la souveraineté ainsi que la lutte contre la pauvreté et la faim dans le pays
  • Beyrouth réaffirme que «le maintien des voies de communication ouvertes avec l’ONU et la Finul est le meilleur moyen de résoudre les problèmes et de maintenir le calme et la stabilité»

BEYROUTH: Le patriarche maronite, Béchara al-Rahi, a déclaré que le Liban avait besoin «d’un dirigeant digne de confiance» à l’occasion de la messe du dimanche de Pâques. 

Il ajoute qu’«un dirigeant auquel il est impossible de faire confiance ne peut pas rester au pouvoir», affirmant que le gouvernement ne devrait nullement tolérer que le pays soit manipulé aux mains de «ceux qui perturbent sa sécurité et sa souveraineté». 

Son appel intervient au moment où les communautés chrétiennes occidentales célèbrent le dimanche de Pâques – le jour le plus saint de leur calendrier – tandis que les communautés chrétiennes orthodoxes orientales fêtent le dimanche des Rameaux au Liban. 

Les sermons du dimanche abordent les enjeux qui affectent le Liban, notamment l’élection d’un président, la reconquête de la souveraineté ainsi que la lutte contre la pauvreté et la faim dans le pays en proie à des difficultés financières. 

Le patriarche Al-Rahi demande lors de son sermon: «Jusqu’à quand le territoire libanais sera-t-il ouvert à tous les détenteurs d’armes? Jusqu’à quand le Liban et son peuple subiront-ils les répercussions des politiques extérieures qui étouffent le pays chaque jour un peu plus?» 

Les sermons et les allusions à la souveraineté interviennent à la suite de tensions avec Israël, après que des tirs transfrontaliers ont été échangés entre des militants libanais et les Forces de défense israéliennes vendredi. 

Entre autres échauffourées, des roquettes ont été tirées depuis les environs du camp palestinien d’Al-Rachidieh, dans le sud du Liban, en direction de la haute Galilée. Cette action a été suivie de représailles par l’armée israélienne. 

Le gouvernement a été critiqué pour sa position face à l’escalade de la violence le long de la frontière entre le Liban et Israël. 

Le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, réitère que le Liban «rejette absolument toute escalade militaire depuis son territoire et l’utilisation de ce dernier pour mener des opérations qui déstabiliseraient la situation». 

M. Mikati déclare: «Ce qui est dit sur l’impuissance du gouvernement et son absence à cet égard fait partie des campagnes médiatiques ciblant le gouvernement.» 

Il ajoute: «Depuis le début des accrochages dans le sud, nous avons établi le contact nécessaire avec toutes les parties concernées, ainsi qu’avec les acteurs internationaux en toute discrétion, car ces questions ne peuvent être traitées en créant un buzz médiatique et en faisant de grandes déclarations.» 

«J’ai également demandé au ministère des Affaires étrangères d’agir en parallèle et de faire les appels nécessaires. Pendant la crise, j’étais en réunion avec le ministre italien de la Défense, Guido Crosetto, et nous lui avons demandé de faire pression sur Israël pour mettre fin à toute opération conduisant à de nouvelles tensions dans le sud.» 

Najib Mikati précise que les premières enquêtes menées par les Forces armées libanaises révèlent que ceux qui ont tiré les roquettes n’appartiennent pas à des partis organisés, mais sont plutôt des non-Libanais. 

«Il s’agit d’une réaction à l’agression israélienne contre les territoires palestiniens et la bande de Gaza», poursuit-il. 

Le Liban a porté plainte contre Israël auprès du Conseil de sécurité et du secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU). 

Dans sa plainte, le Liban met en garde contre «la gravité des récents événements dans la région, en particulier dans les villages du sud du Liban». 

Le pays insiste sur son «désir de collaboration pour désamorcer les éléments de conflit et appeler à la retenue et au calme», tout en tenant Israël «responsable des répercussions de toute escalade qui ferait exploser la situation à la frontière Sud du Liban». 

Le Liban renouvelle une fois de plus son refus «d’utiliser son territoire comme plate-forme pour déstabiliser la tranquillité existante tout en préservant son droit légitime à l’autodéfense». 

Beyrouth réaffirme que «le maintien des voies de communication ouvertes avec l’ONU et la Force intérimaire des nations unies au Liban (Finul) est le meilleur moyen de résoudre les problèmes et de maintenir le calme et la stabilité». 

Dans sa plainte, le gouvernement réitère son «adhésion à la politique de modération compte tenu de l’importance qu’il accorde à la stabilité et au calme et de son souci inébranlable de remplir ses obligations internationales». 

