L’annonce du re-confinement de huit villes marocaines crée le chaos

Les mesures de dernière minute ont aussi suscité des flots de réactions de déception sur les réseaux sociaux. (Photo, Rizkou ABDELMJID/AFP)
Les mesures de dernière minute ont aussi suscité des flots de réactions de déception sur les réseaux sociaux. (Photo, Rizkou ABDELMJID/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 juillet 2020

L’annonce du re-confinement de huit villes marocaines crée le chaos

  • L'annonce de ces restrictions aux déplacements a même provoqué plusieurs accidents de la route, selon plusieurs médias locaux
  • Nombre record de contaminations: 811 samedi et 633 dimanche. Au total 20.887 cas ont été officiellement enregistrés dont 316 décès

Rabat: Embouteillages géants sur les routes et gares prises d'assaut: la décision éclair des autorités marocaines d'introduire de sévères restrictions de déplacements dimanche soir touchant huit villes, parmi lesquelles Marrakech et Tanger, face au risque de propagation du coronavirus, a provoqué des scènes de chaos.
L'annonce de ces restrictions aux déplacements via un communiqué conjoint des ministères de l'Intérieur et de la Santé cinq heures avant la prise d'effet dimanche à minuit a même provoqué plusieurs accidents de la route, selon plusieurs médias locaux.
La route de montagne menant de Marrakech à Ouarzazate restait encore bloquée lundi matin du fait de l'afflux de voitures, selon la même source.
Les mesures de dernière minute ont aussi suscité des flots de réactions de déception sur les réseaux sociaux.
"Je comprends que tout le monde soit en colère mais nous n'avons pas le choix: la situation épidémiologique au Maroc est inquiétante avec une hausse du nombre de décès et des cas graves", a déclaré lundi le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb. Le pays a "enregistré en une semaine plus de cas de contamination qu'en quatre mois", a-t-il précisé au cours d'un point de presse.
Ces derniers jours ont été marqués par un nombre record de contaminations: 811 samedi et 633 dimanche. Au total, 20.887 cas ont été officiellement enregistrés, dont 316 décès.
Aïd al-Adha
La fermeture "jusqu'à nouvel ordre" des huit villes qui réunissent plus de la moitié de la population du pays a été décidée en raison de la "hausse considérable" des cas de contamination à quelques jours de l'Aïd al-Adha, la grande fête musulmane du sacrifice, prévue vendredi et traditionnellement marquée par des réunions familiales. 
Seuls ceux détenant des permis spéciaux peuvent entrer et sortir des villes concernées: la capitale économique Casablanca, la capitale touristique Marrakech, la métropole portuaire de Tanger deuxième pôle économique du royaume, ainsi que Tetouan, Fès, Meknes, Berrechid et Settat.
Les autorités marocaines avaient annoncé mi-juillet un nouvel allègement des mesures de confinement adoptées en mars, avec des dispositions pour encourager le tourisme intérieur et faciliter les déplacements pendant l'Aïd al-Adha.
Les nouvelles restrictions ont été prises "au regard du non-respect par la majorité des citoyens des mesures de prévention à savoir la distanciation sociale et le port du masque", selon le communiqué officiel.
Le ministère de l'Intérieur avait prévenu samedi que les autorités "n'hésiteraient pas à appliquer les sanctions prévues par la loi", en pointant un "relâchement" dans le port du masque, obligatoire au Maroc.
Les peines vont jusqu'à trois mois de prison et/ou jusqu'à 1.300 dirhams d'amende, l’équivalent de 115 euros.
 


L’ONU exige que les assassins d'Abou Akleh soient traduits en justice

Mémorial improvisé sur le site où la journaliste Shireen Abou Akleh a été tuée par balle, dans la ville de Jénine, en Cisjordanie (Photo, AP).
Mémorial improvisé sur le site où la journaliste Shireen Abou Akleh a été tuée par balle, dans la ville de Jénine, en Cisjordanie (Photo, AP).
Short Url
  • Les membres du Conseil de sécurité condamnent la violence israélienne lors des funérailles de la journaliste et demandent à nouveau une enquête indépendante sur sa mort
  • Israël est de nouveau appelé à mettre fin à l'expansion des colonies et à annuler les ordres de démolition et d'expulsion des propriétés palestiniennes

NEW YORK: L'assassinat de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abou Akleh à Jénine, en Cisjordanie, et l'usage excessif de la force par la police israélienne contre les personnes en deuil lors de ses funérailles ont de nouveau été au cœur de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies qui s'est tenue jeudi.

