Dans une économie au ralenti, la Fed reste focalisée sur l'inflation

Le président de la Fed, Jerome Powell (Photo, AFP).
Le président de la Fed, Jerome Powell (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 01 mai 2023

Dans une économie au ralenti, la Fed reste focalisée sur l'inflation

  • «La grande question est de savoir si, et à quelle vitesse, l'inflation poursuivra sa trajectoire à la baisse»
  • Pour la majorité des analystes, la probabilité d'une récession s'est sensiblement renforcée

WASHINGTON: Les nuages s'amoncellent petit à petit au-dessus de l'économie américaine mais la Réserve fédérale (Fed), qui doit se réunir cette semaine, compte garder le cap malgré la tempête qui s'annonce et poursuivre dans ses efforts pour réguler l'inflation.

Car la priorité pour la banque centrale américaine, maintes fois répétée, reste encore et toujours de la juguler au plus vite, éviter qu'elle ne s'ancre dans les anticipations et qu'elle devienne impossible à ramener vers la cible, ou alors à un coût économique encore plus élevé.

"La grande question est de savoir si, et à quelle vitesse, l'inflation poursuivra sa trajectoire à la baisse vers notre objectif de 2%", déclarait ainsi le 21 avril l'une de ses gouverneurs, Lisa Cook, qui alertait également sur le risque d'une inflation "généralisée dans l'économie".

Jusqu'ici, la Fed a fait le choix d'aller très vite et fort, en faisant passer en à peine plus d'un an ses taux d'une fourchette comprise entre 0% et 0,25% à un taux désormais situé entre 4,75% et 5% -- parfois avec des hausses marquées de 0,75 point de pourcentage.

Le président de la Fed, Jerome Powell, ne l'a d'ailleurs jamais caché. "Le chemin pour ramener l'inflation à 2% sera long et risque d'être cahoteux", a-t-il répété à plusieurs reprises.

Or les signes de ralentissement économiques sont désormais nombreux, à commencer par la croissance, de tout juste 0,3% sur le premier trimestre par rapport au précédent, et à 1,1% en rythme annuel.

Pour la majorité des analystes, la probabilité d'une récession s'est sensiblement renforcée et pourrait même être un peu plus marquée qu'initialement anticipé.

"Nos données nous laissent à penser que le resserrement monétaire et les récentes tensions dans le système bancaire vont entraîner une légère récession, plus forte cependant que ce que nous avions anticipé jusqu'à présent", avait ainsi souligné le chef économiste d'Oxford Economics, Ryan Sweet, interrogé par l'AFP.

D'autant que désormais, le resserrement monétaire est réel. Jusqu'ici, si les taux continuaient à s'élever, le taux réel lui, c'est-à-dire en tenant compte de l'inflation, restait négatif.

Ce n'est désormais plus le cas: au mois de mars, l'inflation est tombée à 4,2% selon l'indice PCE, qui est celui pris en compte par la Fed, un chiffre inférieur à son principal taux directeur, situé entre 4,75% et 5%.

Une hausse qui fait peu de doute 

Dans le même temps, la situation du secteur financier ne s'est pas nécessairement améliorée depuis la réunion précédente.

Les remous autour de SVB, Signature Bank mi-mars et plus récemment First Republic ont rappelé à quel point le secteur bancaire, en particulier les banques de taille intermédiaires, commencent à souffrir de la hausse des taux.

Une situation qui peut conduire à "des conditions de crédit plus strictes pour les ménages et les entreprises, ce qui pourrait ralentir l'activité et l'embauche", avait estimé le 20 avril le président de l'antenne régionale de la Fed à Philadelphie, Patrick Harker.

Or il s'agit précisément de l'objectif de la banque centrale américaine, ce qu'a d'ailleurs souligné Jerome Powell à l'issue de la dernière réunion, du 22 mars, qui estimait que ce resserrement était susceptible d'avoir le même effet qu'une hausse des taux.

