Beyrouth va envoyer une commission en France chargée d'enquêter sur l’ambassadeur accusé de viols et d’agressions

L'ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, fait l'objet d'une enquête sur des allégations de viol et d'agression à la suite de plaintes déposées par deux anciennes employées de l'ambassade (Photo, Agence nationale de presse libanaise).
L'ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, fait l'objet d'une enquête sur des allégations de viol et d'agression à la suite de plaintes déposées par deux anciennes employées de l'ambassade (Photo, Agence nationale de presse libanaise).
Short Url
Publié le Dimanche 04 juin 2023

Beyrouth va envoyer une commission en France chargée d'enquêter sur l’ambassadeur accusé de viols et d’agressions

  • Le ministère libanais des Affaires étrangères a annoncé envoyer prochainement une commission en France chargée d'enquêter sur l'ambassadeur
  • Les autorités françaises ont ouvert une enquête sur Adwan à la suite des plaintes déposées par les deux anciennes employées de l'ambassade

BEYROUTH: L'ambassadeur du Liban en France fait l'objet d'une enquête sur des allégations de viol et d'agression à la suite de plaintes déposées par deux anciennes employées de l'ambassade. Les autorités françaises ont demandé la levée de son immunité diplomatique.

Dans un communiqué publié samedi, le ministère libanais des Affaires étrangères a annoncé envoyer prochainement une commission en France chargée d'enquêter sur l'ambassadeur.

Il indique avoir décidé «d'envoyer à Paris une commission d'enquête dirigée par le secrétaire général du ministère et son directeur de l'inspection à l'ambassade à Paris pour enquêter sur l'ambassadeur et écouter les témoignages des employés de l'ambassade et de ses travailleurs administratifs.»

Ce même ministère ajoute qu'il exigera auprès des autorités françaises de «clarifier ce qui a été rapporté dans les médias et que le ministère libanais des Affaires étrangères n'a pas reçu par le biais des procédures diplomatiques officielles, afin qu'il puisse légalement agir en conséquence d'une manière qui garantisse l'intérêt public».

Le palais Bustros se dit enfin «désireux d'agir de manière responsable dans l'affaire présentée, de manière à protéger la réputation et le rang de l'État» libanais

Le ministère libanais des Affaires étrangères avait auparavant déclaré samedi, en début de journée, qu'il n'avait reçu aucune demande de la France visant à lever l'immunité de Rami Adwan, âgé de 48 ans.

Mais le ministère français des Affaires étrangères a déclaré à l'AFP vendredi en fin de journée: «Compte tenu de la gravité des faits évoqués, nous estimons nécessaire que les autorités libanaises lèvent l'immunité de l'ambassadeur du Liban à Paris afin de faciliter le travail des autorités judiciaires françaises.»

Les autorités françaises ont ouvert une enquête sur Adwan à la suite des plaintes déposées par les deux anciennes employées de l'ambassade.

L'avocat d'Adwan, Karim Beylouni, a signalé à l'AFP: «Mon client conteste toutes les accusations d'agression sous toutes ses formes: verbale, morale ou sexuelle.»

«Entre 2018 et 2022, il a eu des relations amoureuses marquées de disputes et de ruptures avec ces deux femmes», a-t-il ajouté.

Un avocat libanais et expert en droit international a révélé à Arab News sous couvert d'anonymat que «la levée de l'immunité de l'ambassadeur libanais est prise par le ministre compétent, le ministre des Affaires étrangères, sans se référer au conseil des ministres, qui nomme les ambassadeurs à leurs postes».

L'avocat a poursuivi: «Cependant, l'affaire exige que le ministère de la Justice demande au ministère français des Affaires étrangères de fournir le dossier du diplomate visé par les enquêtes. Après étude du dossier, le ministère libanais des Affaires étrangères donne l'autorisation de le poursuivre en France car le crime présumé a été commis en France.»

Le site d'investigation français Mediapart a rapporté que l'enquête était menée sur la base d'une plainte «déposée par une ancienne employée de l'ambassade du Liban nommée Ava, âgée de 31 ans, qui a déclaré dans le rapport de police avoir été violée en mai 2020 dans un appartement privé appartenant à l'ambassadeur Adwan».

