L'ONU réduit ses aides à des milliers de Yéménites et de migrants

Des travailleurs de la santé yéménites rendent visite aux habitants lors d'une campagne de vaccination contre la polio dans la capitale Sanaa, le 28 novembre 2020 (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Mercredi 02 décembre 2020

L'ONU réduit ses aides à des milliers de Yéménites et de migrants

  • L’Organisation mondiale de la santé a annoncé samedi une réduction de l’aide destinée à des milliers de travailleurs de la santé
  • Des dizaines de professionnels de la santé dans des établissements financés par l'ONU ont été licenciés, ce qui oblige de nombreux patients à parcourir des centaines de kilomètres pour se faire soigner

AL-MUKALLA: Des milliers de Yéménites, de migrants africains et de déplacés internes sont privés de services de la santé essentiels depuis que les organisations des Nations Unies ont interrompu leurs programmes dans le pays déchiré par la guerre, en raison d'un manque de fonds, ont affirmé des responsables locaux à Arab News.

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé samedi une réduction de l’aide destinée à des milliers de travailleurs de la santé ainsi qu’à des centres de santé à travers le pays, ce qui accentue la crise. «En raison d'un déficit financier sans précédent, l’OMS et les partenaires de la santé n'ont pas été en mesure de poursuivre leur soutien financier aux personnels de la santé au Yémen. Environ 10 000 professionnels de la santé sont touchés. Plus de fonds sont nécessaires que jamais pour permettre la poursuite de ce soutien», a déclaré le bureau de l'OMS au Yémen sur Twitter.

Le bureau de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Yémen a fait une annonce similaire concernant la réduction de ses opérations sur le terrain, y compris la surveillance des flux de migrants africains, en raison d'un manque de fonds et d'une chute brutale du nombre de migrants africains dans le pays cette année.

«L'OIM adapte ses programmes aux réalités existantes et aux financements disponibles. En raison de la pandémie de la Covid-19, la migration vers le Yémen a considérablement diminué depuis le mois de mars», a révélé Olivia Headon, porte-parole de l'OIM au Yémen. Elle ajoute que le nombre de migrants africains a chuté de 90% au cours des derniers mois par rapport à l’année dernière, ce qui constitue une raison supplémentaire de limiter les activités de l’organisation aux points d’entrée des migrants dans les provinces du sud du Yémen.

«L’aide sanitaire de l’OIM au Yémen est énormément sous-financée et, face à ces contraintes financières, nous avons dû réadapter nos programmes. Cela affecte concrètement l'assistance aux migrants et aux personnes déplacées, malheureusement», avoue Headon.

Les Yéménites ressentent déjà les effets des réductions de l'aide humanitaire de l'ONU. Des responsables yéménites ont affirmé à Arab News que des dizaines de professionnels de la santé dans des établissements financés par l'ONU ont été licenciés. Cette situation oblige de nombreux patients à parcourir des centaines de kilomètres pour se faire soigner.

Dans la province centrale et densément peuplée de Marib, les responsables de la santé ont signalé que la réduction de l'assistance sanitaire de l'OMS au Yémen a eu un cruel impact sur leur capacité à fournir des services aux milliers de déplacés à l'intérieur du pays et aux blessés de la guerre.

Le Dr Abdul Aziz Al-Shadadi, directeur du bureau du ministère de la Santé de Marib, a déclaré mardi qu’au moins une douzaine de médecins spécialistes ont été licenciés, entraînant la fermeture de nombreux départements des trois établissements de la province. «La réduction du maigre soutien des Nations Unies exerce une pression sans précédent sur nous», a déclaré Al-Shadadi, ajoutant que les services de chirurgie et de soins materno-infantiles des régions de Marib et Harib avaient été fermés faute de financement.

«Nous faison face à une énorme pression. Nous recevons actuellement des milliers de patients d'Al-Bayda et de Jouf, maintenant que les Houthis ont pris le contrôle des centres de santé dans ces villes », a affirmé Al-Shadadi, exhortant l'OMS à reprendre ses activités et son soutien financier,  surtout aux médecins spécialistes.