Les membres du Conseil ont condamné le meurtre d'Abou Akleh et ont réitéré leurs appels à une enquête indépendante et transparente sur sa mort, tandis que Tor Wennesland, le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a insisté que «les responsables de la mort de la journaliste doivent être tenus pour responsables».

La représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a décrit le «meurtre déchirant» d'Abou Akleh comme une «perte tragique et une offense à la liberté de la presse, partout dans le monde».

Elle a fermement condamné le meurtre et a appelé à «une enquête immédiate, approfondie, transparente et impartiale», ajoutant: «Dès la conclusion de l'enquête, nous attendons que les personnes jugées responsables répondent pleinement de leurs actes.»

Thomas-Greenfield a signalé que la mort d'Abou Akleh a été aggravée par la violence qui a marqué son cortège funéraire.

«Nous avons directement fait part de nos préoccupations à Israël concernant les images troublantes de la police israélienne faisant intrusion dans le cortège», a-t-elle avisé.

L'envoyée américaine a appelé toutes les parties à honorer Abou Akleh en «redoublant» les efforts de paix.

Les anciens et actuels membres européens du Conseil de sécurité ont également réitéré leur demande d'enquête sur le meurtre d'Abou Akleh et se sont dits choqués par «la violence exercée par la police israélienne à l'égard des personnes en deuil lors de ses funérailles».

Dans une déclaration commune publiée après la réunion du Conseil de sécurité, les membres de l'UE, la France, l'Irlande et l'Estonie, rejoints par l'Albanie, ont déploré la décision prise le 12 mai par le Conseil supérieur de la planification israélien d'avancer les plans de construction de plus de 4 000 logements en Cisjordanie occupée.

La déclaration a exhorté Israël à annuler cette décision, ainsi qu'à renoncer aux démolitions et aux expulsions prévues, en particulier dans la zone de Masafer Yatta, qui pourrait à elle seule entraîner le transfert forcé de 1 200 personnes.

Condamnant toutes les attaques contre les journalistes, Wennesland a indiqué que la mort d'Abou Akleh «a rassemblé les Palestiniens et d'innombrables autres personnes dans le monde entier dans le chagrin et la colère, tout en servant de nouveau à rappeler le coût humain dévastateur de ce conflit».

Le coordinateur spécial a également déploré «le schéma familier de la violence quotidienne, notamment les affrontements armés, l'expansion des colonies, les expulsions, les démolitions et les saisies de biens palestiniens, ainsi qu'une attaque terroriste mortelle en Israël».

Les violences quotidiennes ont fait 10 morts, dont une femme et trois enfants, et 346 blessés, dont 24 enfants.

Ces morts et ces blessés aux mains des forces de sécurité israéliennes se sont produits lors de manifestations, d'affrontements et d'opérations de recherche et d'arrestation, a indiqué Wennesland.

Il a souligné que des colons israéliens et d'autres civils ont mené 57 attaques contre des Palestiniens, qui ont entraîné la mort d'un enfant palestinien, fait 24 blessés et endommagé des biens palestiniens.

Entre-temps, quatre civils israéliens et un membre du personnel de sécurité israélien ont été tués et 22 civils et 20 membres du personnel de sécurité ont été blessés par des Palestiniens lors d'attaques à l'arme à feu ou à l'arme blanche ou lors d'affrontements impliquant le lancement de pierres ou d’engins incendiaires de fabrication artisanale.

Wennesland a également demandé que l'on se penche d'urgence sur la situation financière «désastreuse» de l'Autorité palestinienne, «aggravée par les restrictions de l'occupation, l'absence de réformes palestiniennes sérieuses et les perspectives peu claires de soutien des donateurs».