La Fed va-t-elle dès lors poursuivre sa hausse de taux? Cela ne fait quasiment aucun doute pour le marché, qui anticipe très largement une nouvelle hausse de 0,25 point mercredi, après ses deux jours de réunion.

D'ailleurs, aucune des dernières prises de paroles de responsables de la Réserve fédérale n'ont laissé anticiper une autre issue.

Non sans raison: si l'inflation a fortement baissé en mars, l'inflation sous-jacente, c'est-à-dire n'intégrant pas les prix de l'alimentaire et de l'énergie, a baissé plus lentement et est désormais plus élevée que l'inflation elle-même.

Mais plus encore, elle est désormais portée par les services, signe que, pour l'essentiel, le choc lié à la hausse des prix de l'énergie et à la désorganisation des chaînes d'approvisionnement avec la réouverture rapide de l'économie mondiale est bel et bien dans le rétroviseur.

Jeudi, le Fonds monétaire international (FMI) a appelé les banques centrales européennes à "tuer la bête" de l'inflation sans être tentées par "une pause", au risque de faire "une deuxième fois des dégâts à l'économie".

La logique est la même de ce côté de l'Atlantique, plus encore dès lors que le chômage reste faible, permettant ainsi à la Fed de se concentrer uniquement sur la lutte contre l'inflation.


L'Arabie saoudite prend son envol: Une ascension fulgurante dans le ciel du Moyen-Orient

Le trafic passagers en Arabie saoudite s’est envolé de 17% au premier semestre 2024. (SPA)
Le trafic passagers en Arabie saoudite s’est envolé de 17% au premier semestre 2024. (SPA)
Short Url
  • Les vols bondissent de 12% et le fret aérien de 41%, selon l’autorité de l’aviation
  • Les aéroports et compagnies aériennes saoudiens raflent les prix d'excellence mondiaux

RIYAD : Dans une démonstration éclatante de sa montée en puissance dans le secteur aéronautique, l’Arabie Saoudite a enregistré une croissance spectaculaire de 17% de son trafic passager au premier semestre 2024, atteignant le chiffre vertigineux de 62 millions de voyageurs, contre 53 millions à la même période l’année précédente, a rapporté vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Cette performance remarquable s’accompagne d’une hausse de 12% du nombre de vols, culminant à 446,000 mouvements aériens, d’après les statistiques publiées par l’Autorité Générale de l'Aviation Civile (GACA). Plus impressionnant encore, le fret aérien a bondi de 41%, avec un volume total de 606,000 tonnes traitées, pulvérisant les 430,000 tonnes enregistrées un an plus tôt.

Le royaume ne se contente pas de croître, il brille sur la scène internationale. Pas moins de 16 aéroports saoudiens ont décroché l’accréditation de qualité de service du Conseil International des Aéroports (ACI) pour 2024. 

L’organisation Skytrax, référence mondiale du secteur, place désormais les aéroports saoudiens dans le top 50 mondial.

L'année dernière a vu trois des aéroports internationaux du Royaume se distinguer sur la scène mondiale, raflant des récompenses prestigieuses décernées par les agences de notation les plus respectées du secteur.

L’aéroport international Prince Mohammad bin Abdulaziz de Médine s’est notamment distingué comme le meilleur aéroport régional du Moyen-Orient lors des World Airport Awards de Skytrax à Francfort. 

King Abdulaziz International à Djeddah a raflé les meilleures notes de l’ACI, tandis que King Fahd International à Dammam a remporté un triplé aux Saudi Airports Awards 2023. Il a brillé dans trois catégories majeures, décrochant le titre convoité de meilleure installation dans la catégorie des 5 à 15 millions de passagers.  King Fahd International s’est également démarqué par son excellence en matière de contrôles douaniers, remportant le prix de la meilleure zone d'inspection. De même, il  a été salué pour la qualité de ses services aux personnes à mobilité réduite,

Les compagnies aériennes du royaume ne sont pas en reste. Saudia, le transporteur national, a été sacré compagnie la plus progressiste au monde par Skytrax, s’adjugeant également le titre de meilleur service de restauration en classe économique.