Les employés de l'OIM ont déclaré à Arab News que leurs contrats avec l'organisation viendraient à terme avant la fin du mois, au moment où le pays se prépare à une nouvelle vague de migrants en provenance de l’Éthiopie fuyant la violence chez eux.

La porte-parole de l'OIM a signalé que l'organisation compte réduire ses équipes de trois employés pour n’en garder qu’un dans la province méridionale de Shabwa, point d’entrée important, à cause de la forte diminution du nombre de migrants africains et du financements. D’après les chiffres de l'OIM, le nombre total de migrants arrivés au Yémen en août, septembre et octobre de cette année est de 1 703, contre 27 260 migrants au cours des trois derniers mois de l'année dernière.

Cependant, les habitants de Shabwa parlent d'un flux continu de migrants vers les côtes de la province. Un habitant affirme même avoir appris des migrants qu'un grand nombre d'Éthiopiens fuyant les combats se rassemblent à Bosaso en Somalie afin de prendre le large vers le Yémen.

Les responsables locaux de Shabwa avouent être laissés à eux-mêmes pour confronter l'afflux de migrants, alors que l'OIM réduisait d’une manière flagrante ses opérations dans la province. «Le flux de migrants africains ne s'est jamais arrêté au cours des 20 dernières années. Nous voulons que les Nations Unies construisent des camps pour les migrants, les nourrissent et organisent des voyages de rapatriement», a confie un haut responsable du gouvernement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le vaccin Pfizer-BioNtech disponible au Liban en février, promet le ministre de la Santé

Éboueur dans une rue de Beyrouth le 17 janvier 2021. Les autorités libanaises ont imposé un verrouillage strict avec approvisionnement uniquement par livraison, alors que le pays se bat pour ralentir la propagation des nouveaux cas de coronavirus. (Anwar Amro/AFP)
Short Url
  • Le ministre de la Santé a signé dimanche matin le contrat final avec Pfizer pour fournir progressivement plus de deux millions de doses de vaccin
  • Le ministère, en coopération avec le secteur privé, est également en voie de distribuer deux millions de vaccins des deux entreprises Sinopharm et Astrazeneca à partir de février

BEYROUTH : Le bureau de presse du ministre de la Santé publique, Hamad Hassan, a annoncé dans un communiqué que le ministre a signé dimanche matin le contrat final avec Pfizer pour fournir progressivement plus de deux millions de doses de vaccin contre la Covid-19 à partir de février. Ce contrat s’ajoute à l’accord signé en octobre 2020 avec l'entreprise Covax, cautionnée par l’OMS, afin d’obtenir deux millions et sept cent milles vaccins de différentes sources internationales.

Le ministère, en coopération avec le secteur privé, est également en voie de distribuer deux millions de vaccins des deux entreprises Sinopharm et Astrazeneca à partir de février. D’autres vaccins, notamment celui fabriqué par Johnson, ont été commandés et arriveront une fois les contrats internationaux conclus. Les négociations sont toujours en cours avec l’entreprise américaine Moderna et la russe Spoutnik, en coopération avec le secteur privé pour garantir un nombre supplémentaire de vaccins, conformément aux directives de l’OMS.

Le ministère de la Santé publique réitère son engagement à fournir la plus grande quantité possible de vaccins sains et efficaces au peuple libanais le plus tôt possible, malgré la demande pressante en augmentation à travers le monde. Le ministère affirme coopérer avec l’OMS dans ce cadre.

 


Près de 50 morts dans des violences au Darfour ces dernières 24h

Des enfants soudanais se rassemblent devant un véhicule blindé de la mission de maintien de la paix des Nations unies et de l'Union africaine (MINUAD) dans le camp de Kalma pour personnes déplacées à l'intérieur du pays à Nyala, la capitale du Sud Darfour, le 30 décembre 2020. (AFP)
Short Url
  • Samedi, des violences ont éclaté, opposant la tribu Al-Massalit aux nomades arabes à El-Geneina. Des milices armées favorables aux nomades arabes ont ensuite attaqué la ville et plusieurs maisons ont été incendiées
  • Pour lutter contre les insurgés, les autorités soudanaises avaient déployé les Janjawids, une milice armée composée essentiellement de nomades arabes, accusés de "nettoyage ethnique" et de viols

KHARTOUM: Des affrontements entre tribus rivales au Darfour ont coûté la vie à près de 50 personnes ces dernières 24 heures, les dernières violences en date dans cette région de l'ouest du Soudan minée par l'instabilité sécuritaire.