Le Liban a également déclaré que les attaques menées par Israël vendredi contre des zones du sud du Liban «ont mis en danger la vie des civils et la sécurité des territoires libanais», qualifiant l’incident «d’acte d’agression, d’atteinte incontestable à la souveraineté du Liban, de menace pour la stabilité dont jouissait le sud du Liban, de violation flagrante de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU et de mise en danger de la paix et de la sécurité internationales». 

Il met en garde contre «les répercussions critiques des pratiques israéliennes provocatrices à Jérusalem et la violation du caractère sacré des Lieux saints, en plus de l’usage injustifié d’une force excessive dans les lieux de culte contre les fidèles». 

Enfin, il dénonce le refus d’Israël de «se conformer aux appels du Conseil de sécurité et de la communauté internationale à s’abstenir de prendre des mesures d’escalade pendant la période des fêtes». 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La branche armée du Hamas dit avoir visé Tel-Aviv avec un «important barrage de roquettes»

Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Short Url
  • "Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam
  • L'armée israélienne a affirmé que "certaines des roquettes ont été interceptées"

TEL AVIV:  L'armée israélienne a indiqué dimanche qu'au moins huit roquettes avaient été tirées vers le centre du pays depuis Rafah, à l'extrême sud de la bande de Gaza, où ses troupes sont engagées dans des combats acharnés avec les groupes armés palestiniens.

L'armée a affirmé que "certaines des roquettes ont été interceptées" et une correspondante de l'AFP dans la bande de Gaza a rapporté avoir vu des roquettes tirées à partir de Rafah.

La branche armée du Hamas palestinien a dit dimanche avoir visé Tel-Aviv avec un "important barrage de roquettes" dans un message publié sur le réseau social Telegram.

"Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam dans leur message mis en ligne quelques minutes après que des sirènes d'alerte aient retenti dans le centre d'Israël.

 


Plusieurs navires américains échoués près du port artificiel pour l'aide à Gaza

Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué
  • Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel»

WASHINGTON : Quatre embarcations de l'armée américaine utilisées pour la jetée provisoire pour l'aide à Gaza se sont échouées samedi matin à cause d'une «mer agitée», a fait savoir le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

«Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué.

Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel».

Il ajoute que l'armée israélienne aide les Américains à remettre à flots les navires et insiste: «Aucun (militaire) américain n'entrera dans Gaza».

Les Etats-Unis ont achevé la semaine dernière cette jetée dont la construction avait été annoncée en mars par le président Joe Biden. Il s'agit de pallier les restrictions imposées par Israël à l'acheminement terrestre de l'aide vers la bande de Gaza, ravagée par sept mois d'une guerre déclenchée par l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Vendredi, l'ONU a fait savoir que l'installation a permis le débarquement en une semaine de 97 camions d'aide humanitaire.

Le Centcom a précisé que 1.005 tonnes d'aide avait été débarquées en date de vendredi, dont 903 acheminées vers l’entrepôt de l'ONU.

Le port artificiel, d'un coût d'au moins 320 millions de dollars, à l'instar d'autres initiatives alternatives, ne peuvent se substituer à un afflux d'aide par voie terrestre, préviennent l'ONU et les organisations humanitaires.

Selon les Nations unies, la quasi-totalité des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacés par les combats et les bombardements, et se trouvent en situation d'insécurité alimentaire, avec un risque de famine à grande échelle.

 


Le premier groupe de pèlerins marocains arrive en Arabie saoudite grâce à l'initiative de la route de La Mecque

Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la nécessité de créer une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj
  • Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque

RIYAD : Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed ben Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca.

Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque.

Cette initiative vise à faciliter autant que possible le voyage des pèlerins pour accomplir le Hajj, grâce à l'enregistrement électronique dans leur pays d'origine, y compris en ce qui concerne l'immigration, la santé, les bagages, le voyage et le logement à La Mecque et à Médine.

Ils sont transportés par bus sur des itinéraires désignés, et des agences de service livrent leurs bagages sur leurs lieux de séjour, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'IAM fait partie du programme d'expérience des pèlerins (PEP) du ministère de l'Intérieur, un pilier de la Vision 2030 du Royaume.

Cette initiative, qui en est à sa sixième année, est menée en coopération avec un grand nombre d'autorités publiques et semi-gouvernementales, notamment les ministères des Affaires étrangères, de la Santé, du Hajj et de la Omra, des Médias, de l'Aviation civile, de la Zakat, de l'Impôt et des Douanes, de la SDAIA et du Programme d'expérience du pèlerin.

Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la création d'une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj.

Les pèlerins qui sont arrivés ces derniers jours ont exprimé leur « gratitude au gouvernement du Royaume pour les services et les facilités qui ont été fournis, et rendu leur pèlerinage sûr et tranquillisant », a déclaré l'agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com