Flynas confirme sa position de leader régional dans le segment low-cost, se classant quatrième mondial pour la deuxième année consécutive. La compagnie aérienne  a également décrochée pour la septième année d’affilée, le titre de meilleure compagnie low-cost du Moyen-Orient.

« Ces réalisations exceptionnelles s’inscrivent dans le cadre de notre Stratégie Nationale pour le Secteur de l'Aviation Civile, » souligne le rapport. « L’objectif est clair: propulser l'industrie du transport aérien saoudien vers de nouveaux sommets, tant au niveau local que régional et international. »

« La stratégie vise à faire du Royaume le leader incontesté de l’aviation au Moyen-Orient d’ici 2030 », affirme le rapport. Les chiffres avancés donnent le tournis: 330 millions de passagers par an, une capacité de fret aérien portée à 4,5 millions de tonnes, et une connectivité aérienne reliant les aéroports saoudiens à pas moins de 250 destinations à travers le globe.

Le premier semestre 2024 a vu le lancement de projets audacieux: expansion de l'aéroport international Prince Mohammad bin Abdulaziz de Médine. 

L’aéroport international d’Al-Ahsa a fait peau neuve, bénéficiant d’un tout nouveau terminal international de départ à Taïf. De plus, une expérience de taxis autonomes a été menée pour la première fois pendant la saison du Hajj.

L'innovation est au rendez-vous avec l'octroi du premier permis d'utilisation de drones pour le nettoyage des bâtiments et l'installation de portiques électroniques à l’aéroport King Khalid de Riyad.

La GACA elle-même s'est illustrée en remportant deux médailles d’or  pour le meilleur service client et le meilleur centre de service public dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, ainsi qu’un prix d'excellence pour la protection des droits des passagers et une certification pour la sécurité des vols et la durabilité environnementale.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite classée deuxième meilleur pays pour les expatriés, selon une enquête

L'Arabie saoudite a bondi de la 14e position en 2023. (Shutterstock)
L'Arabie saoudite a bondi de la 14e position en 2023. (Shutterstock)
Short Url
  • Dans un revirement spectaculaire, l’Arabie saoudite s’est hissée à la deuxième place mondiale des destinations prisées par les expatriés, devançant des pays occidentaux de renom
  • Cette ascension fulgurante, révélée par la dernière enquête Expat Insider, témoigne de la métamorphose profonde du royaume

RIYAD: Dans un revirement spectaculaire, l’Arabie saoudite s’est hissée à la deuxième place mondiale des destinations prisées par les expatriés, devançant des pays occidentaux de renom tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et la Belgique. 

Cette ascension fulgurante, révélée par la dernière enquête Expat Insider, témoigne de la métamorphose profonde du royaume.

Propulsé de la 14e position en 2023 à la seconde marche du podium en 2024, juste derrière le Danemark, le pays impressionne particulièrement dans l’indice "Working Abroad". Plus de la moitié des expatriés sondés saluent le dynamisme du marché de l’emploi local, soulignant la croissance continue de l’Arabie saoudite.

L’indice scrute minutieusement quatre axes majeurs : perspectives de carrière, rémunération et stabilité de l'emploi, équilibre travail-loisirs, et culture professionnelle et la satisfaction au travail.

Les facteurs pris en compte incluent le marché de l'emploi local, les opportunités de carrière, les conditions économiques et la sécurité de l'emploi, ainsi que l'équité salariale, les heures de travail, l'équilibre travail-vie personnelle et la culture d'entreprise. 

Le Royaume s’est classé premier en termes de perspectives de carrière, devançant les États-Unis et les Émirats arabes unis.