Selon le rapport de plainte, Ava «a exprimé son refus d'avoir une relation sexuelle avec Adwan et s'est mise à crier et à pleurer».

La jeune femme de 31 ans a affirmé qu'Adwan l'a agressée lors d'une bagarre dans son bureau, mais qu'elle n'a pas porté plainte «parce qu'elle ne voulait pas détruire la vie de cet homme, qui est marié et qui a une famille».

Cependant, l'ambassadeur «a nié avoir levé la main sur elle et a dénoncé les accusations sans fondement».

Il a indiqué qu'Ava «essayait d'utiliser leur relation pour renforcer sa position au sein de l'ambassade».

En avril 2021, l’employée a informé Adwan qu'elle quitte son poste et a immédiatement déposé une plainte.

Mediapart a rapporté qu'Ava «a fourni à la police des messages WhatsApp le soir même et le lendemain, accusant explicitement Adwan de viol».

Le journal a précisé que l'enquête judiciaire française communique également avec une deuxième plaignante, «une étudiante libanaise de 28 ans nommée Gabrielle, qui a entretenu une relation étroite avec Adwan après avoir commencé son stage à l'ambassade en 2018».

Elle a travaillé à l'ambassade pendant quatre ans, jusqu'à la fin de l'année 2022, et a déposé une plainte en février de l'année dernière, mentionnant qu'elle avait été soumise à une série d'agressions physiques, résultant souvent de son refus d'avoir une relation sexuelle.

Le rapport a cité l'une des voisines de Gabrielle, également contactée par Mediapart et interrogée par la police, qui a déclaré s'être «réveillée vers 2 heures du matin cette nuit-là et avoir entendu des cris étouffés».

La voisine a signalé qu'elle avait rencontré l'ambassadeur libanais à plusieurs reprises et qu'elle l'avait reconnu.

Adwan, qui a été auparavant envoyé à Monaco, a été nommé ambassadeur en France en 2017.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Cisjordanie: des soldats israéliens attachent un Palestinien sur un véhicule militaire

L'armée israélienne attache un Palestinien sur une jeep militaire lors d'un raid à Jénine, dans cette capture d'écran d'une vidéo, en Cisjordanie occupée par Israël, le 22 juin 2024 (Photo, Reuters).
L'armée israélienne attache un Palestinien sur une jeep militaire lors d'un raid à Jénine, dans cette capture d'écran d'une vidéo, en Cisjordanie occupée par Israël, le 22 juin 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
  • La ville de Jénine et les camps de réfugiés alentours sont depuis des années le théâtre de confrontation entre l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens
  • Selon l'armée, l'homme attaché sur le véhicule a par la suite été transféré au Croissant-Rouge palestinien

JÉRUSALEM: Des soldats israéliens ont attaché un Palestinien blessé sur le capot d'un véhicule militaire lors d'une opération de l'armée israélienne à Jénine, selon des déclarations de l'armée dimanche, admettant que les soldats avaient enfreint les règles de l'armée.

Les images de cette scène qui s'est produite samedi sont devenues virales et montrent un homme, visiblement blessé, attaché en travers du capot d'une jeep qui passe dans une rue relativement étroite.

D'après des sources médicales, il s'agit de Moujahid Fayyad, originaire de Jabriyat, entre Burqin et Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

"Au cours d'opérations antiterroristes visant à appréhender des suspects recherchés dans la région de Wadi Burqin, des terroristes ont ouvert le feu sur les troupes", a indiqué l'armée.

Au cours de cet échange de tirs entre les soldats et des personnes armées, l'armée israélienne explique qu'"un des suspects a été blessé et appréhendé".

Il a été "attaché" au véhicule dans le cadre de son arrestation, avance l'armée, précisant que cette arrestation a été faite "en violation des ordres et des procédures opérationnelles standard".

"Le comportement des troupes dans la vidéo (...) n'est pas conforme aux valeurs" de l'armée israélienne, ajoute-t-elle encore dans le même communiqué, précisant qu'une enquête sera menée.

Comportement «pas conforme»

Selon l'armée, l'homme attaché sur le véhicule a par la suite été transféré au Croissant-Rouge palestinien pour recevoir les soins médicaux nécessaires.

