L'Irak dévoile un projet routier et ferroviaire du Golfe à la Turquie

Le Premier ministre irakien Mohamed Shia Al-Sudani assiste samedi à une réunion avec des représentants du ministère des Transports à Bagdad (Photo, AFP).
Le Premier ministre irakien Mohamed Shia Al-Sudani assiste samedi à une réunion avec des représentants du ministère des Transports à Bagdad (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 28 mai 2023

L'Irak dévoile un projet routier et ferroviaire du Golfe à la Turquie

  • «Nous voyons dans ce projet durable un pilier de l'économie qui ne sera plus fondée sur le pétrole», a déclaré le Premier ministre, Mohamed Chia al-Soudani
  • Chaque pays qui le souhaite «pourra réaliser une partie du projet», a expliqué la commission des Transports du Parlement irakien qui estime que le projet pourrait être achevé «d'ici trois à cinq ans»

BAGDAD : Bagdad a présenté samedi un ambitieux projet de construction d'une route et d'une voie ferrée reliant le Golfe à la frontière turque, deux ouvrages destinés à faire de l'Irak un passage incontournable du flux de marchandises entre le Moyen-Orient et l'Europe.

Le projet, évalué à 17 milliards de dollars par le gouvernement irakien, en est au stade embryonnaire: le premier coup de pelle de ce corridor de 1.200 km n'a pas encore été donné.

Selon le souhait de Bagdad, la route et le chemin de fer devront être réalisés en coopération avec des pays de la région -- le Qatar, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman, la Jordanie, la Turquie, l'Iran et l'Arabie saoudite -- invités samedi dans la capitale irakienne à la présentation du programme, baptisé «Route du développement».

Irak: l'adoption du budget bute sur la grogne des Kurdes

Les dirigeants de la région du Kurdistan irakien sont samedi vent debout contre des amendements au projet de budget de l'Irak, repoussant un vote sur le texte au Parlement à Bagdad.

Habitué aux retards budgétaires, le gouvernement avait envoyé son projet de loi de finances aux députés en mars. Fait inédit, il couvre l'année fiscale 2023, mais aussi 2024 et 2025.

Mais depuis, des amendements ont été introduits, qui font bondir les dirigeants kurdes au motif qu'ils contreviennent à un accord conclu récemment entre le gouvernement fédéral de Bagdad et le gouvernement régional d'Erbil au sujet du pétrole, source de tensions récurrentes entre les deux entités.

Nechirvan Barzani, président du Kurdistan irakien, s'est dit vendredi soir "profondément inquiet [quant] aux changements affectant les paragraphes de la loi de finances liés aux droits constitutionnels de la région du Kurdistan".

Ces amendements sont "une trahison", a tonné samedi son cousin Masrour Barzani, Premier ministre de la région.

«Nous voyons dans ce projet durable un pilier de l'économie qui ne sera plus fondée sur le pétrole», a déclaré le Premier ministre, Mohamed Chia al-Soudani, à l'ouverture de la réunion. «C'est un lien qui servira les voisins de l'Irak et la région et (qui contribuera) à l'intégration économique».

Chaque pays qui le souhaite «pourra réaliser une partie du projet», a expliqué la commission des Transports du Parlement irakien qui estime que le projet pourrait être achevé «d'ici trois à cinq ans».

Ravagé par des décennies de guerre et une corruption omniprésente, l'Irak, pourtant riche en hydrocarbures, a un énorme problème d'infrastructures. Ses routes sont dans un état lamentable. Et celles qui relient Bagdad au nord traversent certaines zones où des cellules du groupe Etat islamique sont toujours actives de manière sporadique.


Le prix Rafto des droits humains à l'ONG palestinienne de défense des enfants DCIP

Des enfants marchent sur les décombres d’un bâtiment du camp de réfugiés de Nur Shams, dans la ville de Tulkarm, au nord de la Cisjordanie occupée, le 5 septembre 2023, au lendemain d’un raid de l’armée israélienne. (Photo, AFP)
Des enfants marchent sur les décombres d’un bâtiment du camp de réfugiés de Nur Shams, dans la ville de Tulkarm, au nord de la Cisjordanie occupée, le 5 septembre 2023, au lendemain d’un raid de l’armée israélienne. (Photo, AFP)
Short Url
  • "Depuis plus de 30 ans, DCIP enquête sur les graves violations des droits des enfants, les documente, et place les autorités israéliennes et palestiniennes devant leurs responsabilités", a expliqué la Fondation Rafto
  • En octobre 2021, DCIP a, avec cinq autres groupes de la société civile palestinienne, été déclarée "organisation terroriste" par le ministère israélien de la Défense

OSLO: Le prix Rafto des droits humains a récompensé jeudi l'ONG palestinienne "Defence for Children International Palestine" (DCIP) pour ses efforts en vue de défendre les droits des enfants palestiniens.

