Tunisie: censure ou pas censure, à la Foire du Livre les avis divergent

Des visiteurs lors de la 37e Foire internationale du livre de Tunis dans la capitale tunisienne le 29 avril 2023. (Photo, AFP)
Des visiteurs lors de la 37e Foire internationale du livre de Tunis dans la capitale tunisienne le 29 avril 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 29 avril 2023

Tunisie: censure ou pas censure, à la Foire du Livre les avis divergent

  • Vendredi, des agents de sécurité avaient saisi tous les exemplaires en vente et fermé le stand de « La Maison du Livre», un important éditeur tunisien, arguant d'une « possession de livre non autorisé»
  • Et cela moins d'une heure après l'inauguration de la Foire par le président Saied, venu lancer un appel fervent « à libérer la pensée»

TUNIS: Retour de la censure ou pas en Tunisie ? Samedi à la Foire internationale du livre de Tunis, les avis divergent au lendemain du retrait d'un essai critiquant le président Kais Saied et de la fermeture du stand de sa maison d'édition.

L'éditeur du livre "Le Frankenstein tunisien", illustré par une caricature de M. Saied, a rouvert son stand en fin de matinée, assurant à l'AFP avoir "dissipé des incompréhensions" avec les organisateurs de la Foire.

Vendredi, des agents de sécurité avaient saisi tous les exemplaires en vente et fermé le stand de "La Maison du Livre", un important éditeur tunisien, arguant d'une "possession de livre non autorisé".

Et cela moins d'une heure après l'inauguration de la Foire par le président Saied, venu lancer un appel fervent "à libérer la pensée".

Après avoir enlevé la bâche couvrant son stand sur laquelle il avait apposé l'écriteau "fermé par une décision arbitraire", Habib Zoghbi de la Maison du Livre s'est rétracté samedi de ses accusations de "censure".

"Le livre en question n'a pas été confisqué pour son contenu mais parce qu'il n'était pas sur la liste présentée initialement à la direction de la foire comme le veut le règlement", a assuré son éditeur.

Cet essai romancé est présenté par son auteur Kamel Riahi comme un livre "politique", évoquant un Frankenstein personnifié par Kais Saied, élu selon lui en surfant sur les colères et frustrations d'un peuple déçu par le système en place depuis la Révolution de 2011, la première du Printemps arabe.

Regrettant des "déclarations à chaud", l'éditeur a martelé que le retrait du livre "n'était pas de la censure mais une question de procédure". Il a dit l'avoir omis de sa liste initiale, suite à des retards à l'impression.

M. Zoghbi a assuré que quelques exemplaires "sont disponibles en librairie à Tunis", qu'il sera réimprimé et devrait revenir à la Foire d'ici son terme le 7 mai.

Sur le stand voisin, de l'éditeur Meskiliani, fermé vendredi "en solidarité" avec la Maison du Livre, le responsable reste convaincu que le refus d'un livre non inscrit au préalable n'est qu'un "prétexte pour le censurer".

Mortadha Hamza évoque "un ouvrage qui retrace ce qui se passe pour les opposants au président" qui dénoncent "une dérive autoritaire" depuis le coup de force de Kais Saied du 25 juillet 2021 par lequel il s'est octroyé les pleins pouvoirs.

«Pas normal»

"Ce n'est pas normal qu'en 2023 on puisse censurer l'idée, l'écriture, sous n'importe quel prétexte", lance-t-il.

Malgré tout, il a rouvert son stand samedi, "premier vrai jour de la Foire" où les familles affluent pour profiter de fortes remises sur les livres, habituellement très couteux.

Sur le stand de l'éditeur Nirvana qui fait face à la Maison du Livre, Mohamed Bennour relativise du haut de ses 70 ans, dont plus de 40 dans l'édition, l'incident autour de l'ouvrage.

Selon lui, l'obligation de fournir à l'avance une liste des livres exposés "existe depuis belle lurette" et remonte à l'ère du père de l'indépendance Habib Bourguiba (1956-1987).

Elle était destinée, dit-il, à éviter l'introduction de livres "de salafistes et intégristes enseignant les techniques du terrorisme ou pour lutter contre l'Etat laïc".

La procédure a été maintenue sous le dictateur Ben Ali qui avait également mis en place des comités de censure pour la littérature et le cinéma.

Et elle a perduré après la Révolution de 2011 et la chute du régime par peur de l'exposition d'ouvrages "incitant à fabriquer des armes ou des explosifs", ajoute-t-il.

"Cette règle est connue et l'éditeur l'avait acceptée comme nous tous. Donc, soit on joue le jeu, soit on décide de ne pas participer à la Foire comme l'ont fait certains éditeurs", estime M. Bennour.