Ces violences sont également les plus meurtrières depuis la fin le 31 décembre de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour, un retrait qui avait vivement fait craindre une escalade aux habitants de cette vaste région.

Selon un nouveau bilan publié dimanche par l'agence officielle soudanaise Suna, qui cite la branche locale du syndicat des médecins, les violences depuis samedi à El-Geneina, la capitale du Darfour-Ouest, ont fait 48 morts et 97 blessés.

Et les affrontements se poursuivent, a-t-elle ajouté.

Les heurts ont éclaté entre la tribu Al-Massalit et les nomades arabes. Des milices armées favorables aux nomades arabes ont ensuite attaqué el-Geneina et plusieurs maisons ont été incendiées, selon des témoins.

Le Premier ministre Abdallah Hamdok a envoyé une délégation de "haut rang" au Darfour-Ouest pour tenter de rétablir l'ordre.

Le Darfour connaît une recrudescence d'affrontements tribaux, qui ont fait 15 morts et des dizaines de blessés fin décembre, soit quelques jours avant la fin de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union africaine, une opération de 13 ans.

Le retrait progressif des troupes de cette mission, censé commencer en janvier 2021, sera étalé sur six mois. Et le gouvernement soudanais prend ainsi la responsabilité de la protection des populations de la région.

Terre, eau 

Le conflit au Darfour a débuté en 2003 entre forces loyales au régime du général Omar el-Béchir à Khartoum et membres de minorités ethniques s'estimant marginalisés et réclament une répartition plus équitable du pouvoir et des richesses.

Les violences ont fait quelque 300.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés, essentiellement durant les premières années, selon l'ONU.

Pour lutter contre les insurgés, le pouvoir Béchir avait déployé les Janjawids, une milice armée composée essentiellement de nomades arabes, accusés de "nettoyage ethnique" et de viols. Des milliers de miliciens ont été par la suite incorporés dans les Forces de soutien rapides (RSF), un groupe paramilitaire.

Si les violences ont baissé d'intensité, les affrontements sont assez fréquents au sujet de l'accès à la terre et à l'eau, opposant éleveurs nomades arabes et aux paysans darfouris.

Le gouvernement soudanais de transition -mis en place après la chute de l'autocrate Omar el-Béchir en avril 2019 sous la pression d'une contestation populaire- a signé en octobre un accord de paix avec plusieurs groupes rebelles y compris au Darfour.

Après la Minuad, qui a compté jusqu'à 16.000 hommes, l'ONU restera au Soudan via une Mission intégrée des Nations unies pour l'assistance à la transition au Soudan (Minuats).

Cette mission politique aura comme tâche d'assister le gouvernement de transition, installé en août 2019 et issu d'un accord entre militaires et dirigeants du mouvement de contestation. Elle devra aussi aider à l'application des récents accords de paix dans les régions ravagées par les conflits.

Omar el-Béchir, en prison, et d'autres responsables soudanais sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) pour "crimes contre l'humanité" et "génocide" au Darfour.


Rêves de voyages en attendant les vols directs entre le Maroc et Israël

Un premier vol commercial direct entre les deux pays a atterri à Rabat le 22 décembre (Photo, AFP)
Short Url
  • La réouverture prochaine des bureaux de liaison fermés au début des années 2000 après une brève embellie diplomatique devrait faciliter la procédure d'obtention de visas pour Israël
  • Les deux pays ont entretenu des relations officielles de 1993 à 2000, date du déclenchement de la seconde intifada dans les territoires palestiniens contre l'occupation israélienne

CASABLANCA: Fanny Mergui n'a pas l'ombre d'un doute: les Marocains de confession juive, comme elle, « préparent d'ores et déjà leurs valises » pour se rendre en Israël, après l'annonce de liaisons aériennes directes et régulières dans le cadre du récent rapprochement diplomatique entre les deux pays. 

La communauté juive du Maroc est la plus importante d'Afrique du Nord et les quelque 700 000 Israéliens d'ascendance marocaine ont souvent gardé des liens très forts avec leur pays d'origine. 