"Depuis plus de 30 ans, DCIP enquête sur les graves violations des droits des enfants, les documente, et place les autorités israéliennes et palestiniennes devant leurs responsabilités", a expliqué la Fondation Rafto.

"Depuis 1967, l'occupation militaire israélienne prolongée de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de la bande de Gaza a privé les enfants de leur enfance et des droits humains fondamentaux", souligne la fondation norvégienne dans ses attendus.

Elle pointe notamment des arrestations arbitraires et l'existence depuis cette année-là de deux systèmes judiciaires parallèles dans les territoires occupés de Cisjordanie: l'un, civil et pénal, pour les colons israéliens, l'autre relevant de la justice militaire pour les Palestiniens.

Sur son site, DCIP, branche palestinienne de l'ONG internationale DCI, estime que "chaque année, approximativement 500 à 700 enfants palestiniens, certains âgés de 12 ans, sont détenus et poursuivis dans le système judiciaire militaire israélien", le chef d'accusation le plus courant étant le jet de pierres.

En octobre 2021, DCIP a, avec cinq autres groupes de la société civile palestinienne, été déclarée "organisation terroriste" par le ministère israélien de la Défense.

Dans les territoires dirigés par l'Autorité palestinienne, DCIP se mobilise contre les mariages précoces, les punitions corporelles et les violences domestiques, précise aussi la Fondation Rafto.

Créée en 1987, la Fondation Rafto et son prix doté de 20.000 dollars (18.700 euros) portent le

nom de l'historien et militant des droits humains norvégien Thorolf Rafto, mort un an plus tôt.

Parmi ses anciens lauréats, quatre (Aung San Suu Kyi, José Ramos-Horta, Kim Dae-Jung et Shirin Ebadi) ont ensuite remporté le prix Nobel de la paix, qui sera quant à lui annoncé le 6 octobre à Oslo.


Tirs sur l'ambassade américaine au Liban, pas de victime

Le drapeau américain flotte devant les nouvelles installations consulaires de l'ambassade américaine à Awkar, au nord-est de Beyrouth, la capitale libanaise, lors d'une cérémonie d'inauguration le 30 mai 2003. (Photo, AFP)
Le drapeau américain flotte devant les nouvelles installations consulaires de l'ambassade américaine à Awkar, au nord-est de Beyrouth, la capitale libanaise, lors d'une cérémonie d'inauguration le 30 mai 2003. (Photo, AFP)
Short Url
  • "A 22h37 (07H37 GMT), des tirs ont été signalés près de l'entrée de l'ambassade américaine", a déclaré le porte-parole de l'ambassade Jake Nelson
  • "Il n'y a pas eu de blessés", a-t-il ajouté, précisant que l'ambassade était "en contact étroit" avec les forces de sécurité libanaises

BEYROUTH: Des coups de feu ont visé mercredi soir l'ambassade américaine au Liban, située dans une banlieue de Beyrouth, sans faire de victime, a indiqué à l'AFP jeudi un porte-parole.

"A 22h37 (07H37 GMT), des tirs ont été signalés près de l'entrée de l'ambassade américaine", a déclaré le porte-parole de l'ambassade Jake Nelson.

"Il n'y a pas eu de blessés", a-t-il ajouté, précisant que l'ambassade était "en contact étroit" avec les forces de sécurité libanaises.

Le complexe abritant l'ambassade américaine, extrêmement sécurisé et entouré de barrages de l'armée libanaise, est situé à Awkar, une banlieue au nord de Beyrouth.

L'incident a coïncidé avec l'anniversaire de l'explosion d'une voiture piégée en 1984 devant l'ambassade américaine dans ce secteur, qui avait fait 11 morts et des dizaines de blessés.

L'ambassade s'était installée dans ces locaux au nord de Beyrouth après un attentat suicide qui avait détruit la chancellerie en avril 1983 et fait 63 morts, en pleine guerre civile (1975-1990).