Les chiffres sont éloquents: 75% des expatriés affirment que leur expatriation a boosté leur trajectoire professionnelle, tandis que 62% se montrent optimistes quant à leurs perspectives individuelles. Plus frappant encore, 82% des sondés expriment leur satisfaction vis-à-vis de la santé économique du pays, propulsant le royaume au deuxième rang dans la sous-catégorie salaire et sécurité de l’emploi.

Néanmoins, cette médaille a son revers. Les expatriés font état de semaines de travail marathon, avec une moyenne de 47,8 heures pour un temps plein, bien au-delà de la norme mondiale de 42,5 heures. Ce déséquilibre se reflète dans le classement, où l’Arabie saoudite occupe une modeste 23e place pour les horaires de travail et une 27e position pour l’équilibre vie professionnelle-vie privée.

« Les opportunités pour les professionnels hautement qualifiés sont légion ici, » témoigne un expatrié espagnol.

Au-delà de la sphère professionnelle, l’Arabie saoudite brille également dans l’indice « Expat Essentials », se hissant à la 6e place mondiale. 

Cet indicateur évalue la facilité d’installation des expatriés, de l’obtention de visas à l'ouverture de comptes bancaires, en passant par l’accès au logement, la vie numérique, les services en ligne, l’accès à Internet, et l’adaptation linguistique, couvrant l’apprentissage et la vie sans la langue locale.

Cette performance remarquable place le royaume devant des destinations réputées comme Singapour, le Mexique, l’Indonésie, ou le Kenya.

Les indices ont été établis par InterNations, la communauté mondiale des expatriés.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La France doit économiser 25 milliards d'euros en 2024 et s'organise pour y parvenir selon Paris

Le ministre français des Forces armées Sébastien Lecornu (G) et le ministre français de l'Economie Bruno Lemaire quittent le palais présidentiel de l'Elysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 12 juin 2024. (Photo: AFP)
Le ministre français des Forces armées Sébastien Lecornu (G) et le ministre français de l'Economie Bruno Lemaire quittent le palais présidentiel de l'Elysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 12 juin 2024. (Photo: AFP)
Short Url
  • La France doit économiser 25 milliards d'euros en 2024 pour redresser ses finances publiques, dont 5 milliards au total vont être notifiés aux ministères dans un courrier signé ce jeudi
  • Jusqu'à présent, 15 milliards d'euros d'économies ont déjà été "exécutés", selon Bruno Le Maire

PARIS: La France doit économiser 25 milliards d'euros en 2024 pour redresser ses finances publiques, dont 5 milliards au total vont être notifiés aux ministères dans un courrier signé ce jeudi, a annoncé le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

Le ministre va signer "aujourd'hui un courrier de notification à tous les ministères de leur plafond de dépenses" qui "va marquer une réduction de dépenses pour tous les ministères de 5 milliards d'euros par rapport à la loi de finances initiale", a-t-il dit à des journalistes.

Jusqu'à présent, 15 milliards d'euros d'économies ont déjà été "exécutés", selon Bruno Le Maire. Dix milliards d'économies annoncés début 2024 ont déjà actés dans les dépenses de l'Etat, et la hausse de la taxe intérieure sur la consommation finale d'électricité (TICFE) doit permettre de récupérer 5 milliards d'euros.

Restent à trouver 10 milliards d'euros d'économies: 5 milliards vont être demandés aux ministères, deux milliards aux collectivités locales et trois milliards devraient être dégagés par une taxation des rentes plus efficace sur les énergéticiens, a rappelé le ministre jeudi. "Nous engageons aujourd'hui ces 10 milliards supplémentaires", a-t-il dit.

"C'est ma responsabilité pour maintenir l'objectif de 5,1% de déficit public en 2024", a-t-il justifié, en rappelant ce cap fixé au printemps par le gouvernement.

"Le travail actuel est un travail de préparation pour construire un budget dans les temps, ce serait un mauvais signe pour les marchés" qu'il n'en soit pas ainsi, a souligné une source du cabinet du ministre.