Des médecins de l'hôpital Ibn Sina de Jénine ont confirmé à l'AFP que M. Fayyad était soigné dans l'établissement.

La ville de Jénine et les camps de réfugiés alentours sont depuis des années le théâtre de confrontation entre l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens.

Le degré de violence en Cisjordanie, qui était déjà élevé avant que la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas n'éclate le 7 octobre après une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien, n'a fait que s'intensifier depuis lors.

Selon les autorités palestiniennes, dans ce territoire sous occupation depuis près de 60 ans, au moins 553 Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens ou des colons depuis que la guerre à Gaza a éclaté.

Les attaques des Palestiniens ont tué au moins 14 Israéliens en Cisjordanie au cours de la même période, selon un décompte de l'AFP à partir des chiffres officiels israéliens.


Un groupe de femmes journalistes annule le prix du courage décerné à une journaliste palestinienne à Gaza

Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini (photo). (X/@MahaGaza)
Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini (photo). (X/@MahaGaza)
Short Url
  • Maha Hussaini accuse la Fondation internationale des femmes pour les médias d'avoir cédé à des pressions qui, selon elle, sont typiques des attaques systématiques dont sont victimes les journalistes palestiniens
  • La décision de la fondation fait suite à un rapport d'une publication conservatrice qui accusait Maha Hussaini de soutenir le Hamas et de tenir des propos antisémites

LONDRES : Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini.

La décision de l'International Women's Media Foundation fait suite à un rapport publié cette semaine par le Washington Free Beacon, une publication conservatrice américaine, selon lequel l'écrivaine indépendante, qui est basée à Gaza, a publié des messages sur les médias sociaux il y a plusieurs années dans lesquels elle a fait l'éloge des actions terroristes du Hamas à deux reprises au moins et a partagé des caricatures antisémites.

La fondation a déclaré que les commentaires contenus dans les messages « étaient en contradiction avec les valeurs de l'organisation « , ajoutant que «  les prix du courage et la mission de l'IWMF sont basés sur l'intégrité et l'opposition à l'intolérance «  : « Nous ne cautionnons pas et ne soutiendrons pas des opinions ou des déclarations qui n'adhèrent pas à ces principes ».

Mme Hussaini a été choisie le 10 juin comme l'une des quatre lauréates du prix du courage, pour son reportage pendant la guerre à Gaza. Elle a notamment publié un article sur les difficultés rencontrées par les femmes qui accouchent chez elles pendant le conflit, ainsi que le récit poignant d'une jeune fille qui a porté son frère paralysé jusqu'à un lieu sûr pendant les campagnes de bombardement de l'armée.

L'IWMF se décrit comme « une organisation audacieuse et inclusive qui soutient les journalistes là où ils se trouvent ». Son conseil d'administration et son conseil consultatif comprennent des personnalités du monde des médias telles que Suzanne Malveaux, ancienne journaliste de CNN, Hannah Allam, du Washington Post, et Christiane Amanpour, présentatrice du journal télévisé de CNN.

Mme Hussaini a dénoncé la décision d'annuler le prix, accusant la fondation basée à Washington d'avoir « succombé à la pression » et « choisi d'agir à l'encontre du courage ». Elle a ajouté que cette décision « démontrait de manière frappante les attaques physiques et morales systématiques que les journalistes palestiniens subissent tout au long de leur carrière ».

Dans un message posté sur la plateforme X, elle a ajouté : « Chaque annonce d'un prix décerné à un journaliste palestinien est systématiquement suivie de vastes campagnes de diffamation et de pressions intenses exercées sur les organisations qui décernent les prix par les partisans de l'occupation israélienne et le lobby sioniste ».

« Si certaines organisations défendent leurs principes et maintiennent leur décision, d'autres, malheureusement, cèdent à la pression et retirent leurs prix ».

Mme Hussaini a déclaré qu'elle n'avait « aucun regret concernant ses publications » et que ses commentaires sur les médias sociaux reflétaient son expérience de la vie sous l'occupation israélienne et exprimaient simplement son soutien aux efforts de résistance.