En revanche, l'éditeur voudrait une révision de cette procédure "en concertation entre les autorités culturelles, les éditeurs et les libraires".

"Le fait d'imposer une liste est une forme de censure et de contrôle des livres exposés, et ça c'est anormal", admet-il.


Les positions publiques et privées du Royaume sur Gaza sont identiques, souligne Faisal ben Farhane

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, se trouve à la tête du Comité ministériel arabo-islamique présent à Washington pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza. (X: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, se trouve à la tête du Comité ministériel arabo-islamique présent à Washington pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza. (X: @KSAMOFA)
Short Url
  • Le prince Faisal est en désaccord concernant le veto américain sur un cessez-le-feu à Gaza
  • Le prince Faisal a rencontré le secrétaire d'État américain Anthony Blinken pour des entretiens sur Gaza

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a confirmé, lors d'une interview avec PBS NewsHour, le fait que la position du Royaume à l'égard de Gaza était la même aux niveaux public et privé.

Le prince Faisal réfutait les affirmations du présentateur de PBS Nick Schifrin selon lesquelles «les demandes au niveau public de l’Arabie saoudite ne correspondaient pas à vos demandes au niveau privé à détruire le Hamas. Pourquoi ce double message?»

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré: «Il n’y a pas de double message. Ce que nous disons en privé et ce que nous disons en public est exactement le même, non seulement pour le Royaume mais pour tous les Arabes.»

Il a ajouté: «Je suis très fier du fait que ce que nous disons en public et en privé est le même. Je ne peux pas en dire autant de certains de nos interlocuteurs occidentaux.»

Le prince Faisal, qui se trouve actuellement à la tête du Comité ministériel arabo-islamique présent à Washington pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza, a désapprouvé samedi le veto américain à la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

Il a également exprimé sa déception face à l’incapacité du Conseil de sécurité à «prendre une position ferme» sur Gaza.

«Nous assistons actuellement à un niveau de carnage sans précédent à Gaza, injustifiable sous aucun prétexte d’autodéfense», a indiqué le prince Faisal.

Le Comité arabo-islamique a également protesté contre le veto américain qui a bloqué la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, lors d'une réunion avec le secrétaire d'État américain Anthony Blinken. Le prince Faisal a indiqué que le comité ferait pression en faveur d'un cessez-le-feu dans le but d’éviter davantage de morts civils.

«Ce degré continu de pertes civiles ne sert les intérêts de personne, y compris les intérêts d’Israël ou sa sécurité.»

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a mis en garde contre le risque d’extension de la guerre de Gaza au reste de la région, ainsi que contre la menace croissante de l’extrémisme. «Les gens perdent confiance dans l’argumentation en faveur de la paix dans notre région, mais ils perdent également confiance dans les systèmes internationaux de garanties et de droits», a-t-il soutenu.

Samedi, le prince Farhane a rencontré séparément Blinken à Washington pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas (photo fournie)
Le prince Farhane a rencontré séparément Blinken à Washington pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas (photo fournie)

Samedi, le prince Farhane a rencontré séparément Blinken à Washington pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les deux responsables ont discuté de «tous les efforts possibles visant à réduire le rythme de l’escalade et empêcher une extension de la violence afin d’éviter ses dangereuses répercussions sur la paix et la sécurité internationales», a rapporté la Saudi press agency (SPA).

La réunion s'est déroulée en présence de la princesse Reema bent Bandar, ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Algérie se prépare à prendre en charge plus de 300 enfants palestiniens

Des enfants palestiniens qui ont fui Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, vers le camp de Rafah, plus au sud, près de la frontière avec l'Égypte, le 7 décembre (Photo, AFP).
Des enfants palestiniens qui ont fui Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, vers le camp de Rafah, plus au sud, près de la frontière avec l'Égypte, le 7 décembre (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon ces informations, le gouvernement algérien travaille activement pour réaliser ces évacuations d'urgence
  • L’Algérie accueillera également leurs accompagnateurs de Gaza

ALGER : Selon les informations disponibles, l'Algérie a exprimé sa disponibilité à accueillir à travers l’Égypte le plus grand nombre d'enfants palestiniens blessés, soit plus de 300 enfants victimes des récentes actions militaires d’Israël. L’Algérie accueillera également leurs accompagnateurs de Gaza, territoire toujours assiégé et bombardé par l'armée israélienne depuis deux mois. 

Selon ces informations, le gouvernement algérien travaille activement pour réaliser ces évacuations d'urgence dans les plus brefs délais. Cependant, cette action humanitaire s'avère complexe, car les autorités israéliennes n'ont autorisé le passage que pour moins de 1% des blessés et des personnes valides.