 «Sans mesures politiques significatives de la part d'Israël, sans réformes audacieuses de la part de l'Autorité palestinienne et sans un soutien accru des donateurs, ces défis économiques se poursuivront», a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Irak: Deux morts dans des tirs de roquettes au Kurdistan

Des roquettes lancées par les forces armées irakiennes contre des positions kurdes peshmergas dans la région de Faysh Khabur, le 26 octobre 2017 (Photo, AFP).
Des roquettes lancées par les forces armées irakiennes contre des positions kurdes peshmergas dans la région de Faysh Khabur, le 26 octobre 2017 (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux des victimes étaient âgées de 10 et 13 ans, ont indiqué des proches
  • Les vergers touchés se trouvent à quelques kilomètres seulement d'une base turque

DOHOUK: Au moins deux enfants ont été tués jeudi dans des tirs de roquettes sur des vergers au Kurdistan autonome dans le nord de l'Irak, a annoncé un responsable local, les services antiterroristes kurdes imputant ces frappes à des rebelles kurdes turcs.

Les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont "catégoriquement démenti ces allégations" dans un communiqué, dénonçant une tentative des autorités d'Erbil de "blanchir" la Turquie, qui a lancé plusieurs offensives contre le PKK dans le nord de l'Irak.

Deux des victimes étaient âgées de 10 et 13 ans, ont indiqué des proches à un correspondant de l'AFP dans une mosquée de la ville de Dohouk, où les corps ont été apportés.

"Des tirs d'artillerie ont visé le secteur de Bamarni, tuant deux civils, des mineurs, et blessant deux autres civils", a indiqué à l'AFP Warchine Souleimane, chef du district d'Ammadia, où se trouve la zone frappée.

Dans un communiqué, les services antiterroristes kurdes ont accusé le PKK d'avoir "tiré deux roquettes sur le village d'Ardana dans le secteur de Bamarni", faisant état de "deux civils tués et deux blessés".

Les vergers touchés se trouvent à quelques kilomètres seulement d'une base turque.

Classé comme organisation "terroriste" par Ankara, le PKK, qui dispose de bases et de camps d'entraînement dans la région autonome du Kurdistan d'Irak, mène une insurrection contre l'Etat turc depuis 1984.

La Turquie, qui a de facto installé plusieurs dizaines de bases militaires depuis 25 ans au Kurdistan irakien, a lancé à la mi-avril une nouvelle opération militaire contre le PKK dans le nord de l'Irak.

Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, entretient des relations compliquées avec le PKK car sa présence dans la région entrave ses relations commerciales vitales avec la Turquie voisine.

Le ministère turc de la Défense a annoncé jeudi la mort d'un soldat turc lors d'une opération dans le nord de l'Irak, sixième militaire turc tué dans la zone depuis mardi.

Il y a près d'une semaine, au moins six personnes, dont trois civils, ont été tuées dans le nord de l'Irak par des frappes de drones imputées à la Turquie et visant le PKK, selon des responsables locaux.


L’ONU qualifie d’«abomination morale» l'idée de fermer la dernière ligne d'aide à la Syrie

Des réfugiés syriens traversent un passage frontalier vers la Turquie (Photo, AFP).
Des réfugiés syriens traversent un passage frontalier vers la Turquie (Photo, AFP).
Short Url
  • L'accord transfrontalier expire le 10 juillet et les membres du Conseil de sécurité s'opposent déjà à sa prorogation
  • Le nombre de Syriens confrontés à la faim a presque doublé depuis 2019, alors que la guerre en Ukraine fait grimper les prix et affecte les réserves de blé et de carburant

NEW YORK: L'autorisation exceptionnelle accordée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour l'acheminement de l'aide humanitaire par le dernier point de passage frontalier dans le nord-ouest de la Syrie doit expirer le 10 juillet. Pour la Commission d'enquête de l’ONU sur la Syrie, il s’agirait d’un «échec de premier ordre» si le Conseil ne prolongeait pas cette opération de sauvetage.

«Alors que le pays est confronté à sa pire crise économique et humanitaire depuis le début du conflit, la communauté internationale doit préserver l'aide transfrontalière existante, qui permet de sauver des vies, et augmenter ses engagements en matière de financement pour soutenir cette aide», a indiqué une déclaration de la Commission, qui s'alarme également de ce qu'elle appelle une «trajectoire de réduction constante de l'acheminement de l'aide humanitaire transfrontalière».