Bachar al-Assad en Chine pour accélérer la reconstruction en Syrie

Le président syrien Bachar al-Assad entame jeudi une visite officielle en Chine, la première dans ce pays en près de 20 ans. (Photo, AFP)
Le président syrien Bachar al-Assad entame jeudi une visite officielle en Chine, la première dans ce pays en près de 20 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président syrien est arrivé en Chine à bord d'un avion Air China, qui s'est posé à 13H15 locales (07H15 GMT), selon des images en direct de la télévision d'Etat CCTV à l'aéroport de Hangzhou (est)
  • Assad doit y assister samedi à la cérémonie d'ouverture des Jeux asiatiques, où le président chinois Xi Jinping rencontrera d'autres dirigeants étrangers, selon la chaîne

HANGZHOU: Le président syrien Bachar al-Assad entame jeudi une visite officielle en Chine, la première dans ce pays en près de 20 ans, destinée à obtenir davantage de soutien financier de Pékin pour la reconstruction.

La guerre en Syrie a entraîné des destructions massives d'infrastructures et a réduit à néant plusieurs secteurs cruciaux pour l'économie, dont celui du pétrole, tandis que le pouvoir syrien est soumis à de lourdes sanctions internationales.

La Chine fait partie des alliés du président Assad et lui a notamment apporté son soutien au Conseil de sécurité de l'ONU, s'abstenant régulièrement lors du vote de résolutions contrariant le pouvoir syrien.

La dernière visite de Bachar al-Assad en Chine remonte à 2004 et il s'agissait de la toute première d'un dirigeant syrien depuis l'établissement des relations diplomatiques avec Pékin en 1956.

Le président syrien est arrivé en Chine à bord d'un avion Air China, qui s'est posé à 13H15 locales (07H15 GMT), selon des images en direct de la télévision d'Etat CCTV à l'aéroport de Hangzhou (est).

M. Assad doit y assister samedi à la cérémonie d'ouverture des Jeux asiatiques, où le président chinois Xi Jinping rencontrera d'autres dirigeants étrangers, selon la chaîne.

Interrogée mercredi sur l'importance que revêt ce déplacement, la diplomatie chinoise n'a fait aucun commentaire.

"Cette visite représente une rupture importante de l'isolement diplomatique" de la Syrie, déclare à l'AFP depuis Damas le politologue Oussama Dannoura.

Objectif légitimité

Le pouvoir Assad a amorcé en 2023 un rapprochement avec de nombreux pays arabes, après des années d'isolement consécutif à la guerre dans son pays.

Cette normalisation des relations a été consacrée en mai par le retour de Damas au sein de la Ligue arabe, et la participation du président syrien à un sommet en Arabie saoudite.

"Assad a l'intention de conférer une certaine légitimité internationale à son régime et de donner l'image d'un soutien imminent de la Chine à la reconstruction en Syrie", prévient Lina Khatib, directrice du programme Moyen-Orient à l'institut SOAS à l'Université de Londres.

Le moment est d'autant plus important après des manifestations à Soueida, dans le sud de la Syrie, appelant au départ de Bachar al-Assad.

En traitant avec des pays comme la Syrie que Washington cherche à isoler, "la Chine brise les tabous occidentaux", affirme M. Dannoura.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, dont le pays est placé sous sanctions américaines, était ainsi à Pékin la semaine dernière, tandis qu'une délégation du gouvernement taliban se trouve actuellement en Chine.

Plus tôt cette année, Pékin avait déroulé le tapis rouge au président bélarusse Alexandre Loukachenko et à l'Iranien Ebrahim Raïssi.

De hauts responsables russes ont également été reçus, avant une visite de Vladimir Poutine en Chine le mois prochain.

«Enormes capacités»

Pékin joue au Moyen-Orient un rôle grandissant, à l'image du spectaculaire rapprochement qu'il a permis en début d'année entre l'Iran et l'Arabie saoudite.

La Chine, très active dans une région historiquement stratégique pour les Etats-Unis, y promeut son ambitieux projet des Routes de la soie, qui consiste en des investissements massifs dans les infrastructures pour améliorer les liaisons commerciales entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique.

La Syrie a rejoint le projet en janvier 2022 et espérait d'importantes retombées économiques.

Mais cela ne s'est "toujours pas concrétisé" et les investissements chinois restent marginaux, relève l'analyste syrien Haid Haid, du cercle de réflexion Chatham House.

Le déplacement du président Assad à Pékin vise "à convaincre" la Chine de participer à la reconstruction de la Syrie en dépit de "réticences" notamment du point de vue sécuritaire, souligne l'expert.

Les forces du pouvoir syrien ont repris la majeure partie du territoire syrien grâce à l'aide militaire cruciale de ses alliés russe et iranien, mais le pays a besoin d'investissements pour la reconstruction.

La Chine s'était engagée en 2017 à investir 2 milliards de dollars en Syrie.

"La Chine dispose d'énormes capacités pour la reconstruction et pourrait très rapidement achever (les travaux d') infrastructures", souligne Oussama Dannoura.