Selon les informations, le passage de Rafah fait l'objet de bombardements israéliens, rendant l'évacuation des personnes valides et blessées encore plus complexe. Les établissements sanitaires en Algérie ont pris toutes les dispositions nécessaires sous la directive du chef de l'État algérien pour accueillir ces enfants, la plupart étant mutilés.

Des agressions d'une ampleur inédite dans l'histoire de l'humanité sont rapportées par les médias algériens. Ces enfants palestiniens seront soignés dans les hôpitaux d'Alger, Constantine et Oran, selon la même source.

Système sanitaire en crise 

Dans ce contexte, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Palestine, Rik Peeperkorn, a déclaré hier qu'en moyenne, un enfant est tué toutes les 10 minutes à Gaza. Le commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, a mis en garde contre les risques d'un "tsunami humanitaire" en raison de l'agression israélienne dans la bande de Gaza, où la grande majorité des victimes sont des enfants.

Malgré la mise en place d'hôpitaux de campagne, les besoins en soins médicaux augmentent dans la bande de Gaza, soumise à des bombardements massifs de l'armée israélienne, rendant l'accès aux hôpitaux encore fonctionnels impossible. Cela fait de l'évacuation des patients à l'étranger la seule solution restante.

Les bombardements israéliens dans la bande de Gaza ont causé la mort de 17 177 personnes, dont 70% sont des femmes, des enfants et des adolescents, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas.


Le secrétaire d'État américain et le Premier ministre qatari discutent du cessez-le-feu, des otages et de l'aide à Gaza

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a rencontré vendredi le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Mohammed ben Abdulrahman ben Jassim Al-Thani, à Washington D.C. (QNA)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a rencontré vendredi le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Mohammed ben Abdulrahman ben Jassim Al-Thani, à Washington D.C. (QNA)
Short Url
  • Les deux responsables se sont engagés à continuer de travailler communément en vue de «faciliter le retour en toute sécurité de tous les otages restants, tout en maintenant l'aide humanitaire aux civils de Gaza.»
  • Cheikh Mohammed a affirmé que Doha et ses partenaires dans la médiation restaient déterminés à poursuivre leurs efforts visant à rétablir le calme à Gaza, conduisant à un cessez-le-feu définitif

LONDRES: Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est entretenu vendredi avec le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Mohammed ben Abdulrahman Al-Thani, des derniers développements de la crise à Gaza.

«Le secrétaire d'État a salué les efforts déterminants du Qatar pour obtenir la libération des otages détenus par le Hamas, ainsi que pour la trêve humanitaire à Gaza», a déclaré le porte-parole du Département d'État, Matthew Miller.

Les deux responsables «ont réitéré l’importance d’empêcher la propagation du conflit, et se sont engagés à poursuivre l’étroite coordination des efforts en cours visant à faciliter le retour en toute sécurité de tous les otages restants, tout en maintenant l’aide humanitaire aux civils à Gaza», a-t-il ajouté.

Cheikh Mohammed a affirmé que Doha et ses partenaires dans la médiation restaient déterminés à poursuivre leurs efforts visant à rétablir le calme à Gaza, conduisant à un cessez-le-feu définitif. Il a toutefois ajouté que la reprise des bombardements israéliens sur Gaza après la fin de la récente trêve humanitaire compliquait les efforts de médiation et aggravait la catastrophe humanitaire dans l'enclave assiégée.

Il a également souligné la nécessité d'ouvrir des couloirs humanitaires durables pour aider à acheminer l'aide aux Palestiniens à Gaza et à fournir la protection nécessaire aux convois de secours.

Le Premier ministre a réitéré la condamnation par son pays de toutes formes de violence impliquant le ciblage de civils, et a affirmé que le meurtre de civils innocents, en particulier des femmes et des enfants, ainsi que la pratique de punitions collectives, n’étaient en aucun cas acceptables.

Les deux responsables ont également réaffirmé la force et l'importance des relations entre les États-Unis et le Qatar, a ajouté Miller.

La réunion a eu lieu à Washington, avant que Blinken ne rencontre une délégation d'un groupe de contact conjoint Ligue arabe-Organisation de coopération islamique, qui effectuait une mission particulière aux États-Unis dans le but de persuader l'administration Biden d'abandonner son opposition à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza.

Les États-Unis ont ensuite opposé leur veto à la résolution lors d'un vote à l'ONU vendredi à New York. Le Comité ministériel arabo-islamique comprend des ministres d'Arabie saoudite, d'Égypte, du Qatar, de Jordanie, de l'Autorité palestinienne et de Turquie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com