Un premier vol commercial direct entre les deux pays a atterri à Rabat le 22 décembre, à l'occasion de la signature d'un accord tripartite liant une normalisation des relations entre le Maroc et Israël à une reconnaissance américaine de la « souveraineté » marocaine sur le territoire disputé du Sahara occidental.  

Mais il est encore impossible de réserver un voyage. Aux délais d'autorisations administratives s'ajoute la pandémie de coronavirus qui paralyse les déplacements depuis début 2020. 

La réouverture prochaine des bureaux de liaison fermés au début des années 2000 après une brève embellie diplomatique devrait faciliter la procédure d'obtention de visas pour Israël. 

En attendant, Fanny Mergui se dit « très heureuse » de savoir qu'il y aura des vols de cinq heures entre le Maroc et Israël: pour cette ancienne cheville ouvrière de la jeunesse sioniste, l'ouverture de liaisons directes est « une véritable révolution ». 

Jusque-là, le voyage était possible mais compliqué par d'interminables heures d'escale dans des pays de transit. La chanteuse marocaine Suzanne Harroch a ainsi passé « quatorze heures dans un aéroport parisien » avant d'obtenir son visa pour se rendre en Israël.  

« Une grande partie de ma famille réside là-bas. Il me tarde de les retrouver de plus en plus souvent », s'enthousiasme l'artiste de 67 ans qui voit le rapprochement israélo-marocain comme un « miracle ».  

Elle se dit « convaincue que les juifs israéliens d'origine marocaine vont venir en masse au Maroc « se ressourcer » et « pour des fêtes de familles ».  

La plupart des membres de la diaspora « sont sur un nuage », abonde Avraham Avizemer, par téléphone depuis Césarée, sur la côte israélienne. Cet entrepreneur de 69 ans, natif de Casablanca, vit en Israël depuis 1954. 

Avant la pandémie, entre 50 000 et 70 000 touristes israéliens, pour la plupart d'origine marocaine, visitaient chaque année le royaume, selon le ministère des Affaires étrangères à Rabat. 

« Miracle »  

Elan, 34 ans, se trouve à Casablanca pour suivre, avec d'autres jeunes Israéliens d'origine marocaine, un enseignement religieux dispensé par un rabbin dans la synagogue Beth-El. « La liaison directe facilitera les déplacements », souligne-t-il. 

La communauté juive du Maroc compte actuellement 3 000 personnes. Présente depuis l'Antiquité, renforcée au XVe siècle par l'expulsion des juifs d'Espagne, elle a atteint environ 250 000 âmes à la fin des années 1940, soit environ 10% de la population. Beaucoup sont partis après la création d'Israël en 1948. 

Les deux pays ont entretenu des relations officielles de 1993 à 2000, date du déclenchement de la seconde intifada dans les territoires palestiniens contre l'occupation israélienne. 

Mais des liens ont été maintenus. Les échanges commerciaux bilatéraux ont représenté 149 millions de dollars entre 2014 et 2017, selon des statistiques publiées par la presse marocaine. Et les deux communautés vivent en bonne intelligence au Maroc. 

« Quatre de mes voisins musulmans désirent m'accompagner pour ma première visite depuis le Maroc », se réjouit Prosper Bensimon, rencontré après la prière du soir à la synagogue Em Habanim de Casablanca. 

Mais le militant marocain des droits humains Sion Assidon a dénoncé sur Facebook le fait de « justifier l'ignominie de la normalisation par les liens historiques du Maroc avec les colons d'origine marocaine ».  

Cet intellectuel se présente comme un « marocain de culture juive » et milite activement au sein du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël, pour les droits des Palestiniens. 

Tout en saluant « chaque pas vers la paix », Fanny Mergui appelle les Israéliens démocrates à soutenir « la création d'un Etat Palestinien » pour régler le conflit. 

Elle avait immigré en Israël dans les années 1960 mais est rentrée dans son pays natal après la guerre israélo-arabe de 1967: « Je n'ai pas accepté que l'Etat juif, dans lequel j'avais foi, occupe des terres palestiniennes », explique-t-elle.