La décision de la fondation a été largement critiquée par les journalistes et les groupes de médias. Certains ont suggéré que Mme Hussaini avait été victime d'une « campagne pernicieuse », d'autres ont qualifié les résultats du Washington Free Beacon de « décadents et contraires à l'éthique » et déclaré qu'il avait l'habitude de cibler les partisans de la cause palestinienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Décès de Saleh Al- Chaïbi, gardien principal de la Kaaba

Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le principal gardien de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajr samedi à la Grande Mosquée (Photo, Fournie).
Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le principal gardien de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajr samedi à la Grande Mosquée (Photo, Fournie).
Short Url
  • Les prières funéraires seront effectuées après le Fajr, samedi, à la Grande Mosquée
  • Il était chargé d'ouvrir et de fermer la Kaaba, de la nettoyer, de la laver, de réparer sa Kiswa (couverture) et d'accueillir les visiteurs

LA MECQUE : Le Dr Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le gardien principal de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajrsamedi à la Grande Mosquée.

Al- Chaïbi, qui était titulaire d'un doctorat en études islamiques, était professeur d'université et auteur de plusieurs ouvrages sur la foi et l'histoire. Il était le 77e détenteur de la clé de la Kaaba depuis la conquête de La Mecque.

Il était chargé d'ouvrir et de fermer la Kaaba, de la nettoyer, de la laver, de réparer sa Kiswa (couverture) et d'accueillir les visiteurs. Il a repris la tutelle après la mort de son oncle, Abdulqader Taha Al- Chaïbi, en 2013.

Son fils, Abdelrahman Saleh Al- Chaïbi, a déclaré à ArabNews que l'adieu à son père avait été l'un des moments les plus difficiles et les plus tristes de sa vie. Il a ajouté que la famille avait accepté la volonté d'Allah pour un homme qui a toujours été proche de tout le monde et qui a consacré sa vie au service de la famille.

Il a poursuivi que son père avait souffert d'une maladie ces derniers temps, mais qu'il était resté patient et inébranlable. L'ensemble de la communauté a partagé la douleur de la famille et a exprimé son chagrin et sa peine pour la perte du pilier de la famille Al- Chaïbi. Al- Chaïbi a présidé le département de crédo de l'université Umm Al-Qura pendant plus de vingt ans. Connu pour son approche érudite et son amour du savoir, il explorait en profondeur les questions religieuses et doctrinales. Universitaire dans l'âme, il a laissé un impact significatif et durable.

Le roi Fahd ben Abdelaziz l'a nommé au Conseil saoudien de la Choura, et Al- Chaïbi a été l'adjoint de son oncle pour la garde de la Kaaba jusqu'à ce qu'il en devienne le gardien principal.

Son fils AbdelRahman a ajouté qu'il avait été l'adjoint de son père à la garde de la Kaaba pendant cinq ans, après quoi son cousin Abdulmalek Al- Chaïbi avait pris la relève.

Il a ajouté que son père avait souhaité qu'il occupe la fonction de gardien de la clé de la Kaaba après lui. Toutefois, si ce souhait n'est pas respecté, la tutelle et la clé seront remises à son oncle Abdelwahab Al- Chaïbi.

Nizar Al- Chaïbi, le cousin du défunt, a déclaré à Arab News que c'était un jour triste pour la famille. Toutefois, l'élan d'amour, de solidarité et de soutien de toutes les strates de la société, qui se sont empressées de présenter leurs condoléances, a contribué à alléger le poids de leur chagrin.Ils ont exprimé leur gratitude pour la vie du défunt, qui avait consacré sa vie à la protection de la Kaaba et à l'amélioration de sa dévotion. La présidence générale des affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète a déploré le décès du cheikh Dr Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi.

Il a déclaré dans un communiqué que « la Présidence générale des affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète et tous ses employés présentaient leurs plus sincères condoléances à la famille du défunt, le cheikh Dr Saleh bin Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le gardien principal de la Sainte Kaaba ».

Khaled Al-Husseini, écrivain et expert des affaires de La Mecque, a exprimé sa profonde tristesse face à ce décès.

Al-Husseini a décrit Al- Chaïbi comme un homme de savoir qui, outre le rôle honorable qu'il a joué dans la garde de la Kaaba, était un érudit, un universitaire et un conférencier à l'université d'Umm Al-Qura. Il a généreusement partagé ses connaissances avec les générations successives qui ont bénéficié de son expertise pendant plus de 20 ans.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com