Lorsque les livraisons d'aide internationale à la Syrie ont commencé en 2014, le Conseil de sécurité a approuvé quatre passages frontaliers. En janvier 2020, la Russie, membre permanent, a utilisé son droit de veto afin de forcer la fermeture de tous les postes sauf un, Bab-al-Hawa.

Moscou affirme que les opérations d'aide internationale violent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie.

Les discussions du Conseil de sécurité sur cette question s'avèrent souvent difficiles, la Russie et la Chine insistant constamment pour que toute livraison d'aide humanitaire nécessite le consentement des autorités syriennes.

Les points de vue opposés entre les membres du Conseil la semaine dernière sur la nécessité de prolonger le mécanisme transfrontalier ont suscité l'inquiétude des agences humanitaires, car le passage a jusqu'à présent garanti l'accès à l'aide désespérément cruciale pour des millions de Syriens depuis 2014.

«C'est une abomination morale qu'une résolution du Conseil de sécurité ait été jugée nécessaire pour faciliter l'aide transfrontalière alors que le gouvernement syrien et d'autres parties ont constamment violé leurs obligations en vertu du droit international afin de permettre et de faciliter l'aide humanitaire aux civils dans le besoin», a prévenu Paulo Pinheiro, président de la Commission des Nations unies pour la Syrie.

Le vote de renouvellement du 10 juillet intervient alors que les besoins humanitaires dans toute la Syrie sont à leur plus haut niveau, depuis le début de la guerre il y a onze ans.

L'ONU estime que 14,6 millions de Syriens ont désormais besoin d'aide. Dans l'ensemble de ce pays ravagé par la guerre, 12 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, soit une augmentation vertigineuse de 51% depuis 2019, dans un contexte de conflit en Ukraine qui a fait monter en flèche les prix des denrées alimentaires et menacé l'approvisionnement en blé et autres produits de base.

Dans le nord-ouest de la Syrie, sous le contrôle de l'opposition, les conditions se détériorent à cause de la poursuite des hostilités et de l'aggravation de la crise économique. Environ 4,1 millions de personnes, principalement des femmes et des enfants, dépendent de l'aide afin de satisfaire leurs besoins essentiels.

Les opérations transfrontalières autorisées par le Conseil de sécurité permettent à l'aide d'atteindre environ 2,4 millions de personnes chaque mois.

La Commission a indiqué dans son dernier rapport que cette ligne de vie est vitale pour la population du nord-ouest de la Syrie, ajoutant que si une partie de l'aide est acheminée à travers la ligne depuis la Syrie, ces livraisons contiennent des quantités beaucoup plus faibles et insuffisantes et sont exposées à des attaques le long d'un itinéraire dangereux, qui traverse des lignes de front actives.

Au cours de ses onze années d'enquête sur le conflit, la Commission a établi que le gouvernement et les groupes armés ont à plusieurs reprises utilisé l'aide humanitaire comme monnaie d'échange politique, la refusant souvent délibérément à certaines populations, notamment celles qui sont assiégées.

La Commission affirme également que sur l’ensemble du territoire syrien, le personnel des organisations humanitaires court constamment le risque d'être harcelé, arrêté arbitrairement et détenu.

Pour la commissaire Hanny Megally, «les parties au conflit ont systématiquement manqué à leur obligation de permettre et de faciliter le passage rapide et sans entrave de l'aide humanitaire destinée aux civils dans le besoin à travers la Syrie. Il est inadmissible que la discussion semble se concentrer sur la question de savoir s'il faut fermer le seul point de passage frontalier encore autorisé pour l'aide, plutôt que sur la manière d'élargir l'accès à l'aide vitale à travers le pays et par toutes les voies appropriées.»

Au début du mois, les organisations d'aide humanitaire ont tiré la sonnette d'alarme lors de la conférence de Bruxelles VI sur la Syrie, organisée par l'UE.

«Les fonds destinés à l'aide humanitaire ne sont tout simplement pas suffisants pour répondre aux besoins et protéger les Syriens en ce moment», a affirmé Pinheiro.

«La communauté internationale ne peut pas maintenant abandonner le peuple syrien. Ils ont enduré onze ans d'un conflit dévastateur qui leur a infligé des souffrances indicibles. Ils n'ont jamais été aussi appauvris et ont besoin de notre aide.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com